//

LGBTQIA+ : succès pour la quatrième marche des visibilités ce dimanche 19 mai (Vidéos & Photos)

4 min de lecture
21

Cette année, le mois des visibilités revient avec toujours plus d’événements et d’associations pour les soutenir. Pendant un mois, les événements LGBTQIA+ s’inscriront dans le quotidien des Réunionnais·es. De conférences universitaires aux projections en passant par les marches des visibilités, La Réunion offrira de nombreux espaces d’expression pour notre communauté Kwir.

À compter du 17 mai, journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOT) et jusqu’au 25 juin 2024, de nombreux événements LGBTQIA+ verront le jour.

L’objectif est de sensibiliser et tenter de pallier les problématiques d’isolement et d’exclusion des jeunes de la communauté. Il s’agit aussi de proposer des espaces de socialisation, d’échanges, de rencontres, de débats et de reconnaissance, intimement liés à la richesse et la diversité de la population réunionnaise.

Si pendant longtemps l’organisation d’une marche ou d’un événement LGBTQIA+ était marginale, marginalisée voire boycottée par la population, cela a changé depuis 2021 quand plus de 2000 personnes se sont rassemblées dans la plus grande ville d’outre-mer pour porter un message arc-en-ciel en créole. Les Réunionnais·es sont appelé·e·s à réitérer l’expérience cette année, dans un premier temps à Saint- Denis le 19 mai prochain.

« Aujourd’hui encore, nous entendons que l’homosexualité, la bisexualité ou encore la transidentité sont des ‘phénomènes importés d’ailleurs’. Ces marches et ces événements sont Kréol avec un grand K avant tout et s’inscrivent dans le processus universel de créolisation que décrit le poète et romancier créole Edouard Glissant, » explique Brandon Gercara, fondateur·ice de l’association Requeer.

Une sixième marche éminemment militante

La marche des visibilités LGBTQIA+ 2024 aura lieu le 19 mai à Saint-Denis. Le départ se fera à 14h du jardin de l’État pour arriver au Barachois vers 16h avec des discours d’institutionnels et les performances de Yannick Peria, de la DJette Emma Di Orio et de l’artiste Ano.

Alors que les Réunionnais·es seront appelé·e·s aux urnes le 9 juin, cette marche se veut politique avec son slogan : Sobat pour Bann Kwir (lutter pour les droits queer). “Cette quatrième marche est éminemment politique, à la veille d’élections européennes, on veut passer un message fort pour les droits humains, un message de progrès, d’inclusion et d’équité face au danger des nationalismes conservateurs qui nous oppriment” explique Brandon. Au vu du nombre de personnes mobilisées l’an dernier, on aurait pu croire que les Réunionnais·es avaient accepté les LGBTQIA+ comme partie intégrante de l’île. Malheureusement, cette même année a également été marquée par les LGBTphobies, avec notamment une augmentation de plus de 30 % des plaintes liées à l’identité de genre ou à l’orientation sexuelle enregistrées par les services de l’État.

L’année 2023 a aussi connu de petites avancées, notamment à Maurice, mais la criminalisation des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres reste une réalité à quelques milliers de kilomètres de l’île.

“À nos échelles, nous pouvons tous et toutes faire en sorte que les lesbiennes, gays, bi, trans ne soient pas opprimé·e·s, ostracisé·e·s, obligé·e·s de vivre caché·e·s pour ne pas craindre pour leur liberté, leur vie,” rappelle Brandon.

“Sobat pou Bann Kwir”, Sobat ek lo ker

Chaque année, la marche organisée par l’association Requeer est guidée par un slogan. Pour cette quatrième édition, les membres ont choisi ‘Sobat pou Bann Kwir’ – lutter pour les queer.

À la veille des élections européennes, où les pronostics favorisent les partis conservateurs, identitaires et notoirement hostiles aux droits LGBTQIA+, la pertinence de ce slogan prend tout son sens.

‘Dans un contexte où les droits des personnes trans sont fragilisés dans des pays qui les considéraient auparavant comme acquis, où 69 pays pénalisent encore l’homosexualité et où, dans douze d’entre eux, l’amour peut mener à la peine de mort, il est crucial de maintenir ce combat au cœur de notre message’, explique Jonathan Marcel, vice- président de Requeer.

L’association se positionne ainsi en porte-voix des droits fondamentaux. ‘Nous célébrerons la chance de marcher librement, d’affirmer nos différences et nos ressemblances. Nous marcherons pour revendiquer ces libertés déjà conquises, celles qui restent à conquérir, mais aussi en soutien à celles et ceux qui, à quelques
centaines de kilomètres d’ici en sont privé·e·s, à celles et ceux qui seront absent·e·s. La peur, la honte et la marginalisation doivent changer de camp. Les droits LGBTQIA+ sont des droits humains”.

Des ateliers pancartes pour une vague de couleurs et de messages

Depuis quelques jours, différents “ateliers pancartes” se sont déroulés aux quatre coins de l’île afin de conscientiser les jeunes et moins jeunes. Avec ces rencontres, l’association Requeer veut créer des espaces d’échange et de discussion autour des slogans, des messages à porter. C’est aussi une façon d’aller à la rencontre des personnes les plus éloignées de Saint-Denis où se tiendra la marche et de s’organiser pour des covoiturages.

Dimanche dernier, c’est à Saint-Leu, au Frac Réunion, que jeunes et moins jeunes se sont donné·e·s le mot pour se retrouver autour de papiers, cartons, de peinture et de pinceaux. Si certain·e·s sont venu·e·s rencontrer les différentes associations LGBTQ+ de l’île qui se réunissaient dans un village associatif lors du festival Majik Kwir, d’autres sont venu·e·s réfléchir aux messages et mettre de la couleur à leurs mots. Sur les pancartes, les écrits créoles “Kwir fyèr solider” (en français, queer fier et solidaire), “Kwir lakour” (queer d’ici) se mêlent au français “On a un cœur pour aimer, pas pour vous plaire” ou même à l’anglais “Love is all”. Les prochains ateliers auront lieu le samedi 4 mai au Bisik à St Benoit, le samedi 11 mai au planning
familial de Saint Louis et à la Cité des Arts le samedi 18 mai à Saint Denis.

 

 

21 Commentaires

  1. La Réunion le mort
    Entre l envahissent des geges,spécialisé pour la Caf, la côte ouest jusqu au sud très goyaves de France
    Les rats
    Les chiens
    Et voilà les invisibles
    Le marmays qui grandissent aujourd hui si Li la point des parents solides. Le baiser
    Es ce que les homos que je respectent ont besoin de ca
    Vous êtes manipules par les politiques

  2. Pour le débat sur la radio.,
    La danse est du « voguing », l’équivalent du maloya pour les queers. Bien sûr que c’est incomparable avec le maloya, la souffrance et l’esclavage liés. Cependant le voguing est la danse contre la persécution des minorités sexuelles, queers (LGBTQIA+)… Popularisé avec « Vogue » de Madonna.
    Il s’agissait d’une marche des visibilités… donc pour rendre visible les minorités et les discriminés… supprimer la vidéo, c’est aller à l’encontre de tout cela. Il faut donner de la visibilité…
    Il y a certes de l’exhibition et beaucoup d’extravagance mais mais ce sont les personnalités qui exécutent la danse qui apportent leur caractère à cette vidéo.

    Cela dit, je pense que la communauté homosexuelle de l’île doit plus se sentir offensée et choquée qu’elle soit représentée par des personnes telles que Brandon Gercara et Yannick Peria. Des caricatures vulgaires et de bas étages de ce qu’est une personne homosexuelle.

  3. Pour le débat sur la radio.,
    La danse est du « voguing », l’équivalent du maloya pour les queers. Bien sûr que c’est incomparable avec le maloya, la souffrance et l’esclavage liés. Cependant le voguing est la danse contre la persécution des minorités sexuelles, queers (LGBTQIA+)…
    Il s’agissait d’une marche des visibilités… donc pour rendre visible les minorités et les discriminés… supprimer la vidéo, c’est aller à l’encontre de tout cela. Il faut donner de la visibilité…
    Il y a certes de l’exhibition et beaucoup d’extravagance mais c’est aussi cela la liberté d’expression !

  4. Svp arrête impose anou zot orientation (deviance) séquelle
    En faisant croire anou que c’est une chose naturelle

    Ban gramoune la réunion c’était des gens droits des gens qui croyaient bon Dieu la fait à nou homme et femme pour 1 raison
    Et la pa mélangé

    Je le dis en français ARRÊTEZ DE NOUS IMPOSER VOS DEVIANCES sexuelles en nous faisant croire que cr sont des choses naturelles

    Les Anciens de la Réunion étaient des gens droits, des gens qui croyaient que Dieu nous a créé homme et femme pour une bonne raison

  5. Il en est ainsi que utilisant, le faux argument « avant c’était Les temps Anciens », des peuples ont perdu foi en la puissance de Dieu Tout Puissant. Pensant que Dieu s’est aussi modernisé pour s’adapter à notre epoque.

    Qu’en serait -il si, du jour au lendemain, celui qui défend cet argument, changerait d’avis ? Eh ben il irait lire les textes général ça se rapporte aux Religions particulières issues d’Abraham.

    Et il lirait ce que Dieu dans les Textes Anciens penserait de lui
    C’est écrit. Ce n’est pas moi qui la écrit.

  6. Et donc l’île de la Réunion c’est l’île du vivre ensemble ? Tout le monde n’y est pas convié apparemment. Vous ne faites que répéter ce qu’il se passe en hexagone au sujet des communautés ethniques ou sociales minoritaires : rejet, intolérance, mépris, amalgame, discrimination. Alors que vous même critiquez cet « Occident ».
    Dieu a dit : aime ton prochain. Il n’a pas dit : aime ton prochain sauf si.
    A bon entendeur, ça évitera les ulcères.

  7. nenes, toi ki parle de religion dans les saintes écritures il est dit que dieu à créer l’homme et la femme (adamu et eva)parce qu’il a jugé bon que l’homme ne peut vivre sans compagne, et non 2 bougue ensemble 2 prise mâle y emboîte à zot, après faut savoir que nous les ultramarins n’avons pas pour coutume de voir des depravations sodomite au 4 coins de nos rues, maintenant d’après toi pkoi dieu à détruit les villes de Sodome et Gomorrhe puisque tu parles de religion

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Prix Kalou, concours qui récompense les publicités péï : le vote du public démarre ce lundi 20 mai, participez !

Article suivant

Éphéméride du mardi 21 mai 2024

Free Dom