Edito / Municipales 2020 : rien à cirer du « candidat de… » !

dans Edito de Yves Montrouge/Politique

Ils étaient trop « mimi » à cette réunion, dans l’Ouest, vendredi soir. Tous unis autour du député européen Stéphane Bijoux, qui avait organisé ce meeting de remerciement à l’attention de toutes celles et de tous ceux qui l’ont soutenu, lors des élections européennes de mai dernier.

Des élus de droite, comme de gauche en passant par le centre. On a vu lors de cette soirée, assis côte-à-côte durant les discours, ou sinon, debout, main dans la main, sourire en tranche papaye, Cyrille Melchior, président du Département, Didier Robert, président de la Région, Michel Dennemont, sénateur, Michel Vergoz, maire de Sainte-Rose, Daniel Jean-Baptiste dit Parny, conseiller départemental de la Plaine-des-Palmistes, Henri Chane Tef, adjoint de Jean-Claude Fruteau à Saint-Benoit, Fabienne Couapel-Sauret, conseillère régionale et bien d’autres encore. Unis et solidaires pour un même combat, celui porté par l’eurodéputé « En Marche » Stéphane Bijoux, au Parlement européen. Moment fraternel qui fait chaud au cœur et qui fait plaisir aux Réunionnais, lesquels auraient tellement aimé que ces instants là puissent s’éterniser dans l’intérêt de l’île. Mais ce n’est pas le cas.

L’entente cordiale, ça tient juste le temps d’un cocktail et quelques photos. Un sourire par ci, une caresse dans le dos par là, deux bises ou une accolade, trois causements échangés et la politicaillerie reprend vite le dessus. Surtout en cette période pré-électorale où l’on esquisse de larges sourires « dent blanc, ker noir, ek couteau dan’ dos ». J’y reviendrai dans un instant sur les municipales qui s’approchent à pas de géant.

“Faut que Girardin sorte ses PEC !”

La ministre des Outre-mer devrait de nouveau débarquer dans l’île cette semaine. Les 19 et 20, nous dit-on. Elle vient en week-end, mais pas pour se reposer. Elle vient « déminer » le terrain avant l’arrivée d’Emmanuel Macron dans le département si, d’ici à octobre prochain, le Président de la République ne trouve pas un prétexte pour modifier son agenda car La Réunion, semble-t-il, n’est pas trop sa tasse de thé. L’un des dossiers auquel Mme Girardin va s’atteler, outre le projet de rachat de Vindémia par le Groupe Bernard Hayot, c’est celui des PEC (Parcours Emploi Compétence), les fameux contrats aidés, qui sont bloqués. Il n’y en a plus. Pôle Emploi qui est responsable des attributions de ces PEC ne sait plus trop où mettre la tête face à la multiplication des demandes. Et les maires, qui sont à portée de claque face aux chômeurs en colère, ne savent plus à quel saint se vouer. Nul doute qu’ils ne manqueront pas de louer Sainte Annick sur ce dossier sensible. A l’heure où les feuilles d’impôts fleurissent dans les boîtes à lettres, où les moustiques arrivent avec l’été austral, où les ravines ont besoin d’être nettoyées, où les fêtes de fin d’année se préparent, les gens ont besoin de travailler. Ils ont besoin d’un petit contrat de plus de 21 heures s’il vous plait et pris en charge si possible à plus de 50% par l’Etat car les collectivités ne pourront pas suivre. C’est un dossier important, prioritaire. Les chômeurs veulent travailler, ils ont besoin de manger et de nourrir leur famille. Avec un PEC actuel inférieur à un RSA (-120€), les chômeurs ne vont pas se bousculer au portillon de Pôle Emploi. Sans compter que même ce PEC là, il n’y en a plus ! Vite Madame la ministre, faudra faire un geste car entre les producteurs de fruits et de fleurs qui s’inquiètent face aux directives européennes (contrôles rigoureux avant exportation), les producteurs de viande « ratiboisés » de près de 2 millions d’euros d’aides de l’Etat et donc bloqués dans la poursuite de leur activité… le voyage prochain du Président de la République ne risquera pas d’être de tout repos.

Pour en revenir au projet de rachat de Vindemia par GBH, lequel semble déboussoler notre classe politique qui se réveille enfin – depuis le temps ! – les consommateurs regardent tout cela avec un œil plutôt amusé. Le président de Région est monté au créneau la semaine dernière en posant ses conditions et en interpellant l’Autorité de la concurrence qui devra prochainement statuer sur ce rachat. Avant lui, la semaine précédente, ce sont Ibrahim Patel et Bernard Picardo, respectivement président de la CCIR et de la Chambre des métiers, mais aussi politiques, qui ont crié au loup. Bref, tous les élus disent qu’ils n’ont rien contre Hayot mais ils tirent la sonnette d’alarme pour dire « attention à des situations de rentes, au monopole ». Sauf que ces situations ne se sont pas créées du jour au lendemain. C’est un système qui s’est mis en place avec le temps mais aussi et surtout avec la complicité de nos élus d’hier et d’aujourd’hui. Je me rappelle encore que ces réunions du CDAC et des affaires qui ont suivi où certains élus se sont fait « graisser la patte » par un grand patron, lequel après avoir bouffé des tonnes d’aides publiques (argent des contribuables) a investi dans la grande distribution, avant de vendre aux grands groupes nationaux pour aller investir son argent obtenu grâce à l’Etat et à l’Europe (toujours avec l’aide de nos élus) dans d’autres business, de l’autre côté la mer. Aujourd’hui, ces mêmes élus dont certains gravitent dans la sphère du pouvoir depuis des décennies font semblant de découvrir le problème, emboitant ainsi le pas aux grands patrons réunionnais qui, dans la grande distribution, sont en train de se faire « cannibaliser » par plus grands et plus puissants qu’eux venus d’ailleurs. La faute à qui ? A celles et ceux qui sont censés nous diriger en ayant une vision pour un développement équilibré de notre île en prenant en considération tous les aspects de cette économie insulaire où une plus grande aide doit être apportée à nos filières locales afin d’encourager les producteurs péi et de lutter contre les importations. Où est cette vision d’ensemble qui tend vers une autosuffisance alimentaire ? Où est ce projet global pour un développement économique cohérent et durable qui passe par une attribution à bon escient des aides françaises et européennes aux entreprises locales créatrices d’activités ? Nos politiques à nous sont des adeptes de la politique au coup par coup.

Pour les consommateurs, ce qui importe avant tout, c’est que les prix baissent. Que les magasins soient la propriété de X ou de Y, qu’ils appartiennent aux blancs, aux noirs ou aux jaunes, aux Réunionnais, aux Métropolitains, aux Antillais ou même aux Mauriciens, ils n’en ont rien à cirer. Fallait voir ça avant, depuis bien longtemps, mettre en place des textes, des lois qui encadrent le marché. L’on a appris que l’Observatoire des prix, des marges et de revenus va lancer une étude. Un cabinet a déjà été choisi. Une étude. Encore une étude. La Région va également en commander une au Ceser, qui est présidé par Dominique Vienne, très proche du patron local des Leclerc… Des études. C’est bien connu, quand il n’y a pas (plus) de solution, on fait des études ! Ça fait travailler des cabinets, parfois même des cabinets-amis, des consultants (es) proches du cercle. Pendant ce temps, le petit peuple « i rale le diable par la queue » pour pouvoir passer à la caisse…des grandes surfaces ! La Région veut une étude et aussi un projet de loi sur lequel travaillaient déjà les députés David Lorion et Jean-Hugues Ratenon. En espérant que les élus d’En Marche Réunion dont le président de Région pousseront pour faire du lobbiying auprès des ministères à Paris afin d’inscrire ledit projet à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Sans volonté politique et, en l’occurrence, sans celle du gouvernement, rien à faire, à part causer pour amuser la galerie !

Des galets « cousins » pour la NRL ?

La NRL, c’est un peu comme les grandes surfaces, peu importe qui en sont les patrons, c’est les prix qui comptent pour les consommateurs. Pour la NRL, peu importe d’où viennent les galets ! Pour les usagers de la route, l’essentiel est que cette NRL soit terminée dans les délais promis. Mais disons que si le projet avait été bien ficelé comme il se doit, on n’en serait pas là aujourd’hui, c’est-à-dire à essayer de trouver des cailloux dans les champs de cannes d’ici ou d’ailleurs pour terminer ce chantier pharaonique. Preuve que le chantier a été lancé un peu à la va-vite, sans doute en raison des impératifs électoraux (fin 2014, à la veille des régionales de 2015) puisque, 5 ans plus tard, ses concepteurs et promoteurs sont encore au stade de la recherche de galets pour terminer la partie digue de la NRL. Et pourtant, il a été dit et répété : « pas un euro de plus, pas un galet pris à La Réunion et la route sera livrée dans les délais ! ». Après l’essai infructueux des galets malgaches au tout début du chantier, tous les andins ont été pris à La Réunion. Le chantier a déjà atteint les 2 milliards d’euros (au lieu du 1,6 milliard). Et la route ne sera jamais livrée dans les temps. Aux dernières nouvelles, selon le journal « Le Mauricien » dont l’information a été relayée localement par notre confrère « Imaz Press Réunion », la semaine dernière, des galets pourraient venir de l’île Maurice. Des galets achetés avec l’argent du FEDER qui devaient bénéficier aux Réunionnais ? Pas sûr que les transporteurs acceptent ce « deal » et laissent entrer des galets mauriciens, d’autant que des cailloux, il en existe aussi dans nos champs de cannes. Pas sûr donc que les transporteurs locaux dont certains se sont endettés pour la réalisation de ce chantier puissent laisser le groupement aller nourrir les « cousins » étrangers avec l’argent de la France et de l’Europe voté pour faire travailler l’économie réunionnaise. Nos « cousins » qui en matière de transport ont soit dit en passant une longueur d’avance sur nous, eux qui viennent d’inaugurer le tram-train… Mon petit doigt me dit même que si cette piste de « cailloux cousins » devait se concrétiser, des transporteurs pourraient aller « déposer » des galets devant la pyramide inversée, histoire de montrer que les galets ne manquent pas à La Réunion. Ce qu’il faut, c’est de la roche massive. Et pour cela, il faut que la justice autorise à exploiter les carrières qui en disposent. Mais comme les promoteurs semblent avoir confondu vitesse et précipitation et ont lancé la procédure de façon « gros doigt », il se trouve que les carrières de roches massives dont celle de Bois-Blanc, propriété de la SCPR (filiale de Vinci-Bouygues) ne sont pas exploitables, non pas à cause des associations de défense de l’environnement et des familles proches du site concerné (elles ont fait leur job) mais bien en raison de l’empressement incohérent qui a prévalu lors du lancement de ce chantier du siècle, au point de passer outre les lois de la république et de s’asseoir sur la réglementation en vigueur en matière environnementale. Quid la carrière « Sans-Souci » à Saint-Paul que le député Poudroux vient de sortir de son chapeau ? Elle est située sur la propriété du Parc national. Est-ce pour cette raison que Didier Robert s’est entretenu, mardi dernier, en fin de matinée, juste après la commission permanente, avec Daniel Gonthier, président du Parc national à La Réunion ?

Rencontre Didier Robert/Daniel Gonthier à la pyramide inversée

Voilà qui m’amène à vous parler des municipales ! Mais avant tout, encore un petit mot sur la carrière de « Sans-Souci » pour vous dire que, le temps de relancer toute la procédure, il faudra compter au moins un an pour pouvoir exploiter ce site. Vous aurez compris que La Réunion, dans sa grande majorité, est pour l’achèvement de la NRL dont le président Didier Robert a eu le courage de lancer, après maintes tergiversations de ses prédécesseurs, mais il aurait fallu le faire dans les règles de l’art. Ce qui n’est manifestement pas le cas. Ce qui, en attendant la concrétisation de ce chantier, va encore contraindre les milliers automobilistes à garder un œil sur la route et un autre sur la falaise au cas où un morceau de cap se pourrait « chaper ».

J’en arrive maintenant aux municipales. Rapprochements, négociations, arrangements derrière la cuisine, rencontres en « misouk »… Nous sommes en plein dedans à présent. Ça a commencé. Les déclarations de candidature se multiplient au rythme des conférences de presse. Chaque jour qui passe nous apporte son lot de candidats : Gérard Indiana, Thierry Robert à Saint-Leu, Alain Bénard à Saint-Paul, Joé Bédier à Saint-André, bientôt Serge Camatchy à Saint-André (ce sera ce mardi).

A Bras-Panon, pas plus tard qu’hier dimanche, nous avons reçu un communiqué signé de certains anciens colistiers de Jeannick Atchapa. Ils vont rejoindre le candidat Jean-Hugues Ratenon. Ils ont répondu à «l’appel des Panonnais rassemblés» lancé par Ratenon pour les municipales de 2020. Le communiqué précise que « cette liste n’est pas exhaustive étant donné que d’autres colistiers ont fait la même démarche mais ne souhaitent pas pour l’instant se dévoiler par crainte de représailles ». Qui sont ces « anciens » d’Atchapa ? Ils s’appellent Dolly Henriette, Jean-Luc Paton, Aliette Siamouroux, Stéphane Coulsimby, Mimose Fanchin et Ginette Sinapin. Cette dernière a toujours été communiste et proche de Ratenon.

A Bras-Panon, pas besoin d’être grand clerc pour savoir que la partie se jouera entre le maire sortant Daniel Gonthier, son adversaire de toujours Jean-Hugues Ratenon, qui l’a battu lors des législatives de juin 2017 dans la 5ème circonscription et Jeannick Atchapa. Atchappa a été 1er adjoint de Gonthier. Mais les deux hommes ne regardent plus ensemble dans la même direction depuis longtemps. Atchapa est présenté comme le « candidat de Didier Robert ». Daniel Gonthier termine son troisième mandat. Il en brigue un quatrième. Point commun entre les trois candidats : ils sont tous sûrs de gagner. Mais rassurez-vous, il n’y aura pas trois maires à Bras-Panon ! Jeannick Atchapa est le candidat soutenu par Didier Robert, président de Région et président d’Objectif Réunion. Il a déjà « débauché » quelques militants de Gonthier dont une adjointe Micheline Ally, qui a officialisé, en août dernier, son ralliement. Une autre conseillère municipale de la majorité, Anna Blard, a elle aussi quitté Gonthier pour rejoindre Ratenon.

En mai dernier, Daniel Gonthier, Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé avaient déjeuné ensemble au restaurant « Le Champ-Borne » à Saint-André pour tenter un rapprochement. C’était une initiative de Virapoullé. Didier Robert avait laissé entendre qu’il ne pouvait plus faire marche arrière puisqu’il s’était déjà engagé en faveur d’Atchapa. Mardi dernier, une rencontre (la deuxième) a eu lieu entre Didier Robert et Daniel Gonthier au 4ème étage de la pyramide inversée.

Le menu de la rencontre ? Je ne pourrais vous le dire. Dès le mardi soir, peu avant 21 heures, j’ai envoyé un texto au maire de Bras-Panon, qui l’a lu (ça se voit) mais il ne m’a jamais rappelé. Ce qui n’est pourtant pas dans ses habitudes, lui qui est si communicatif … Ont-ils parlé de la carrière de « Sans-Souci » ? Des dossiers de Bras-Panon pour lesquels les subventions de la Région seraient en mode « bloquées » ? D’un soutien éventuel de Didier Robert pour les municipales ? Mystère et boule de gomme ! Daniel Gonthier a décidé de cultiver le secret autour de cette rencontre au sommet. Mais à La Réunion, quand « fourmi i passe sous la terre do moune i connaît ». Les commentaires sont allés bon train. Nombreux sont ceux qui sont persuadés que le maire sortant est allé discuter des municipales. Qui a sollicité qui ? On le saura peut-être dans les jours qui viennent. Difficile en revanche d’empêcher les interprétations étant donné que « la langue n’a poin lo z’os ». Un frémissement dans la campagne ? Besoin de l’aide d’une collectivité pour faire avancer des dossiers ? Les gens causent beaucoup. Y’en a qui disent même que «ces municipales seront une formalité pour Daniel Gonthier, fort de son bilan. Daniel Gonthier fera, après le scrutin de mars, de Raymond Tong-Yette son 1er adjoint, à la place de Gilles Jeanson ». Info ou intox ? A suivre !

Droite : réconciliation en vue ?

Il est dit que Didier Robert prendrait de plus en plus conscience que sans l’union de la droite et du centre, ce serait l’échec assuré pour lui aux régionales de 2021. Aussi, il chercherait à réconcilier la droite. Sauf que cela semble vraiment mal barré sur le terrain, notamment lorsqu’on entend, pas plus tard que mercredi dernier, Alain Bénard, dont il était le directeur de cabinet pendant 10 ans à la mairie de Saint-Paul. Alain Bénard a été en effet maire de cette grande commune de l’Ouest de 1999 à 2008. Didier Robert a bossé pour lui. Alain Bénard a été ensuite collaborateur de cabinet de Didier Robert, président de Région. Dans ce milieu, on trouve toujours un moyen de caser les copains. Pas besoin d’être « devineur » donc pour savoir qui soutient Alain Bénard à Saint-Paul. Un Alain Bénard qui a « destroyé » le temps d’une conférence de presse la gestion de l’actuel maire Joseph Sinimalé. Bénard qui veut « tourner la page » Sini à Saint-Paul. Huguette Bello n’a pas trouvé meilleur militant ! Une tentative de réconciliation de la droite aurait voulu que les leaders, fussent-ils « dinosaures » pour certains, se mettent autour d’une table pour réfléchir à une stratégie globale en vue de barrer la route à une union de la gauche. Ben non ! La droite continue à tirer à boulets rouges sur la droite, à l’instar de Bénard sur Sini.

Aux Avirons, c’est assez marrant ! Pas plus tard que la semaine dernière, une ancienne conseillère régionale, majorité Didier Robert (2010-2015), s’est fait remonter les bretelles par le président d’Objectif Réunion pour avoir posé sur la photo de famille aux côtés de Michel Dennemont, Michel Fontaine, Nassimah Dindar, Cyrille Melchior… les soutiens de Roseline Lucas. Or, vendredi dernier, on a pu voir le président d’Objectif Réunion main dans la main avec Michel Dennemont, Cyrille Melchior… Comprenne qui pourra ! Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Aux avirons toujours, Eric Ferrère, le candidat de Didier Robert a tenu une belle réunion, vendredi soir. Une « belle » dans le sens où pas mal de personnes y étaient présentes.

Parmi elles (voir photos), Yvan Dejean, le tout nouveau secrétaire général du PCR. « A La Réunion, nous devons travailler avec tout le monde, cela fait partie de notre ADN. Travailler avec tout le monde sans exclusive, pour le bien de La Réunion : c’est cela, le parti communiste réunionnais et c’est cela, notre combat : unir les Réunionnais, tous les Réunionnais, pour le développement de La Réunion ! », avait déclaré Yvan Dejean, il y a deux semaines, lors de l’assemblée générale extraordinaire du PCR à Sainte-Suzanne.

 

Ceci explique peut-être cela, c’est-à-dire son positionnement en faveur d’Eric Ferrère aux Avirons, à moins que ce soit une consigne de Maurice Gironcel, le maire communiste de Sainte-Suzanne, dont on dit qu’il fera Didier Robert aux régionales de 2021. Rappelons encore que le PCR qui avait torpillé Huguette Bello en 2014 à Saint-Paul, la soutiendra cette fois-ci face à Sinimalé ; De même que le PCR soutiendra Firoze Gador au Port contre le PLR Olivier Hoarau, proche d’Huguette Bello. De même que le PCR, officiellement, ne soutiendra pas Pierre Vergès au Port, le fils de Paul, que les membres du PCR dont Yvan Dejean ne cessent de montrer en exemple. Soulignons aussi que Jean-Hugues Ratenon (ex PCR devenu La France Insoumise) apportera son soutien à Huguette Bello, patronne de PLR, à Saint-Paul. Et que Patricia Profil, conseillère régionale PLR, donc proche d’Huguette Bello, se présentera à Bras-Panon où Ratenon est candidat. Vous suivez toujours ?

A Saint-Benoit, il paraît que Patrick Dalleau, soutenu par tout ce que la droite peut compter de leaders à La Réunion, réalise actuellement un sans faute sur le terrain, ainsi que sur les réseaux sociaux où l’on apprend, via une vidéo tournée sur les hauteurs de Takamaka, qu’il souhaite développer la ville à partir des eaux vives. Tout un programme ! Notons que Sabrina Ramin revendique quant à elle le soutien de Didier Robert et de Jean-Paul Virapoullé. Et Guy Dérand, l’ancien président de la Chambre d’agriculture, qui le soutient ?

Soutien ou pas soutien, tout compte fait, les électeurs n’en ont rien à cirer du « candidat de… ». Plus personne ne regarde aujourd’hui l’étiquette politique dont certains en changent comme ils changent de culotte. Passant de la droite UMP à En Marche. Par exemple ! Ce qui importe, c’est ce que le candidat (e) a comme projet pour la commune. Et après, qu’il soit candidat de Michel Fontaine ou candidat de Didier Robert, de Tartampion ou de Duchemolle, les électeurs n’en ont que faire, comme de leur première dent de lait. De même qu’ils n’ont rien à cirer que certains leaders politiques se prennent pour Tarzan ou pour Jane !

A Saint-Denis, aux dernières nouvelles, Didier Robert garde toujours les yeux rivés sur la mairie. Nassimah Dindar aussi, qui commence à se lasser de Paris. Trop loin de La Réunion, trop loin de ses électeurs !

Saint-Denis : bataille politique autour d’une mosquée

J’allais oublier un autre candidat à Saint-Denis, à savoir le maire sortant, Gilbert Annette, omniprésent sur le terrain et apparemment très en forme. Les bienfaits du yoga sans doute ! Tellement en forme qu’il souhaiterait reprendre à l’association Noor Anla Noor un terrain dont le compromis a pourtant été signé, vendredi dernier, 13 septembre, entre la SIDR et le président de l’association, Kassim Mbae. Il pourrait exercer sur ce terrain situé dans le Bas de la Rivière un droit de préemption alors que le terrain d’environ 421 m2 devrait permettre à Noor Anla Noor de concrétiser un projet vieux de plus de 10 ans d’agrandissement de l’unique mosquée chaféite de Saint-Denis fréquentée par la communauté musulmane comorienne. D’après nos informations, Gilbert Annette a promis une mosquée à cette communauté. Il a même fait voter une subvention de 500 000 € par le conseil municipal. L’argent a permis de construire un centre culturel que Gilbert Annette souhaite transformer en centre cultuel. Or, il n’en a pas le droit. La commune n’a pas le droit de financer un lieu de culte avec de l’argent public. L’Association Noor Anla Noor peut se débrouiller toute seule, car elle n’a pas envie de politiser ce dossier. Elle avait lancé une collecte pour financer son projet. Le compromis a donc été signé. Mais le maire de Saint-Denis ferait pression aujourd’hui sur la SIDR pour empêcher la vente du terrain à l’association. A l’approche des municipales, le maire de Saint-Denis, grand seigneur, veut surtout montrer à la diaspora comorienne que c’est lui qui va faire cadeau de cette mosquée. L’association présidée par Kassim Mbae espère que le politique ne prendra pas le dessus sur la Sidr. Inch’Allah ! Nous reviendrons en détails ultérieurement sur ce dossier, avec toutes les pièces à l’appui.

Un tout autre sujet pour terminer. Il concerne un directeur de service de la Région qui a été mis non pas au vert mais au « bleu » pour avoir mis les élus de la majorité dans une situation embarrassante mardi dernier lors de la commission permanente. Pour avoir transmis (par erreur) aux élus, y compris ceux de l’opposition, un rapport-annexe au rapport initial relatif à la continuité territoriale, Aftab Sandooyea, directeur du service « Mobilité » est devenu du coup très mobile. Trois jours après la « bourde », il a été muté à la Direction du projet « Economie Bleue ». Il faut dire que le président de Région a vu rouge lorsque les élus de l’opposition lui sont tombés dessus à bras raccourcis en agitant le rapport-annexe qui mentionnait une simulation tendant vers une baisse de l’aide régionale de 100 € au titre de la continuité territoriale. La note de service du DGS Mohamed Ahmed n’a pas tardé à tomber. Mr Sandooyea, un proche de l’ancien président Vergès, a « atterri », un peu comme un avion sans ailes, à « l’économie bleue ». Ce qui ressemble fort à une mise au placard. Il était, dit-on, depuis longtemps dans le collimateur de la majorité. L’intérim de la Direction de la Mobilité est assurée à compter d’aujourd’hui, lundi 16 septembre, par Jacques Blard, directeur Egalité des chances, Plan de relance régional et Emplois verts. Je vous laisse en disant un grand bravo à tous les gagnants et toutes les gagnantes du grand lotoquine Free Dom/Jumbo Score. L’histoire ne dit pas si M. Sandooyea a joué. Il aurait pu… pour se changer un peu les idées, en ces temps de turbulences politiques !

Y.M.

([email protected])

 

37
Poster un Commentaire

avatar
19 Comment threads
18 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
14 Comment authors
SuitePropagande de la Reugion ?Nou la féFais rireMarcel serre dent Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
AFZ
Invité
AFZ

Quoi là arrive Directeur la mobilité – continuité ? Mais quoi? Mais quoi? Mdr !!!!

fontainealain758@gmail.com
Invité
[email protected]

Ils sont tous des voleurs voleur voleur

RAL SA MAN
Invité
RAL SA MAN

Effectivement la sortie par la petite, toute petite porte pour ce monsieur proche de l’ancienne équipe communiste de la réunion. Ce rapport ne figurait pas à cet endroit, par hasard, n’est ce pas? Life is beautiful, Life is travelling via continuité centre d’affaire

Justin
Invité
Justin

Revoilà les traites, les corrompus les voyous col blanc.
Allez vous pendre

Reunion en ler
Invité
Reunion en ler

Finalement Didier robert qui lorgne du côté de Saint Denis, n’a jamais fait le job quand il a été maire au Tampon. Les comptes de la commune du Sud ont ete dans le rouge. Il ne fait pas le job non plus a la Region, avec notamment la triste réalité de la NRL. Budget dépassé, problème de sécurité avec les 7 piliers défectueux et maintenant les galets mauriciens …

La ville de Saint Denis est très bien gérée. On ne souhaite pas voir un débutant qui n’a pas fait le job ailleurs venir dans le chef lieu.

Zean rené
Invité
Zean rené

Annette lo Maire terrain- lo Maire i travaille pour les pauvres- Lo Maire toutes do moun- ça lo Maire té

cafriplainoise
Invité
cafriplainoise

Il a fait des choses au Tampon, comme par exemple titulariser ces petits personnels qui travaillaient depuis Badré et que la clique de TAK avait mis au “roulement”…. Tak lui a titularisé ces militants au bout d’un an d’embauche, personnel qui ne sait pour la plupart pas lire et écrire et qui occupe des postes de chef dans la cantine….

Maryse
Invité
Maryse

Vous avez vu les recrutements à la region , le niveau descends extrêmement bas, les fautes d’orthographe s’alignent à chaque mot, et ce sont des administratifs pour certains, incapable d’écrire. Des exemples il y en a , à tous les étages! Les gros bras avec « fusil dans les voitures de fonction » donnent une très belle image de cette collectivité. L’ère VERGÈS était tout autre, la classe !

Fais rire
Invité
Fais rire

Le niveau descend ( conjugué au présent et non descends), incapables d’écrire (adjectif donc s’accorde en genre et en nombre et non incapable ). Région et non pas region . Encore faudrait-il se corriger soit -même avant de critiquer son voisin me semble t-il. Enfin,il est vrai qu’il est toujours plus facile de voir la paille dans l’oeil de son voisin que dans le sien. Sous Vergés, je n’ai jamais reçu aucun courrier bien que des demandes ont été formulées donc c’est pire.

Nou la fé
Invité
Nou la fé

@ Fais rire,
Vous êtes la seule à rire semble t-il.
Votre argumentation est limite partisane et simpliste. Votre dernière phrase c’est du.niveau d’un CM2 moyen.

Suite
Invité
Suite

Nous sommes tous partisans/partisanes. C’est un droit . Tu devrais toi aussi rentrer dans ce moule. Attention à la chute. Tu es le seul à ne l’avoir toujours pas compris. La voie du concours … ou la voix du con… court. La bonne orthographe est? Je ne sais pas donc je demande.

Macron bis
Invité
Macron bis

Robert de la region est souvent comparé à Macron mais à un autre niveau, niveau interquattier.

REGION
Invité
REGION

Bjr,
Il faut savoir que le nouveau Directeur de la Mobilité était aussi un très proche de VERGES.
Son tour viendra.

D.R.H
Invité
D.R.H

Semble t’il que le nouveau directeur « est en intérim » selon la note envoyée donc…. l’ancien a été décapité vif c’est ce que la vie nous réserve du jour au lendemain……

LA DI LA FÉ
Invité
LA DI LA FÉ

L’EDITORIALISTE LA DIT LU PASSE AU BLEU @ BLEU MARINE OU ROUGE GORGE

ANONYME
Invité
ANONYME

FINALEMENT MR MONTROUGE A BIEN LIRE VOTE EDITO. C’EST MANGE COCHON – BAND DE COCHON NON !!!! C’EST DEGUEUX.

La case de ....
Invité
La case de ....

A Paris il n’y a pas de villa pour 130 000 euros ?

Lynda
Invité
Lynda

Yes l’antenne parisienne en faillite !

Dionysien
Invité
Dionysien

Annette il est ce qu’il est avec ses défauts et qualités mais il faut avouer que le boug rempli ses fonctions sans bling bling, en plus d etre un sportif accompli rencontré ce dimanche a la Trinité.

Jonathan
Invité
Jonathan

Exactly le boss en quelque sorte

noe
Invité
noe

Pour éviter les dérapages et propositions inutiles , je serai “candidat” dans les 24 communes de l’île !

Casimir ile aux enfants
Invité
Casimir ile aux enfants

Les élus attendent trop de l’État. Qu’ils commencent par gérer la collectivité en bon père de famille au lieu de voyager et de recruter leurs proches ( femme au cabinet ou cousin pour 10 000 euros par mois etc …).

martin
Invité
martin

Lé di com il fo

ratisse large
Invité
ratisse large

Daniel quoi là arrive à où . Ou si rode gamelle partou- daniel ou la bizin la region, pou gaigne la mairie , commen ratenon i fé pèr ou lo frèr

Nina
Invité
Nina

Gonthier on te veille quand tu rentres en douce à la pyramide de Gisey. On te veille monsieur le Maire

Frédéric
Invité
Frédéric

Mais qu’est-ce qu’un gars du PCR fout dans une réunion de Ferrere ? C’est n’importe quoi …. lol…

PCR vote a droite ?
Invité
PCR vote a droite ?

Le PCR vote a droite ?

Le PCR a fait gagner Nafia Ramassamy.
Le PCR n’a pas appelé à voter pour Mme Bello et fait gagner Sinimale.

Triste PCR.

Cjm
Invité
Cjm

À chaque fois élection i arrive la magouille i commence,la toute i veux fé avance la réunion la point meilleur que zot pou aide le peuple réunionnais.c surtout ses salaire que n’a derrière ces fonction i attire à zot et sûrement pas le peuple sinon i fais longtemps le peuple t’es dans une meilleure situation combien réunionnais i vive encore dans des conditions indigne mi pense pas trouvé un politicien ici la réunion n’a problème d argent, de logement ou autre au contraire toute cette zot i peu prend zot i prend sans pensé cette les dans le besoin.la majorité… Lire la suite »

Boule de cristal
Invité
Boule de cristal

Un président d’une collectivité territoriale a de forte chance de faire de la prison.

Lequel ?

nasser
Invité
nasser

OUI OUI OUI …… SAINT BENOIT J’AI EU L’OCCASION DE DISCUTER AVEC PATRICK DALLEAU, CE SERA LE NOUVEAU MAIRE DE CETTE VILLE .
IL A TOUTE LE PROFILE POUR ÊTRE.

974
Invité
974

Il ne vous reste plus qu’à parler avec Balkany alors !

Godefroy1091
Invité
Godefroy1091

Vos propos sur les municipales restent assez manichéens, consistant à opposer les anciens aux anciens sans prendre en compte une nouvelle classe de candidats qui arrivent. Ces inconnus de la dernière heure ne seront peut être pas élus mais vont jouer à coup sûr les troubles fêtes. Je vous donne rendez vous dans cette commune de Bras Panon pour exemple parmi tant d’autres. Et prenez en compte par ailleurs la proportion des nouveaux inscrits, jeunes et nouveaux arrivants eu egard à la population panonnaise. Cela semble invraisemblable certes, mais il y a peu de temps, cela semblait également invraisemblable qu’Emmanuel… Lire la suite »

974
Invité
974

Vous avez l’air d’être un expert .. en ouverture de porte ouverte.
Bien à vous.

Godefroy1091
Invité
Godefroy1091

La providence dissimule ses vérités derrière les évidences.
Bien à vous

Marcel serre dent
Invité
Marcel serre dent

Etre comparé à Macron, n’est sans doute pas un honneur, bien au contraire.

Godefroy1091
Invité
Godefroy1091

Ça dépend pour qui!

Propagande de la Reugion ?
Invité
Propagande de la Reugion ?

Un média alimenté a coup de millions d’euros s’en.prend au bilan du maire de st denis. Une preuve que ” mi voyage et c’est zot qui paye ” va se présenter à st denis. Au Tampon il ne passe plus car il a fait illusion une fois. Tampon ce sera pour Bacassine et sa cousine ?

On attend toujours des nouvelles de 7 piliers défectueux et de l’ouverture de la NRL en 2040 ?