Macron n’est plus « Didier Robert-compatible »

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

« En même temps » (pour reprendre une expression chère au Président de la République), il fallait être un peu naïf – pour ne pas dire plus – pour penser que le déplacement d’Emmanuel Macron dans notre île, en deux jours, allait changer notre vie. Fort heureusement, je ne fais pas partie de cette catégorie. Pour avoir assisté déjà à une douzaine de visites présidentielles dans le département en tant que journaliste, je ne me faisais pas d’illusion en sachant qu’il s’agit bel et bien d’un Président de la République et non d’un magicien. S’il avait été doté d’une baguette magique, on l’aurait quand même su depuis bientôt deux ans et demi. Mais toute personne ayant la tête bien vissée sur les épaules le savent pertinemment.

Celles et ceux qui pensaient donc que le chef de l’Etat, en deux jours et demi de visite à La Réunion, allait supprimer d’un coup de plume l’URCOOPA, virer la directrice et les directeurs de l’ARS (Agence Régionale de la Santé), ordonner le rachat de Vindémia par GBH tout de suite en s’asseyant sur l’Autorité de la concurrence, couper la tête aux responsables de certaines coopératives, envoyer à Domenjod Nassimah Dindar et tous les élus qui font de l’ombre au patron de la pyramide… sont forcément restés sur leur faim.

Idem pour celles et ceux qui croyaient mordicus qu’Emmanuel Macron, à l’occasion de son séjour dans l’île, allait « supprimer l’octroi de mer » et « diminuer la sur-rémunération » (j’ai lu cela sur un site internet local). Je comprends que toutes celles et tous ceux – journalistes y compris – qui avaient fait la boue avant la pluie en laissant croire qu’ils étaient dans les petits papiers des conseillers de l’Elysée, puissent être déçus, pour ne pas dire frustrés et donc en colère.

Idem pour les politiques dont certains ont poussé l’audace – via une interview d’une page dans la presse régionale subventionnée – jusqu’à aller demander la tête d’une ministre, celle des Outre-mer Annick Girardin en l’occurrence et ce, trois jours seulement avant l’arrivée du chef de l’Etat dans l’île. La déception devait effectivement être accablante. C’est tout à fait compréhensible. Idem enfin pour ces élus qui s’attendaient à ce que le Président de la République annonce publiquement une rallonge financière à la NRL ou un budget pour la continuité territoriale. Les visites présidentielles se suivent en Outre-mer mais ne se ressemblent pas. Jugez-en vous-mêmes !

“Les mamours de la Guyane, c’est de l’histoire ancienne”

Il y a deux ans, quasiment jour pour jour – c’était un 26 octobre 2017 – Emmanuel Macron s’était rendu en Guyane dans le cadre de la 22ème Conférence des RP (Régions Ultra-Périphériques). Didier Robert, président de Région, était assis au premier rang. Le Président Macron, briefé par son conseiller Outre-mer Stanislas Cazelles, n’avait de yeux que pour Didier Robert. Il l’avait cité à deux ou trois reprises dans son discours. Le président de Région était visiblement aux anges. Dans ses valises, il avait embarqué quelques journalistes de La Réunion – tous frais payés- pour rendre compte de son travail au sein des RUP et de sa côte de popularité auprès du Président Macron. Free Dom et Imaz Press n’étaient pas de la partie. Pas invités. Plutôt évités même !

Bizarre, personne parmi nos confrères locaux, ne s’en était ému, alors que, faut-il le rappeler, ces déplacements étaient payés avec l’argent de nos impôts. Bref, passons !

Fort de ce soutien présidentiel et de l’appui du cabinet de l’Elysée où il avait ses entrées, y compris du côté de Matignon, Didier Robert s’était senti pousser des ailes, au point de défier la droite locale lors de l’élection pour la présidence du Département, en décembre de la même année, en poussant Jean-Claude Lacouture face à Cyrille Melchior, candidat de la droite unie et du centre de Michel Fontaine-Nassimah Dindar-Virapoullé-Sinimalé-Thien-Ah-Koon… Victoire de Cyrille Melchior. En colère, Didier Robert déchire publiquement sa carte « LR » (Les Républicains) et qualifie certains élus locaux de la droite de « vieux monde » et de « dinosaures ».

Didier Robert En Marche ? Il n’y a quasiment plus de doute. Dans ses discours, il ne cesse de mettre en avant les relations qu’entretiennent la Région qu’il préside avec le gouvernement et, plus encore, avec Annick Girardin, la ministre des Outre-mers. Lors de la restitution des Assises de l’Outre-mer et du Livre Bleu qui en découle, en juin 2018, la présence du président de Région aux côtés du Président de la République crève l’écran. Emmanuel Macron ne manque d’ailleurs pas une occasion de repasser une couche à Didier Robert en déclarant notamment que « la NRL est une priorité de l’Etat ».

Stéphane Bijoux au ministère des Outre-mers ? 

Deux ans et demi plus tard, la donne semble avoir considérablement changé. Octobre 2019, visite d’Emmanuel Macron à La Réunion (du 23 au 25), le premier déplacement depuis qu’il s’est installé à l’Elysée. Le président de Région se lance dans une attaque en règle contre Annick Girardin « qui n’a pas tenu ses promesses ». Indirectement, il fait comprendre à Emmanuel Macron que cette ministre là ne fait plus l’affaire et qu’elle ne serait plus à sa place rue Oudinot. Même tonalité du côté de la presse « régionale » subventionnée dont certains relayent abondamment un article du Canard Enchaîné ciblant Annick Girardin. Le Président Macron n’est pas dupe. A sa descente d’avion, à Gillot, le mercredi après-midi, 23 octobre, il plante d’emblée le décor car il n’a guère l’intention de céder au chantage et à la pression qui plus est, de la part d’un élu qui, électoralement parlant, ne dispose d’aucune base solide, à l’exception sans doute de trois petites communes de l’île : Saint-Philippe, Salazie et l’Entre-Deux.

La réplique ne se fait pas attendre : « quand on s’attaque à un ministre, on s’attaque au Président », lâche fermement Emmanuel Macron sur le tarmac de Roland–Garros. Il passe devant Didier Robert, le salue très rapidement, avant de s’attarder tout sourire devant Cyrille Melchior, président du Département, en lui tenant chaleureusement les mains. Mme Girardin, qui effectue le déplacement avec le Président de la République, à l’instar des ministres de l’Agriculture (Didier Guillaume) et du Travail (Muriel Pénicaud), fait la bise – comme à son habitude – à quasiment tous les élus locaux présents, sauf à Didier Robert. C’est nouveau ça ! Elle n’a pas supporté le « coup bas », cette « tentative de déstabilisation » gros doigt, et le fait savoir. Le Président de la République est plus que jamais solidaire avec sa ministre des Outre-mers qu’il ne cessera d’ailleurs de citer en exemple, pour avoir su mettre fin à la crise des gilets jaunes, en novembre 2018 en allant au devant des manifestants au plus fort de la manifestation, chose que n’a pu faire aucun élu local, à commencer par le président de Région. Rappelons que c’est l’annonce de l’augmentation de la taxe régionale sur les carburants qui avait mis le feu aux poudres. La crise aura duré deux semaines dans notre île.

Tout au long de sa visite dans notre département durant ces deux jours et demi, le Président de la République aura tout fait pour mettre en avant des « élus constructifs », comme on a pu l’entendre à la Nordev mercredi soir, ainsi que lors de la séquence « Emploi/Formation/Insertion » chez Joseph Sinimalé à Saint-Paul ou encore au pique-nique de Grand-Anse, lors de la séquence agricole, où il a été reçu par Cyrille Melchior, par Serge Hoareau, le vice-président du Département, par Michel Fontaine, président de la Civis et par Frédéric Vienne, président de la Chambre d’Agriculture. Sans compter que Nassimah Dindar ne lui a pas lâché les baskets. Mais il a semblé en prendre plaisir.

Didier Robert, lui, s’est fait représenter dans le Sud par Virginie K/Bidy. Philippe Creissen (l’avocat) et Ranjit Camalon y étaient en tant qu’invités de La République En Marche ! (LREM !).

A Saint-Paul, le président de Région, s’est fait discret, presque tenu à l’écart. Joseph Sinimalé, maire, a eu le privilège de faire une partie du trajet dans la voiture d’Emmanuel Macron jusqu’à la Mission Locale de l’Ouest pour échanger avec le chef de l’Etat. Joseph Sinimalé a ses entrées aujourd’hui à l’Elysée via Dominique Perben, ancien ministre de l’Outre-mer du gouvernement Balladur (1993-1995), ancien ministre de la Fonction Publique d’Alain Juppé (1995-1997), ancien ministre de la Justice de Jean-Pierre Raffarin (2002-2005) et ancien ministre des Transports de Dominique de Villepin (2005-2007). Emmanuel Macron a fait appel à ses services pour l’aider en tant que conseiller pour l’Outre-mer.

Le Président de la République qui est donc aujourd’hui mieux informé de la situation politique réunionnaise sait aussi qu’à Saint-Paul, Didier Robert a mis un candidat, en la personne d’Alain Bénard, dans les pattes de Sinimalé, le maire sortant, encarté « LR » mais qui n’est pas fâché avec « En Marche », car partant du principe que tout élu de la République doit, dans l’intérêt de son île, travailler avec le Président de la République et le chef du gouvernement, quelle que soit l’étiquette politique, une fois les élections terminées, conformément au respect du suffrage universel. Aux Camélias, pour la visite surprise, les services de l’Elysée ont fait bien entendu appel au maire de la commune Gilbert Annette – qui, soit dit en passant, en a pris pour son grade avec les jeunes présents – mais aussi à Nassimah Dindar, la sénatrice et présidente de l’UDI, candidate aux prochaines municipales à Saint-Denis. Rien n’est fait au hasard du côté des services de l’Elysée. Tout est à décoder. Didier Robert n’était pas aux Camélias. A-t-il été convié ? Rien n’est moins sûr ! Une chose est sûre : au vu du déroulement de la visite présidentielle, suite à son attaque en règle concernant Mme Girardin, on peut dire que le président de Région s’est politiquement « grillé » avec le pouvoir en place, qu’il s’est lui-même tiré une balle dans le pied. Raison pour laquelle, il a été « bordé » durant ces deux jours et demi par Macron. Qui lui a bien pu conseiller une telle « sortie gros doigt » contre la ministre des Outre-mers, qui a toute la confiance du Président de la République ? Il a été dit dans les coulisses de cette visite présidentielle que cela pourrait s’expliquer par la volonté du président de Région de « pousser » son ami Stéphane Bijoux, l’actuel eurodéputé « En Marche », rue Oudinot, à la place de Mme Girardin. Rumeur ?

Des perspectives intéressantes, mais pas de quoi casser 3 pattes à un canard !

Alors, quel bilan tirer de cette première visite d’Emmanuel Macron dans notre île ? C’est mi-figue, mi-raisin dans le sens ou tout être sensé savait que ce déplacement n’allait pas transcender notre quotidien, qu’il n’allait pas changer fondamentalement la donne en deux temps-trois mouvements. Comme j’ai eu l’occasion de le dire plusieurs fois en direct sur le plateau d’Antenne Réunion, une visite d’un Président de La République n’est jamais une mauvaise chose. Au contraire. Un chef d’Etat qui se déplace avec dans ses bagages pas moins de quatre ministres, et non des moindres, (Agriculture, Travail, Outre-Mer et Economie), ne vient pas faire du tourisme. Le Président de la République est venu écouter, prendre la température, même s’il connaît déjà, à travers le ministère des Outre-mers, les problèmes auxquels sont confrontés les régions ultramarines en général et La Réunion en particulier. Au-delà des clichés habituels, des rituels dont son friands les confrères de la presse nationale toujours en quête d’images tropicalisées telles que les séquences selfies, « pesée » des marmailles, petits bains de foule avec échanges en live avec la population, il y a eu quelques annonces. Pas de quoi casser trois pattes à un canard certes, mais si celles-ci parvenaient à se concrétiser, il pourrait ouvrir de belles perspectives : la recentralisation du RSA, par exemple, avec possibilité de cumuler cette allocation avec une activité saisonnière partielle en fait partie. Ce dossier est porté par le Département de Cyrille Melchior. L’activation des dépenses passives (à l’époque, le RMI) figurait déjà dans le Plan de Développement Actif (PDA) proposé en 1992 par le triumvirat Sudre-Lagourgue-Vergès du temps où Camille Sudre, patron de Free Dom, présidait la pyramide inversée, avant que son élection ne soit annulée, un an plus tard, par le Conseil d’Etat. Dans les années 1990, le député Jean-Paul Virapoullé avait également émis une telle proposition. Mais le problème en politique, c’est que les Présidents de la République, les gouvernements, passent et les projets aussi constructifs soient-ils trépassent. A l’instar du projet tram-train qui a été jeté à la poubelle au profit de la NRL dont on ne sait plus aujourd’hui quand est-ce qu’elle va finir. A propos de la NRL, une discussion qui aurait eu lieu entre le Président de la République, son chef de cabinet et la ministre des Outre-mers circule depuis hier. Cet échange aurait été « captée » par l’une des personnes présentes. Le e chef de l’Etat aurait dit : « lorsque j’ai appris qu’on avait fait le choix de la digue et attribué le marché au consortium, sans au préalable anticiper sur les matériaux, je me suis dit que c’est une blague ! »… Et Emmanuel Macron, poursuivant la discussion avec ses interlocuteurs toujours au sujet de la NRL, aurait ajouté : « de toute façon, on dira, à juste titre, que la Région devra assumer ses responsabilités au même titre que le consortium, qui s’est malgré tout engagé à l’approvisionnement des matériaux et que les services de l’Etat s’emploieront à faciliter d’autres solutions d’extractions de matériaux pour que cette route soit achevée… En tout cas, voilà un dossier sur lequel l’Etat est passé à côté. Et c’est regrettable ! ». Info ou intox ? Cela dit, à quelques mots près, c’est plus ou moins ce qu’a précisé Emmanuel Macron sur la NRL lorsqu’il a été interrogé par Antoine Hasler (Antenne Réunion) et Emmanuelle Haggai (Réunion La 1ère), jeudi soir, à la préfecture.

Je ne vais pas ici rappeler toutes les mesures annoncées par Emmanuel Macron durant son déplacement (les 700 millions d’euros durant 3 ans pour l’emploi, la formation et l’insertion ; Le plan sanitaire contre la leucose ; Le Fonds d’actions de 45 M€ pour la stratégie agricole ; La création d’une commission pour préparer la canne de l’après 2021… et le vaste chantier de l’ouverture de La Réunion sur l’Indo-Pacifique), mais si le suivi se fait correctement pour qu’elles puissent se concrétiser, ce serait déjà un pas en avant.

Ce qu’on retient également de cette visite, d’un point de vue purement politique cette fois, c’est que le Président de la République (qui n’en est pas moins le fondateur d’En Marche en 2016) souhaite travailler avec des « élus constructifs » qu’ils soient « En Marche » ou pas, des élus qui travaillent dans un intérêt collectif, des élus qui n’ont pas un ego démesuré et qui ne se prennent pas pour les rois de La Réunion ou le centre de la terre, des élus qui soient à l’image de Cyrille Melchior, homme consensuel, non sectaire, qui bosse avec toutes les communes, tous les maires, sans exception (comme on a pu le voir pour le Pacte de solidarité territoriale-PST) parce qu’il est conscient que l’argent qu’il gère n’est pas le sien mais bien celui des contribuables. Son projet « Agripéi » conçu avec son vice-président Serge Hoareau, maire de la Petite-Ile, ainsi qu’avec le monde agricole, a été montré en exemple.

Je le dis et le répète, avant d’être taxé de « Macroniste » par la presse régionale subventionnée, Emmanuel Macron n’a évidemment pas, durant son séjour, multiplié les petits pains et les poissons. De même que les souffrances qui résultent d’un héritage de plusieurs décennies (aussi bien de la droite que la gauche) vont continuer ; La vie ne sera pas moins chère ; Le pouvoir d’achat ne sera pas plus élevé (en tout cas, pas dans l’immédiat)… mais si tous les élus se décidaient à « mette la main ensamb » et faire en sorte de « tien bo largu’ pas » en sortant des sempiternels règlements de comptes personnels et des calculs politiciens, en utilisant l’argent public à bon escient, en limitant les dépenses de prestige (communication à outrance, voyages et fêtes), en investissant plus dans l’essentiel que dans l’accessoire, les Réunionnais ne se sentiraient peut-être pas aussi « abandonnés ».

En somme, l’Etat a sa part de responsabilité dans la situation économique et sociale qui dure et perdure depuis des décennies, mais les élus locaux, jeunes et moins jeunes, ne sont peut-être pas non plus exempts de tout reproche. C’est ce que l’on a beaucoup entendu durant la crise des gilets jaunes, à la fin de l’année dernière. C’est aussi ce que certains Réunionnais ont rappelé à Emmanuel Macron durant son séjour dans l’île.

Mais ne rêvons pas, ce n’est pas demain la veille que nos élus se mettront autour d’une table pour travailler ensemble au devenir de l’île. Huguette Bello et Jean-Hugues Ratenon ont boycotté le déjeuner républicain du Président de la République à la préfecture pour manifester avec l’intersyndicale dans la rue de Paris. Ils auraient pu, peut-être y aller, afin d’interpeller en direct le chef de l’Etat sur certains dossiers locaux ! N’est-ce pas aussi pour cela qu’ils ont été élus ? Mais à quatre mois et demi des élections municipales, il ne faut pas trop demander. Il y a d’autres intérêts qui passent avant…

Quant à la « militarisation » de la visite présidentielle, c’était incontestablement exagéré. Du jamais vu ! Rageant !

Enfin, un autre point qui a fait couler un peu d’encre, c’est la façon dont la presse locale aura été traitée par les services de l’Elysée, notamment sur la « séquence improvisée » de la visite surprise aux Camélias. C’est évidemment condamnable mais ce n’est pas une première, dans le cadre des changements de programme. Idem pour l’attitude de certains confrères de la presse nationale vis-à-vis de la presse locale. Il y a des cons partout ! De là à en faire tout un fromage… Nos confrères d’Imaz Press Réunion sont systématiquement « évités » par la Région. Free Dom pour sa part est invité de temps en temps, mais pas tout le temps. C’est souvent au gré des humeurs du service Com’. Et je n’ai jamais vu un seul article dans un média local – encore moins dans la presse régionale subventionnée (papier et internet) – pour dénoncer le comportement inadmissible du service presse (ou de la direction de la communication) de ladite collectivité, pourtant respectueuse, paraît-il, du pluralisme, du droit à l’information et de la liberté de la presse ! Un président de collectivité ou une direction de service Com’ a-t-il le droit de choisir « ses » journalistes, comme l’aurait fait le service presse de l’Elysée lors de la sortie aux Camélias ?

Bon allez, pour finir, un peu de gaieté, de bonheur et de lumière dans ce monde d’hypocrites. Merci Soan, « ti marmaille la cour » de nous avoir fait vibrer de ta voix cristalline et d’avoir mis La Réunion en l’air. Merci dame Nature pour le beau spectacle du volcan en éruption. Merci les organisateurs du Dipavali de Saint-André pour cette féérie des lumières qui n’a pas failli à sa réputation samedi soir devant plus de 20 000 personnes venues de toute l’île. Le talent de Soan, la magie du Volcan et du Dipavali, fête fraternelle… C’est tout cela qui grandit notre île. A l’inverse, le spectacle attristant de ces voitures qui crament sur toutes les télés nationales dissuadera à n’en pas douter tout investisseur potentiel de la zone océan Indien ou d’ailleurs de « choose » La Réunion. Bonne semaine !

Y.M.

([email protected]

32
Poster un Commentaire

avatar
21 Comment threads
11 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
15 Comment authors
maillotRepris de justesseDomenjod li arrivepatLa 7ème liste Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Jack
Invité
Jack

Tous les Lundis j’attends avec impatience cet edito ! Voila de l’analyse avec un œil objectif et qui fait un simple état des lieux, contrairement à d’autres presses à la botte du pharaon. Au-delà d’un Emmanuel Macron, c’est LE Président de la république ! Il est du devoir des élus de nous représenter à l’accueil républicain et aux différentes séquences afin de faire remonter nos doléances, sinon ont aurait pas voté pour eux ! Ratenon a eu droit à l’antenne pendant les séquences de EM, et il a fait de la politique j’espère que ça sera comptabilisée dans sa campagne… Lire la suite »

Clindoeil
Invité
Clindoeil

Idem… Merci Mr M. De la lecture en veux tu en voilà !! Et tout est dit clair net et sous-entendu, j’adore lol !!! Non mais sérieux ya de ces trucs qu’on ne sais pas mais lui il dénonce, tip top… A lundi pro

Pino
Invité
Pino

Le peup creve a ou,pour vu que l’accueil républicaine soit respectée des élu(e)(s),les fontaine, robert ,sini,dindar, tak,gonthier doivent etre sanctionner en 2020,ainsi que les petits pions de en marche,même s’ils ne représente rien.

LIFE IS MONEY
Invité
LIFE IS MONEY

ANNETTE Maire, ANNETTE n’est pas un figurant mais présent sur le terrain durant toute sa mandature- becassine foto la cachette durant la visite du Président de la république, bécassine la gagne la zelle , bécassine et ses conseils font tout foirer ah ah ah ha ha ha hi hi hi mouahhhhhhh

Johnatan
Invité
Johnatan

Bel éditorial. Je rajouterai que les jours à venir à la pyramide inversée vont être chouette. Bientôt un scoop ?
Bravo à Melchior pour sa simplicité et son abnégation. C’est un brave bougre et toutes les communes sont mises aux mêmes niveaux d investissements, c est ce qu on attendait depuis un moment de la part d un dirigeant

Noe
Invité
Noe

Le Président a dit : “Je ne suis pas le Père Noël ! Le père Noé est sur Freedom à commenter ….”

Garde a vous !
Invité
Garde a vous !

Certains médias sont aux ordres d’un élu ? Nul doute que Macron a du passer un savon à Didier Robert concernant notamment le fiasco de la NRL et le traitement fait à Girardin. Macron a eu raison. Mais que ces médias pro Macron, lui tirent à boulets rouge parce que Macron a dit en coulisse ce que pensent les Reunionnais, terminer rapidement la NRL tout en restant professionnel et compétent, est plus qu’etonnant. L’alignement des planètes a du plomb dans l’aile pour bat carré de la pyramide à l’envers. Macron ne sait pas fait avoir par cette propagande gros doigts.… Lire la suite »

Ma sorcière mal aimée
Invité
Ma sorcière mal aimée

Stephane bijoux cet opportuniste Ministre! Qui ne s’y connaît nullement en politique! Bref, madame Girardin assure à son poste, qu’en déplaise aux jaloux, aux gros cœurs, aux sorcières spécialisée en selfie gros doigts ! Finalement les crocodiles & zébus sacrifiés à Madagascar c’est de la fumée car le Mal retourne à chaque fois à l’expéditeur …. rions monsieur Montrouge de la bêtise humaine, et Vive MACRON , vive la République, vive la FRANCE

Le.plan C
Invité
Le.plan C

Si Didier Robert a l’appui de st philippe, le maire rattrapé par la patrouille (sic), Salazie, un autre maire qui lui aussi occupe beacoup de fonction, et de l’Entre Deux qu’on ne présente plus dans la rubrique des faits divers.

Didier Robert n’est pas sur d’atteindre 10 % aux Regionales. C’est pour cela qu’il envisage un.plan B ?

C’est un plan C qu’il aura besoin d’elaborer.

Anti mafia
Invité
Anti mafia

Sans compter que Didier Robert est aussi entendu dans l’affaire de harcèlement sexuel à la pyramide en protégeant ses pervers narcissiques dans son cabinet. Il se dit aussi, avec quelques éléments qui circulent, que ce cher traite étroitement avec certaines instances judiciaires pour que cette affaire soit classée sans suite…. Étroitement ??? Attendons la suite….

Justin mon voisin
Invité
Justin mon voisin

Toujours pas de ommunnique de la region. Concernant les piliers défectueux de la NRL ?

Emelyne
Invité
Emelyne

Quand pillier va chaper nou va comprendre que té manque béton dedans

jidé
Invité
jidé

Si Didier Robert a été “bordé” par Macron et sa team, on est pas prêt de voir la NRL achevée. Donc, très mauvaise nouvelle pour lui mais surtout pour les usagers de la route. C’est un dossier technique certes mais éminemment politique, et l’enjeu c’est la future présidence de la Région car DR sera jugée principalement sur ce chantier et en cas d’échec, et ceux qui veulent sa peau, ne vont pas y aller avec le dos de la cuiller. La route en corniche, c’est un peu une route maudite, dès lors que le tracé au dessous falaise a été… Lire la suite »

Zan renée
Invité
Zan renée

Demand’ SOFÈR poukoi la route i fini pa, ou sa lu lé Freedom ? Méte l’avi de recherch , lu promèn en France hexagonal lo pèp i Di

Anti mafia
Invité
Anti mafia

Le chauffeur a sûrement fait son mariage au frais du contribuable il y a quelques années. La collectivité a pris part également aux déplacements de quelques personnes de la famille de la mariée en métropole lors de quelques jours de vacances….

Payet
Invité
Payet

I fé honte woui té oki coma au point de faire mariage dans le pognon du contribuable !!!

Son canard lé noir
Invité
Son canard lé noir

Peut on dire que lencanard de didier robert lé noir ?

Ou encore il y a un karma !

Ou malgré les médias subventionnés, malgré les petites mains (de plus en.pls rares) son avenir est derrière lui.

Le canard is black !

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Snif ! Snif ! Didier ROBERT sent mauvais, on s’écarte…
Et on prend ses distances envers un élu bientôt peut-être en délicatesse avec la Justice !

Anti mafia
Invité
Anti mafia

En délicatesse avec la justice ? Non, la corruption c’est son dada….

Repris de justesse
Invité
Repris de justesse

Robert n’est plus Macron-compatible, car il est Domenjod-compatible !

PNF et justice
Invité
PNF et justice

Le PNF s’occupera de son cas.

Les affaires judiciaires de la NRL sont nombreuses.

Coco
Invité
Coco

Tres bel édito!!!
Enfin les élus tracent pour l’intérêt général et non pour les intérêts de celui qui se croit invincible.
Merci
Donnons une autre orientation aux enjeux électoraux qui approchent à grand pas
Ayons le courage de dire , d’encaisser’ de faire face au peuple ,à tous ceux qui sont en souffrance….
Chapeau bas au maire de st Denis pour le passage aux Camélias et bravo pour le pic nic réalisé dans un cadre magnifique et mettant en avant les atouts en terme de savoir faire de notre petit cailloux plus particulièrement les créations des Femmes entrepreneurs

Pyramide à l'envers
Invité
Pyramide à l'envers

Portes de la sagesse :

Quand ou fait le coq.
Assure toi que ou nana zergots !

Sinon ou lé un chapon a défaut de Kapon.

Le dernier tango à
Invité
Le dernier tango à

Ce qui veut dire les médias subventionnés (déjà commencé) et les petites mains vont critiquer Macron.

@passemoilebeurre

Dinausaure en. er ?
Invité
Dinausaure en. er ?

Didier Robert a critiqué les dinausaures.

Sauf que Victoria, Benard, Morel , Fournel …. ce ne sont pas des jeunes premiers. ?

Nou comprend pi rien.

La NRL y ouvre quand ? 2050 !

CQFD
Invité
CQFD

Didier Robert a été mis au piquet par Macron.

On dit merci qui ?

Et mercéééé

Dreinalui
Invité
Dreinalui

Une équipe de bras cassés au service de la population, preuve le résultat est flagrant aux yeux de tous! Les dinosaures doivent jouir …..

Denis1
Invité
Denis1

Monde d’hypocrites? Vous l’êtes certainement monsieur Montrouge et votre sourire sur la photo de cet article en dit long. Etre a ce point revanchard dd tant de monde est triste et pourtant la region et les autres journalistes ne sont pas exemptés de reproches c’est vrai triste vraiment ce sentiment de vous voir leche bottes

La 7ème liste
Invité
La 7ème liste

Lorsque nous nous sommes présentés aux élections sénatoriales dans le département de La Réunion le 24 septembre 2017 devant le vivier des 1340 grands électeurs, nous avons cru important d’attirer l’attention sur la NRL, car nous savions exactement ce qui allait se passer… (cf. notre profession de foi : trace indélébile désormais). Ce dossier est loin d’être clos. Le président de la République n’est pas un magicien. Il y a eu une accumulation d’erreurs et de mauvaises appréciations depuis les années 2000, à commencer par le tracé et les solutions retenues. À son arrivée à la Pyramide inversée, en mars… Lire la suite »

pat
Invité
pat

En voilà un pseudo-éditorialiste frustré de son ancien poste…. (Chacun I regarde tjrs midi dvt sa porte…) et qui ne fait que de l’information très. ..subjective. ..avec des ladilafé. … du comptoir de commerce. …il détient la vérité celui là bravo…bravo… comme dirait un cirque…si le ridicule tuait… c vrai que la ligne éditorialiste d’une radio qui se revendique 250 000 auditeurs (200 000 radios allumés peut-être et factures EDF…) et 50 000 fidèles et tjrs les mêmes. …auditeurs alors que c tellement difficile d’avoir la ligne paraît t-il …la vie est faite de contradictions… à bon entendeur. ..

Domenjod li arrive
Invité
Domenjod li arrive

La chambre régionale des comptes épingle Didier Robert

Après l’affaire des Musées Régionaux, le Conseil régional et Didier Robert sont à nouveau la cible de la chambre régionale des comptes qui pointe du doigt le dispositif de continuité territoriale qui coûte chaque année près de 60 millions d’euros à la collectivité régionale.

Le président de Région est dans la tourmente avec pas moins de quatre enquêtes préliminaires.

maillot
Invité
maillot

monsieur moin n’aurai aimer écrire comme vous vous savez tellement de chose mi redit ou devrait travail mediapart