Maxi Edmond de Rothschild vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Ultime

20 min de lecture

Ce mardi 23 novembre, à 10 heures 16 minutes et 16 secondes en Martinique (15 heures 16 minutes et 16 secondes, heure métropolitaine), Franck Cammas et Charles Caudrelier ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en première position de la catégorie Ultime. Le Maxi Edmond de Rothschild aura mis 16 jours 1 heure 49 minutes et 16 secondes pour parcourir les 7500 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,51 nœuds, mais il a réellement parcouru 9262,13 milles à 24,01 nœuds.

Le Maxi Edmond de Rothschild a coupé la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre ! Le tandem Franck Cammas – Charles Caudrelier aura été à la hauteur de son statut de favori. Le maxi-trimaran bleu marine aura été aux commandes de la flotte Ultime depuis le 9 novembre, soit 98 % du temps de course (sur 3900 classements réalisés par l’organisation). Cette victoire est incontestable.

Les premières réactions :

Franck Cammas « Nous n’avons pas fait beaucoup d’erreurs, le bateau s’est bien comporté. 17 jours de course à fond et nous arrivons avec un bateau à 100% de ses moyens. Vis-à-vis de la concurrence, nous ne savions pas ce que ça allait donner, et la confiance est montée de jour en jour. Hier nous avons eu un peu de stress, avec une situation météo compliquée pour nous. Nous sommes tombés dans une zone sans vent et derrière ils ont pu gagner 200 milles en 12 heures donc nous avons commencé à avoir peur. Finalement ils ont eu le même problème que nous beaucoup plus tard.
Le principal pour moi, c’est de toujours avoir une victoire de plus que Charles ! [rires ; Franck compte désormais 4 victoires, Charles 3, sur la Transat Jacques Vabre, ndlr] C’est vrai que c’est une course qui nous réussit bien. C’est facile parce que ça a été bien géré, bien préparé, bien routé, et il faudra retrouver tous ces éléments-là à chaque nouveau départ de course. »

Charles Caudrelier. « Nous arrivons en forme. Nous avons eu peur une fois, car nous avons eu une casse moteur ce qui voulait dire que nous n’avions plus d’énergie. Nous avons regardé pour nous arrêter au Cap Vert, mais finalement nous avons réussi à réparer. Nous n’étions pas tout le temps à 100% du potentiel du bateau, mais pas loin. Il faut aussi féliciter nos routeurs météo à terre, parce que ça n’était pas toujours simple pour eux, ils ont vraiment fait un bon boulot. C’est la première fois que je vois Franck passer aussi peu de temps à la table à cartes pour commenter les choix.
Je crois que ça ne s’est jamais aussi bien passé entre nous deux, il n’y a pas eu de mauvais moment, c’était parfait. Nous étions en confiance mutuelle, en accord sur les décisions, sur la gestion du risque, sur les choix de voiles. C’est vraiment la maturité du projet, pas seulement de nous, mais de l’équipe aussi. Ça fait 3 ans que nous mettons tout ça au point. »

Le résumé de la course du Maxi Edmond de Rothschild :

Le début de leur route fut marqué par un premier fort ralentissement à la pointe de Bretagne, entraînant un regroupement de la flotte jusqu’au Portugal. Une fois les alizés portugais touchés, le duo a mis le cap en direction du waypoint sud de Trindade et Martim Vaz, montrant alors tout le potentiel de son maxi-trimaran. Le duo n’a ensuite laissé aucune occasion à ses concurrents de reprendre la place de leader et a même tenu une avance confortable tout du long du parcours.

Charles Caudrelier et Franck Cammas auront, sur cette Transat Jacques Vabre, encore su démontrer la parfaite maîtrise de leur machine, mise à l’eau en 2017 et mise au point depuis quatre années par le Gitana Team, ainsi que leur talent de régatiers. Aussi, leur expérience du trimaran au large et la parfaite coordination à bord leur ont permis de pousser le Maxi Edmond de Rothschild à des vitesses moyennes impressionnantes.

Les chiffres de la course du Maxi Edmond de Rothschild :

– Arrivée à 10 heures 16 minutes et 16 secondes en Martinique (15 heures 16 minutes et 16 secondes, heure métropolitaine)

– Transat Jacques Vabre bouclée en 16 jours 1 heure 49 minutes et 16 secondes

– Le Maxi Edmond de Rothschild a parcouru les 7500 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 20,51 nœuds.

– Charles Caudrelier et Franck Cammas auront en réalité parcouru sur l’eau 9262,13 milles à la vitesse moyenne réelle de 24,01 nœuds.

– Passage du waypoint Trindade et Martim Vaz en première position, le 17 novembre à 13 heures 27 minutes UTC

SVR – LAZARTIGUE DEUXIÈME ULTIME DE LA TRANSAT JACQUES VABRE

Ce mardi 23 novembre, à 18 heures 13 minutes et 11 secondes en Martinique (23 heures 13 minutes et 11 secondes, heure métropolitaine), François Gabart et Tom Laperche ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en deuxième position de la catégorie Ultime. SVR – Lazartigue aura mis 16 jours 9 heures 46 minutes et 11 secondes pour parcourir les 7500 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,09 nœuds, mais il a réellement parcouru 9333,08 milles à 23,70 nœuds. Son écart au premier, le Maxi Edmond de Rothschild, est de 7 heures 56 minutes 55 secondes.

François Gabart et Tom Laperche ont animé la flotte Ultime tout au long du parcours. Partis sur cette transatlantique en double avec pour objectifs majeurs d’arriver de l’autre côté ainsi que d’en apprendre davantage sur cette machine encore peu connue du duo au départ, les deux marins ont atteint leurs buts et se sont même offert une belle seconde place décrochée sur le fil.

Les premières réactions :

François Gabart « Ça ressemble à une victoire. Il y a quelques mois, nous ne savions même pas que nous ferions la course. Nous avons volé une grosse partie du temps. Ce matin c’était dingue, je pleurais à la barre tellement c’était beau. Il y a un beau vainqueur devant, mais derrière nous nous sommes bien battus. Les 48 dernières heures étaient géniales. Je suis très content du bateau, il a un potentiel de progrès énorme. Tout est aligné pour faire de belles choses dans les années qui viennent. C’est sûr que c’était mieux d’être dans ces conditions faciles, propices à ne pas casser. C’est peut-être la dernière course que le Maxi Edmond de Rothschild gagne, je l’espère ! Evidemment ils sont un cran au-dessus aujourd’hui, mais c’est raisonnable de se dire que nous pouvons aller les chercher dès les prochaines courses. »

Tom Laperche « C’était magique, j’ai vécu un truc incroyable, c’était une super expérience. Quand j’étais gamin, les rêves de course au large que j’avais, c’est ce que j’ai fait là, c’était merveilleux. C’est un moment fort de se dire que nous terminons une belle course. C’est un truc de dingue de mettre un bateau à l’eau le 11 juillet et de faire deuxième d’une transat. J’ai appris que j’aimais vraiment le multicoques et la vitesse. »

Le résumé de la course de SVR – Lazartigue :

Sur les 16 jours passés en mer, le duo a tenu la cadence imposée par le Maxi Edmond de Rothschild et arrive seulement 8 heures derrière lui. Il aura tiré le meilleur du bateau, tout en essayant de ne pas forcer sur leur monture sortie du chantier seulement trois mois avant le départ. Cette transat a ainsi permis de découvrir et d’apprécier le potentiel prometteur du multicoque bleu.

Malgré un retard de plus de 120 milles sur Banque Populaire XI, sur la remontée vers la marque de parcours São Paulo e São Pedro, SVR – Lazartigue a su recoller, à coups d’empannages et de stratégies fructueuses, à mesure qu’ils évoluaient vers la Martinique. C’est à seulement 70 milles de la ligne d’arrivée, que François Gabart et Tom Laperche ont repris l’avantage sur leurs concurrents, s’emparant ainsi de la seconde place ; une position qu’ils ne lâcheront plus jusqu’à la fin de la course. Un scénario incroyable qui aura tenu le public en haleine jusque dans les derniers instants.

Les chiffres de la course de SVR – Lazartigue :

– Arrivée à 18 heures 13 minutes et 11 secondes en Martinique (23 heures 13 minutes et 11 secondes, heure métropolitaine).

– Transat Jacques Vabre bouclée en 16 jours 9 heures 46 minutes et 11 secondes.

– SVR – Lazartigue a parcouru les 7500 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 20,09 nœuds.

– François Gabart et Tom Laperche auront en réalité parcouru sur l’eau 9333,08 milles à la vitesse moyenne réelle de 23,70 nœuds.

– Passage du waypoint Trindade et Martim Vaz en troisième position, le 18 novembre à 6h32 UTC.

BANQUE POPULAIRE XI TROISIÈME ULTIME DE LA TRANSAT JACQUES VABRE

Ce mardi 23 novembre, à 19 heures 6 minutes et 20 secondes en Martinique (mercredi 24, à 0 heure 6 minutes et 20 secondes, heure métropolitaine), Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier ont franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en troisième position de la catégorie Ultime. Banque Populaire XI aura mis 16 jours 10 heures 39 minutes et 20 secondes pour parcourir les 7 500 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 20,05 nœuds, mais il a réellement parcouru 9225,53 milles à 23,38 nœuds. Son écart au premier, le Maxi Edmond de Rothschild, est de 8 heures 50 minutes et 4 secondes.

Banque Populaire XI n’aura pas réussi à maintenir son avance sur les derniers moments de course, mais signe cependant une très belle copie. Le maxi-trimaran bleu et blanc, mis à l’eau il y a seulement sept mois, a réussi à tenir le rythme imposé par ses concurrents tout au long du parcours et arrive moins de 9 heures après le leader.

Revivez leur arrivée en live :

Les premières réactions :

Armel Le Cléac’h « Il y a beaucoup de plaisir, d’avoir réussi à ramener ce bateau en Martinique, c’était l’objectif premier, aussi d’avoir fait une belle régate avec Kevin. Une petite frustration sur cette journée, de nous être faits doubler par François et Tom pour la deuxième place. Mais au final beaucoup de positif. Nous sommes super contents du bateau. Nous voyons où est-ce qu’il faut mettre le niveau pour aller chercher la victoire. Nos amis du Maxi Edmond de Rothschild ont été intouchables. Nous avons encore énormément de choses à apprendre sur ce bateau, le faire progresser. »

Kevin Escoffier « Nous restons compétiteurs, donc oui cette troisième place reste en travers de la gorge. Mais franchement je me suis éclaté pendant 16 jours. J’ai pris beaucoup de plaisir. Le bateau est un bateau récent et compliqué, mais tout a fonctionné. Avec nos séries d’empannages, nous avons passé l’équateur 6 ou 7 mois, nous allons pouvoir mettre ça sur notre CV ! C’était un parcours inédit, c’est réussi à la fois parce que nous arrivons assez groupés avec les Ocean Fifty, et c’était le parcours idéal pour apprendre sur ce bateau-là. Et l’arrivée par la mer, avec le Diamant au coucher de soleil, c’était splendide. Ça nous a réchauffé le coeur même si pour nous c’était compliqué de terminer troisièmes. »

Le résumé de la course de Banque Populaire XI :

Les premiers jours ne furent pas simples pour le tandem Armel Le Cléac’h – Kevin Escoffier. Après des premières heures de course aux avant-postes, le duo fut relégué en bas de tableau à la suite d’une option de passage dans le golfe de Gascogne peu fructueuse. Mais les deux marins n’ont pas minimisé leurs efforts et ont bataillé pendant deux jours jusqu’à retrouver, à la latitude de Madère, la troisième place. S’en est alors suivie une bataille d’empannages contre Actual Ultim 3, puis un passage de la zone de convergence intertropicale réussi pour le duo qui s’empare alors de la seconde place devant SVR – Lazartigue.

Cependant, François Gabart et Tom Laperche ne se sont jamais éloignés de leur tableau arrière et, à 500 milles de la ligne d’arrivée, alors que les deux équipages rencontraient une zone sans vent, l’écart entre les deux bateaux s’est considérablement réduit. C’est alors à 100 milles de l’arrivée, à l’occasion d’un des derniers empannages, que leurs concurrents parviennent à croiser devant et à s’emparer de la deuxième marche du podium. Un scénario incroyable qui a tenu le public en haleine jusque dans les derniers instants.

Les chiffres de la course de Banque Populaire XI :

– Arrivée à 19 heures 6 minutes et 20 secondes en Martinique (mercredi 24, à 0 heure 6 minutes et 20 secondes, heure métropolitaine).

– Transat Jacques Vabre bouclée en 16 jours 10 heures 39 minutes et 20 secondes.

– Banque Populaire XI a parcouru les 7900 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 20,05 nœuds.

– Armel Le Cléac’h et Kevin Escoffier auront en réalité parcouru sur l’eau 9225.53 milles à la vitesse moyenne réelle de 23,38 nœuds.

– Passage du waypoint Trindade et Martim Vaz en deuxième position, le 18 novembre à 2h55 UTC.

Actual Ultim 3 quatrième Ultime à rallier Fort-de-France

Ce jeudi 25 novembre, à 18 heures 46 minutes et 15 secondes en Martinique (23 heures 46 minutes et 15 secondes, heure métropolitaine), Actual Ultim 3 a franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre en quatrième position de la catégorie Ultime. Le duo Yves Le Blévec – Anthony Marchand aura mis 18 jours 10 heures 19 minutes et 15 secondes pour parcourir les 7 900 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 17,89 nœuds, mais il a réellement parcouru 9332,54 milles à 21,10 nœuds. Son écart au premier, Maxi Edmond de Rothschild, est de 2 jours 8 heures 29 minutes 59 secondes.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« Primonial » vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Océan Fifty (VIDEO)

Article suivant

Le Réunionnais Morgan Lagravière remporte la Transat Jacques Vabre en Imoca

Free Dom