« Libérer la terre réunionnaise »

22 min de lecture
34

Ne jamais désespérer car Paris ne s’est pas fait en un seul jour. Tout est une question de prise de conscience. Les quelques lignes que j’ai couchées noir sur blanc dans mon « Ti Kozman » du 28 octobre dernier à propos du recrutement d’une jeune parisienne sur un contrat de 6 mois, à la préfecture de la Réunion, au détriment des quatre jeunes Réunionnais diplômés qui avaient postulé au service juridique, font leur chemin. J’avais également évoqué une filière « métronésienne » toujours à la préfecture de la Réunion, c’est-à-dire des fonctionnaires responsables de service qui font venir leurs petits camarades avec qui ils avaient bossé auparavant au Haut commissariat de la République en Polynésie française alors que des fonctionnaires réunionnais basés en métropole attendent vainement une mutation dans leur île natale depuis des lustres. Ça fait beaucoup jaser en interne. Evidemment, les personnes concernées me traitent de « raciste » voire « d’indépendantiste », mais toutes les autres applaudissent des deux mains et se félicitent que ces « copinages » aient pu enfin être mis sur la place publique. Même les syndicats se sont emparés de ce dossier, à l’instar de la CGTR intérieur qui s’est fendu d’un mail, le lundi 31 octobre dernier, soit 3 jours seulement après le « Ti Kozman », au préfet Jérôme Filippini. Voici le contenu du mail qui est on ne peut plus clair :

« Bonjour Monsieur le Préfet,
nous vous invitons à prendre connaissance si tant est que vous ne l’ ayez déjà fait, de ce qui a été publié sur (lien vers l’article). À la lecture de cet article de presse, il existerait une « filière métronésienne » à la préfecture de la Réunion. Comprenez par là des camarades métropolitains qui figuraient dans l’organigramme du haut commissariat de la République en Polynésie française, et qui se retrouvent tous à la préfecture de la Réunion. »
C’est déjà la deuxième fois cette année que la préfecture et ses services font l’objet d’une attention dans la presse (article zinfo974 sur la fraude à la continuité). Au regard de ce qui avait été révélé, la CGTR intérieur avait demandé en comité technique sur quels critères et par quelle méthode vos services effectuent les divers recrutements (contractuels,  mutations) au sein de la préfecture et du secrétariat général commun. 
À ce jour ni le semblant de réponse apportée ni la nouvelle actualité ne permettent de dire que les règles sont parfaitement claires et connues de tous.  Selon le principe défendu par la CGTR « à compétences égales, pour des recrutements locaux »  nous vous demandons de :
1. Nous expliquer comment sont effectués les recrutements au sein de vos services
2. Mettre un terme a des pratiques qui vont manifestement à l’encontre des règles d’égal acces aux emplois publics et qui pourraient s’apparenter à des passes droits ( par exemple des affectations prioritaires pour des conjoints et conjointes de sous-préfets alors que des fonctionnaires et leur famille doivent attendre des années leur mutation)
3. Permettre des recrutements locaux et des affectations locales compte-tenu de la problématique particulièrement tendue de l’emploi à la Réunion,  ainsi que des difficultés rencontrees par les reunionnais tout au long de leur carrière dans la fonction pu d’état (mutations, éloignement, retour au péi, à nouveau mutation,  éloignement) autant d’obstacles qu’ils doivent surmonter qui sont facteurs de rupture d’égalité de traitement. 
Cordialement ». D’après mes informations, le préfet n’aurait pas encore répondu au syndicat. Mais il n’empêche que ça fait causer au sein du service et au sein de la préfecture. C’est déjà ça ! Comme dirait l’autre, « ti pas, ti pas, va arrivé… ».

« Stopper l’accaparement de la terre réunionnaise par l’Administration »

C’est ce qu’espèrent également de nombreux élus et de nombreux citoyens concernant les décisions parfois (pour ne pas dire souvent) incohérentes de l’administration via des commissions comme la CDPNAF ou la CDNPS. Je vous en parlais également dans le « Ti Kozman » de la semaine dernière de ce sujet qui a suscité une multitude de réactions de la part de la classe politique et des citoyens, si je devais en juger par le nombre de fils ou de commentaires (en message privé) que j’ai reçus, du genre : « il faut mettre cette injustice sur la place publique ». Les témoignages allant dans ce sens ne manquent pas; Ils  arrivent des quatre coins de l’île. « J’ai un terrain agricole à la Plaine-des-Palmistes où je cultive le goyavier, j’ai demandé l’autorisation de bâtir un hangar de 40 mètres carrés afin de stoker mes produits. Refus catégorique de la CDPNAF », m’écrit cet agriculteur de l’Est. Idem pour un autre de Saint-Paul, ou pour un éleveur de cabris du côté de Salazie et, ainsi de suite.

Et quand l’agriculteur passe outre l’avis de l’administration et construit, malgré tout, son local sur son terrain agricole parce qu’il en a besoin pour travailler, l’Etat lui envoie un tractopelle pour une opération de démolition. Personne n’y peut rien, pas même le maire de la commune concernée qui n’a nullement la maîtrise de son territoire. Ce sont la CDPNAF (Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers) ou la CDNPS (Commission départementale de la nature, des paysages et des sites) qui décident en la matière. Des commissions au sein desquelles siègent certes des élus mais ils ne font pas le poids face à l’omniprésence des représentants des services de l’Etat tels que la DEAL, la DAF et autres ou encore face aux associations écologistes… Les deux commissions agissent sous la responsabilité du préfet.

La CDNPS est présidée par Régine Pam, l’actuelle secrétaire générale de la préfecture. Quand la CDPNAF donne son feu vert à un projet, la CDNPS y met son veto. Et vice-versa. L’un dans l’autre, le citoyen ou l’élu se retrouve dans « la colle jacques » et n’y peut strictement rien. Lorsqu’un maire décide de délivrer un permis de construire à un agriculteur parce qu’il connaît les besoins de ce dernier en étant régulièrement sur le terrain, il se retrouve au tribunal avec menace d’une grosse amende et, surtout, d’une inéligibilité. En clair, pour avoir contourné les décisions pas toujours cohérentes de la CDPNAF ou de la CDNPS, il peut très bien courir le risque de perdre le mandat que lui a confié la population. Ce n’est pas celui ou celle qui a été élu (e) par le suffrage universel qui a la main sur l’aménagement du territoire mais bien des fonctionnaires dont la plupart sont de passage sur l’île. D’où le souhait de nombreux élus locaux et des citoyens de « libérer la terre réunionnaise » pour un développement plus cohérent des terres agricoles ou des terres en friches.

Un élu de l’Est me racontait tout récemment que la CDNPS a retoqué plusieurs projets structurants, hôteliers notamment, dans cette région de l’île considérée pourtant comme « le parent pauvre » de la Réunion. Une région qui a besoin de se développer afin de créer de l’activité. Sauf que, au nom de la protection des terres agricoles et de l’authenticité réunionnaise, il ne faut surtout pas, à en croire l’administration, « dénaturer » cette micro-région. Il a même été dit en pleine réunion de la CDNPS que « si ces projets avaient été présentés pour la région Ouest, il n’y aurait eu aucun problème ». Autrement dit, pas d’autorisation pour un hôtel à Takamaka, pour un hôtel à Sainte-Rose et pour plein d’autres projets structurants dans les communes de l’Est.

En revanche, les mêmes représentants de l’administration qui, au sein de ces deux commissions, refusent ces projets au nom de la protection des terres agricoles et de l’authenticité des paysages naturels de l’Est, accordent leur autorisation pour la réalisation d’une carrière sur 23 hectares de très bonnes terres agricoles au lieu-dit Patelin à Saint-André. Idem pour l’implantation des grandes surfaces alimentaires au milieu des champs de cannes. Nombreux sont les citoyens (poussés en misouk par des élus) qui envisagent de monter prochainement des collectifs afin de dénoncer cet « accaparement » de la terre réunionnaise par l’administration, mais également pour que les députés demandent à ce que l’avis de la CDPNAF ou de la CDNPS ne soit plus conforme mais consultatif, comme c’est le cas en métropole. Là encore, comme pour la régionalisation des emplois, il y une prise de conscience qui commence à naître. A suivre !

Le footballeur Guillaume Hoarau recruté pour 1900 € mensuels à l’Etang-Salé

Je ne vais pas être plus long aujourd’hui. Nous sommes le 11 novembre, fête de l’Armistice. C’est jour férié. Je garderai mes informations, politiques notamment, pour des articles à venir. Juste le temps de vous dire, comme je vous l’avais annoncé, il y a déjà quelques semaines, que Guillaume Hoarau, l’ex professionnel de foot, sera bel et bien recruté par la mairie de l’Etang-Salé.

De gauche à droite : Mathieu Hoarau, maire de l’Etang-Salé depuis février dernier et Guillaume Hoarau, l’ex footballeur professionnel.

Contrairement au bruit qui court dans la commune, ce ne sera pas pour un salaire mensuel de 5 300 euros mais pour 1 900€ nets. Son contrat devra être signé incessamment sous peu. Le joueur de la JS Saint-Pierroise sera recruté comme chargé de mission au service des sports de l’Etang-Salé ; Sa mission durera une année pour un projet « multi sports », selon le maire Mathieu Hoarau. Guillaume Hoarau, le footballeur, a par ailleurs signé au club de basket de l’Etang-Salé. Pour revenir au foot, un partenariat serait en cours avec le PSG pour les jeunes. Partenariat qui devrait se concrétiser d’ici au premier trimestre 2023. Le maire y croise les doigts. Il ne devrait pas tarder à signer le contrat de recrutement de Guillaume Hoarau.

On reste dans une petite commune limitrophe et dans le domaine du sport, pour vous parler des Avirons où le maire Eric Ferrère a organisé, lundi dernier, en fin d’après-midi, une « cérémonie de réception » (c’est écrit comme ça sur le Facebook de la ville) pour « les valeureux raideurs des différentes courses du Grand Raid 2022 ». Parmi les invités, on retrouvait également des sportifs avironnais qui avaient arpenté durant 17 jours les sentiers menant au camp de base de l’Everest à 5 364 mètres d’altitude. Jusqu’ici, rien à dire. Et c’est tout à la gloire du maire-écrivain de célébrer les sportifs de sa commune. Sauf que les autres raideurs non licenciés qui n’ont pas été conviés à la fête l’ont un peu mal pris. Raison pour laquelle, la municipalité a décidé d’organiser également « une cérémonie de réception » pour ces derniers. Je vous laisse découvrir le carton d’invitation qui a été publié sur la page Facebook de la ville des Avirons précisant que « la Ville souhaite aussi féliciter… ».

J’aime bien le « aussi ». J’aime bien également le « …sera organisé prochainement ». Du genre, il restait quelques samoussas de la « cérémonie de réception » du lundi 7 novembre organisée pour les licenciés, que le maire a mis de côté (au congélateur sans doute) et qu’il les ressortira « prochainement » pour les sportifs non licenciés. Pour les moins « valeureux » ? Bonjour l’ambiance sportive !

Un pétage de plombs pour finir. Cela s’est passé hier, jeudi 10 novembre, en pleine séance de travail à la Chambre de commerce et d’industrie de la Réunion (CCIR). Le président Pierrick Robert avait convié les élus, chefs d’entreprises, à un temps d’échange avec Jawad Ashraf, ambassadeur de l’Inde en France, actuellement de passage dans notre île. L’occasion de parler développement des échanges entre la Réunion et la 5ème puissance économique mondiale (Rien que ça !). Une belle réunion, très constructive et enrichissante à plus d’un titre, jusqu’au moment où un élu de la CCIR (Laurent S., de la liste de David Cohen) décide de monter au créneau et de casser l’ambiance par une intervention pour le moins inhabituelle en pareille circonstance, un peu comme s’il se trouvait entre potes dans un bistrot.

L’ambassadeur a quelque peu été surpris et le président Pierrick Robert, très gêné par cette intrusion malsaine, ne savait plus s’il fallait rentrer sous la table ou dégager l’intrus, visiblement mal poli. Ce dernier était sorti fumer une cigarette (ou autre) avant d’intervenir de la sorte, jetant ainsi la honte sur la chambre consulaire. De l’avis de nombreux témoins, l’élu en question n’était visiblement pas dans un état « normal » ; Il aurait manifestement un peu trop forcé sur le jus de raisin fermenté et sur du « tabac péi bio». La présidence de la CCIR ne tolère pas ce genre de comportement et le fera savoir prochainement à l’élu lorsque celui reposera les pieds sur terre et cessera de « planer ».

En parlant de la CCIR, je profite de l’occasion pour vous annoncer que le président Robert a un peu remanié l’organigramme de la Chambre, de son cabinet plus précisément, avec l’arrivée de son nouveau directeur de cabinet, en la personne de Bernard Alphonsine qui, auparavant, bossait dans la comptabilité. Un homme de confiance que le président connaît bien et qui a fait campagne à ses côtés. A noter également l’arrivée, toujours au sein du cabinet de la CCIR, de Christian Malda, en tant que collaborateur ; Un nom qui vous parle sans doute puisque ce retraité de la CGSS a été l’homme de confiance de Thierry Robert (frère de Pierrick et ancien député-maire de Saint-Leu) ; Christian Malda a été également le bras droit de Bruno Domen lorsque ce dernier a remplacé Thierry Robert à la mairie de Saint-Leu. Il intègre à présent le cabinet de Pierrick Robert. Salim Mottara, ancien dir-cab d’Ibrahim Patel, reste à la direction du service Communication. Quid d’Ibrahim Patel que certains annonçaient pourtant au cabinet du nouveau président ? « L’ancien et l’actuel président entretiennent des relations toujours très amicales, très cordiales, mais la Chambre a besoin de tourner la page », fait-on savoir du côté de la rue de Paris.

Y.M.

([email protected])

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

34 Commentaires

  1. bjr n’a pas que je range salé. La plaine des palmiste. n’a le père i travail espace vert .Li les chef .Li monte li decend dans camion .La le gendre oci la rentré. et la n’a la dernière fille la rentré la .I travail la .et la plaine des palmiste aller rode un contrat n’a point po ou .les injuste tout sa .moune n’a mare. Bin moune i veut pu voter oci

  2. bjr n’a pas que je range salé. La plaine des palmiste. n’a le père i travail espace vert .Li les chef .Li monte li decend dans camion .La le gendre oci la rentré. et la n’a la dernière fille la rentré la .I travail la .et la plaine des palmiste aller rode un contrat n’a point po ou .les injuste tout sa .moune n’a mare. Bin moune i veut pu voter oci

  3. Rien de nouveau , Ça sent toujours le racisme anti blanc !
    Si on donnait à tout ces « planteurs  » une autorisation de construire un hangar monsieur montrouge ou koné très bien que c est pour contourner la loi et faire une location au noir !!! Et au fur et à mesure attendre un déclassement pour faire des parcelles et bâtir plusieurs case . Alors arét défend bande soit disant plantér !

    • C est à koz domoune comme ou la Réunion y avance pas. Dans temps l esclavage l esclave té chabouk son frère encore plus fort que le contremaître. A bon entendeur.
      M Montrouge renseigne à ou sur la police et la gendarmerie. Prime d installation, indexation… quand y arrive pou aller zorey na plus d intérêt matériel que créole… là aussi nana de quoi faire…

    • Créole lé toujours gros kèr pou son camarade! I aime que le blanc i fé toute sorte d’abus et i redemande! Si c’est in créole i fé, là li dénonce son camarade! L’esclavage la pas fini!

  4. Mr Montrouge, ou na l’air de découvre le sujet, si ou veut vraiment dénoncer les choses, élargi out regard et voit ce qui se passe aussi dans les grandes entreprises privées, nous reviens au temps de la colonisation, nout band zenfant creole na point zot place, quand ou voit que même stagiaire, apprenti, n’a l’entreprise i ça va rode ailleurs, et parlons pas des postes à haut niveau, alors là le créole na zéro compétence…..

    • Un journaliste qui encourage le clientélisme, le racisme, le rejet de l’égalité devant la loi, donc de la République est un triste Sieur, qui a mal digéré son histoire.

  5. Bonjour et bravo pour ce Ti Kozman

    Quand nous dénonce zot racismes i traite à nos de racistes. Quand à indépendantistes, venant de la part de colons, c’est un titre honorifique.

    Bien à vous

  6. Quand l’équipe de football national, les Bleus, remporte la Coupe du monde, juillet 1998 et juillet 2018 (en grande Russie : 17 millions de km2 !), on est tous Français, on applaudit des 4 mains, on est content, enfin ceux qui aiment le football ! Quand elle n’est pas qualifiée (USA 1994…Ginola…Kostadinov numéro 11!), on est triste…coup de tête de Mats Hummels à la 12ème minute et retour à la maison…Brésil juillet 2014, etc. .
    Mais, par contre quand on fait venir un produit manufacturé de la métropole ou bien d’un pays membre de L’UE, là, nous Réunionnais ne sommes plus FRANÇAIS, on nous traite sur le plan fiscal et douanier exactement comme un pays tiers : c’est-à-dire étranger ! On appelle cette transaction une importation…tandis qu’un échange entre une entreprise italienne et un citoyen français (de l’Hexagone) c’est juste une expédition ! Évidemment, les taxes et les obligations sont différentes…
    Cette situation, lourde de conséquences, est là depuis toujours…, et ça n’a pas l’air de déranger plus que ça !
    Concernant l’emploi public, en France, depuis la fin de lAncien régime, les emplois réservés sont interdits…normalement…
    À La Réunion, plus que dans les trois ex DFA, tout particulièrement dans les administrations relevant de l’État français, exemples la préfecture, la DAF, l’ONF, Éducation nationale., les détournements de toutes sortes ont toujours existé, depuis 1946, depuis 1983, depuis 1992… Tout le monde connaît, connaissait, parfaitement la situation ici… C’est d’une hypocrisie quasi publique… Nos représentants (élus locaux et nationaux) n’ont jamais fait quoi que ce soit pour mettre un terme une bonne fois pour toutes… La preuve, ça perdure en novembre 2022!
    Quant à l’administration du sol insulaire, on arrive à la limite de la grande connerie étatique : aménagement du territoire anarchique assorti d’un coma circulatoire généralisé…et on tergiverse encore pour se décider à enrayer tout ça par la réalisation d’un transport interurbain moderne express capacitaire sur 2 rails espacés de 1 435 mm.

  7. Le problème monsieur l éditorialiste c est que souvent ces projets sont des leurres et très vite le bâtiment technique devient une case et les chambres d hôtes des villas à louer et c est terminé pour l agriculture…bizarrement vous n en parler pas alors qu il y a des exemples à la pelle ! De fait ceux qui ont de vrais projets ”payent ”pour les tricheurs ! C est malheureusement souvent comme ça !

  8. Oui..Mr Montrouge , sur tte la ligne vous avez raison , sur les conditions de recrutement surtout , sauf que , les gens.. »goyaves de F… » bien placés ICI qui profitent pour replacer et replacent toujours un des leurs , (qui demeure hors du département il faut le dire) et c’est là ou le bas blesse !!! Car à croire que ce que l’on nous apprend à l’école ICI n’a pas les mémes valeurs que ceux de la métropole ! NOTRE SAVOIR , NOS DIPLOMES NE NOUS PERMETTENT DONC PAS !?!?! oui..faites le tour de tous les administrations ou presque , il y a  » les maitres et l’esclaves » voilà leur liberté égalité fraternité!!!!..NON , ces devises ne tiennent pas ou plus ! LES GENS SOUFFRENT ICI , tous les créoles ou presque y tirent le diable par la queue.. pou vivre ! des bagarres partout , des crimes entre familles , des créoles mal logés , et bafoués ect..ect..avec ça , toujours malmenés par le systéme de « la justice » qui , au lieu d’aider les plus faibles les détruit en les réduisant aux silences , les enfermant pour un oui ou pour un non (car leurs défenses sont rarement pris en compte ou dissimulées) n’ont pas les mémes libertés , ne mangent pas comme..égalité veut ! kel égalité ?!?! Fraternité..ne vivent pas en fréres le créole vit mal trés mal dans sa chair ici à la Réunion , SA TERRE NATALE !?!?!?!!!!! ou Mr Montrouge fait bien montre de la prise en considération de (L’EST ‘St-André , St Benoit , Salazie ect..par rapport à L’OUEST’St Gilles..le litoral plage’ect..) dans les autorisations à obtenir pour permettre aux quelques créoles de jouir de leur terre ! Bref. oui Mr Montrouge vous faites bien ce que vous faites ! nous informés ! Mais comme la piqûre « d’esclavagiste » la rentre trop profondément en nous ! (…..) n’a bonpeu y comprend aou difficilement ! domage !

  9. Alala… Mr montrouge, oulé sérieux hein! Ou oblie ousa ou sorte? ounà la chance avoir un place pou Dit se que ou pence en partageant avec le ti peuple freedom et garde cosa ou dit ! Malheureux hein.
    L’esclave de maison totoch toujours l’esclave de champ

  10. Combien de métros arrivent ici et font embaucher toute leurs familles et amis alors que les jeunes réunionnais on leurs dit qu’il faut aller en métropole car il n’y à pas de travail ici pour eux , regardez autour de vous , combien de jeunes ont un Bac + 4 ou 5 qui restent sur le carreau, combien de logements sont occupé par des métros alors que les créoles dorment dans leurs voiture et attendent des années pour un logement. il faut que cela cesse et vite ……

  11. en même temp monsieur Montrouge ce qui se passe à la Région au niveau des recrutements des neveux, père mère et sainte trinité ne vous interpelle pas parce que ce sont pas des « blancs » qui sortent dehors…. mais cela est tout autant dégueulasse n’est ce pas… on est français quand ça nous arrange et on aimerait tellement faire notre carry entre nous… Mais comment faire sans l’aide de la France

  12. Et l’ancien Maire de St André, qui a pendant des années privilégié les membres de sa communauté, allez voir par vous même, et ça ne vous choque pas ?
    C’est partout pareil, celui qui en a la possibilité préfère privilégier les siens, c’est un peu normal, même si pas très correct, non ?
    Je suis sûr que si vous en aviez la possibilié, vous auriez fait pareil, peut être pire, attention à la jalousie !

  13. le cas de la region actuellement devrait ne choquer personne car robert a été le fossoyeur de la reunion. il a privilégié sa famille, « une » de ses femmes, cousins, cousines, tonton, tante,sa sœur aux musées régionaux, une flopée de ses amis de l’EMPR à des postes clés et des salaires mirobolants.
    Huguette bello emploie certes des personnes mais à des salaires de 1800€ , pas de quoi ruiné la Réunion et les caisses de la region.
    si vous comptabiliser les salaires du clan robert/ amis/ empr/ sa famille/ cousins… c’est affolant ! 10 000€ à 15000€ à son clan par mois de quoi vider les caisses de la region durant 11 ans.
    alors huguette continue à foutre dehors et faire du nettoyage, ces personnes auraient dû être titularisés par le fossoyeur et non par vous.
    comme quoi robert a utilisé les petits pauvres, pour sa réélection et ça n’a pas marché! vive huguette bello et encore du nettoyage Madame! au fait sa famille a robert est titularisée ? et le reste qui sont virés vous n’êtes pas de sa famille ??????

  14. le cas de la region actuellement devrait ne choquer personne car robert a été le fossoyeur de la reunion. il a privilégié sa famille, « une » de ses femmes, cousins, cousines, tonton, tante,sa sœur aux musées régionaux, une flopée de ses amis de l’EMPR à des postes clés et des salaires mirobolants.
    Huguette bello emploie certes des personnes mais à des salaires de 1800€ , pas de quoi ruiné la Réunion et les caisses de la region.
    si vous comptabiliser les salaires du clan robert/ amis/ empr/ sa famille/ cousins… c’est affolant ! 10 000€ à 15000€ à son clan par mois de quoi vider les caisses de la region durant 11 ans.
    alors huguette continue à foutre dehors et faire du nettoyage, ces personnes auraient dû être titularisés par le fossoyeur et non par vous.
    comme quoi robert a utilisé les petits pauvres, pour sa réélection et ça n’a pas marché! vive huguette bello et encore du nettoyage Madame! au fait sa famille a robert est titularisée ? et le reste qui sont virés vous n’êtes pas de sa famille ??????

  15. Monsieur Montrouge ce que vous dites n’est pas faux ….mais commençons par le macrotage local tout le monde est au courant et tout ferme les yeux

  16. Les blancs bec s’amuserais moins en Martinique et en Guadeloupe . Ils ont la trouille d’y aller et le zoreil savate
    N’y va pas !!!! Pourquoi ?

  17. Parce la bas le noir y occupe presque toute place stratégique et un babtou y lève pas la voix semb zot. Y remette à zot bien à leur place à coup d’ tabac dan la guèl et lé pas pou rien si créole la Run y appel le caf : « caf tabac » certainement lé pou un autre raison. A cause zot lèvre sûrement. Biensure qui plait pas la vérité. C’est pas du racisme anti blanc couk nous na à foutre. Nous veux une chance d’égalité pou toute et c’est pas le cas. Depuis avant nana té soulève ce genre de copinage mais té fait ferme zot bouche. Té écris dan les courriers des lecteurs et un peu partout dan des magazines locales. Lé triste tout ça parce zordi nout bande marmaille lé surdiplômés et su l’ile toute place (les meilleurs) la fine être accaparé. Le fait de dire les choses qui sautent aux yeux c’est un crime de lèse majesté ? Ou à moins faire de tel sorte que la plupart y pli bagage comme l’avait fait pou l’abolition de l’esclavage…

  18. Véridique. J’ai mon enfant ( Réunionnais bronzé) ingénieur en santé publique avec expériences dans les hôpitaux de paris qui a postulé dans un organisme de santé à la Réunion financé par les collectivités et l’état, après plusieurs entretiens bingo on vous recrute à partir du…. alors l’enfant vends tous ses affaires, quitte son logement sur Paris ( je ne vous dis pas la galère pour trouver un logement dans cette ville) 3 jours avant de venir on lui apprend que le directeur est allé recruter quelqu’un d autre sur Paris (entretien via un hôtel) je vous deviner ce poste est occupé par qui aujourd’hui. Dégouté elle est repartie sans rechigné aujourd’hui elle travaille en Norvège
    Dommages que nos compétences ne soient au profit de la population locale

    • « on lui apprend….via un hôtel ( ?????)  »
      Votre fille lorsqu’elle a eu son poste dans les hopitaux de Paris, il se dit qu’elle a été recrutée dans un hôtel au détriment d’une parisienne qui avait les mêmes compétences qu’elle et à qui on avait promis le poste. Ladilafé ?
      Ce que je constate c’est que votre fille travaillait dans les hopitaux de Paris, et qu’elle prenait surement le travail d’une autre personne de métropole qui avait les mêmes compétences voire peut être plus qu’elle et que maintenant elle prend le travail d’un norvegien lui aussi surdiplômé
      Après rien d’anormal, nous sommes réunionnais, donc français et cela nous arrange pour pouvoir travailler en métropole, en Europe. Par contre, hors de question que des métropolitains, norvégiens viennent s’installer et travailler à la Reunion pourtant département français et faisant partie de l’Europe. Une loi pei « allons nous installer là où on veut, mais refusons que les autres viennent s’installer ici » !

      • La quantité créoles que lé à travers le monde franchement ou peux en dire pareil pou la Reunion par rapport à son superficie ? Faut pas déconner dont… et là, zot y veux encore avoir raison. Trop fort !

  19. Mr Montrouge , vous avez raison de denoncer toutes ces embauches illégale à la réunion, car dieu sait qu’il y en a , même au CDG il y en a , les concours bidons pour placer leurs familles , les notes falsifié il y en a , bizarre qu’il manquait un demi point a beaucoup de candidats il y a quelques années, la réunion une île à magouille de partout .

    • OSEF ! Nos jeunes réunionnais surdiplômés ont besoin d’avoir du taf dans leur ile d’origine. On les envoie à « trifouillis les oies » alors que ça devrait être le contraire. Un monde ! Faut leur demander à tous ceux qui occupe des postes à responsabilité tous leurs diplômes, concours ou examen… (on peux pas tricher à un examen ou à un concours) sinon ça n’a aucune valeur et ceux qui font l’ENA ? Ça peut pas être la magouille. Sur notre île faut revoir tout ça. Dans les hôpitaux, les administrations, la police etc d’accord la technologie est bien avancé pour les falsifications mais y a bien moyen de corriger tout ça. Ils savent y faire pour les billets de bcq…

  20. Que diriez vous Monsieur Montrouge si en métropole on lisait  » liberer la terre parisienne, liberer la terre vendéene, liberer la terre morbihannaise, liberer la terre alascienne, liberer la terre …….de tous ceux qui ont des origines domienne (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Mayotte ,Guyane) – parents installées depuis plus de 30 ans voire bien plus et qui ont des enfants et petits enfants et qui n’ont pas envie de partir vivre là où ils ont leurs origines car très heureux en métropole avec un bon boulot. Je suis sûre que vous denonceriez cela en criant au racisme
    Ils ont eu leur boulot comment ces domiens ? Piston, copinage ? et oui ça existe bel et bien le pistonnage et le copinage
    J’en ai eu un bel exemple il y a 3 jours d’un jeune qui était heureux de me dire « je pars en métropole rejoindre un copain à moi qui m’a trouvé un super poste dans sa boite. Il y est depuis presqu’un an et il est bien payé et n’a pas envie de revenir travailler ici car mal payé pour le même travail »
    Cela ne vous dérange ce pistonnage et qui est surement très courant entre domiens ?
    Cela ne vous dérange pas que les domiens prennent les boulots des locaux en métropole ?
    Non bien évidemment que cela ne vous dérange pas car nous les reunionnais, les domiens, on a le droit de vivre et travailler là où on veut car on est français et pas les métropolitains qui sont pourtant français
    Balayons devant notre porte et dénonçons plutôt les embauches de copinage dans la fonction publique territoriale (maires, collectivités) qui empêchent nos enfants de revenir ici alors qu’ils ont passé les concours pour travailler dans ces structures. et ont de l’expérience. Mais non on préfère embaucher la nièce du copain du fils de …. qui ne sait même pas utiliser un traitement de texte alors que son poste est « secrétaire du service du… ». Je vous en parle en connaissance « vous n’avez pas d’expérience (plus de 15 ans d’expérience cela ne doit pas être assez) , le poste est pris (bizarre il est paru hier), il est réservé aux locaux (lieu de naissance Saint Paul (974), rester en métropole, … »

  21. Rufine arrête un peu. Le créole que lé installé en France et la construit etc la passe concours pou travail comme fonctionnaire. Donc zot la été reçu. Le copain de untel que ou parle c’est un taf dan un boite privé. Pas pareil. Là le journaliste lu parle de copinage en tant que fonctionnaire. Cmt y peux faire un affaire coma ? Moin mi veux pas que mon z’enfant y sar travail dan n’importe quel trou parce c’est l’Europe. Et pourquoi li n’aurait pas un place chez lui avec tous ses compétences ? Tout ça lé à revoir. Nous yaime nout terre. C’est nout racine. quand va fait un compte va reste deï créole et le reste sera que z’étrangers. Zot la pou fait la même chose que la s’passer en France. C’est à dire déserte zot terre… si le RN la rentré va voir oussa toute out famille y coure….

    •  » Là le journaliste lu parle de copinage en tant que fonctionnaire »
      C’est exactement ce que Rufine dénonce les copinages dans la fonction publique territoriale ( peut être que vous ne saviez pas mais pour travailler dans une mairie, une collectivité il y a des concours) qui empêche nos marmailles de rentrer au pei. Et il y a du boulot car c’est navrant de voir tous les incompétents bien de chez nous qui y travaillent qui n’ont jamais passé de concours, et qui pour la plupart ne savent pas faire une phrase sans 10 fautes. Nos marmailles ils ont les concours et l’expérience et ils ne peuvent pas rentrer au pei à cause de nos élus corrompus qui ne pensent qu’à leur reserve d’electeurs.
      Alors oui , balayons devant notre porte

      • La commune la toujours fonctionne coma. Depuis la nuit des temps. Y marche ek la politique. Cossa out z’enfant y veut ? Passe balaie ? Travail la cantine ? Animation ? Ça néna en poundiak. Li voudrait un poste à responsabilité catégorie À. Et bien faut concours et encore c’est pas gagné. Faut li « mars » pou untel parce son concours lé « mort » si dan les 4 ans qui suive lu la pas gaigne l’embauche. Ça c’est nout ti cary la Reunion ça. Pas pareil dan ban gros boite l’administration. Cmt y se fait que dan année 60-70 la plupart créole té occupe de tel poste ? Et enseignants ? Mi té en primaire toute prof té créole. Navé eïn deï zoreil pas plus. Plus qui sa va y devient pire. Na pu affaire ek zoreil coméla ; toute l’Europe lé réuni si ce pti bout cailloux.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Vous avez dit « emplois pistonnés » ?

Article suivant

Quand la loi n’est pas bonne, il faut la changer !

Free Dom