Mafate en danger : constructions et traditions menacées au sein du cirque

4 min de lecture

Depuis ce lundi 6 décembre, le projet de loi dit “3DS” (pour différenciation, décentralisation et déconcentration) est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale. L’examen de ce texte est probablement la dernière opportunité de suspendre l’interdiction qui va désormais régir le cirque de Mafate et rendre dorénavant toute construction en son sein impossible.

En effet, la loi ELAN portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique doit entrer en vigueur à compter du 1er janvier 2022, elle prévoit notamment une actualisation de la “loi littoral” avec un encadrement plus drastique des constructions dans les communes ayant un accès maritime. Par voie d’amendement, la Députée Karine Lebon a tenté de repousser de 2 ans son application, pour prendre en compte les spécificités des territoires des “hauts” à La Réunion, en proposant un amendement dans le cadre de la loi “3DS”. Cet amendement a été jugé irrecevable ce qui risque d’entériner l’impossibilité pour les habitants de Mafate de prévoir tout projet d’aménagement, d’extension ou de construction dans le cirque.

La situation de Mafate est extrêmement particulière et mériterait une considération spécifique. Les règles d’urbanisme en son sein y sont déjà très strictes et il n’est
aucunement question de remettre en cause cet encadrement nécessaire d’un point de vue écologique, historique et géographique. En effet, cette zone se situe en « cœur de Parc national” et les habitants obtiennent des concessions non cessibles auprès de l’ONF pour y vivre.

Ce joyau naturel reconnu à l’international abrite près de 1000 habitants et voit passer chaque année plus de 100 000 touristes. Le cirque de Mafate connaît un phénomène important de glissement de terrains, par conséquent il est indispensable de concentrer les habitations des les zones des “îlets”.

Dès lors, il apparaît nécessaire de mettre en place un cadre réglementaire cohérent et adapté pour le cirque de Mafate en permettant certaines constructions car il y est notamment nécessaire de :

– construire et renforcer des écoles ou encore des points de liaison de services publics ;
– permettre de favoriser la “décohabitation” compte-tenu des situations familiales dans les îlets.

La Députée Karine Lebon a sollicité un rendez-vous avec la Ministre Jacqueline Gourault chargée de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales en charge du projet de loi “3DS” pour prendre en compte cette situation.

Le gouvernement se doit de répondre aux inquiétudes légitimes des habitants de La Réunion et de Mafate en refusant qu’un projet édicté depuis Paris vienne menacer l’avenir d’un lieu chargé d’un poids historique considérable. Les habitants de ce cirque sont les descendants des marrons sur notre île et leur imposer une telle interdiction serait d’une injustice et d’une violence historique inouïes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Ligue des champions : un choc Messi (PSG) – Ronaldo (M. United) en huitièmes de finale

Article suivant

La mère de Patrick Lebreton, maire de St-Joseph, est décédée

Free Dom