Municipales 2020 : petites et grandes manœuvres !

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Infos Réunion/Politique

Une mauvaise nouvelle pour commencer ; Elle émane de quelques maires de l’île qui m’ont fait part, vendredi dernier, de leur inquiétude quant au manque criant d’emplois aidés. Ces maires parlent de « véritable bombe ». Suite à quelques coups de fils, un parlementaire m’a précisé qu’il avait déjà sollicité Pôle Emploi pour obtenir des explications sur le sujet. Moi de mon côté, j’avoue, qu’en l’espace d’une journée, je n’ai pas eu le temps d’avoir toutes les précisions nécessaires. Surtout un vendredi. Les bureaux ferment plus tôt. Il s’agit plus précisément d’un manque de PEC (Parcours Emploi Compétence), ce dispositif qui remplace les contrats aidés. Il en resterait (à prendre au conditionnel pour l’instant car je n’ai pas eu le temps de vérifier) moins de 300 d’ici à la fin de l’année. Pôle Emploi qui est chargé de l’attribution des PEC ne serait plus en mesure de le faire faute de contrats. Les maires ne savent plus trop où mettre la tête face aux multiples demandes émanant des sans-emplois qu’ils reçoivent régulièrement et encore plus en ces temps de pré-campagne électorale. « Si ça continue, ça risque de péter au niveau social », m’a confié l’un d’eux. Mais nul doute que le problème sera réglé d’ici là, que le préfet va intervenir au plus vite auprès du gouvernement et que les maires retrouveront un quota raisonnable de contrats aidés. A quelques semaines de la venue dans l’île (prévue en octobre) du Président de la République dans le département, il ne serait pas dans l’intérêt du gouvernement de laisser empirer une situation sociale déjà mal-en-point qui risquerait alors d’exploser au visage d’Emmanuel Macron. A suivre !

En parlant du Président de la République, on a vu la semaine dernière tout ce que notre île compte de représentation parlementaire apposer une signature au bas d’un courrier adressé au chef de l’Etat pour lui demander d’entrer dans le bal et de faire « panpan cucul » à « GBH » (Groupe Bernard Hayot) présenté comme le grand méchant loup par nos politiques et commerçants. Didier Robert et Cyrille Melchior, respectivement président de La Réunion et du Département, ont eux aussi parachevé le courrier initié par un groupement d’entreprises locales, via leur chargée de mission, une certaine Shanti Véloupoullé. Après avoir signé le document « anti-GBH » (le groupe français d’origine antillaise qui devrait racheter le groupe Vindémia), un élu signataire du courrier signale qu’il a reçu un mail de remerciement de la part de Pascal Thiaw-Kine, patron des magasins Leclerc.

Pour mémoire, voici un petit extrait de la lettre signée des 7 députés, 4 sénateurs et deux présidents de collectivités, adressée à Emmanuel Macron : « Aujourd’hui, l’annonce du rachat de Vindemia (29 % de parts de marché, 620 millions € de CA) – filiale de Casino sur l’Ile de La Réunion par un groupe déjà largement implanté sur le territoire réunionnais, franchisé Carrefour en Outre-mer est une corde de plus à un arc déjà chargé : grande distribution, importation, bricolage, automobile, loisirs, restauration rapide. Cette opération pourrait accentuer la pression sur le portefeuille des réunionnais en portant à plus de 25% leurs seuils de dépenses auprès d’un acteur unique ». On me laisse entendre aussi que, juste après avoir signé le document, plusieurs élus ont sauté sur leur téléphone pour appeler la direction de « GBH » et préciser que c’était une signature sans conviction. Uniquement pour « les yeux do moune », comme on dit en créole.

A quelques mois des municipales, élections locales capitales, ces élus ne sont pas fous. Ils ont autant besoin de « GBH » que « GBH » du gouvernement, des ministres. Et vice-versa. Il me semble qu’Emmanuel Macron avait été très clair lors du rendu du Livre Bleu (Assises de l’Outre-mer) à Paris, sur le « système d’économie de rentes » à La Réunion, créé par les élus locaux eux-mêmes. Faudrait pas trop compter sur lui, et sur n’importe quel autre chef d’Etat d’ailleurs, pour aller titiller le « capital » en sachant que l’argent reste quant même le nerf de la guerre en politique et dans bien d’autres domaines encore. Dans ce courrier co-signé par les élus locaux comme un seul homme, il est également écrit : « Il est important que l’autorité indépendante de la concurrence étudie avec attention l’impact de ce rachat sur l’économie locale, et le secteur de la grande distribution en particulier. Doivent être évaluées les conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages réunionnais, sur les filières de production locale et sur le risque de quasi-monopole économique territorial ».

« GBH », un danger pour La Réunion ? « C’est grave », n’hésitent pas à dire certains de nos parlementaires. Comment ça « grave » ? « Parce que Hayot contrôle déjà plusieurs secteurs dans l’île à savoir l’alimentation, le bricolage, l’automobile, les pièces auto, les articles de sport, les viennoiseries, les produits de beauté… », répondent ces mêmes parlementaires ? Mais qui a permis à « GBH » de s’implanter de la sorte dans notre département ? Serait-ce l’autorité indépendante de la concurrence qui aurait mal fait son job ? Et nos cousins Mauriciens qui en douce et sans secousses s’installent chez nous. Hayot cousins ! Bref, c’est assez comique tout cela ! Dans cette affaire de gros sous et de business « économico-politico-capitalistes », ce sont toujours les mêmes qui se font tourner en bourriques : les consommateurs.

Municipales ou la guerre Fontaine-Robert pour les régionales de 2021

Cela ne vous aura pas échappé. Les municipales, nous y sommes en plein dedans, depuis quelques temps déjà, me direz-vous, mais plus encore depuis, hier, dimanche 1er septembre, car à compter de cette date, les postulants, maires sortants y compris, vont devoir faire très attention. Tout ce qui sera fait pourrait être retenu non pas forcément contre eux mais dans leur compte de campagne. Raison pour laquelle, certains maires ont déjà supprimé leur page Facebook – qui était jusqu’à présent gérée par des employés communaux – au profit d’un compte personnel, privé, sur lequel il ne devrait pas y avoir de propagande électorale. Quant à savoir si le compte sera géré par eux-mêmes ou toujours (discrètement) par un ou deux employés communaux, là-dessus je ne préfère pas me prononcer. Comprenne qui pourra !

En tout cas, dans toutes les communes, l’on ne parle plus que des municipales qui se dérouleront les 15 et 22 mars prochains. C’est la folie des inaugurations, des « coupages » de rubans tricolores à tous les coins de rue, devant les Cases, la folie des poses de première pierre pour l’après-2020, certains se voyant déjà élus avant l’élection… Les maires sortants crèvent l’écran (des télé), noircissent les pages de journaux, alimentent les articles sur le numérique, multiplient les posts sur les réseaux sociaux. Ils font feu de tous bois. Idem pour toutes celles et tous ceux qui briguent les mairies dans les 24 communes de l’île. Ils sévissent sur Facebook via des réclames politiques mises en scène sous forme de vidéo de propagande de 3 à 5 minutes maxi. Ils « mettent la pose », s’adressent aux électrices et électeurs. Ils sortent du bois ou débarquent de la lune. Il y a des têtes qu’on n’avait jamais vues ! Il faudra s’attendre aussi à des attelages inédits, à des rencontres originales. Les repas et autres prises de contact vont se multiplier.

Je faisais la semaine dernière un tour des communes, suite au séminaire spécialement consacré aux municipales de 2020, organisé par Didier Robert, président d’Objectif Réunion, à Saint-Philippe. J’avais omis de préciser, concernant Saint-André, que le président de Région avait beaucoup parlé de Serge Camatchy, « un fidèle parmi les fidèles », « un ami » qui l’avait aidé aux régionales de 2015. D’après mes informations, il est quasiment certain aujourd’hui que Serge Camatchy, ancien conseiller général et régional, qui avait claqué la porte au nez des Virapoullé en 2008, sera candidat en mars prochain à Saint-André. Il devrait annoncer officiellement sa candidature dans les jours qui viennent. Question : qui Didier Robert va-t-il soutenir à Saint-André entre Jean-Marie Virapoullé, Serge Camatchy, Sylvie Moutoucomorapoulé, Léopoldine Settama-Vidon, Ranjit Camalon ? La Région aide beaucoup la commune de Saint-André. Didier Robert était encore la semaine dernière à l’espace Pierre Roselli avec les Virapoullé père et fils à la Cressonnière pour la signature du PIC. Financièrement parlant, la Région est omniprésente dans toutes les actions qui se concrétisent dans la commune du « dinosaure » Virapoullé. Pas très lisible tout ça, surtout lorsqu’on apprend que Me Philippe Creissen, avocat de la Région (après avoir été celui de Thierry Robert) devrait être présent sur la liste menée par Ranjit Camalon, collaborateur de la collectivité. D’après ce que l’on peut entendre sur le terrain, on ne peut pas dire que Me Creissen, qui habite Bras-des-Chevrettes, dans les hauts de Saint-André, porte vraiment les Virapoullé dans son cœur. Dans le camp d’en face, la gauche est plus que jamais divisée. Eric Fruteau, le perdant de 2014, a été nommé au collège de la Plaine-des-Palmistes depuis la rentrée, après avoir séjourné à Paris, loin du terrain saint-andréen où il a perdu quelques « camarades » au passage (les Aquilimeba, The Seng…). Joé Bédier, son ex 1er adjoint, fait bande à part depuis longtemps. Mais lui aussi semble avoir perdu les conseillers qui siégeaient à ses côtés.

A Saint-Benoit, une réunion aurait eu lieu, samedi après-midi, au Domaine de Bras-Pigeon dans les hauts de Cambourg entre Philippe Leconstant, Jean-Luc Saint Lambert et… Daniel Jean-Baptiste dit Parny. Depuis que Didier Robert a fait savoir qu’il ne se positionnerait pas sur la Plaine-des-Palmistes et encore moins en faveur de dit Parny, qui avait pourtant fait campagne pour Stéphane Bijoux (En Marche, soutenu par la Région), une alliance semble se mettre en place entre Saint-Lambert et dit Parny pour les municipales, à la Plaine afin d’essayer de barrer la route à Sophie Arzal, la candidate poussée par Marco Boyer, proche de Didier Robert.

A Saint-Benoit, Valérie Gangnant-Payet semble perdue elle aussi car Didier Robert refuse pour l’instant de se positionner. La 6ème adjointe de Jean-Claude Fruteau, qui n’a pas encore démissionné de son mandat, et qui reste donc, en quelque sorte, comptable du bilan sortant s’est « défoulée » sur la Cirest accusée, comme l’a écrit notre confrère le JIR, de mal traiter Saint-Benoit. Petite précision qui a toute son importance : le 1er vice-président de la Cirest, délégué aux finances, à savoir Henri Chane Tef est aussi adjoint au maire de Saint-Benoit, collègue de Valérie Gangnant-Payet et devrait être l’un des principaux colistiers de… la même Valérie Gangnant-Payet aux municipales à Saint-Benoit. Serait-il un mauvais élu qui n’aurait pas su bien canaliser les sous en direction de la commune qu’il représente au sein de la Cirest ? A en croire Valérie Gangnant-Payet, on serait tenté de répondre par l’affirmative. Toujours à Saint-Benoit, Patrice Selly, l’avocat, ex de l’équipe de Fruteau Jean-Claude bat la campagne. Sabrina Ramin et Jean-Luc July se sont déjà rencontrés. Mais rien ne dit pour l’instant qu’ils feront une liste commune en mars. Par ailleurs, Jean-Luc July, celui qui avait mis Fruteau en ballotage en 2014, a essayé vainement d’obtenir l’investiture de La France Insoumise (LFI). Depuis qu’il a quitté le PS, il a collectionné quasiment toutes les étiquettes politiques, du LPA à PLR en passant par Objectif Réunion. A Saint-Benoit encore, Patrick Dalleau, soutenu par la droite tendance Gonthier, Fontaine, croit beaucoup en ses « chances ». L’espoir fait vivre… Un autre candidat se tâte pour le moment. Il compte d’abord consulter la population bénédictine via des flyers avant de se lancer car il ne souhaite pas, comme tant d’autres, arriver avec des grands sabots et s’imposer. Il s’appelle Michel Allamèle, habite la Rivière-des-Roches. Il est surtout connu comme chef d’entreprises, transporteur. Nous en reparlerons. D’autres candidats potentiels pourraient très prochainement se déclarer : Dominique Atchicanon (ou peut-être son frère). Alexandrine Araye, une proche des Atchicanon, « bouge » beaucoup par les temps qui courent en occupant régulièrement le terrain médiatique.

Aux Avirons, le crêpage de chignon se poursuit entre Lyne Baillif, la 2ème adjointe « bordée » pour l’occasion par Michel Dennemont et la majorité municipale au profit de Roseline Lucas, la 3ème adjointe, candidate déjà déclarée et investie par Dennemont avec le soutien de plusieurs leaders de la droite locale. Il est fort à parier que Lyne Baillif fera route avec Eric Ferrère, le candidat soutenu par Didier Robert. Jean-Daniel Dennemont attend pour sa part de voir si Jonathan Rivière y va ou pas. Paul Fort, élu de l’opposition, devrait pour sa part partir au combat. Dans la guéguerre Lucas-Baillif (et Ferrère), c’est Roseline Lucas qui a l’avantage. Elle est soutenue par la majorité des élus du conseil municipal.

Au Port, la bataille ne sera pas de tout repos pour le maire sortant Olivier Hoarau (PLR). Son désormais ex-allié Sergio Erapa, ancien chauffeur de Paul Vergès et actuel conseiller départemental, a clairement laissé entendre sur son Facebook qu’il sera de la partie aux municipales. Sans doute, rejoindra-t-il au second tour son « camarade » Pierre Vergès, dont la candidature au Port est aujourd’hui un secret de polichinelle.

A Saint-Denis, Gilbert Annette dont l’ancrage reste populaire dans les quartiers joue à fond la carte de l’union de la gauche aussi bien pour les municipales que pour les régionales. Vendredi, il s’est fait un plaisir d’ouvrir la conférence publique donnée par Elie Hoarau à l’occasion des 60 ans du Parti communiste réunionnais à la mairie de Saint-Denis. Présents dans la salle : Maurice Gironcel, Huguette Bello, Jean-Hugues Ratenon et bien d’autres encore. Didier Robert, de son côté, réfléchit toujours. S’il se présente, c’est pour gagner. Mais même s’il ne décroche pas le mandat, en fin stratège, explique-t-on dans son entourage, il sait qu’il pourra toujours cristalliser sur son nom 40% des suffrages. Autrement dit, il pèserait sur Saint-Denis, des dizaines de milliers de voix et fort de ce « capital » de voix dans le Nord, il pourra discuter d’égal à égal avec Michel Fontaine, gros porteur de voix dans le Sud, en vue d’une réconciliation pour les régionales. Reste à savoir si Didier Robert acceptera de faire son chemin de Damas et se réconcilier avec le maire de Saint-Pierre ? Si la droite ne met pas de l’eau dans son vin, Didier Robert qui, soit dit en passant, n’a pas encore perdu les régionales, sait malgré tout que la partie sera beaucoup plus difficile qu’en 2010 et 2015. Lors de ces deux derniers scrutins, il se trouvait dans une dynamique de victoire ( désigné maire du Tampon en interne en 2006, puis élu au suffrage universel en 2008, président de la Casud, succès face à Paul Vergès aux législatives de 2007). Aux régionales de 2010 et 2015, il bénéficie du soutien de quasiment toute la droite (Michel Fontaine, Nassimah Dindar…). Mais depuis, les choses ont changé. La plateforme de la droite a volé en éclats depuis décembre 2018. Ce n’est plus le grand amour avec Fontaine et Dindar. Il a taxé les anciens de « dinosaure ». Les Tak, Fontaine, Dindar et d’autres encore veulent lui faire la peau, politiquement parlant. Nassimah Dindar se verrait bien, à droite et au centre, présidente de Région en 2021, soutenue par Michel Fontaine, André-Thien-Ah-Koon…

Autre point faible de Didier Robert aujourd’hui : la NRL (Nouvelle Route du Littoral) dont le démarrage a incontestablement contribué à son élection en 2015. Elle pourrait cependant le faire perdre six ans plus tard. Cette route n’en finit plus de faire grincer des dents. Quid des 3-4 kilomètres pour la terminer ? Les transporteurs qui avaient misé sur le transport des roches massives risquent de faire faillite faute de carrières exploitables. Sans compter les problèmes techniques auxquels est confrontée cette NRL. Pas plus tard que jeudi dernier, notre confrère Imaz Press a révélé des défaillances techniques sur 7 des 48 piles du viaduc. Silence radio du côté de la Région. Z’oreilles cochon dan’ marmite pois. Comme si cette route était devenue gênante pour la majorité régionale ; Le talon d’Achille de Didier Robert à un peu plus d’un an des régionales ? L’avenir nous le dira !

La « case de Nassimah » de retour devant la justice

A propos de justice, un petit mot pour vous dire que l’histoire vraie que je vous racontais lundi dernier concernant un « trafic » de voitures de La Poste a fait beaucoup causer, à en juger par les nombreux coups de fil que j’ai reçus. La jeune femme, victime de ce « trafic » n’a certes pas remis la main sur ses 4500 € en espèces qui ont atterri dans les poches d’un commerçant du Moufia, un certain « SB », somme partagée avec un ancien syndicaliste de La Poste, « JM » remercié par son employeur. La justice n’a toujours pas pu coincer les malfrats. « JM » végète. Quant à « SB », il poursuit son business entre La Réunion – dans son commerce du Moufia, une partie de ses marchandises qui étaient recherchées par la justice, sont précieusement gardées dans un container non payé du côté de la Nordev- Madagascar, mais plus à Maurice où il est interdit de territoire pour avoir escroqué plus d’une personne dans un commerce qu’il tenait du côté de Grand-Baie chez nos « cousins ». « SB » a aussi arnaqué un Réunionnais qui avait gagné plusieurs millions en lui achetant, à Maurice, un bateau super chic, qu’il avait oublié de déclarer auprès des douanes mauriciennes ; Bateau qui a été saisi avant même que l’heureux millionnaire réunionnais ait pu y poser les doigts d’pieds. Lequel millionnaire est aujourd’hui « oki ». « SB », lui, est libre comme le vent et dors toujours le ventre bien plein.

Un autre petit mot, même si cela n’a rien à voir avec la justice, pour vous signaler que la demande de subvention de 160 000 € et de prêt à taux zéro de 160 000 €, soit 320 000 € faite par « Zinfos 974 » auprès de la Région (rapport N°106597) qui devait être examinée le 27 août dernier n’est plus inscrite à l’ordre du jour de la nouvelle commission permanente de la pyramide inversée prévue le 10 septembre prochain. Le rapport a disparu. Il y en a 73 autres qui y sont inscrits, parmi lesquels des demandes de subventions formulées notamment par l’université pour l’organisation d’un colloque « justice climatique » à Maurice etc…, mais celle de « Zinfos 974 » n’y est plus. J’espère que Pierrot Dupuy, le gérant de « Zinfos 974 », ne m’en voudra pas. La semaine dernière, il s’était fendu sur son site d’une longue et violente réponse à mes « sournoises explications », avait-il écrit, en concluant avec colère que je n’étais pas journaliste et que si je n’étais pas content, je n’avais qu’à déposer plainte. Ben non, rien de tout ça cher Pierrot ! Cette demande de subvention figurait dans un document public que j’ai repris sans remettre en cause sa légalité. Tout ce qui figurait dans mon article a été repris quasiment mot pour mot dans le rapport rédigé par la Région. Je n’ai strictement rien inventé. Cela a été fait uniquement dans un but, celui d’informer nos lectrices, nos lecteurs qui, comme moi, sont peut-être vilains mais pas couillons. Et même si je ne suis pas journaliste comme toi, j’essaye, sans donner de leçons, de mener à bien – et autant que faire se peut, sans parti pris et sans subvention – cette mission qui est la mienne depuis bientôt 35 ans. Pour clore ce sujet, je tiens à te rappeler que j’apprécie beaucoup « Zinfos 974 », qui est un site que je lis au moins une fois par jour tant je respecte les qualités humaines et professionnelles de tes journalistes qui, eux, sont objectifs.

Passons maintenant à la « case de Nassimah », un sujet qui dans le courant du mois de septembre de 2017 avait fait les gros titres du JIR durant plusieurs jours. L’ancienne présidente avait porté l’affaire devant la justice en attaquant la direction du journal et un de ses rédacteurs pour diffamation. Le JIR avait été relaxé par le tribunal correctionnel le 9 octobre 2018. Les magistrats avaient retenu la « bonne foi » des rédacteurs. La sénatrice a fait appel et le dossier a été examiné, jeudi dernier, par la Cour d’Appel de Saint-Denis. Le JIR était défendu par Me Philippe Creissen, qui est aussi connu localement pour être, entre autres, l’avocat de la Région. Les époux Dindar, Nassimah et Ibrahim, étaient défendus par Me Jean-Michel Baloup, du barreau de Paris.

Il s’agit du dossier relatif à un terrain (Lot 112) de 900 m2 appartenant à la SCCV « Le Jardin de Petite-Ile » et vendu par la SPAG aux Dindar pour la somme de 150 000 €. Le JIR avait fait état de « prix arrangés », « d’entorses aux réglementations », de « terrain acheté pour une bouchée de pain à la SPAG », « d’arrangements », de « renvois d’ascenseur » aux Dindar par la SPAG. Bref, à en croire le journal, il y aurait anguille sous roche. L’enquête judiciaire en cours n’a toujours rien donné.

Lors de l’examen de ce dossier devant la Cour d’Appel, Me Baloup a rappelé que ce même terrain acheté à 150 000 € dans le Bas de la Rivière de Saint-Denis par les Dindar « faute d’acquéreurs et dans un contexte de crise dans le secteur de l’immobilier » a failli être vendu pour moins que cela. En effet, en octobre 2008, une offre de 100 000 € a été faite par la SCI OFA représentée par M. Cadjee. L’offre de 100 000 € a été acceptée par la SCCV et la SPAG, mais le réservataire s’est ensuite désisté. Autrement dit, le terrain aurait pu être vendu pour 100 000 € par M. Cadjee. Presque pour « un grain d’riz » ! Ce n’est que suite à ce désistement que la SCCV et la SPAG ont vendu aux Dindar. Me Baloup a ainsi démontré que la sénatrice ne méritait pas les noms d’oiseaux et les sous-entendus employés « injustement et de façon diffamatoire» à l’encontre de sa cliente. L’affaire a été mise en délibéré au 31 octobre prochain.

Allez, vraiment le mot de la fin, cette fois pour vous inviter à découvrir dans la série « Art et dégustations » une belle exposition intitulée « la saison des vins » par l’artiste « Coco ». Le vernissage a eu lieu mercredi dernier au restaurant « Le Mahé » à Saint-Denis en présence du beau monde dont quelques élus du conseil régional. Il y avait à regarder (les tableaux), mais aussi à boire et à manger. Sur les photos qu’on veut voir sur les réseaux sociaux, on retrouve côte à côte l’artiste « Coco » avec des personnalités locales de la mode, du commerce, de la communication… J’ai reconnu de belles personnes notamment Catherine Payet, ancienne collaboratrice de confiance du communiste Paul Vergès du temps où ce dernier était président de Région. “Coco” un jour, “coco” toujours ? J’en connais un qui doit se retourner dans sa tombe !

Je n’y connais rien à l’art, ni aux vins, mais il paraît que « Art et Dégustation participe à promouvoir le patrimoine, la culture française dans toute sa diversité, soutient le savoir-faire traditionnel, la création, les artistes, partage les valeurs essentielles d’un vivre ensemble dans le respect de l’écologie en harmonie avec notre environnement ». Tout un programme ! Certains diront peut-être que les tableaux font un peu « barbouillage » vu le mélange improbable de couleurs, mais moi je trouve ça visuellement cool. Sincèrement ! Pour la signification des toiles en revanche, faudra demander à Coco, l’artiste-peintre !

Y.M.

([email protected])

 

 

 

23
Poster un Commentaire

avatar
15 Comment threads
8 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
10 Comment authors
macatiaPaillettteMoet et chandonMaupassantCoq noir Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Sauf que
Invité
Sauf que

Manque d’emploi dans les collectivités ?
Sauf que si vous ete le cousin de …. vous serez recruté pour un salaire de 10 000 euros par mois.

Sauf que si vous etes l’épouse de ce même élu. Vous serez recruté au cabinet.

Égalité ? Equité ?

Olivier
Invité
Olivier

C’est bien vrai donc faut bordé à lu et son l’équipe pe Bras cassés vite fait bien fait

Maupassant
Invité
Maupassant

Bien dit otwoi

Ou sont les valeurs ?
Invité
Ou sont les valeurs ?

Une élue de st benoit qui collectionne les indemnités et qui se présente contre celui qui l’a mis en place.
Idem au Port apres avoir été chauffeur de Verges.

Finalement ces adeptes de rallys mangent à tous les râteliers et c’est vraiment triste de voir cela.

Aucune loyauté, encore moins de valeurs.

C’est un vrai manger cochon.

CATAN
Invité
CATAN

Faire la politique en Chanel et Dior, en jaguar ça ne passe pas ça s’appelle « dentelle »! 1er tour i borde à elle dans saint Benoit. L’orgu Et la vantardise sera mis de côté….

Mi roule en Clio
Invité
Mi roule en Clio

Mi roule en Clio et non dans gros loto payé par les indemnités politiques.

Voilà qui est dit.

Karane
Invité
Karane

Non seulement des gribouillis tel un enfant de 4 ans!!!!!!!! J’y étais je suis rentrée au bout de 20 mn chez moi. Il serait intéressant de voir qui paye ces festins/ vins/ mise en place. Des photos intéressantes circulent …. infantile mais infantile la connerie humaine n’a pas de prix !!!!!

noe
Invité
noe

Les grandes manœuvres sont en cours pour ces élections municipales de 2020 … on a besoin de vrais maires et non des planqués ! de vrais gestionnaires et non de “roitelets” !

YANNIS
Invité
YANNIS

SURTOUT PAS DO MOUN I PLACE ZOT FAMILLE

Saint Benoit
Invité
Saint Benoit

A méditer : ” ou nourri le vers et y pique ton cœur “

La route la couillonisse
Invité
La route la couillonisse

Le prince du sega chantait la ” route la cornisse”.

Avec la NRL et les 7 piliers défectueux on la ” la route la couillonnisse”

Moet et chandon
Invité
Moet et chandon

Demie route svp !

Coucou de la Cressonnière
Invité
Coucou de la Cressonnière

Comme déjà dit il y a quelques années, au sujet de Joe Bédier, il devrait s’y résigner : son destin, c’est la défaite.

J.maho
Invité
J.maho

Oui fontaine gros vivier de voix dans le sud,en volant les voix des votes des st pierrois, la réalité c’est autre chose aujourd’hui, quelques présidents de bureaux de votes parlent bcp à ANDA.

Cheval 1 tour
Invité
Cheval 1 tour

Nou aussi on connait des gens qui parlent a Anda.
Le tribunal…. pour dire a Anda qu’il perd a chaque fois.

Cjm
Invité
Cjm

Moi mi espère que ce Robert soi éliminé de la politique à jamais mais Surtout condamné pour tout ses connerie à répétition défendu à coup de milliers d’euros en avocat avec l argent du contribuable des milliers d’euros en sécurité des milliers d’euros dans sa poche des milliers d’euros pour sa famille et amis des milliard dans le roche et j’en passe comment la réunion i peu avancé avec un président pareil arrogant, menteur magouilleurs et la aussi j’en passe.franchement mi vois pas quoi un incompétent i peu faire en politique à par Berne les gens et rempli son poche.a… Lire la suite »

macatia
Invité
macatia

Ou la oublié que Didix y touche une allocation de logement de 2300 euros par mois sans compter ses autres indemnités.

renard
Invité
renard

c’est quoi ce genre de déversoir d’infos non confirmées ,je n’ai pas le temps de vérifier l’info mais je balance , sur zinfos c’est a vomir votre analyse hypocrite toujours aussi courageux montrouge et de plus en plus pitoyable

Cjm
Invité
Cjm

Merci monsieur Mont-rouge Pour toute ses information que vous donner au réunionnais.moi c ses politiques hypocrite qui me donne envie de vomir qui passe leur temps à nous dire des connerie années après année pour être réélu mais qui finalement n’ont aucune parole.

Coco?
Invité
Coco?

Coco comme “Corinne Robert”? La femme de…

Coq noir
Invité
Coq noir

Pourquoi le dircab l’a couru en douce et en secousse – où quitte un poste coma ou mesié monrouge ?

Paillettte
Invité
Paillettte

Vergès Vergès le boss copié jamais égalé