Malaise à la Fac de Droit : des profs nommés à l’université de la Réunion mais qui enseignent depuis la métropole…

9 min de lecture
23

«Avec la bénédiction du président de l’Université » serait-on tenté de dire, à en croire les étudiants qui en ont ras-le-bol de cette situation. Ils l’ont fait savoir (par mail) récemment à la hiérarchie universitaire. Ils ne comprennent pas pourquoi le président de l’Université, le Pr Frédéric Miranville, « protège » les trois professeurs (deux en Droit et un en Economie) qui n’ont quasiment jamais posé les pieds dans l’île alors qu’ils ont été nommés à la Réunion.

Pas plus tard que le 21 mars dernier, des étudiants-délégués ont écrit à la responsable du Master MBFA pour expliquer que « la promotion du Master 2 MBFA a décidé unanimement de ne pas assister à la séance de cours de Gestion des risques » d’un professeur qui, bien que titulaire de son poste à l’Université de la Réunion (sans doute avec surrémunération), a toujours enseigné à distance, depuis l’hexagone. « Nous dénonçons sa méthode d’enseignement qui consiste à nous diffuser une vidéo préenregistrée de sa voix en lisant le cours (le PDF) en anglais. Nous trouvons cela inadmissible », écrivent les étudiants dans le mail que freedom.fr a pu se procurer.

Selon eux, « le support était identique à quelques différences près de l’ancien support communiqué à la Formation continue en Master 1 MBFA, cours d’Economie de l’incertain, donc aucun lien avec le cours de Gestion des risques ». Ils dénoncent également « le support qui était à 100% en anglais ». Sans compter que « le cours n’étant pas interactif, nous ne pouvions poser des questions au professeur ». En résumé, les étudiants ont pris la décision de boycotter le cours donné à distance par ce professeur « car ce n’est pas un cours mais uniquement des vidéos diffusées… ».

Un problème qui en cache d’autres au sein de la Fac de de Droit et d’Economie. Des « dysfonctionnements » mis en exergue en interne depuis fin de l’année dernière par les étudiants. Il est question notamment de professeurs en arrêt maladie. Trois semaines après la rentrée de septembre de l’année dernière, les étudiants de la promotion L3 Droit se retrouvent sans responsable pédagogique. Le vice-doyen assure ainsi l’intérim jusqu’à ce que la professeure reprenne ses fonctions mais uniquement en distanciel. « Le seul moyen que nous avons à notre disposition pour communiquer avec elle est le mail et cela est problématique lorsqu’il y a des questions pendantes ou qui pourraient concerner la promotion dans son intégralité », font savoir les étudiants qui en ont marre de ces cours à distance depuis la métropole. Ils ont écrit là encore aux responsables de l’Université.

Un certificat médical provenant de… Monaco

Une situation mal vécue non seulement par les étudiants mais également par de nombreux professeurs de la Fac de Droit et d’Economie qui ne comprennent pas « la position partisane » du président de l’Université de la Réunion qui semble cautionner la décision de ces trois enseignants. Lesquels ont décidé de dispenser leurs cours uniquement à distance, depuis la métropole où ils résident alors qu’ils ont été nommés à la Réunion et sont titulaires de leur poste. Des professeurs qui, manifestement, selon les étudiants et les enseignants basés dans l’île, feraient l’objet « d’un traitement particulier en termes de privilèges » alors qu’un de ces trois professeurs n’aurait même pas effectué la totalité de son service prévisionnel au cours de l’année 2020-2021. Ce même professeur « n’a effectué aucune heure de son service du premier semestre de 2021 et s’est déclaré non disponible pour faire passer un examen de seconde session à la fin du mois d’août dernier… », peut-on lire dans les mails que nous avons en notre possession.

Le Pr Frédéric Miranville, président de l’Université de la Réunion.

Deux des professeurs concernés ont adressé des certificats médicaux à l’administration de l’Université pour justifier leur absence. Le troisième s’est dit malade mais n’a jamais adressé de certificat médical. Concernant les deux professeurs qui ont pris soin d’envoyer un certificat, il est mentionné pour l’un que l’enseignant « ne peut plus prendre l’avion ». Un autre certificat médical a été prescrit par un médecin basé à Monaco précisant que l’enseignant est dispensé de cours en présentiel.

Une situation qui entraîne inévitablement un « gros malaise » dans le fonctionnement de la Fac de droit et d’Economie. Mais ce dont regrettent le plus les étudiants et les professeurs installés dans l’île, c’est que « le président de l’Université, le Pr Miranville semble se complaire de cette situation » et « trouve normal que ces enseignants puissent enseigner depuis la métropole, sans être en contact avec leurs étudiants ». Une situation qui dure depuis, non pas des mois, mais des années et sur laquelle, manifestement, le président de l’Université demande de « faire silence » même si elle pourrait s’avérer préjudiciable pour l’avenir des jeunes Réunionnais d’autant que l’Université de la Réunion ne jouit déjà pas d’une grande réputation quant au classement général des universités de France.

Les étudiants ainsi que les enseignants espèrent que les autorités (Etat, ministère de l’enseignement supérieur, le rectorat ainsi que les collectivités qui financent l’Université) réagiront rapidement afin de régler ce problème qui perdure et de « recadrer » le président de l’Université de la Réunion dont le « management » est décrit par certains comme «autocratique ». Freedom.fr est bien évidemment preneur de toute réaction de la part du Pr Frédéric Miranville.

Y.M.

([email protected])

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

23 Commentaires

  1. Principe colonialiste créole en France zoreil la réunion encore ils.ne.vienent.pas.faire leurs.boulots c est un peu .comme à9 la.commune .

    • Ah bon Fréderic Miranville est zoreil ?? C’est lui qui cautionne tout ça… C’est lui qui peut l’empêcher (en supprimant la surremunération de ces enseignants, par exemple). Mais il ne fait rien, car ils sont tous dans le même camp.

  2. C’est une république bananière? Nous sommes une colonie de non droit : mafia des concours, copinage à l’embauche, emplois fictifs etc… Si c’est un petit gars du coin qui commet un méfait, il a droit à une procédure, son nom est cité dans la presse et c’est la honte. Si ce sont des nantis, ils sont protégés, payés et n’ont aucune obligation, pas même de faire le job! Oui, ce sont des emplois fictifs et c’est grave! La justice est à deux vitesse!

  3. Perso je suis autodidacte, j ai quitté l école au collège ,j ai tout appris sur internet .Aujourd’hui j ai une entreprise qui me fait gagné plus de 12000euros net par mois.Alors que beaucoup de personne on des BACs plus 3 et ne savent rien faire.

    • Exactement …. ils sont restés très scolaires . Aucun savoir faire malheureusement . Bcp confondent intelligence et instruction. Bravo pour votre réussite.

    • Un kaniard qui gagne 12 000€/mois . Heureusement que la sécurité de l’emploi lé pas avec MDR, (l’employabilité et la survie de l’entreprise y dépends en fonction la crise du Covid-19 , la guerre en Ukraine)

  4. Il faudrait nommer un créole comme président de l’université, ça fonctionnerait forcément mieux.
    Après le passage du dernier Recteur qui était créole, l’illettrisme avait disparu et d’autres exemples ne manquent pas.

  5. Franchement n’y aller pas dans cette Université. Cette Université est tout simplement mal géré . ces gens qui passent leur temps à copiner avec Aziz Patel pour Miss Réunion. C’est comme cela qu’on fait l’auto promotion de la bétise humaine, dominée par instagram et snapchat dans une université. Les temps ont bien changé .

    • Université mal gérée c’est vrai, mais dont les enseignements sont assez renommés en métropole, en droit et en sciences notamment (je ne connais pas tout). Il ne faut pas jeter les étudiants avec l’eau du bain. Quand ils partent en Master dans les autres universités françaises ils se débrouillent très bien. Ca reste globalement une bonne université, il y a juste quelques brebis galeuses dont il faudrait se séparer.

      • C’est ce que je disais c’est au niveau de la direction de cette Université qu’il existe un gros soucis. Des gens ont réussis leurs études, et travaillent depuis des années . Mais aujourd’hui ces actifs quand ils parlent de l’Université , ils n’ont pas forcément le même discours que ces pseudos célébrité du 974 qui pullulent toute la réunion. Magouille sur Magouille . Lire Zinfo974 .

  6. Et ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de docteurs réunionnais qualifiés à la maîtrise de conférence…surtout en droit…un problème qui ne date malheureusement pas d’hier. L’université plaque tournante des metro qui profitent de la sur-remuneration…mais il paraît que le réunionnais est mauvais joueur…#à quand une vraie préférence régionale #

  7. Le covid a bon dos… Y en a qui ne doute de rien. Nous faire croire que rester en métropole entraine moins de risque que de rester à La Réunion ! En tout cas, les risques de dérive sont réels car on a un autre prof de droit (un 4ème) qui est parti en métropole et ses cours étaient inaudibles.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Bilan routier du week-end zone police et gendarmerie : 267 infractions, 31 permis retirés

Article suivant

Guadeloupe : Carrefour casse les prix sur l’huile, résultat bataille rangée en magasin(VIDÉO)

Free Dom