Violences au Lycée Patu de Rosemont : suites judiciaires, fouilles incroyables dans les sacs des lycéens, reportage

3 min de lecture
10

Les suites judiciaires n’ont pas traîné après la rixe qui a éclaté au lycée Patu de Rosemond à St Benoit.

Le jour même : 18 jeunes avaient été immédiatement exclus de l’établissement, et à date, 8 ont été interpellés.

Hier, ils ont été relâchés mais devront répondre de leurs actes devant la justice. Ils ont reçu leur convocation pour des faits de violences aggravées, en réunion et avec jets de projectiles.

Il s’agit d’une bagarre à priori entre les bandes rivales de Fayard (St André) et de Bras Fusil à Saint Benoit.

Le ras le bol de « ceux qui n’ont rien demandé »

Jocelyn, lycéen, a été témoin de cette bagarre et dénonce cette violence qui vient de l’exétieur. « Les jeunes se prennent des coups de galets dans le lycée, je ne tolère pas ça. Nous n’acceptons pas ça. Ce sont des gangs rivaux qui rentrent dans le lycée pour nous violenter. Dans le lycée, on n’est pas en sécurité ! »

Des contrôles toute la journée de mercredi
En réaction aux récents troubles à l’ordre public sur la commune de St-Benoît (caillassage de bus, rixe au sein d’un établissement scolaire, troubles dans le quartier Bras Fusil …), la gendarmerie a mobilisé ses effectifs afin de veiller à la sécurité de la population.
La Compagnie de St-Benoît, appuyée par les militaires du PSIG* et du DSI*, a déployé un total de 17 gendarmes ce mercredi matin afin d’effectuer un contrôle de sacs des élèves arrivant en bus devant le lycée Patu de Rosemont. Ce contrôle avait pour but d’éviter toutes réitérations des violences observées la veille dans la cour de l’établissement et de soustraire d’éventuels objets dangereux détenus par les élèves.

 

Sur les 12 bus contrôlés, les militaires ont pu saisir plusieurs objets, notamment des:
– Stupéfiants ;
– Mousquetons et goupilles servant de poing américain transperçant.
Les gendarmes de la compagnie de Saint-Benoît renforcés de réservistes du PSIR* maintiendront une présence quotidienne aux abords des zones sensibles dans les prochains jours.
*PSIG: Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie
*DSI: Détachement de Surveillance et d’Intervention
*PSIR: Peloton de surveillance et d’intervention de la Réserve

10 Commentaires

  1. Je plains les enseignants… c’est leur quotidien et le grand public semble découvrir que ces anges n’en sont pas
    il faut les matraquer
    envoyer à l’armée direct en Ukraine

  2. Oh les gentils petits lycéens. Quelle belle génération. Ah çà va faire de bons délinquants. Un bel avenir s’ouvre devant eux. Heureusement que les allocs ont permis de bien les éduquer.

  3. met enkor la pa assez. trop belle , disons le Bronx version outils bon marché. génération en vogue de nouveauté avec matos la crise et herbes sauvages.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

A St Louis, un forcené de 62 ans a menacé de faire exploser son appartement

Article suivant

Piratage : Google émet un avertissement pour les utilisateurs de Chrome

Free Dom