L’intersyndicale dénonce « un manque de dialogue social » à la mairie de St-Benoit (VIDÉOS)

2 min de lecture
4

Les représentants de quatre syndicats (Jean-Daniel Turin pour la CFDT, Alexandrine Duchemane-Araye pour l’UNSA, Patrick Montauban pour le SAFPTR et Blandine Lebeau pour la CGTR) ont tenu une conférence de presse ce mercredi 27 septembre, aux environs de 17 heures, afin de dénoncer « le manque de dialogue social » à la mairie de Saint-Benoit ainsi que « le manque de respect des représentants élus syndicaux de la part du maire Patrice Selly, également président du CST, comité social territorial ». A noter que le FSU n’a pas souhaité se joindre à l’intersyndicale.

Ces représentants expliquent qu’un CST a eu lieu ce mercredi 27 septembre dans l’après-midi, un peu avant le conseil municipal prévu le même jour vers 18 heures. Selon eux, « ils ont été mis devant le fait accompli » étant donné que le président du CST « n’en a que faire de leur avis ». Ils rappellent que lors du CST du 22 juin, ils avaient voté contre l’organigramme pour une nouvelle direction. Le président avait 8 jours minimum et 30 maximum pour nous re-convoquer. Cela s’est fait le 4 juillet, mais la convocation n’était pas bonne. Il nous a demandé si on était d’accord pour faire malgré tout la réunion, on lui a dit non. Il a quitté la salle. On a de nouveau été re-convoqué le 19 septembre. On a voulu voir le PV du CST du 4 juillet ».

Selon les quatre représentants syndicaux, « l’avis du CST importe peu au président Patrice Selly. En dépit de nos demandes, de nos multiples, nous n’avons aucun document, aucune réponse à nos demandes. Il nous a fait comprendre que c’est lui qui décide et que notre avis ne changera pas grand chose. Il se dit souverain. D’ailleurs, l’ordre du jour du CST aurait dû être conjointement établi entre le président et les syndicats. Ce n’est pas du tout le cas à Saint-Benoit ».

Ils poursuivent : « le président qui est également le maire de Saint-Benoit nous présente des dossiers au CST sur lesquels on vote contre, mais ces mêmes dossiers, ceux notamment concernant le personnel communal, le fonctionnement des services de la mairie, passent ensuite au conseil municipal, comme si de rien n’était ».

« Ça fait 30 ans qu’on fait du syndicalisme, on a jamais vu ça ! Le président du CST ne respecte pas la loi »

Autre reproche qu’ils font au président du CST : « Ça fait un an qu’on lui demande un bilan des arrêts maladie des agents communaux. Rien, aucun retour ! ». Idem pour les primes concernant le rattrapage de l’inflation qui aurait dû être versée depuis 2022. « On lui a adressé un courrier. Toujours pas de réponse ». Les représentants font également remarquer que « le Rifseep ou régime indemnitaire n’est toujours pas appliqué à la mairie de Saint-Benoit. On a beau l’interpeller sur toutes les questions d’ordre social dans l’intérêt du personnel communal. Il ne nous répond pas. On ne connaît rien. On apprend par la presse qu’il y a des dossiers qui passent au conseil municipal et qui concernent le personnel mais tout cela se fait sans les syndicats représentatifs au sein de la collectivité ».

De gauche à droite : Patrick Montauban, Jean-Daniel Turpin et Alexandrine Duchemane-Araye. (Crédit photos : YM)

Les quatre représentants syndicaux précisent qu’ils vont désormais recourir à la justice, plus précisément au Tribunal administratif et qu’ils ne manqueront pas non d’alerter le préfet sur le non respect de la règlementation en matière de CST par son président Patrice Selly. On nous empêche de faire notre travail. Ça fait 30 ans qu’on fait du syndicalisme, on a jamais vu ça ».

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

4 Commentaires

  1. Porter ces faits en justice point .
    Et surtout rester solidaire arreter de vous tirer dans les pattes .
    Tout le travail fait pour le personnel s est envoler il.ne vous reste qu a mordre vos doigts voter encore selly.

    • Et la nomination d’une DGA contractuelle alors que des fonctionnaires (qui ont été DGA ou DGS et ont le grade) ont postulé, on en parle? Le contrôle de la légalité a validé ? C’est illégal.
      Après l’administratrice territoriale, DGS, qui sera nommée? L’incompétente du Port connue pour ses déboires? Elle n’est pas fonctionnaire et encore moins A+.
      A mi-mandat, il faut un dialogue social et le respect des lois.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Élisabeth Borne a dévoilé son plan interministériel de prévention du harcèlement à l’école(VIDÉO)

Article suivant

Ephéméride et fêtes à souhaiter jeudi 28 septembre 2023

Free Dom