Municipales 2020 : Olivier Hoarau installé dans son fauteuil, hier, mardi

Après Olivier Rivière (Saint-Philippe), Bachil Vally (Entre-Deux), Michel Fontaine (Saint-Pierre), samedi, Serge Hoareau (Petite-Ile) ce dimanche, c’est au tour d’Olivier Hoarau au Port d’être réinstallé pour un mandat de six ans dans son fauteuil de premier magistrat de la ville.

En 2014, face à Henry Hippolyte, poulain de l’ancien maire communiste Jean-Yves Langenier, Olivier Hoarau (PLR) et petit protégé d’Huguette Bello, a dû attendre le second tour pour décrocher son mandat de maire du Port. Six ans plus tard, il a ramené dans ses rangs Henry Hippolyte dit « Loulou », dégagé son adjoint Sergio Erapa et quelques autres encore, pour s’imposer dans cette commune, en se payant le luxe de battre un Vergès, Pierre qui n’a guère brillé dans une ville où il a été pourtant maire (1989-1994). Olivier Hoarau a été élu dès le premier tour cette fois avec 58,26% des voix. Si son mentor Huguette Bello, également députée de la 2ème circonscription, est élue dimanche prochain maire de Saint-Paul (ce qui n’est pas encore fait), Olivier Hoarau, le suppléant, devrait sans doute postuler à la députation et vraisemblablement laisser son fauteuil de maire à quelqu’un d’autre. Que fera-t-il ? « Chaque chose en son temps », répond son entourage. Pour l’instant, le maire du Port se délecte de sa deuxième et brillante victoire. Ses adversaires arrivent loin derrière lui : Sergio Erapa (11,26%), la communiste Firoze Gador (10,78%) et Pierre Vergès (10,15%). Une page se tourne définitivement pour les Vergès dans cette commune.

Cet après midi : ce sera Stéphane Fouassin à Salazie

En fin d’après-midi, c’est Stéphane Fouassin (Salazie) qui se verra passer l’écharpe tricolore autour du cou.

Le dernier maire installé sera Patrick Lebreton ce mercredi 27 mai. Patrick Lebreton (Saint-Joseph) sera « intronisé » à la tête de sa mairie par le conseil municipal. Rappelons que cette procédure qui devait se dérouler juste après le premier tour du scrutin, le 15 mars dernier, a dû être décalé en raison de la crise sanitaire Covid-19. Avant le 29 mai, comme le préconise la loi, les 7 maires déjà élus à La Réunion, dès le premier tour, pourront officiellement prendre leurs fonctions.

Voici ce que nous écrivions concernant ces « champions » du 1er tour le 16 mars dernier.

Saint-Joseph : l’inébranlable Patrick Lebreton

A l’instar de Michel Fontaine à Saint-Pierre, lui aussi c’est « Monsieur 1er tour ». Lui, c’est Patrick Lebreton, maire sortant de Saint-Joseph qui a toujours totalisé des scores quasi-soviétiques : +75% des voix en 2008 ; 55,46% en 2014 et +65% aux municipales de 2020. Ce « socialiste des champs » qui a préféré créer son propre parti politique, à savoir « Le Progrès », est un maire de proximité, proche de ses administrés qui le lui rendent bien et ne souhaitent pas le voir quitter Saint-Joseph. Raison pour laquelle, il a quitté son mandat de député pour mieux se consacrer à sa commune du Sud sauvage. Aux régionales de 2015, il avait tenté une expérience mais force est de constater que ce qui lui réussit le mieux, ce sont les municipales tant la relation de proximité est forte et incontestable entre lui les Saint-Josephois.

Salazie : l’indéboulonnable Stéphane Fouassin 

Il n’a jamais été battu depuis 1998, depuis sa victoire sur l’ancien maire Hilaire Maillot (décédé depuis). Et il a toujours été élu dès le 1er tour du scrutin avec un score qui ne descend pas en dessous de 60%. Jugez-en vous même : +63% en 2008 ; +63% en 2014, et +67% hier. Le médecin du cirque de Salazie, en dépit de toutes ses casquettes (conseiller régional, président de l’IRT et de l’Association des maires) parvient à trouver le bon compromis pour mener à bien ses différentes missions et celle de son mandat de maire. Il reste un premier magistrat proche de sa population, mène son petit bonhomme de chemin en se servant de ses autres mandats pour décrocher des crédits en faveur de sa petite commune des hauts. Stéphane Fouassin a toujours été un élu centriste. Son action très appréciée par la population salazienne fait qu’il n’a quaisment jamais eu d’opposition face à lui. Ce n’est pas Eric Eclapier, son ancien adjoint, qui pourra soutenir le contraire. Son expérience en solo n’a guère payé. Il totalise un score de 27,82%. Quant à Giovanni Delettre (Croire et Oser), il ne parvient pas à passer la barre des 5% (4,19%). Comment expliquer un tel succès pour un maire ? Stéphane Fouassin répond à Yves Mont-Rouge :

 Saint-Pierre : et de 4 pour Michel Fontaine !

Un quatrième mandat en effet pour Michel Fontaine. Il faut dire que depuis son écrasante victoire (+53%) sur le maire sortant communiste Elie Hoarau aux municipales de 2008, le succès électoral dès le premier round est devenu une formalité lui, qui s’impose en véritable patron du Sud (président de la Civis et président de Les Républicains à La Réunion), mais aussi en tant que maître de la droite locale. Il a également été élu, dès le premier tour en 2014 (+57% des suffrages) confirmant ainsi son statut d’élu imbattable dans cette grande commune de Saint-Pierre où son éternel adversaire, Jean-Gaël Anda, réalise un score (22,28%) bien en deçà de ses espérances. Idem pour la candidate de l’union de la gauche (PS, PLR, LFI, Progrès) Virginie Gobalou, qui ne franchit même pas la barre des 10% des suffrages (9,04%). Un piètre score. Quant aux Emmanuel Doulouma et Imrhane Moullan, en dépit d’une campagne très active et sans doute de moyens importants mis à leur disposition par leur mentor Didier Robert (tout comme pour Jean-Gaël Anda), ils terminent sous la barre de 5%. Même la mise en examen d’une élue proche de Michel Fontaine décidée de façon très surprenante par la procureure de la République de Saint-Pierre n’aura pas influencé l’issue du scrutin. On pourrait même dire, qu’elle a sans doute eu l’effet contraire.

Petite-Ile : Serge Hoareau, le maire le mieux élu de toute la France 

+ 84% des suffrages en dépit d’une participation terne (55%). Il faudrait vraisemblablement remonter aux années 60 pour retrouver un tel score à La Réunion. Serge Hoareau l’a fait hier à Petite-Ile. L’on savait qu’il était un maire de proximité mais là il a battu les records de popularité. Ce n’est plus une victoire mais carrément un plébiscite. Et pourtant, les débuts ont été assez périlleux. Le petit protégé du socialiste modéré Christophe Payet s’était cassé les dents en 2008 face à Guito Ramoune, quasiment inconnu de la sphère politique. En 2014, son score (45%) lui permet certes de gagner au deuxième tour face à l’avocate Brigitte Hoarau mais il n’est pas mirobolant. Avec le temps, Serge Hoareau, reconnu pour être un bosseur – on le voit au Département sur le volet agricole – est également apprécié pour sa gestion municipale. Il a remis sa commune sur les rails du développement. C’est donc sans surprise qu’il a presqu’humilié son adversaire Jean-Hugues Suzanne (+15%), candidat qui a mangé un peu à divers râteliers.

Entre-Deux : Bachil Valy comme sur des roulettes !

On prend les mêmes et on recommence dans cette petit commune verdoyante des hauts et du Sud de l’île où Bachil Valy au fil des décennies a pris ses marques. En mars 2014, il avait plié le match dès le premier tour mais avec seulement 50,33% des suffrages face à Gilles Payet (34,14%) et Gérard Clain (7,74%). En août 2014, suite à un recours, son élection est annulée. En octobre 2014, Bachil Valy remporte le scrutin. Six ans plus tard, il ne plaisante plus et marque son territoire beaucoup plus solidement en totalisant 56,94% des suffrages laissant loin derrière Gilles Payet (29,86%) et Gérard Clain (13,20%). Bachil Valy travaille aussi bien avec Didier Robert dont il est proche au sein de la majorité régionale où il est siège, qu’avec Cyrille Melchior, président du Département.

Saint-Philippe : Olivier Rivière, fatigué mais heureux

C’est Didier Robert qui a remis l’écharpe tricolore à Olivier Rivière, samedi matin, à Saint-Philippe (Photo : Facebook Région Réunion)

Contrairement à 2014 où il avait également gagné dès le premier tour, cette fois, ce fut plus rude. Le maire sortant avait face à lui un ancien maire, Wilfrid Bertile (1971-1989) qui, en plus, s’était rallié avec Fridelin Courtois, opposant historique de Rivière et Frédéric Salvan, fils d’un ancien maire de la commune. Autant dire que cette bataille n’a pas été une partie de plaisir pour Olivier Rivière qui, malgré tout, parvient à se hisser, dès la première manche, sur la plus haute marche du podium avec un score de +51% des suffrages contre 36% à Wilfrid Bertile et 11% à Yohan Cervantès. Olivier Rivière est aussi le 1er vice-président de la Région et président de la SEM Nexa.

Y.M.

([email protected])

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

9
Poster un Commentaire

avatar
6 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
PortoisePortoisNoé de l'ArchePirrrotPopote Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Citoyen abusé
Invité
Citoyen abusé

Aucun nouveau maire élu au premier tour.
Pour le changement il faut aussi se déplacer et voter.
Incroyable comment aujourd’hui encore le politique tient la population grace à la misère sociale et intellectuelle.
Reconduire les mêmes au pouvoir pour manifester ensuite….

33 Ap. JC
Invité
33 Ap. JC

Avec dégoût je pense que la France devrait privatiser tout les services communaux et virer les employés inutiles qui nous coûtent cher, se faire truander par un corrompu élu par des électeurs pourris,me coûte plus qu’une mairie privatisée,au moins mon argent ne servira pas à faire vivre des parasites. Écoeuré je suis.

Popote
Invité
Popote

En plus avec nout impôts, certains agents ne se privent pas pour utiliser les voitures de la commune le week-end pour leurs courses en famille, aussi bien en quincaillerie. Et dans ce loto zot i fait zot ver.

Jean Philippe D.
Invité
Jean Philippe D.

Quand on est maire sortant et qu’on ne passe pas dès le premier tour, au vu des gros moyens dont on dispose durant six années, et que les autres n’auront jamais, donc mis en ballottage, comme à Saint-Paul, Sainte-Suzanne, Sainte-Rose, Cilaos, …, c’est déjà un sérieux avertissement venant des administrés électeurs !
Après, il y a des cas un peu particulier ou à nuancer (Saint-André, Saint-Denis, Les Avirons, Saint-Leu, Saint-Benoît, Sainte-Marie).
Dans un petit mois, on aura toute la carte des maires de La Réunion ! Le travail pourra commencer dès 8 h 00 du matin, tous les jours…

Pirrrot
Invité
Pirrrot

Tous des maires Covid avec la bénédiction du gouvernement.
Qui plus est saisonnier, ils reviennent tous les six ans.
Allez 2026 pour la prochaine vague !!!

Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Félicitation pour les maires qui ont gagné du 1er coup !

Portois
Invité
Portois

Bientot…1 franco-comorien sera maire du port ,en qu’a de victoire de bello a st paul.

Portoise
Invité
Portoise

Bien dit. Na que sa dans le nouveau conseil municipal. Les noms non donnés aux creoles

Portois
Invité
Portois

Ben oui ,le grand defenseur des sri lankais…bientot lu meme notre maire toute fine calé loulou premier adjoint.