L’hôpital sous tension : le CFDT dépose un préavis de grève illimitée

5 min de lecture

Le syndicat CFDT Santé Sociaux a déposé un nouveau préavis de grève ce vendredi 21 juin, pour dénoncer de nouveau les conditions de travail qu’ils subissent depuis de nombreuses années.

“Ce préavis a pour objectif de permettre à tout le personnel des urgences de soutenir le mouvement national qui touche leur secteur et de permettre toutes les actions et manifestations des agents concernés visant à dénoncer les conséquences néfastes à la Réunion de la politique de Santé menée actuellement (redressement, regroupement, Plan de retour à l’équilibre, restriction budgétaire…).
Ces conséquences sont dénoncées depuis plus de 3 ans et atteignent aujourd’hui un seuil devenu insupportable pour les agents.
Ce préavis donne la possibilité à l’ensemble des agents de se solidariser avec les mobilisations menées et conduites au niveau national dont les revendications sont connues.
Ce préavis permet aussi à l’ensemble des agents de tout grade de faire émerger leurs revendications propres qui vont être regroupées et portées au niveau des Tutelles. Les Hôpitaux publics de la Réunion sont sous tension et tous les corps de métier en souffrent !”

Les dénonciations des employés :
– Signaler la dégradation et l’insécurité dont nous faisons preuve ces derniers temps.
– Signaler la dégradation des soins et conditions de travail : la nuit à l’accueil nous travaillons avec la peur au ventre qu’il n’y ai pas de problème qui pourrait aggraver notre sécurité et celle des patients, en effet, nous sommes (IDE) seul pour brancarder, accueillir les patients adultes et pédiatrique, bien évidemment le personnel brancardier sont absent de 20h à 03h du matin pour assurer ces autres missions (bloc, transfert dans les services) Ceci peut porter atteinte à notre évaluation à l’accueil et donc aller vite et passer à côté de ce qui pourrait être grave. Nous quittons l’accueil pour accompagner un enfant en pédiatrie, qui ? Accueil le patient qui vient en ambulance. Manque de confidentialité…
– Dénoncer qu’on est trop souvent rappeler sur nos repos pour venir remplacer : manque de personnels, pas de remplacement de CM.
– Demander la reconnaissance de la spécificité des personnels IDE aux urgences.
– Demander une adaptation des surfaces des locaux aux besoins de la population.
– Mettre une politique de « zéro patient hospitalisé sur un brancard >> en ouvrant des lits d’avals.
– Signaler le manque d’ambulance pour les retours la nuit et le week-end : ce qui fait que les patients restent sur des brancards, faute de place dans les services. Les personnes âgées sont sujettes à ce traitement faute de place à l’hôpital.
– Dénoncer le nombre croissant de la violence aux urgences

Leurs revendications :
– Une prime de risque en lien avec : l’agressivité, l’exposition au sang, le risque infectieux ainsi que la spécificité de NRBC.
– Accès aux DU pour tous les IDE des Urgences.
– Le recrutement d’un 2e ambulancier de nuit afin :
De se mettre en conformité avec les recommandations SAMU de France qui préconisent d’intervenir en équipe complète (médecin/infirmier/ambulancier) + – D’arrêter de faire conduire les infirmiers de SMUR 2 la nuit en conduite d’urgence alors que ce n’est pas leur métier.
De soulager l’ambulancier seul la nuit qui doit assurer à lui seul la ligne de SMUR 1, les transferts inter hospitaliers (médicalisés ou non) et les transferts néonatologiques urgents
De travailler la nuit en SMUR en garantissant à la population réunionnaise une qualité et une sécurité sur intervention identiques aux conditions de travail du jour.
Certains IDE entre dans leur 5e année en tant que contractuel : demander leur titularisation.
Des moyens supplémentaires pour remplacer le matériels dégradées : pied à perfusion, brancard qui ne roule pas…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox