Lilian REILHAC “Nous sommes de moins en moins intelligents”

5 min de lecture
3

Une série d’études conduites dans les pays développés a dressé ce triste constat : le niveau
d’intelligence baisse de façon inquiétante dans le monde. La cause : plus d’écrans et moins de lecture.
Le constat est désormais connu, attesté : nos enfants sont plus bêtes que nous et tout porte à croire
que leurs enfants le seront plus encore. Suède, Norvège, Finlande, Pays-Bas, Grande-Bretagne,
Australie… les observations convergent.
Le XXe siècle a été un moment d’expansion économique, d’augmentation de longévité de l’intelligence,
mesurable par le quotient intellectuel (QI) (effet de Flynn).
Au XXIe siècle, le QI moyen baisse dans les pays occidentaux, et ceci aurait commencé dans les années 90.
En Angleterre il a été évalué à une perte de 10 points. La France suit le même chemin et est classé 17éme
des nations. Les gagnants sont les pays d’Asie du Sud-Est, et la Chine est d’ores et déjà à la 11éme place.
Avec Hong Kong première, la Corée du Sud et Taïwan deuxièmes et Singapour quatrième font une course
en tête qu’il deviendra difficile de rattraper.
Dans un article publié dans les comptes rendus de l’Académie des sciences américaines (PNAS),
lundi 11 juin, des norvégiens Bernt Brastberg et Ole Rogeberg voient une autre cause à cette chute :
l’immigration. Arrivés de pays pauvres, moins éduqués, les migrants, puis leurs enfants, lesteraient les
performances moyennes. Sujet sensible, voire inflammable. En 2016 et 2017, deux articles, l’un
faisant la synthèse de la littérature existante, l’autre analysant les données de treize pays, avaient
successivement appuyé cette seconde thèse.
L’origine de cette chute fait néanmoins l’objet d’une vive controverse. Les uns mettent en avant des
causes dites environnementales, terme à prendre au sens large. Selon leur spécialité, ils invoquent le

dérèglement du système éducatif, le recul du livre, l’omniprésence des écrans, la crise de l’Etat-
providence et la souffrance des dispositifs de santé publique, ou encore l’influence des perturbateurs

endocriniens sur le développement embryonnaire. Les autres privilégient des explications plus
biologiques. Ils avancent l’existence d’un effet dit « dysgénique » (par opposition à eugénique), qui
voudrait que les familles les moins intelligentes procréent davantage et fassent donc baisser le niveau.
Cette diminution de notre intelligence peut sans doute expliquer que les Américains aient choisi un
déséquilibré à la tête de la nation la plus puissante au monde, que les peuples ne parviennent plus à
avoir de logique de « gober » tout ce que l’on promet, que dans une fatalité affligeante les riches
continuent à être de plus en plus riches en appauvrissant 90% de la population mondiale, que les
dirigeants sont à court d’idées et impuissants aux difficultés du monde, que la téléréalité au nom de
l’audience continuent à massacrer l’éducation de nos enfants, que des médias populaires comme
Freedom pour ne citer notre radio péi entretiennent la misère intellectuelle dans des débats sans
queues ni têtes pour la société réunionnaise.
Une chose est sûre, à l’heure où on fait de plus en plus appel à l’intelligence artificielle pour faciliter
notre vie quotidienne, on peut s’inquiéter pour l’avenir de l’humanité quand on sait que cette
intelligence artificielle vise à mimer le cerveau humain…
Lilian REILHAC


3
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Marylen BRICEMAUGIS Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox