Une pluie d’hommages pour l’agriculteur Gérard Canabady, décédé à 51 ans

24 min de lecture
12

Une triste nouvelle : la mort subite de Gérard Moutien Canabady (avec la cravate, aux côtés de son père sur notre photo de Une signée Yves Mont-Rouge). Il était le propriétaire du Domaine « Mon Caprice » à Saint-Pierre. Ce père de famille qui avait repris l’activité agricole de son papa Gilbert Canabady (disparu en février 2015), est décédé dans l’après-midi, en ce lundi 15 novembre 2021, d’une crise cardiaque, d’après les premiers témoignages. Une autopsie a été malgré tout ordonnée. Il avait 51 ans. Agriculteur, président de la FDGDON (Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de La Réunion) depuis 2013, ce Saint-Pierrois était diplômé de Sciences-Po. Un intellectuel au service de l’agriculture, au service de son  île qu’il aimait tant, plus particulièrement le Sud de l’île.

Gérard était un fin connaisseur dans son domaine professionnel mais aussi un passionné de politique tant nationale que locale. Pour la petite histoire, il prenait toujours du plaisir à commenter quasiment tous les mardis soirs, en live s’il vous plaît, les prestations de mes invités à l’émission « Ça Koz Politique » avec parfois, en prime,  quelques bons « moucatages ». Il m’a souvent fait rire avec ses commentaires  sans gants mais sans méchanceté aucune. Je suis littéralement dévasté d’apprendre sa brutale disparition. Et je ne suis pas le seul tant Gérard était pétri de gentillesse, de bonté et de simplicité. Un homme dynamique qui ne comptait pas ses heures pour faire plaisir aux autres tout en étant très proche des siens.

Pas plus tard que samedi dernier, il paraissait, comme à l’accoutumée, très en forme, lors du meeting de Michel Barnier. Gérard Canabady avait l’habitude de louer sa salle de réception pour des réceptions et des meetings politiques. Free Dom présente ses plus sincères condoléances à son épouse, à ses enfants et à toute sa famille. Tu vas me manquer Gérard, moi qui, après chaque « Ça Koz Politique », le mardi soir, me précipitais sur mon téléphone portable pour lire tes commentaires toujours avisés. Tu me disais également souvent : « Yves, il faudrait qu’on prenne un temps pour causer sérieusement de la situation économique et politique de notre petit pays ». Il voulait parler évidemment de la Réunion. Par téléphone, il me faisait souvent part de ses analyses toujours éclairées. Il était comme son père, un homme bon. Repose en paix Gérard ! Je n’ai plus de mots…

Les réactions

Nassimah Dindar, sénatrice : « un homme passionné du monde politique avec de grandes qualités humaines »

 » La Sénatrice Nassimah DINDAR a appris avec une très grande émotion la mort d’un ami, d’une figure du monde agricole, syndicaliste de la FDSEA, Gérard CANABADY MOUTIEN, ancien membre du CESER et président actuel de la Fédération départementale des groupements de Défense contre les organismes nuisibles de La Réunion.

Elle se souviendra toujours d’un homme passionné du monde politique avec de grandes qualités humaines, impliqué et respecté de tous.

La sénatrice présente ses plus sincères condoléances à sa famille et s’associe à leur douleur, ainsi qu’au monde agricole. Ses pensées vont particulièrement vers son épouse et ses enfants. « 

Jacques Billant, préfet de La Réunion : « il tenait une place éminente parmi nous »

Jacques Billant, préfet de La Réunion, salue la mémoire de Monsieur Gérard CANABADY MOUTIEN, président de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON) de La Réunion, et adresse ses condoléances à sa famille et à ses proches. Il rend un hommage appuyé à son action inlassable au service de la défense et du développement de l’agriculture réunionnaise.  

Au-delà de son engagement professionnel d’agriculteur, il a assumé de nombreuses responsabilités successives au sein de la FDSEA, du CESER et plus récemment à la tête de la FDGDON. Par sa personnalité, par son dynamisme, par sa passion pour son métier et par son dévouement pour la cause publique, Monsieur Gérard CANABADY MOUTIEN tenait une place éminente parmi nous.

Cyrille Melchior, président du Département : « un homme de valeur, un Réunionnais formidable et respectable… »

« C’est avec émotion que j’apprends le décès de Gérard Canabady Moutien, syndicaliste agricole et président de la FDGDON (Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles). Gérard Canabady était un agriculteur particulièrement engagé dans la défense du modèle agricole réunionnais. Attaché à la culture de la canne dont il était un promoteur, il était aussi conscient de la nécessité de soutenir la diversification de notre agriculture afin que La Réunion puisse tendre vers l’autonomie alimentaire.

Personnalité combattive et déterminée, Gérard Canabady fut un interlocuteur privilégié du Conseil départemental dans ses différents engagements, que ce soit au sein de la FDSEA, du CESER ou de la FDGDON. C’est un homme de valeur, un Réunionnais formidable et respectable qui s’en est allé. A sa famille et à ses proches, j’adresse en mon nom personnel et au nom de l’ensemble des Conseillers départementaux, nos condoléances les plus sincères ».

 Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre : « un pilier du monde agricole »

« C’est avec une immense tristesse que j’ai appris ce soir la disparition de Gérard Canabady Moutien.
Pour moi, Gérard était d’abord le fils d’un ami, devenu lui aussi un ami. Gérard était un pilier du monde agricole, et, par-dessus tout, un Réunionnais et un Saint-Pierrois, érudit et impliqué dans la vie de la Cité. Ce soir, toutes mes pensées vont à son épouse, à ses enfants, à sa famille et à tous ses proches ».

Nassimah Dindar, sénatrice : « un homme impliqué et respecté de tous »

 » La Sénatrice Nassimah DINDAR a appris avec une très grande émotion la mort d’un ami, d’une figure du monde agricole, syndicaliste de la FDSEA, Gérard CANABADY MOUTIEN, ancien membre du CESER et président actuel de la Fédération départementale des groupements de Défense contre les organismes nuisibles de La Réunion. 

Elle se souviendra toujours d’un homme passionné du monde politique avec de grandes qualités humaines, impliqué et respecté de tous. La sénatrice présente ses plus sincères condoléances à sa famille et s’associe à leur douleur, ainsi qu’au monde agricole. Ses pensées vont particulièrement vers son épouse et ses enfants. « 

Frédéric Vienne, président de la Chambre d’Agriculture : « Gérard Canabady, un pillier pour le syndicalisme agricole »

« C’est avec abattement et tristesse que j’ai appris ce lundi 15 novembre 2021 la disparition brutale, à
l’âge de 51 ans, de Gérard Canabady Moutien, acteur incontesté du syndicalisme agricole réunionnais.
Figure emblématique et affirmée de la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (Fdsea), dont il a été le secrétaire général adjoint mais aussi président de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (Fdgdon), Gérard était avant tout un ami, un collègue, un spécialiste et un agriculteur consciencieux. Ardent défenseur des agriculteurs réunionnais qu’ils soient planteurs, éleveurs ou maraîchers-fruitiers, cet enfant du Sud vivait pleinement sa vocation avec sérieux, simplicité et détermination. Peu soucieux de son image, il recherchait constamment des solutions pour le bien du monde agricole comme en témoigne ses luttes, à titre d’exemple, en matière d’eau. Diplômé d’un Institut d’Etudes Politiques (Sciences-Po), il était engagé en faveur de l’intérêt général et laisse lle syndicalisme agricole local orphelin après le départ de son père en 2015. Véritable pillier pour le monde agricole, il était un passionné avec les mots qui le caractérisaient. Je n’oublierai jamais son implication majeure dans le renforcement de son syndicat de cœur au sein duquel il a apporté débats, idées avec un seul objectif : agir pour la reconnaissance des agriculteurs réunionnais et, dans leur intérêt. Aujourd’hui, nous perdons un frère, un ami, une de ces valeurs sûres de l’agriculture locale. Un homme qui, par dessus
tout, savait transmettre et défendre la ruralité réunionnaise en gardant constamment les pieds sur terre.
En mon nom personnel, sans oublier celui des élu(e)s et des salarié(e)s de la Chambre d’agriculture, je tiens à lui rendre ici un hommage appuyé. J’adresse également à sa famille, ses proches, et à l’ensemble des agricultrices et agriculteurs, toutes mes sincères condoléances pour cette perte considérable et irremplaçable. »

Olivier Hoarau, maire du Port : « un travailleur acharné »

« C’est avec une grande émotion que j’apprends le décès subit de Gérard CANABADY MOUTIEN. Ce travailleur acharné était un défenseur indéfectible de la cause agricole, notamment par ses actions dans le monde syndical, au sein de la FDSEA. Il était reconnu pour sa grande disponibilité, la porte toujours ouverte pour un ami, un collègue, un proche…

Ancien membre du CESER, il était l’actuel Président de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de La Réunion.
Il maîtrisait également les arcanes de la gouvernance européenne et a su défendre l’avenir de la canne à sucre à La Réunion.
Grand amateur d’équitation, il avait initié les formations de jockey pour les Réunionnais et le projet de grand hippodrome dans le Sud. Je crois pouvoir dire qu’il était un Réunionnais de grande culture, au parcours remarquable et qui aimait par-dessus tout son péi. A sa femme, à ses enfants, à ses proches, à l’ensemble de ses amis et collègues du monde agricole, je veux présenter mes sincères condoléances ».

David Lorion, député de la Réunion : « nous perdons un défenseur du développement de la Réunion »

 » Depuis Paris, j’apprends la disparition brutale de mon ami Gérard CANABADY MOUTIEN. J’adresse à ses proches, à toute sa famille, à ses amis et collègues, toutes mes condoléances et le témoignage de mon amitié. Le Grand Sud, Saint-Pierre, perdent en ce jour défenseur du développement de l’Île et de son agriculture, investi sur son exploitation avec sa sœur Véronique, à faire vivre le domaine Mont Caprice, mais aussi à donner de son temps et de son énergie dans les organisations agricoles. Il était le président en exercice de la FDGDON, à la disposition des agriculteurs et des ruraux. Avec ses proches, il perpétuait la mémoire de ses ascendants, de son père, Gilbert, disparu en 2015, de l’histoire de l’engagisme et de la culture indienne. Nous perdons aujourd’hui un saint-pierrois dynamique qui nous manquera ».

Serge Hoareau, maire de Petite-Ile et 1er vice-président du Département : « une grande tristesse »

« C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès brutal de Gérard Canabady, président du FDGDON. Je présente à sa famille, à toute l’équipe du FDGDON mes sincères condoléances. »

Sarah Salah-Aly, présidente de la commission des agricultrices : « un défenseur du monde agricole »

« C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès brutal de Gérard CANABADY MOUTIEN. C’était un défenseur du monde agricole surtout par ses actions dans le monde syndical, au sein de la Fdsea Réunion. Il était l’actuel Président de la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de La Réunion. (FDGDON)
A sa femme, à ses enfants, à ses proches, à l’ensemble de ses amis et collègues du monde agricole, je vous présente mes sincères condoléances ».

Bachil VALY, maire de l’Entre-Deux : « une vie consacrée à l’engagement et au travail »

« C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends la disparition de Gérard Canabady Moutien. Cet agriculteur, fils et petit-fils d’agriculteur était un Homme respectable et respecté. Il a toujours défendu ses pairs et sa profession au sein du mouvement syndical FDSEA. Une vie consacrée à l’engagement et au travail, avec le CESER, au sein de la FDGDON et auprès des siens sur ses terres si chères à son cœur ; toujours de bon conseil, le Sud perd un Homme d’une grande valeur. J’apporte tout mon soutien à son épouse, ses enfants, ses proches, ses amis et au monde agricole dans cette épreuve. »

Jean Hugues RATENON, député de La Réunion : « Le monde agricole perd un de ses grands défenseurs »

« C’est avec beaucoup d’émotion que j’apprends la disparition brutale de Gérard CANABADY. Dynamique, un diplômé de Sciences-Po, un homme engagé dans le développement de son pays, plus particulièrement St Pierre, et toujours aux services des autres.

Le monde agricole perd un de ses grands défenseurs de par son engagement au sein de la FDSEA qu’au CESER ainsi qu’à la FDGDON dont il était le Président en exercice.

A sa femme, à ses enfants, à ses proches, à tous ses nombreux amis et collègues du monde agricole, je présente mes très sincères condoléances. »

Jean-Régis Ramsamy, Historien : « La Réunion perd un grand intellectuel »

« J’apprends ce soir la disparition d’un des esprits réunionnais le plus brillant de sa génération. Gérard Moutien Canabady, ancien de Sciences-Po, chef d’entreprise à Mont-Caprice St Pierre Agriculteur a tiré sa révérence. GM Canabady était un penseur et un esprit libre, comme beaucoup il rappelait les origines de ses ancêtres engagés indiens. Il poursuivait l’oeuvre de son père qui avait reconstitué son arbre généalogique et entrepris des recherches en Inde. La Réunion perd un grand intellectuel. Pensées à ses proches. »

Jeannick Atchapa, Maire de Bras Panon

« C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons le décès de M. Gérard Moutien Canabady.  Nous garderons en mémoire l’image d’un homme serviable, toujours à l’écoute et à la disposition des agriculteurs. Aujourd’hui, nous perdons une figure emblématique dans le syndicalisme agricole.  Nous tenons à présenter à sa femme, ses enfants ainsi que ses proches nos sincères condoléances. »

Lilian Reilhac, journaliste : « un modèle de Réunionnais »

« Je considérais son père, Gilbert comme un grand frère. Gérard, lui était celui avec qui je partageais ma vision, mon rêve pour notre île que nous aimons tellement. Comment la protéger, comment encourager les jeunes à ne pas avoir peur de l’avenir, comment préserver notre patrimoine culturel, cultuel et environnemental ? Voilà les sujets sur lesquels nous passions des heures à échanger. Bien sûr, passionné de la vie politique en général, il n’y a pas une discussion sans qu’il me fasse part de son analyse sur tel événement politique local. Il y a encore une semaine on échangeait au téléphone sur le sort d’Air Austral, de la NRL, de l’après Covid en se promettant un bon cari poissons.
J’ai admiré Gérard, lorsqu’en 2001, il avait décidé de quitter le monde impressionnant de l’aérospatiale où il commercialisait des satellites pour rejoindre son père dans les champs de cannes du Domaine Mon Caprice à Saint-Pierre. « Je reviens pour mon île, ma terre, ma famille », m’avait-il confié à la rédaction du Journal de l’île. Ensemble on avait tenté de mettre en place une filière courses de chevaux et un hippodrome à La Réunion. Sa consolation a été de voir partir plusieurs dizaines de jeunes Réunionnais se former aux métiers du cheval et trouver leur voie. Comme son père Gilbert, Gérard aimait sa terre et c’est sur ses terres, au milieu de ses cannes, qu’il a brutalement rendu l’âme en ce lundi après-midi du 15 novembre.
Ce lettré laisse un grand vide non seulement au monde agricole, mais surtout aux sudistes que nous sommes. Je pense à son épouse Shalini, sa fille adorée de 11 ans, à qui je présente mes sincères condoléances. Comme son père, Gérard nous manquera ».

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

12 Commentaires

    • Je trouve pas que l’article va en ce sens…
      Et si il est né  » gros zozo  » comme vous dites, il n’a pas choisi, mais au moins il a le mérite de s’être intéressé à l’avenir économique de son pays.
      Repose en paix compatriote ! Et courage à tes proches.

    • A Môvélang

      Ce Monsieur a fait Sciences Po mais vous ne pouvez pas comprendre, tant votre couillonisse est grande! A moins que ce soit de la jalousie!
      Je ne le connais pas mais il semble que c’était un homme bon et cultivé. Les vrais intellectuels sont simples et discrets…
      Paix à son âme. Pour la crise cardiaque, c’est devenue une épidémie (vaccin?)…

  1. L argent n’a rien à voir dans son bonheur, mais on peut être très cultivé, fils de papa, mais quand c est ton heure tout ton argent ne te permet pas de retarder ton heure du grand départ. C est ça qu on devrait réfléchir qu on ne sera jamais immortel que l on soit riche ou pauvre.

  2. C est avec Peine que j ai appris la mauvaise nouvelle hier soir .
    Pour Avoir travailler a tes cote en tant que syndicaliste Agricole je reconnais en toi un grand Monsieur.
    Fidèle a ses Valeurs . Voulant être Gerard et pas Fils de . Toujours a l ‘écoute de tout le monde . le petit agriculteur avec ses deux poules comme le gros agriculteur . Ta vision du Monde économique Réunionnais vas nous manquer . tu Savais le décris sans vouloir imposer ta vision. tu as toujours été force de proposition et surtout pas imposer les chose . . Merci Mr Mont-Rouge pour ce très beau Hommage sur Mr Gerard . Mes sincère condoléance a sa femme et ses enfants et a sa famille . Repose en Paix Monsieur Moutien comme j ‘aimais te taquiner .

  3. En ce moment il y a une sorte d’épidémie de crise cardiaque et de malaise conduisant à la mort chez les plus et moins jeunes, suis-je un des rares à observer cela ? La question que je me pose , ces personnes étaient-elles vaccinés ? Car je remarque que si cela n’avait pas été le cas, cela aurait été mentionné dans les journaux…..hors là non, aucun lien mentionné avec les vaccins, c’est quand même étonnant !!! Est-ce qu’il est tabou ou censuré de mentionner qu’il pourrait peut-être avoir un lien entre la mort et les vaccins?…… je pense qu’il faudrait approfondir la question qui me semble légitime, non?

  4. J ai cru entendre et je redis j ai cru entendre que les funérailles cad se feront chez lui ça veut dire que si on a une maison et une grande cour on peut soit enterrer ou incinérer dans notre domaine c’est ça ? Ou y a t il confusion dans l annonce j aimerai savoir car si c’est le cas y a des passes droit encore et encore avec des privileges comme enterrer quelqu un chez soi ?

    • Bonjour rassurez moi, toute en espérant que vous n’êtes pas atteinte par le virus de la jalousie, je veux repondre à votre question, biensure je ne pourrais confirmer vos dires sur les précisions de cette inhumation, la lois française peut autoriser une inhumation hors du cimetière,
      Via l’Article L.2223-9 du Code Général des Collectivités Territoriales, est exceptionnelle et cette pratique reste très règlementée. Il faut, tout d’abord, obtenir l’accord du propriétaire du domaine privé, dans le cas où vous n’êtes pas vous-même le propriétaire.
      La propriété où aura lieu l’inhumation doit être située en dehors de toute agglomération et à au moins 35mètres de toute autre habitation. 
      Le terrain doit être vérifié par un hydrogéologue, certifié par l’Agence Régionale de Santé, afin de s’assuré que l’emplacement choisi pour la sépulture est éloigné de toute nappe phréatique afin de ne pas la contaminer, et que le terrain soit suffisament stable pour le pas risquer un glissement du corps hors de la tombe. 
      L’emplacement choisi doit être facilement accessible pour le convoi des pompes funèbres et les visiteurs. 
      Enfin, la tombe devra respecter les règlementations en vigueur, pour des raisons de sécurité et d’hygiène.  Après c est sûre si vous exigez de vous enterrer sur le barrachois ou devant la pyramide renversée ce sera un NON catégorique bonne soirée à vous.

  5. En lisant deux trois commentaires inutile, mi dia moins  » ôté si la connerie et la méchanceté tes y tué mi crois que l avais grand monde vivant sur cette île !!! Mes respects à l image de ce monsieur que j ai hélas pas connu et condoléances à sa famille.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Koh-Lanta : pas de nouvel épisode cette semaine !

Article suivant

St-Pierre : des Gilets Jaunes fêtent leurs trois ans

Free Dom