L’intersyndicale de la Région suspend son mouvement de grève

5 min de lecture
6

L’intersyndicale de la Région Réunion a décidé de suspendre la grève qu’elle a mené depuis quelques jours, à la suite d’une proposition de réunion faite par la présidente de la Région, Huguette Bello. Ce, « dans l’attente du retour de la Région quant à notre demande de maintien d’une audience avec l’Intersyndicale, avant la réunion du Conseil Régional en Assemblée plénière prévue ce vendredi. »

Elle l’a fait savoir, dans un courrier adressé à la présidente de la Région:

Des revendications communes sont portées depuis trois mois maintenant sous la bannière de l’Intersyndicale de la Région Réunion, sur les difficultés rencontrées par les représentants du personnel pour mener le dialogue social dans la collectivité.

Les réunions administratives, avec ou sans élus délégués, auxquelles certains d’entre nous ont pu être conviés, d’autres pas, n’ont pas permis de remédier aux situations qui le nécessitaient, au regard du droit, et des urgences en cours.

L’un de nous, la SAFPTR, n’a même jamais encore eu l’opportunité de se présenter à vous depuis le début de votre mandature. Ce sont ces limites, ces circonstances particulières, qui nous ont conduits à vous solliciter Madame la Présidente, en tant que dernier recours, et Autorité, afin de rétablir l’ordre dans la collectivité
placée sous votre responsabilité.

C’est ainsi qu’il n’était pas concevable que se tienne une énième rencontre le 9 mars, sans votre présence.

Ce sont toujours ces mêmes limites qui nous ont amenés à manifester ce vendredi 11 mars, pour vous réitérer notre demande d’audience, visant à vous alerter sur ces situations incongrues, génératrices de malaise, de mal-être, de souffrance. L’heure est grave, Madame la Présidente !

Ce vendredi, alors que le portail est resté fermé à vos agents, aux femmes et hommes venus pacifiquement à votre rencontre, et qui ont trouvé en lieu et place quatre fourgons de gendarmes équipés de gilets pare-balles et doublement armés chacun, nos organisations syndicales recevaient un courriel dématérialisé, proposant une rencontre avec l’ensemble des organisations syndicales le 29 mars prochain, soit 18 jours plus tard…

Nous relevons que cette date interviendra après le vote du budget, et après votre décision de renouvellement de contrat. Peu de marges de manœuvres seront donc laissées à la négociation, il nous faudra, encore une fois, prendre acte.

Nous relevons surtout que cette réunion s’adresse à un ensemble d’organisations syndicales, et n’intervient donc pas en réponse à l’Intersyndicale et au mouvement de grève qu’elle a réalisé.

Si les problématiques que nous portons nous concernent tous, et qu’il va sans dire que nous échangerons bien volontiers ensemble sur ces sujets, et qu’ainsi vous pourrez sans conteste compter sur notre présence, nous insistons pour que vous accordiez à l’Intersyndicale un temps d’échange dédié, en réponse à nos demandes d’audiences successives, qui interviendrait nécessairement en amont de votre réunion en Assemblée plénière prévue ce 18 mars 2022.

Nous vous avons clairement apporté la démonstration ce vendredi 11 mars que notre mouvement de contestation se fait sans violence aucune. Soyez donc assurée, et nous vous la réaffirmons ici, de notre volonté d’agir dans un climat d’apaisement, à vos côtés.

Souhaitant vous avoir éclairé sur nos attentes précises, et sur notre conception du dialogue social, nous vous prions de bien vouloir recevoir, Madame la Présidente, l’expression de nos sentiments distingués.

L’Intersyndicale de la Région Réunion
SAFPTR – FO – SNUTER FSU »

6 Commentaires

  1. Que les revendications doivent être recevables,pas question d intégrer des contrats illégaux , toutes intégrations devraient être justifiés ,selon les réels besoins du fonctionnement des services ,pas d emplois de complaisance.

  2. Que les revendications doivent être recevables,pas question d intégrer des contrats illégaux , toutes intégrations devraient être justifiés ,selon les réels besoins du fonctionnement des services ,pas d emplois de complaisance.

  3. Où était la SAFPTR sous le « regime » de Didier Robert quand celui-ci a détruit des vies??? Les arrangements en coulisses???
    La FSU défend un Harceleur pervers narcissique qui est mis en examen et qui pour sa part tente de négocier avec l’autorité de retirer toute sanction envers ce harceleur voir même le mettre en valeur!!! Jean-Jacques Morel qu’avez-vous fait sur cette problématique quand l’ancienne majorité était en place et que vous en faisiez parti?

  4. sous Robert des innocents ont été remerciés et vous avez vu la MALÉDICTION de dieu! il a fini au tribunal pour 6800€ net mensuel avec des comptes séquestre fantôme. komkoi bondié i dort pas pou robert et la pokor fini. mi prie matin midi et soir pou woir out fin com ou la mette mon l’estomac vide, bondié va rende à ou pire

  5. sous Robert des innocents ont été remerciés et vous avez vu la MALÉDICTION de dieu! il a fini au tribunal pour 6800€ net mensuel avec des comptes séquestre fantôme. komkoi bondié i dort pas pou robert et la pokor fini. mi prie matin midi et soir pou woir out fin com ou la mette mon l’estomac vide, bondié va rende à ou pire

  6. Syndicat corrompu ? il est loin l époque ou on défendait les vrai travailleurs et les valeurs de la republique……… négociateur misouque oui…, ;*

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Etang-Salé : « Je me suis vue perdre les trois hommes de ma vie »

Article suivant

Violences conjugales : sorti de prison en septembre, il y retourne après avoir tabassé sa femme

Free Dom