/

Macron, la Région, la Réunion et les multinationales : « l’amour lé doux ! »

22 min de lecture
9

En cette période de campagne électorale qu’on pourrait encore appeler la période des bonnes affaires, la générosité gouvernementale n’est manifestement pas un vain mot. 440 M€ (rien que ça !) lâchés en une signature, en un trait de plume. Cadeau d’Emmanuel Macron à la Région ? A n’en pas douter, un geste significatif, conséquent qui permettra de finir cette route commencée en 2014 et ne menant pour l’instant nulle part, alors que nous sommes déjà en 2022. Une belle manne financière aussi pour les multinationales. J’y reviens dans quelques instants.

Mais avant tout, je tiens à préciser que ce n’est pas un édito. Loin de moi cette prétention. On appellera ça mon « Ti Kozman » du vendredi, tout comme il pourrait y avoir « un Ti Kozman » du lundi ou d’un autre jour, en fonction tout simplement de l’actualité. A travers de ce terme générique que je qualifie de « Ti Kozman », je vous ferai part soit de mon « ti fon’ ker » ou alors de mon « coup d’patte ». Ça dépendra des sujets d’actualité. Pas envie à, l’instar de certains rédacteurs, d’épancher mes états d’âmes sur la place publique, de régler mes comptes personnels dans un ramassis de « ladilafé » ou un tissu de mensonges voire même le plus souvent d’insultes complètement contre-productifs en appelant ça « édito ».

Mon « Ti Kozman » se veut être un regard objectif porté sur des faits d’actualité. Je ne ferai pas comme certains de mes confrères qui changent d’opinions comme on peut changer de culotte, au gré des changements de majorité intervenus dans les collectivités ; Des médias qui, hier encore, se prosternaient devant Didier Robert (ancien président de Région), buvaient ses mots comme des paroles d’évangile, étaient à fond derrière lui pour soutenir le projet Digue de la NRL (Nouvelle Route Nationale) et les transporteurs « amis » de l’ancien exécutif régional, et qui, aujourd’hui, torpillent ces mêmes transporteurs qui, depuis mercredi dernier, manifestent devant la Région (sans Caroupaye et sans Mongin ; ce dernier ayant des soucis de santé qui l’ont éloigné de la sphère publique depuis plus d’un an).

Pas question de virer casaque pour ma part. J’observe, je constate et je commente sans insulter. Que ça plaise ou pas ! Je commenterai sans me prendre la tête avec la politique, parce que tout ce qui se passe, vous l’aurez compris, ce n’est que de la politique, rien que de la politique. Et à trop vouloir se prendre la tête avec la politique, on finit vite par « gagne mal de tête ». La politique, c’est comme la vie, faut la prendre comme elle arrive. Croyez-en mon expérience d’observateur depuis un peu plus de 30 ans. Et surtout, n’essayez pas de contredire un élu, de lui faire comprendre que du temps où il (ou elle) se trouvait dans l’opposition, il ne pensait pas, ne voyait pas les choses de la même façon. Il s’obstinera auprès de vous, vous regardera avec des gros yeux et vous fera comprendre que vous avez dû mal écouter, donc vous avez mal entendu. Non, l’élu n’aura jamais rien à se reprocher. Il sera toujours persuadé d’être en cohérence avec ce qu’il a dit hier, ce qu’il dit aujourd’hui.

« Un accord historique qui n’est autre qu’un bon compromis politique dans lequel tout le monde est gagnant : Huguette Bello vis-à-vis des anti-carrières, les Réunionnais avec la fin financièrement garantie de la NRL et les multinationales qui récupèrent le chantier »

Je reviens à présent – et n’y voyez aucune transition avec ce qui précède – sur cet « accord historique », le fameux « Matignon 3 » signé, mercredi matin, par Huguette Bello, la présidente de Région et Jean Castex, le Premier ministre, en présence du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu et d’autres élus. Matignon avait en effet invité, outre les présidents des deux principales collectivités, les 11 parlementaires, ainsi que le président de l’Association des maires de la Réunion (AMDR), les maires des deux communes concernées par la NRL (Nouvelle Route du Littoral), à savoir Saint-Denis et La Possession. Comme vous avez pu le voir dans la presse (tous médias confondus) Huguette Bello, bien entendu, mais aussi Cyrille Melchior (président du Département), Serge Hoareau (AMDR), Brigitte Adame (représentant la maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts), les députés Jean-Hugues Ratenon et Karine Lebon ont fait le déplacement à Paris. Le sénateur (En Marche) Michel Dennemont se serait fait un immense plaisir d’honorer l’invitation du chef du gouvernement, mais testé positif au Covid, il n’a pas pu prendre l’avion. Tous les autres parlementaires ainsi que la maire de la Possession, Vanessa Miranville, ont décliné l ‘invitation du Premier ministre. Huguette Bello s’était entourée de son 1er vice-président Patrick Lebreton et du vice-président aux Grands Travaux, Jacques Técher. C’est bien Matignon qui s’est chargé des invitations Karine Nabénaza, également vice-présidente de Régjon, présente lors de la signature, avait surtout effectué le déplacement pour la signature, dans l’après-midi du mercredi, du PACTE pour l’emploi avec la représentante du ministre du Travail, soit près de 70 M€ en faveur de la Région. C’est Noël !

Je ne vais pas jouer aux rabat-joies, à ceux et celles qui aiment ressasser le passé, qui se plaisent à rappeler certaines déclarations des uns et des autres qui maudissaient parfois publiquement mais souvent en privé les multinationales du temps ils (ou elles se trouvaient dans l’opposition), qui accusaient presque l’ancien président de Région (qui n’est pas mon ami) de privilégier ces mêmes multinationales en faisant tout pour qu’elles décrochent la carrière de Bois Blanc afin de terminer la NRL en grâce aux roches massives censées se trouver dans cette même carrière. Je ne vais pas non plus rappeler que les opposants ont souvent mis les bâtons dans les roues pour freiner des quatre fers l’avancement de ce chantier en reconnaissant publiquement avoir financé certaines associations écologistes. Certains opposants, avec des mots à peine voilés, avaient même laissé entendre que l’ancien exécutif et deux ou trois de ses élus proches auraient sans doute bénéficié de dessous de table tant ils soutenaient les multinationales. Un transporteur avait lui aussi déclaré qu’il y avait eu « plus de 100 millions d’euros de pots de vin » sur les anciens marchés dont l’attribution fait toujours de procès rangé pour l’instant dans les tiroirs… Des mots et beaucoup de maux aussi. Je n’y reviendrai pas.

C’est y pas beau ça ! Des Mélenchonistes, Macronistes et Hidalgoïstes main dans la main autour du Premier ministre et du ministre des Outre-mer d’Emmanuel Macron pour faire avancer la Réunion, au-delà de tous clivages politiques.

Difficile d’avancer si on regarde derrière. L’avenir se trouve devant. Et, selon que l’on se trouve dans l’opposition ou dans la majorité, le langage varie, évolue, change et peut passer du tout au tout. Après tout, à en croire celles et ceux qui sont aujourd’hui aux commandes, les multinationales n’ont pas la gale. Qui a bien pu soutenir une telle idée ? Faut être un peu « zinzin» pour penser ainsi, non ! En tout cas, sur la belle photo de famille (voir ci-dessus) prise mercredi à Matignon pour immortaliser ce moment « historique », Huguette Bello, Karine Nabeneza et tous les autres étaient tout sourire, et très contents de la signature de cet accord financier portant sur « le choix courageux » du viaduc. De toute façon, le Premier ministre a bien fait comprendre que le financement est consacré uniquement au viaduc. Autrement dit, le gouvernement a accepté de financer la fin du chantier à hauteur de 50% parce que la Région, à travers sa présidente, a choisi « courageusement » l’option du « tout viaduc ». Des travaux qui seront menées par les multinationales, et non par les entreprises Hoarau-Payet ou Fontaine-Grondin. C’est clair comme l’eau de roche (sans jeu de mots). Des multinationales à la tête desquelles se trouvent les grands patrons du CAC 40, très proches du pouvoir national.

« Et si Castex pouvait s’exprimer en créole, il aurait certainement glissé, juste après la signature de « l’accord historique », à l’oreille de Mme Bello, la Mélenchoniste convaincue : « oublie pas un ti bulletin quand même pou Macron au second tour de la présidentielle en avril ! »

Le gouvernement donnera ainsi des centaines de millions à la Région Réunion qui les redonnera  aux multinationales. « Un main i lave l’autre », comme on dit en créole. Huguette Bello a trouvé le bon compromis. Pas touche à nout’ roches, donc pas touche à la carrière de Bois-Blanc (c’était une de ses grandes promesses électorales). Le gouvernement l’a bien entendue. Il n’y aura plus de forcing de la part des autorités locales dont le préfet, comme du temps de Didier Robert, pour ouvrir Bois Blanc. En revanche, faudra aussi oublier les andains. La fin de la route, oui ! La participation financière de l’Etat, oui. Mais à condition que ce soit le viaduc. Les multinationales ont perdu la carrière, mais elles gagneront le viaduc (et les millions qui vont avec). Et Huguette Bello pourra terminer cette route qui « erre » depuis 10 ans. Didier Robert a commencé, puis n’a plus jamais pu terminer cette route. Huguette Bello est arrivée et l’a fait. C’est du gagnant-gagnant à tous les niveaux pour Huguette Bello, pour le gouvernement si généreux en cette campagne électorale, et pour les multinationales. Le tour est joué. Les travaux peuvent redémarrer. La majorité régionale peut se vanter d’avoir remis la NRL « sur de bons rails ». Huguette Bello a remercié le gouvernement et, indirectement, le Président Macron. Un beau discours, avec de la hauteur, au-delà des clivages politiques, pour l’intérêt général. Le gouvernement n’en demande pas moins. Et si Castex pouvait s’exprimer en créole, il aurait certainement glissé, juste après la signature de « l’accord historique », à l’oreille de Mme Bello, la Mélenchoniste convaincue : « oublie pas un ti bulletin pou Macron au second tour » de la présidentielle en avril. Il ne l’a pas dit, mais il y a pensé tellement fort qu’Huguette Bello a dû sûrement comprendre le message subliminal. Ce qui est sûr, c’est qu’en signant un tel accord et le PACTE avant la présidentielle, le gouvernement et Emmanuel Macron attendent évidemment un soutien. Si ce soutien ne peut se manifester au premier tour, il ne désespère pas pour le second tour. On imagine mal, même dès le premier tour, après de tels engagements financiers de la part du gouvernement, Mme Bello et ses troupes Mélenchonistes mener une campagne électorale véhémente contre le Président de la République sortant.

Pour revenir à la NRL, la Région, même si elle se sent soulagée, devra malgré tout trouver 420 millions d’euros. Comment faire ? Depuis l’arrivée au pouvoir de la nouvelle majorité, Patrick Lebreton, le 1er vice-président, délégué aux Finances, n’a jamais cessé de faire savoir que « la situation financière de la collectivité est catastrophique », que « le déficit dépasse le milliard d’euros », que « l’héritage de Didier Robert sera très lourd à porter »… Il l’a dit été répété : « La Région n’a pi l’argent ». A se demander si c’est « vrai vraiment » ?

Où trouver les 420 M€ pour terminer la NRL ? « En faisant des économies », laisse-t-on entendre du côté de la pyramide. Paraît-il, la DGS (Directrice Générale des Services) Claudine Dupuy (la sœur de mon ami Pierrot) sait très bien y faire. Elle avait déjà mené ce travail de redressement financier du temps où elle était aux commandes de l’administration du TCO, en compagnie du financier John Gangnant, récemment recruté à la pyramide. La Région ira chercher ces économies sur les charges de Fonctionnement. Moins de renouvellement de contrats. D’où le mouvement de grève déclenché il y a deux semaines par l’intersyndicale. Une première dans l’histoire de la collectivité régionale. Elle ira chercher aussi du côté de la continuité territoriale (avec une aide non plus tous les ans, mais tous les 3 ans avec participation plus importante de l’Etat via Ladom).

Mais ce ne sera pas sans cris, car difficile de faire une omelette sans casser des œufs. La collectivité ne sera pas à l’abri de quelques secousses ou grincements de dents dans les jours, semaines à venir.

Elle s’est fixée un cap et fera tout pour s’en tenir, y compris dans la douleur, s’il en va ainsi de l’intérêt général et de l’avenir de la Réunion. C’est aussi le message d’Huguette Bello en direction des transporteurs qui bloquent la pyramide depuis mercredi et qui exigent l’achèvement de la NRL en digue. « Pas question », dit la présidente. Ce sera le viaduc, point barre ! Huguette Bello, celle qui a osé claquer la porte au nez du « grand » Paul Vergès – feu patron incontesté du PCR – n’a pas l’intention de se laisser conter fleurette par « deux ou trois transporteurs». Elle ne courbera pas l’échine devant les manifestants, ne capitulera pas d’autant que, cette fois ci, les transporteurs sont divisés avec d’un côté ceux qui réclament la digue pour finir la NRL et, de l’autre, ceux, nombreux, qui comptent sur les importants travaux routiers à venir de la Région, comme la réfection de la route de Cilaos et les autres gros chantiers de BTP pour amortir leurs gros camions.

On en saura un peu plus sur les projections financières de la Région, ce matin, à l’occasion de l’assemblée plénière consacrée justement au Budget Primitif 2022.

Y.M.

([email protected])

9 Commentaires

  1. Mdr…alors le champagne et le caviar etait bon o mariage de ton pote mr fontaine en plein mesure de restrictions…on s’en rappel de ton article pour défausser les invités hein…geste barrières respecté lol…

    • Je ne comprends pas M Montrouge. Les multinationales qui ont la mise sur la grande distribution, le secteur de l’énergie locale et la liste est très longue, ça ne le dérange pas mais quand il s’agit de la NRL on découvre quelles sont là.

  2. Mi moukate pas , mais mi pense que mi te pas la seule à compter combien demoun te en déplacement pour signe un Chèque Matignon . L avenir va dire à nous si la été payant aux échéances électorales

  3. Si quelqu’un parlait de 100 millions de pots de vin pour le précédent marché selon l’article , on ne change pas des méthodes qui fonctionent , a t’on les nouveaux chiffres pour le nouveau marché ?

    • C’est grave d’entendre 100 millions de pot de vin! Monsieur le procureur devrait s’en saisir car laisser passer serait une faute grave de la justice

  4. Puisque les travaux publics sont désormais privés, il reste à La Région à engager les avocats qu’il faut (il y en a) pour que les multinationales ne siphonnent pas l’argent public.

  5. La grosse différence entre Bello et Robert c’est que l’un se déplaçait avec un « pot de colle » pour bat karé et l’autre avec ses élus pour l’intérêt de la population. La preuve robert que ne passait plus dans les hautes sphères , d’autant plus surveillé avec les nombreuses affaires judiciaires alors que Notre Presidente Bello et son équipe ont réussi en 8 mois à soulever des montagnes pour cette signature exceptionnelle afin de finir cette demi-route qui ne mène nulle part. chapeau bas Madame, votre com’ est bien au dessus de la précédente qui n’était que dans la figuration et le mensonge à outrance. ça meme nous, population, la jette robert et ses bras cassés, en grande partie…….

  6. Johane vous avez un problème avec le pot de colle de robert ,Mme bello y ca va place a ou la region pour service rendu pendant la campagne électorale de toute facon c’est ce qui est entrain de se passer en ce moment, des recrutements clientélisme meme si la personne n’a aucune compétence et il se dit qu’il faut enleve tout les termites dans la pyramide, mais pour remettre cafard

  7. il se dit monsieur Yves que l’une des épouses de robert a effectué plus d’une centaine de voyages & que le dossier serait dans les mains de la justice? qu’en est – t’il? dans votre édito pourriez-vous nous éclairer Monsieur YMR sur cette affaire ? la nouvelle gouvernance pourrait-elle éclairer les lecteurs assidus de FreedomOfficiel sur ces voyages ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La Fête du court métrage continue ce week end avec des projections dans 16 villes

Article suivant

Colis, lettres, « la prise en otage » continue, toujours des retards inexpliqués à l’arrivée à La Réunion

Free Dom