Mayotte : plus de 10 000 naissances en 2021 et décès en forte hausse

7 min de lecture
21

Après une baisse en 2020, les naissances repartent à la hausse en 2021 : 10 600 bébés de mères domiciliées sur l’île sont nés en 2021, soit 1 430 de plus qu’en 2020 (+ 16 %) et 840 de plus qu’en 2019 (+ 9 %). La fécondité retrouve son niveau des années 2018 et 2019 et continue d’être portée par les mères de nationalité étrangère, comorienne pour la plupart. Celles-ci donnent naissance aux trois quarts des bébés nés en 2021, comme les cinq années précédentes. Un nouveau-né sur deux a un père de nationalité étrangère, et un peu plus d’un sur deux a au moins un de ses parents Français. De janvier à juillet 2022, 6 770 enfants sont nés de mères domiciliées à Mayotte, soit 3 % de plus par rapport à la même période de 2021.

La hausse des naissances davantage portée par les mères comoriennes

En 2021, la hausse des naissances est davantage marquée pour les mères de nationalité comorienne. Celles-ci donnent naissance à 7 400 enfants, un niveau record : c’est 1 110 de plus qu’en 2020 (+ 18 %). Les naissances de mères de nationalité française augmentent également, mais dans une moindre mesure ( + 9 %, soit + 210 naissances). Quant aux naissances de mères malgaches, elles augmentent sensiblement (+ 23 %, + 100 naissances). Pour autant, en 2021 comme chaque année depuis 2016, les trois quarts des femmes ayant eu un enfant sont de nationalité étrangère (70 % de naissances de mères comoriennes et 5 % de mères malgaches). Celles-ci portent la forte fécondité à Mayotte : 4,6 enfants par femme. Après une baisse en 2020 (4,2), la fécondité retrouve son niveau des années 2018 et 2019. Elle reste nettement plus élevée à Mayotte qu’en métropole (1,8) et même qu’en Guyane (3,6). Mayotte est ainsi le département français où la fécondité est la plus élevée.

La moitié des enfants sont nés d’un père de nationalité étrangère, principalement comorienne. Au final, 54 % des nouveau-nés de 2021 ont au moins un parent français et naissent ainsi Français. C’est un peu moins que les années précédentes (entre 55 % et 58 % entre 2016 et 2020) et surtout qu’en 2014 (72 %). En effet, depuis 2012, la population étrangère augmente fortement.

Toujours beaucoup de mères mineures

En 2021, 470 enfants sont nés de mères mineures : c’est plus qu’en 2020 (415) et en 2019 (430) et autant qu’en 2018 (470). La part des naissances issues de mères mineures à Mayotte (4,4 % en 2021) est moindre qu’en Guyane (5,1 %), mais nettement plus élevée qu’à La Réunion (1,6 %) et qu’en métropole (0,3 %). En particulier, 120 enfants sont nés de mères de 15 ans ou moins. La part des mères mineures de nationalité étrangère (80 %) augmente (76 % en 2019 contre 70 % en 2017). La plupart des mères mineures accouchent dans une maternité (88 %), mais cette part diminue sensiblement par rapport à 2020 (94 %).

Hausse des accouchements hors d’une maternité

À Mayotte, en 2021, 900 naissances ont eu lieu hors d’une maternité, soit 8,9 % des naissances. C’est deux fois plus qu’en 2020 (450 naissances, 5,1 % des naissances). Dans deux cas sur trois, les mères ont toutefois bénéficié de l’assistance d’un médecin ou d’une sage-femme. La part des naissances hors maternité reste bien plus élevée qu’ailleurs en France : 1,2 % en Guyane, 0,8 % à La Réunion et 0,9 % en métropole. Les mères étrangères accouchent plus fréquemment hors maternité que celles de nationalité française (9,8 % contre 5,9 %).

En 2021, comme les années précédentes, la maternité de Mamoudzou demeure le lieu qui concentre le plus grand nombre de naissances : 6 880 enfants y sont nés, soit 66 % de l’ensemble des naissances de l’année. Cette part est un peu moins élevée qu’entre 2018 et 2020 (69 %). Quant aux autres maternités de l’île, elles donnent lieu à 2 410 naissances en 2021 (23 %).

Par ailleurs, en 2021, le nombre de mères domiciliées à Mayotte qui accouchent hors du département reste stable par rapport à 2020 (240). C’est nettement moins qu’en 2019 (300), en raison de la crise sanitaire et des difficultés de déplacements. La moitié d’entre elles ont accouché à La Réunion et l’autre moitié en métropole. Les naissances hors du département restent un phénomène marginal (2,3 % des naissances en 2021), mais sont plus fréquentes parmi les mères françaises domiciliées à Mayotte (8 % des naissances).

Décès en forte hausse

En lien avec l’épidémie de Covid-19, les décès augmentent fortement à Mayotte en 2021 par rapport à 2019. Ainsi, 1 140 personnes résidant sur l’île sont décédées en 2021, soit 370 de plus qu’en 2019 (+ 47 %). Cette hausse de la mortalité touche particulièrement les personnes âgées de 65 ans ou plus mais également les 50-64 ans contrairement au niveau national. De janvier à juillet 2022, 550 personnes domiciliées à Mayotte sont décédées, soit 19 % de plus par rapport à la même période de 2019, mais en net retrait par rapport à 2020 et 2021.

21 Commentaires

    • Respect mes compatriotes IDIOT, on sera présent pour vous aidez, étant donner que la population réunionnaises vieillit, la réunion sera l’Afrique de l’océan indien en espérant que ça va pas
      vous déplaire, vivre en harmonie cousin C’EST LA C’EST BON

  1. je suis le vilain Comore, nous aimes pas réunionnais,par contre nous aime bourre réunionnaise, femme la réunion y aime kan y prend à zot a plusieurs réunionnaise suce mieux que mahoraise, réunionnaise y aime partouzes et goutte plusieurs cabots Mahorais en même temps, réunionnaise y karte et y donne pou rien, tabacs réunionnaise y appartient mahorais

  2. je suis le vilain Comore, nous aimes pas réunionnais,par contre nous aime bourre réunionnaise, femme la réunion y aime kan y prend à zot a plusieurs réunionnaise suce mieux que mahoraise, réunionnaise y aime partouzes et goutte plusieurs cabots Mahorais en même temps, réunionnaise y karte et y donne pou rien, tabacs réunionnaise y appartient mahorais

  3. nous aime pas catholiques, nous aimes pas malbar nous aimes pas chinois, nous aime pas malgache, la Réunion y appartient aux Comores et tte cette y veux pas converti a zot prépare a zot

  4. boina ou connait que mi bourre out femme et toute out famille. allez rode un travail avant ou dit n’importe quoi. arrête cache a ou derrière un pseudo. quand ou veux mi apprende a ou le respect des habitants d’une île que la acceuille a ou et toute zot bande racailles.a bon entendeur

  5. Boina trou.ki avant cause comme ça aller baigner sale.porc les reunnionnaise.que ou dit baiser doit être aussi sale que zot .
    Toute reunionnaise qui se respecte ne touche.pas un mahorais même avec un gant

  6. Flûte …

    Le Poudré de Paris veut repeupler les campagnes française , il va être servi.

    En attendant Azali Assoumani, des comores bombe le torse où les comoriens crèvent de faim.

  7. réunionnaise y assume pas ko sa zot ilé zot y donne pou rien zot y aime kbo zoreil et kbo mahorais et en plus zot y aime partouzes,zot même y avoue que mahorais y bourre à zot mieux que zot bougue c’est pou sa zot y trompe zot bougue ek mahorais et ke zot converti à zot parce que mahorais y bourre à zot mieux que kbo réunionnais et aujourd’hui tantine la Réunion la honte zot vérités

  8. réunionnaise y assume pas ko sa zot ilé zot y donne pou rien zot y aime kbo zoreil et kbo mahorais et en plus zot y aime partouzes,zot même y avoue que mahorais y bourre à zot mieux que zot bougue c’est pou sa zot y trompe zot bougue ek mahorais et ke zot converti à zot parce que mahorais y bourre à zot mieux que kbo réunionnais et aujourd’hui tantine la Réunion la honte zot vérités

  9. boina arrête rêve éveillé. par contre ma la fine bourre mahoraise, la dit à moin que elle té pensait pas que réunionnais té bourre bien comme ça. mahorais kbo 2 minutes tout cassé.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« Du stade vers l’emploi » : Recruteurs et candidats se retrouvent autour d’activités sportives collectives au stade Casabona (vidéo)

Article suivant

World Clean-Up Day : 2 tonnes de déchets ramassées par les agents de la CASUD

Free Dom