Les grands enseignements du scrutin et l’analyse commune par commune

Il y avait 17 communes concernées, 41 listes en lice, 8 duels, 8 triangulaires et 1 seule candidature à St-Leu pour ce second tour des municipales 2020 qui s’est déroulé, hier, dimanche 28 juin, soit trois mois après le 1er tour, crise sanitaire oblige. La participation a connu une hausse d’un peu plus de 2 points (54,16% contre 52% au premier tour le 15 mars dernier), mais rien à voir avec les taux des municipales précédentes (2014, 2008…) dépassant les 60%. Peur de la Covid ou désaffection de l’électorat par rapport à la crise politique ? Sans doute les deux mon général !

Avant d’analyser les résultats commune par commune, voici d’abord les grands enseignements que nous pouvons tirer de ces municipales 2020 : 4 femmes maires à La Réunion, le rejet des alliances derrière la cuisine, La République En Marche qui porte la poisse, Didier Robert qui pourrait récupérer la présidence de la Cinor même s’il est en difficulté pour les prochaines régionales, une nouvelle donne pour les départementales, les grandes surprises de ce scrutin, les communes où une page se tourne et celles qui n’on pas changé, y compris notamment ces communes où le maire a été élu dès le 15 mars dernier.

L’arrivée en force des femmes : « lo z’homme i commande pas fanm’ » : et de 4 (mairesses) pour La Réunion !

C’est sans conteste le fait du jour, de ce dimanche 28 juin 2020. Jusqu’ici on connaissait le refrain du chanteur Gaby Laï-Kune « femme commande pas lo z’homme ». Depuis hier soir, à Saint-Denis, à Saint-Louis, à Saint-Paul et à La Possession, Ericka Bareigts (58,74%), Juliana M’Doihoma (44,2%), Huguette Bello (61,03%) et Vanessa Miranville (64,75%) peuvent chantonner en chœur « « lo z’homme i commande pas fanm’ ! ».

Après Vanessa Miranville, la seule femme élue maire à La Réunion depuis 2014 – elle avait battu le maire historique Roland Robert à La Possession – trois nouvelles femmes vont arborer l’écharpe tricolore de maire : Huguette Bello à Saint-Paul, élue hier face à Alain Bénard l’avait déjà portée après avoir été élue en 2008, face au même Bénard. Mais elle avait été battue en 2014 par Joseph Sinimalé. Ericka Bareigts, à Saint-Denis va la porter pour la première fois. C’est la première femme maire de Saint-Denis, tout comme elle a été la première femme députée du chef-lieu, ainsi que la première femme ministre de La Réunion (Margie Sudre qui n’est pas native de l’île mais qui y habite depuis de très longues années avait été secrétaire d’Etat à la Francophonie).

Enfin, la quatrième femme est la plus jeune. Il s’agit de Juliana M’Doihoma qui a eu raison de deux hommes, les deux « CH » (Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro) à Saint-Louis. C’est la première femme à devenir maire de Saint-Louis. Juliana M’Doihoma a été directrice de cabinet de la présidente Nassimah Dindar au Département. Elle est conseillère régionale depuis 2015 et occupe la fonction de directrice de cabinet du président de l’Université de La Réunion. 4 femmes maires à La Réunion. Rappelons que la toute première femme à occuper de telles fonctions dans notre île était Thérèse de Chateauvieux (maire de Saint-Leu de 1965 à 1983). Yolande Pausé avait également assuré l’intérim de Maurice Gironcel (alors inéligible) durant deux ans à Sainte- Suzanne. Et Herwine Boyer, a pris le relais du maire de Saint-Benoit, Jean-Claude Fruteau, démissionnaire, d’avril à juin 2020.

 Le rejet des alliances « manger-cochon »

Partout où l’offre politique s’est résumée à des alliances contre-nature (ou presque), l’échec a été au rendez-vous alors que l’arithmétique électorale était favorable à la tête de la liste fusionnée. Ce qui prouve bien que politique ne rime pas avec arithmétique et que 2 et 2 ne font jamais 4 dans cette discipline. C’est le cas à Saint-Benoit où l’attelage Patrick Dalleau-Philippe Le Constant- Valérie Gangnant et Jean-Luc Julie n’a fait que conforter le succès de Patrice Selly (43,05%).

A Saint-Paul, idem avec l’alliance Bénard-Sinimalé-Nativel. A la Plaine-des-Palmistes, les électeurs on sanctionné l’alliance Sophie Arzal et Daniel dit Parny en donnant la victoire à Johnny Payet (41,77%). A Sainte-Marie, l’attelage Gérald Maillot-Céline Sitouze-Christian Annette et Grégoire Cordebœuf n’a pas fonctionné. Même situation aux Avirons avec Roseline Lucas et Paul Fort qui n’a pu battre Eric Ferrère ((58,52%), ainsinqu’à Saint-Louis avec Claude Hoarau et tous ses soutiens (Rangama et les autres) et même à Saint-André avec Jean-Marie Virapoullé qui avait rassemblé Serge Camatchy, Ranjit Camalon et des colistiers de Jean-François Ramassamy. Il faut croire que l’électorat a évolué et qu’il n’aime plus les alliances derrière la cuisine ou les rassemblements « z’embrokal ». A l’exception de Saint-Denis où l’alliance Bareigts-Nassimah Dindar a eu raison de Didier Robert. Mais la mésentente entre Nassimah Dindar et Didier Robert ne datait pas d’hier. Il s’agissait d’un vieux contentieux politique.

La République En Marche porte la poisse 

Partout où LREM a composé, ou il s’est rallié à un ou une candidat (e), ce dernier ou cette dernière a perdu. Dans beaucoup de communes de l’île, LREM s’est positionnée et parfois même avait avancé masqué. A Saint-Paul, le Parti du Président de la République avait officiellement soutenu Joseph Sinimalé. Vous connaissez les résultats. A Saint-Denis, Farid Mangrolia a apporté son soutien à Didier Robert, lequel a perdu face à Ericka Bareigts. A Saint-Louis, c’est le référent territorial de LREM en personne à La Réunion, à savoir le même Farid Mangrolia, qui était colistier de Cyrille Hamilcaro. Lequel finit 3ème après Juliana M’Doihoma et Claude Hoarau. A Saint-André, tout laisse à penser que le ralliement de Ranjit Camalon (référent LREM dans la commune) à Jean-Marie Virapoullé a fait plus de tort que de bien à ce dernier. Il n’y a qu’à Sainte-Rose où Michel Vergoz, seul candidat étiqueté (LREM), parvient à tirer son épingle du jeu. Mais la bataille a été très serrée. Depuis la crise des Gilets Jaunes en 2018 qui a cristallisé les colères à l’égard du pouvoir en place, on ne peut pas dire que le Parti d’Emmanuel Macron porte la chance. C’est même le contraire, il porte carrément la poisse !

Didier Robert ne gagne pas Saint-Denis, il est en difficulté pour les régionales, mais il pourrait récupérer la présidence de la Cinor

Didier Robert n’a pas pu battre Ericka Bareigts, mais il devient le chef de file de l’opposition au sein du conseil municipal de Saint-Denis. Son résultat lui assurera un certain nombre d’élus municipaux. Ajoutés à ceux de la majorité de Maurice Gironcel à Sainte-Suzanne et à ceux de celle de Richard Nirlo à Sainte-Marie, Didier Robert a toutes les chances de prendre la présidence de la Cinor. C’était un de ses objectifs outre le fait de conforter son score des régionales de 2015 à Saint-Denis ; Ce qu’il a plus ou moins réussi malgré une mobilisation moins importante aux municipales. Cela dit, en dépit de son potentiel de voix dans le chef-lieu, les régionales, qu’elles se déroulent en 2021 ou 2022, s’annoncent très compromises pour lui étant donné que des communes comme Saint-Paul et Saint-André ont basculé, que Nathalie Bassire n’a pu gagner au Tampon, que Patrick Dalleau a perdu à Saint-Benoit, idem pour Sophie Arzal à la Plaine-des-Palmistes, que Jean-Claude Lacouture verra sûrement son élection à une voix annuler à l’Etang-Salé face à Mathieu Hoarau, que Cyrille Hamilcaro a perdu à Saint-Louis, que Juliana M’Doihoma, la grande gagnante a clairement fait savoir dès le premier tour qu’elle n’avait jamais eu le soutien de Didier Robert. Sans oublier qu’il ne pourra plus compter sur Saint-Pierre qui a été pour lui un gros pourvoyeur de voix lors des régionales de 2015 mais qui ne le suivra plus au prochain scrutin. Sans oublier également qu’il n’aura plus les suffrages de Nassimah Dindar sur Saint-Denis. Certes, l’actuel patron de la pyramide inversée pourra toujours se consoler avec les victoires d’Eric Ferrère aux Avirons, de Jeannick Atchapa à Bras-Panon, de Bruno Domen à Saint-Leu, de Michel Vergoz à Sainte-Rose, de Stéphane Fouassin à Salazie et d’Olivier Rivière à Saint-Philippe depuis le 15 mars dernier, mais ces communes n’apportent pas un grand nombre de suffrages. En attendant, si aucune voix de l’opposition à Saint-Denis et toutes celles de la majorité à Sainte-Suzanne et à Sainte-Marie ne lui font pas défaut, Didier Robert pourrait toujours élaborer ses grandes stratégies régionales depuis la Cinor. Mais Olivier Hoarau (PLR), Patrick Lebreton (Le Progrès) et d’autres encore l’attendent au tournant.

Rédéfinition de la carte politique départementale ?

Les victoires d’Ericka Bareigts alliée à Nassimah Dindar à Saint-Denis, d’Huguette Bello à Saint-Paul, de Joé Bédier à Saint-André, de Johnny Payet à la Plaine-des-Palmistes, de Jacques Técher à Cilaos, d’Eric Ferrère aux Avirons, de Jeannick Atchapa à Bras-Panon, de Juliana M’Doihoma à Saint-Louis, de Patrice Selly à Saint-Benoit pourraient changer la donne aux prochaines élections départementales y compris bien sûr au niveau de la présidence du Département l’année prochaine. Autres changements à prévoir : la présidence de la Cinor, du TCO et de la Cirest.

Les communes où une page s’est tournée

 SAINT-ANDRE : la surprise Joé Bédier

 Joé Bédier : 50,7% contre 49,03% à Jean-Marie Virapoullé. Le fils de Jean-Paul Virapoullé n’avait cessé de marteler : « mon adversaire politique est isolé, il n’arrive même pas à rassembler sa famille politique ». Jean-Marie Virapoullé faisait allusion notamment au fait que le communiste Eric Fruteau, qui était arrivé en 3ème position, le 15 mars dernier, s’était finalement retiré mais sans donner de consigne de vote. Le candidat de la majorité sortante avait de son côté réussi à ramener dans son giron Serge Camatchy, Ranjit Camalon, des colistiers de Jean-François Ramassamy… Mais les électeurs n’ont pas cru à cet attelage de circonstance. Ce qui fait que Joé Bédier, qui a souvent joué profil bas durant les débats télévisés et radiophoniques, a pu surmonter son retard du premier tour pour s’imposer lors de la dernière manche, en douce et sans secousse. Malgré un gros travail de terrain, entre autres durant la crise Covid, Jean-Marie Virapoullé, 1er vice-président du Département, n’est pas parvenu à toucher le cœur des Saint-Andréens plus sensible au charisme du père. Il devra encore patienter pour marcher véritablement dans les pas de son père, qui aura donné près de 40 ans de sa vie à cette commune, hormis la parenthèse de 2008-2014 (victoire d’Eric Fruteau). Une page se tourne à Saint-André car avec l’âge et la fatigue, Jean-Paul Virapoullé ne pourra plus refaire le remake de 2014. Le conseiller régional PLR Joé Bédier a réussi son pari en proposant « le changement ». Mais le plus dur commence pour lui, même s’il a eu une petite expérience de la gestion communale, en tant que 1er adjoint d’Eric Fruteau de 2008 à 2014. Il sait qu’il sera attendu au tournant en 2026 à la fois par Jean-Marie Virapoullé qui souhaitera prendre sa revanche et par Eric Fruteau.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 48,06%

Votes nuls : 2,08%

Votes blancs : 1,56%

Jean-Marie VIRAPOULLÉ (Div. D.) : 31,47% (5 722 voix)

Joé BEDIER (Div. G.) : 24,88% (4 524 voix)

Eric FRUTEAU (Div. G.) : 17,09% (3 107 voix)

Jean François RAMASSAMY (Div C.) : 5,82% (1 058 voix)

Serge Antoine CAMATCHY (Div. D.) : 5,51% (1 001 voix)

Sylvie MOUTOUCOMORAPOULE (Div D.) : 5,50% (1 000 voix)

Léopoldine SETTAMA-VIDON (Div G.) : 5,23% (951 voix)

Ranjit CAMALON (LREM.) : 2,80% (509 voix)

Jean-Marie COTAYA (Div C.) : 0,95% (172 voix)

Josette VEE (Div C.) : 0,75% (136 voix)

 

SAINT-LOUIS : Juliana M’Doihoma, première femme maire de la commune, éjecte les deux « CH »

Juliana M’Doihoma : 44,2% ; Claude Hoarau : 31,5% ; Cyrille Hamilcaro : 24,3%. La « petite dame » a eu raison des deux « bougs ». C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour cette commune qui a tant de fois défrayé la chronique financière : endettée, placée sous tutelle de l’Etat, des taux d’imposition qui explosent… La population de la Rivière et du centre n’en pouvait plus des péripéties des deux « CH » (Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro) considérés comme, manifestement trop âgé pour le premier et trop « casserolé » pour le second. Un électorat las de cette guéguerre historique entre les deux « CH » qui a plongé la commune dans une situation difficile. Le maire sortant Patrick Malet n’a pu convaincre et son image «  marionnette d’Hamilcaro » à tort ou à raison a prédominé. Les électeurs n’ont pas non plus apprécié la mise à l’écart de Juliana M’Doihoma du conseil municipal alors qu’elle était montée au créneau sur le budget en faisant preuve de bon sens. L’électorat a opté pour le changement radical en confiant le pouvoir à l’actuelle conseillère régionale qui avait obtenu sa place sur la liste de la plateforme de la droite en 2015 en faisant partie du quota de Nassimah Dindar. Rappelons également que pour les municipales, elle n’a jamais été officiellement soutenue par Didier Robert qui, en revanche, s’était déplacé à Saint-Louis, avant le premier tour, pour lancer officiellement la campagne de Cyrille Hamilcaro. A plusieurs reprises, Juliana M’Doihoma a dû taper du poing sur la table pour faire comprendre que sa victoire, elle l’aura uniquement avec le soutien de son équipe de colistiers et celui de leurs militants. Ni plus ni moins. A bon entendeur, salut ! La nouvelle vie politique qui commence pour elle ne sera pas de tout repos. Mais elle est jeune et dynamique, et a tous les diplômes qu’il faut pour faire face aux obstacles qui pourraient se dresser sur sa route.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 55,08%

Votes nuls : 2,03%

Votes blancs : 1,26%

Juliana M’DOIHOMA (Div. D.) : 26,46% (6 019 voix)

Cyrille HAMILCARO (UDI) : 25,36% (5 767 voix)

Claude Henri HOARAU (DIV G.) : 25,32% (5 759 voix)

Philippe Dit Laïnin RANGAMA (Div. G.) : 6,96% (1 584 voix)

Jean PIOT (Div. G.) : 6,00% (1 364 voix)

Yvan DEJEAN (PCR) : 3,76% (856 voix)

Pierrick ROBERT (LPA) : 2,99% (680 voix)

Serge Arnauld RANGAMA (Div. G.) : 1,61% (367 voix)

 

BRAS-PANON : Jeannick Atchapa bat Daniel Gonthier par 76 voix

Jeannick Atchapa : 39,11% ; Daniel Gonthier : 37,03% ; Jean-Hugues Ratenon : 22,96%. Là aussi, une page se tourne. Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon depuis 2001 n’aura donc pas réussi à passer le cap de quatre mandats. Jeannick Atchapa son ancien 1er adjoint (2001-2006) l’a arrêté net dans son élan. Et pourtant, même si le score était serré au premier tour, le maire sortant avait terminé en tête devant Atchapa et Jean-Hugues Ratenon, le député. Le maintien de ce dernier au second tour avait donné un sérieux espoir à Daniel Gonthier, mais c’était sans compter la volonté de changement des Panonnaises et des Panonnais, lesquels ont donné la victoire à Jeannick Atchapa qui, après près de 20 ans en tant que conseiller municipal de l’opposition, le seul à vraiment mener à bien sa mission d’opposant, a réussi à passer de l’autre côté, dans la majorité, avec une petite avance de 76 voix. Hier soir, devant ses militants rassemblés à sa permanence électorale, il a déclaré : « ce soir, nou l’a batte un maire et un député ! ». Avec Jeannick Atchapa, maire, et des opposants comme Gonthier et Ratenon, les prochaines séances de conseil municipal s’annoncent animées à Bras-Panon.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 60,00%

Votes nuls : 1,09%

Votes blancs : 0,79%

Daniel GONTHIER (Div. D.) : 31,33% (1 829 voix)

Jeannick ATCHAPA (Div C.) : 29,98% (1 750 voix)

Jean Hugues RATENON (LFI) : 27,46% (1 603 voix)

Dominique PRIX (Div. D.) : 4,64% (271 voix)

Serge DALLEAU (Div.) : 2,50% (146 voix)

Jean-Laurent BOYER (Div.) : 1,59% (93 voix)

Yves TAMBON (Div.) : 1,49% (87 voix)

Yanick BOYER (RN) : 1,01% (59 voix)

 

SAINT-BENOIT : Pari gagnant pour l’avocat Patrice Selly

Patrice Selly : 43,05% ; Sabrina Ramin : 30,59% et Patrick Dalleau : 26,35%. Une victoire nette et sans bavure pour l’avocat Patrice Selly, qui avait fait ses armes en 2014 aux côtés de l’ancien maire socialiste Jean-Claude Fruteau, avant de prendre ses distances, eu égard de ses ambitions politiques. Plutôt que de faire semblant, il a fait bande à part et s’est radicalisé politiquement face à la gestion municipale de Fruteau, même s’il a toujours eu du respect pour l’homme politique, comme on a pu le lire dans son communiqué lorsque ce dernier a annoncé sa démission, il y a deux mois, pour raisons de santé. Les Bénédictines et les Bénédictins voulaient du changement. Ils l’avaient déjà laissé entendre en 2014 en mettant Jean-Claude Fruteau en ballotage (face à Jean-Luc Julie) pour la première fois de toute sa carrière politique à Saint-Benoit. En raison de ses problèmes de santé, Jean-Claude Fruteau s’est retiré, laissant la commune aux mains des administratifs, qui prenaient de plus en plus le dessus dans la gestion communale. Herwine Boyer, à qui l’ancien maire avait passé le relais, était remplie de bonnes intentions mais elle n’a pas pu les concrétiser faute de temps. Quant à l’alliance contre-nature pour ne pas dire « manger cochon » Dalleau-Le Constant-Gangnant-Julie, elle a été sanctionnée car uniquement basée sur des calculs électoraux pour l’obtention du pouvoir. A noter en revanche, la belle percée de Sabrina Ramin, conseillère départementale, qui a mouillé son corsage sur le terrain et qui ne manquera pas de surveiller tous les faits et gestes du nouveau maire, dans la perspective de 2026. Patrice Selly aura du pain sur la planche à Saint-Benoit, commune dont les finances sont dans le rouge. Mais avant de s’attaquer au budget, il lui faudra d’abord mettre de l’ordre au sein du personnel communal, et surtout remettre au boulot nombre de cadres de mairie. Ce ne sera pas une mince affaire !

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 47,62%

Votes nuls : 2,84%

Votes blancs : 1,77%

Patrice SELLY (Div. G.) : 22,13% (2 811 voix)

Sabrina RAMIN (Div. C.) : 19,64% (2 495 voix)

Patrick DALLEAU (Div. D.) : 15,60% (1 981 voix)

Philippe LE CONSTANT (PS.) : 14,79% (1 879 voix)

Valérie PAYET-GANGNANT (Div C.) : 11,94% (1 517 voix)

Jean-Luc JULIE (Div. G.) : 7,02% (891 voix)

Guy DERAND (Div. D.) : 2,52% (320 voix)

Jean Yves PAYET (LO: 2,37% (301 voix)

Daniel AMOUNY (Div.) : 1,61% (205 voix)

Florent, Paul PICARD (Div.) : 1,48% (188 voix)

Michel ALLAMELE (Div. D.) : 0,89% (113 voix)

 

PLAINE-DES-PALMISTES : La victoire de Johnny Payet, le « candidat du maire »

Johnny Payet : 41,77% ; Sophie Arzal : 37,38% et Jean-Luc Saint-Lambert : 20,85%. Sa patience a payé. Son travail aussi. Présenté comme le « candidat du maire » Marco Boyer qui ne se représentait plus, Johnny Payet a battu celle qui était présentée comme la favorite de ce second tour, suite à son alliance avec Daniel Jean-Baptiste dit Parny (ancien 1er adjoint au maire et actuel conseiller départemental). Durant la campagne électorale, tant Sophie Arzal que le socialiste Jean-Luc Saint-Lambert (ancien maire de la Plaine :2008-2014) l’avaient pris en grippe en l’accusant de s’être servi du CCAS pour « acheter » les voix les Palmiplainois. Johnny Payet ne s’est pas laissé faire et a su garder son avance sur ses concurrents. Au soir de ce second tour, il finit ainsi par s’imposer après avoir promis de poursuivre « l’œuvre » de Marco Boyer.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 61,52%

Votes nuls : 2,56%

Votes blancs : 1,58%

Johnny PAYET (Div C.) : 27,62% (839 voix)

Sophie ARZAL (Div. D.) : 19,98% (607 voix)

Jean-Luc SAINT-LAMBERT (PS) : 18,99% (577 voix)

Daniel JEAN BAPTISTE DIT PARNY (Div C.) : 17,38% (528 voix)

Amandine RAMAYE (LFI) : 6,45% (196 voix)

Aliette ROLLAND (RN) : 4,25% (129 voix)

Bernard LEFLEM (LR) : 2,73% (83 voix)

Didier Joël DEURWEILHER (Div. D.) : 2,60% (79 voix)

 

CILAOS : Un Técher en cache un autre ou le retour de Jacques

 Jacques Técher : 55,42% ; Paul Técher : 41,03% et Olivier Picard : 3,55%. Jacques Técher avait été maire du cirque de Cilaos de 1995 à 2001 avant d’être battu par le docteur Paul Franco Técher, également conseiller régional. Dix neuf ans plus tard, le premier prend sa revanche sur le second et refait son entrée à la mairie. Son travail sur le terrain aura donc payé. En face, l’usure du pouvoir a aussi pesé dans la balance. L’heure de la retraite politique a sonné pour Paul Franco Técher, 71 ans. Olivier Picard, en dépit de beaucoup de bruit au cours d’une campagne médiatique relativement bien rôdée, a réalisé un score minable de 3,55%. Il lui faudra encore quelques années de travail avant de vouloir gravir des échelons au niveau politique.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 70,46%

Votes nuls : 1,72%

Votes blancs : 1,00%

Jacques TÉCHER (Div. G.) : 48,67% (1 649 voix)

Paul Franco TÉCHER (Div. D.) : 40,73% (1 380 voix)

Olivier PICARD (Div.) : 10,60% (359 voix)

 

LES AVIRONS : Eric Ferrère, « le candidat de Didier Robert » plus fort que celle de Dennemont

 Eric Ferrère : 58,52% ; Roseline Lucas : 41,48%. A travers ce combat, se cachait surtout la bataille entre l’ancien maire historique (actuel sénateur) Michel Dennemont et l’actuel maire René Mondon (ancien 1er adjoint de l’ancien maire Dennemont). Eric Ferrère lui même a été aussi bien dans l’opposition de l’ancien maire que dans la majorité de l’actuel maire. Eric Ferrère, cadre à la Région, était surtout connu pour être le candidat de Didier Robert, de la même façon que Roseline Lucas était présentée comme « la petite protégée » de Michel Dennemont. La bataille s’annonçait serrée aux Avirons surtout après l’alliance scellée entre Roseline Lucas et Paul Fort. Mais Eric Ferrère s’est visiblement montré plus convaincant et accède après une multitude d’échecs consécutifs à la tête de la petite mairie. Une page se tourne là aussi.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 63,39%

Votes nuls : 1,76%

Votes blancs : 1,48%

Eric FERRERE (Div. D.) : 45,79% (2 569 voix)

Roseline LUCAS (Div C.) : 33,02% (1 853 voix)

Paul FORT (Div. D.) : 13,10% (735 voix)

Dominique VENDÔME (Div. G.) : 4,19% (235 voix)

James FONTAINE (Div. G.) : 3,90% (219 voix)

 SAINT-PAUL : La gauche reprend la main en remerciant « merci la droite ! »

Huguette Bello : 61,53% ; Alain Bénard : 38,47%. Une victoire sans appel de la patronne de PLR (Pour La Réunion) qui revient aux affaires à la mairie de Saint-Paul où elle s’était assise dans le fauteuil de maire de 2008 à 2014 après avoir battu Alain Bénard. Mais six ans plus tard, la mairie était reprise par Joseph Sinimalé. Cette fois, elle revient et bat de nouveau Alain Bénard. Mais plus que la victoire d’Huguette Bello, c’est surtout la défaite cinglante et bête de la droite saint-pauloise qu’il faut relever. Pourquoi ? Parce que la droite était largement majoritaire mais tous les adjoints de Sini, y compris sa propre fille Sandra, ont voulu être Calife à la place du Calife.

Et lorsqu’ils se sont retrouvés toute nue au soir du premier tour, ils se sont regroupés non plus autour du maire sortant mais autour du 3ème, à savoir Alain Bénard qui avait mené au premier tour une campagne très dure à l’égard d’Huguette Bello certes mais aussi contre le maire sortant et ses acolytes. Résultat des courses : « nana encore do moune vilain, mais na pi do moune couillon ».

La division n’a jamais payé ! Du coup, Huguette Bello accède à la mairie, et devra laisser son mandat de députée de la 2ème circonscription à Olivier Hoarau, maire du Port qui n’a pas l’intention d’accepter d’autant qu’il vise les prochaines régionales.

Les électeurs de cette circonscription seront donc appelés dans quelques temps pour des législatives partielles. Qui sera le poulain de Mme Bello ? Emmanuel Séraphin ? A suivre !

 

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 46,35%

Votes nuls : 2,82%

Votes blancs : 2,01%

Huguette BELLO (PLR) : 36,59% (13 304 voix)

Joseph SINIMALE (Div. D.) : 19,89% (7 232 voix)

Alain BENARD (Div. D.) : 14,60% (5 310 voix)

Jean François NATIVEL (Div.) : 5,93% (2 156 voix)

Fabrice MAROUVIN-VIRAMALE (Div. D.) : 4,53% (1 647 voix)

Giovanny POIRE (Div C.) : 4,23% (1 537 voix)

Yoland VELLEYEN (Div. D.) : 2,70% (981 voix)

Sandra SINIMALE (Div. D.) : 2,24% (814 voix)

Thierry ARAYE (Div C.) : 2,02% (734 voix)

Érick GANGAMA (Div. D.) : 1,55% (564 voix)

Michelle LARTIN – GRAJA (RN) : 1,36% (495 voix)

Jean-Pierre ARMOUDOM (Div C.) : 1,30% (474 voix)

Claude MOUTOUALLAGUIN (Div C.) : 1,07% (389 voix)

Richelain CATHERINE (Div.) : 0,80% (290 voix)

Gilbert FELICITE (Div.) : 0,73% (264 voix)

Maxime HOARAU (Div.) : 0,46% (168 voix)

Les communes qui ne changent pas

 SAINT-DENIS : Eric Bareigts succède à Gilbert Annette en battant Didier Robert

Ericka Bareigts : 58,74% ; Didier Robert : 41,26%. On ne peut pas dire qu’une page a été tournée politiquement à Saint-Denis avec l’élection d’Erika Bareigts qui remplace en fait Gilbert Annette. La mairie reste à gauche. Mais il est vrai que le chef-lieu a pour la première fois de son histoire une femme maire en la personne d’Ericka Bareigts qui a bénéficié du soutien de Nassimah Dindar avec qui elle a fusionné pour ce second tour. La bataille entre la députée de la 1ère circonscription et le président de Région aura tourné à l’avantage de la première, avec une certaine facilité, malgré la grosse artillerie mise en place dans le camp d’en face, même si la candidate de la majorité sortante n’a pas non plus lésiné sur les moyens. La bataille de la grande commune de l’île mérite bien quelques investissements et sacrifices ! Gilbert Annette aura réussi son pari d’installer Ericka Bareigts à la tête de la mairie. Il lui reste à convaincre de son côté pour accéder à la présidence de la Cinor ou alors à la présidence de la Région le moment venu dans le cadre un deal avec Huguette Bello-Nassimah Dindar et peut-être une partie de la droite ? L’avenir nous le dira !

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 40,54%

Votes nuls : 2,36%

Votes blancs : 2,00%

Ericka BAREIGTS (Union G.) : 42,70% (17 285 voix)

Didier ROBERT (Div. D.) : 24,88% (10 073 voix)

Nassimah DINDAR (UDI) :13,01% (5 266 voix)

Vanessa PAYET (Croire et Oser) : 7,47% (3 026 voix)

Alain ARMAND (Div C.) : 3,89% (1 574 voix)

Yvette DUCHEMANN (Ecolo) : 2,78% (1 125 voix)

Sonny WELMANT (RN) : 2,36% (956 voix)

Magaly ONESIO (GJ) : 2,17% (880 voix)

Rémy MASSAIN (Div. G.) : 0,54% (218 voix)

Eric BEEHARRY (Div C.) : 0,20% (80 voix)

 

STE-MARIE : Jean-Louis Lagourgue imbattable

Richard Nirlo : 59,5% ; Gérald Maillot : 40,5%. Sur papier, Gérald Maillot, président de la Cinor, était le grand vainqueur après avoir réussi le rassemblement avec Céline Sitouze, Christian Annette, Grégoire Cordebœuf, sans oublier Olivier Joseph, Bélinda Adékalom et même Yves Ferrères via son directeur de campagne Yves Gence. Mais c’était sans compter le réseau de Jean-Louis Lagourgue, l’actuel sénateur et ancien maire historique de cette commune du Nord durant 30 ans. C’est lui qui fait toujours la pluie et le beau temps à Sainte-Marie et il l’a encore prouvé, hier soir, en renversant la situation de façon spectaculaire et en installant par la voix des urnes son ancien 1er adjoint Richard Nirlo dans le fauteuil de maire, après lui avoir laissé la main il y a deux ans déjà, en interne. Jean-Louis Lagourgue n’est plus maire de Sainte-Marie mais il n’est jamais bien loin. Il va sans doute profiter de cette mandature pour commencer à préparer son fils Rémy pour 2026, car d’ici là Richard Nirlo aura déjà 76 ans.

 Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 52,12%

Votes nuls : 2,18%

Votes blancs : 1,63%

Richard NIRLO (Div. D.) : 38,82% (5 009 voix)

Gérald MAILLOT (Div C.) : 23,70% (3 058 voix)

Céline SITOUZE (Div. G.) : 13,41% (1 731 voix)

Christian ANNETTE (PS) : 8,80% (1 135 voix)

Grégoire CORDEBOEUF (Div C.) : 6,59% (851 voix)

Yves FERRIERES (Div. D.) : 4,96% (640 voix)

Olivier JOSEPH (Div C.) : 2,80% (361 voix)

Bélinda ADEKALOM (PCF) : 0,92% (119 voix)

 

SAINTE-SUZANNE : Gironcel sauve les meubles

Maurice Gironcel : 47,67% ; Alexandre Laï-Kane-Cheong : 31,90% et Daniel Alamélou : 20,43%. Ça sent le commencement de la fin quand même. Au fil des scrutins, l’érosion est perceptible. Finie l’époque où le maire de Sainte-Suzanne gagnait avec des scores de plus de 60%. Au terme de ce second tour, il l’emporte mais la victoire n’est plus aussi nette qu’avant. L’opposition se renforce via l’émergence d’une jeune pousse de la politique qui réussi l’exploit de devancer Daniel Allamélou, lequel perd du terrain. Alexandre Laï-Kane-Cheong, en deux temps-trois mouvements vient de ravir la place de chef de file de l’opposition à Allamélou. Il fait les choses dans l’ordre sans brûler les étapes. D’abord, gagner au sein de l’opposition avant d’anéantir la majorité. Ce sera pour 2026. En tout cas, il semble bien parti. Il a pris en un tour plus de 15 points supplémentaires. Une vraie performance qui augure d’un avenir politique des plus prometteurs pour le patron de « Croire et Oser ».

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 53,45%

Votes nuls : 2,26%

Votes blancs : 1,10%

Maurice GIRONCEL (PCR) : 43,42% (4 102 voix)

Daniel ALAMELOU (Div. G.) : 26,93% (2 544 voix)

Alexandre LAÏ-KANE-CHEONG (Croire et Oser) :15,54% (1 468 voix)

Johny Jean Roland ADÉKALOM (Div C.) : 5,35% (505 voix)

Patricia COUTANDY (Div. G.) : 4,72% (446 voix)

Aline MURIN-HOARAU (Div. D.) : 4,04% (382 voix)

 

SAINTE-ROSE : Michel Vergoz s’impose face à Mamindy

Michel Vergoz : 48,05% ; Bruno Mamindy-Pajany : 44,4% et Sully Hoarau : 7,55%. Le maire sortant qui revendique courageusement son étiquette de La République En Marche (LREM) a transformé l’essai pourtant laborieux du premier tour. Le travail qu’il a mené sur le terrain durant ces dernières semaines ainsi que les mesures qu’il a fait voter par le conseil municipal durant la crise sanitaire ont manifestement payé et lui ont permis de creuser un peu l’écart avec son adversaire de toujours, Bruno Mamindy-Pajany. Qui devra repasser dans 6 ans. Quant à l’infirmier libéral Sully Hoarau, il doit se mettre encore un peu sous perfusion pour prendre des forces afin d’espérer battre un jour le maire sortant.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 81,23%

Votes nuls : 1,79%

Votes blancs : 1,12%

Michel VERGOZ (LREM) : 39,25% (1 763 voix)

Bruno MAMINDY PAJANY (Div. D.) : 37,18% (1 670 voix)

Sully HOARAU (Div.) : 13,02% (585 voix)

Gilles HEEKENG (Div. G.) : 7,55% (339 voix)

Dominique RAMASSAMY (RN) : 1,96% (88 voix)

 

LE TAMPON : la leçon de sagesse politique d’André Thien-Ah-Koon à la jeune Nathalie Bassire

André Thien-Ah-Koon : 65,63% ; Nathalie Bassire : 34,37%. Les Tamponnaises et les Tamponnais, dans leur grande majorité, aiment leur « vieux » maire. N’en déplaise à la jeune candidate Nathalie Bassire, qui est aussi députée, et sans doute également un peu dépitée depuis hier soir après sa défaite aux municipales. Son entourage avait beaucoup « joué » sur l’âge du maire sortant, octogénaire cette année, mais très en forme. Le verdict des urnes a été sans appel. En politique, comme en amour, il n’y a pas d’âge. Tout est une question de l’intensité des sentiments. Ceux des électeurs tamponnais ont été plus forts envers leur maire sortant qui a renvoyé son adversaire soutenu par Didier Robert à l’Assemblée nationale. Laquelle dans un communiqué quelque peu rageur n’a pas hésité à désigner comme responsables de sa défaite Michel Fontaine, Cyrille Melchior et même les deux vice-présidents de Didier Robert à la Région, à savoir Bernard Picardo, président de la chambre des Métiers (qui est colistier de Tak) et Ibrahim Patel, président de la CCIR. Lequel habite Saint-Paul et était colistier de Joseph Sinimalé au 1er tour.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 48,45%

Votes nuls : 2,91%

Votes blancs : 2,15%

André THIEN-AH-KOON (Div. D.) : 48,29% (14 034 voix)

Nathalie BASSIRE (LR) : 19,04% (5 533 voix)

Monique BENARD (Div. D.) : 17,17% (4 991 voix)

Jean Jacques VLODY (Div. G.) : 3,98% (1 157 voix)

Yannis LEBON (Div. D.) : 3,77% (1 095 voix)

Isabelle MUSSO (PS) : 3,33% (968 voix)

Antoine FONTAINE (Div.) : 2,68% (780 voix)

Virginie GRONDIN (LFI) : 1,73% (502 voix)

 

LA POSSESSION : Vanessa Miranville , après le père, le fils !

Vanessa Miranville : 64,75% ; Philippe Robert : 35,25%. Celle qui était jusqu’à hier la seule femme maire de La Réunion a été réélue haut la main face à son adversaire communiste Philippe Robert, fils de l’ancien maire historique de ce bastion du PCR, qu’elle avait battu en 2014, après près de 40 ans de règne. Après le père, le fils ! Vanessa Miranville a renvoyé Philippe Robert à son canton lui faisant comprendre qu’il n’avait pas encore la carrure pour prendre en main la gestion d’une commune. La campagne n’a pas été de tout repos mais Madame la maire sortante, malgré son jeune âge (37 ans), prend goût au combat politique depuis qu’elle a goûté aux régionales de 2010 en tant que numéro 2 de la liste écologiste. Elle mène son petit bonhomme de chemin tranquille et semble bien partie pour durer à la tête de cette commune de l’Ouest qu’elle a su remettre sur les bons rails financiers après une alerte rouge.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 47,80%

Votes nuls : 1,98%

Votes blancs : 1,82%

Vanessa MIRANVILLE (Div. G.) : 45,25% (4 847 voix)

Philippe ROBERT (Div. G.) : 29,06% (3 113 voix)

Vincent RIVIERE (GJ) : 4,89% (524 voix)

Anne-Flore DEVEAUX (Div. D.) : 4,77% (511 voix)

Pierrick PIGNOLET (MoDem) : 4,26% (456 voix)

Stephane RANDRIANARIVELO (LRM) : 3,94% (422 voix)

Patrice LAURIOL (Div. G.) : 3,18% (341 voix)

Robert TUCO (Autre écolo) : 2,05% (220 voix)

Sarah RUPERT (Div. G.) : 1,98% (212 voix)

Roger AMANY (Div.) : 0,62% (66 voix)

 

TROIS-BASSINS : Daniel Pausé, sans forcer !

 Daniel Pausé : 55,06% ; Roland Ramakistin : 34,39% et Marie-Yveline Fain : 10,55%. Dans cette petite commune des hauts de l’Ouest, Daniel Pausé, le maire sortant, a manifestement bien les commandes en main. Face à son adversaire Ramakistin et son ancienne 1ère adjointe, Daniel Pausé est resté très pausé, si l’on puit dire. Il passe la ligne d’arrivée avec le sourire en dépit des gesticulations de ses adversaires. Le maire sortant maîtrise la situation.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 64,89%

Votes nuls : 2,51%

Votes blancs : 1,82%

Daniel PAUSÉ (Div. D.) : 45,54% (1 819 voix)

Roland RAMAKISTIN (Div. G.) : 33,22% (1 327 voix)

Marie Yveline FAIN (Div.) : 16,25% (649 voix)

Philippe FONTAINE (Div C.) : 4,98% (199 voix)

 

ETANG-SALE : La victoire de Lacouture ne tient qu’à un fil

Jean-Claude Lacouture : 50,73% ; Mathieu Hoarau : 49,27%. Sur papier, après avoir réussi l’alliance avec tous les autres candidats, Mathieu Hoarau était donné vainqueur. En fait, il n’a pas perdu car l’on s’oriente inévitablement vers un recours dans cette commune du Sud où le maire sortant, Jean-Claude Lacouture, bien que vainqueur (c’est un bien grand mot) est totalement en perte de vitesse. La preuve : sa victoire ne tient qu’à un seul petit bulletin de vote. Du jamais vu ! Il va sans dire que les électeurs vont être rappelés aux urnes d’ici à quelques mois. En tout cas, pour une première présentation à des municipales, Mathieu Hoarau, 35 ans, après s’être essayé aux législatives partielles de septembre 2018 dans la 7ème circonscription, frappe fort, très fort en déstabilisant un vieux de la vielle comme Jean-Claude Lacouture, maire depuis plus de 20 ans. La suite va être tout aussi palpitante !

 Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 62,06%

Votes nuls : 2,17%

Votes blancs : 1,81%

Jean-Claude LACOUTURE (Div. D.) : 47,34% (3 349 voix)

Mathieu HOARAU (Div C.) : 39,04% (2 762 voix)

Gilles CLAIN (Div.) : 8,45% (598 voix)

Joseph Alain PAYET (Autre écolo) : 2,91% (206 voix)

Frédéric Jean AGATHE (Div C.) : 2,25% (159 voix)

 

SAINT-LEU : Bruno Domen, forcément réélu !

Bruno Domen, maire sortant, obtient 7 069 des 8 539 suffrages exprimés. Il était seul en lice. Sylvie Comorassamy ne s’est pas présentée au second tour, estimant que les conditions n’étaient pas réunies pour un bon déroulement du scrutin en raison de la crise sanitaire. Elle a d’ores et déjà laissé entendre qu’un recours sera déposé. Mais recours ou pas, Bruno Domen a pour l’instant été élu et il aura les pleins pouvoirs au sein de son conseil municipal. Il sera le seul maître à bord. Sauf qu’à l’extérieur, Thierry Robert, l’ancien député-maire, qui sera de nouveau éligible l’année prochaine, mettra tout en œuvre pour lui savonner la planche en menant une campagne très active et sur le terrain et sur les réseaux sociaux. Thierry Robert n’a qu’un seul objectif : être le seul opposant au maire de Saint-Leu pour lui reprendre la mairie qu’il avait bien voulu laisser à Bruno Domen, le temps de purger sa peine d’inéligibilité. Mais depuis, entre les deux anciens amis, bèsement l’a pété, et Bruno Domen s’est rapproché de Didier Robert (ou vice-versa), l’ennemi public numéro 1 de Thierry Robert.

Résultats du 1er tour : 15 mars 2020

Taux de participation : 46,51%

Votes nuls : 3,18%

Votes blancs : 2,41%

Bruno DOMEN (Div C.) : 41,19% (4 995 voix)

Sylvie COMORASSAMY (Div C.) : 16,14% (1 957 voix)

Johan GUILLOU (Div.) : 9,91% (1 202 voix)

Sandrine LAMBERT MAREUIL (Union G.) : 7,87% (954 voix)

Gérard INDIANA (Div. D.) : 7,43% (901 voix)

Karim JUHOOR (Div.) : 5,08% (616 voix)

Joël PONTALBA (Div. D.) : 4,82% (585 voix)

Dimitri RANGAMA-PETCHY (LR) : 3,88% (471 voix)

Giraud PAYET (Div. G.) : 2,96% (359 voix)

Thérésien MOUNY-LATCHIMY (Div.) : 0,72% (87 voix)

Les maires élus dès le 1er tour, le 15 mars dernier

Serge Hoareau à Petite-Ile (84,2%) ; Olivier Hoarau au Port (58,3%) ; Bachil Valy à l’Entre-Deux (56,9%) ; Stéphane Fouassin à Salazie (68%) ; Michel Fontaine à Saint-Pierre (57%) ; Patrick Lebreton à Saint-Joseph (65,5%) et Olivier Rivière à Saint-Philippe (51, 8%/ Wilfrid Bertile a déposé un recours auprès du TA)

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

22
Poster un Commentaire

avatar
14 Comment threads
8 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
15 Comment authors
974Monjole YolaineCinor ou DomenjodKoo2gleJo de la Rivière Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Moi
Invité
Moi

Merci Mr Mont -Rouge ou La tout dit …..
Beau travail

Titanic
Invité
Titanic

Le choc inattendu c’était quand même St André….Les Virapoullé
Bon repos
Malbar là ouvre un coup zot canette

Ça SUFFIT
Invité
Ça SUFFIT

Les électeurs ont dit ÇA SUFFIT . Ils se sont révoltés ou ont fait grève électorale pour mettre fin aux abus , combines , arrangements et magouilles politiques . Ça SUFFIT , des clans familiaux qui croient qu’ils ont leur mairie comme un patrimoine personnel .Ça SUFFIT des embauches familiales et amicales . On a fait preuve de maturité politique en rejetant les partis , l’ arrogance , les chefs de parti , les repris de justice , les mots d’ordre , les alliances pour des places à 10 000 euros . Tous les candidats soutenus par fontaine et DR… Lire la suite »

Karl
Invité
Karl

A ceux qui disent et qui croient que l’élection de ces femmes en politique va révolutionner quoique ce soit, vous allez vite déchanter… Attention nulle question de machisme mais juste de lucidité.

Jo de la Rivière
Invité
Jo de la Rivière

Si votre commentaire n’est pas du machisme pur et dur, ça s’appelle comment alors ? Critiquer de cette manière l’élection de “ces” femmes (comme vous dites) c’est juste se croire supérieur et mettre en avant votre “suprématie” mâle . Pourquoi nos femmes réunionnaises ne seraient pas capables de révolutionner “quoique ce soit” ? Pourquoi devrions-nous vite déchanter ? Pourquoi pensez-vous que les électeurs qui ont exprimés leur choix d’une femme maire, sont systématiquement aveugles et manquent de lucidité ? C’est quoi ces vieux clichés machistes d’une autre époque ? Sur quelle planète vous vivez , pauvre Karl ????

Crocodiles l’a pas marché
Invité
Crocodiles l’a pas marché

Je retiens juste que Didier Robert la GAGNE galop avec un ti Madame 1m60- un ti Madame ministre, propre sans castrolles! Son équipe d’alimentaires, bras cassés, i peut aller reposer aster, i vien pas sin dni comme touristes. La sorte comme tangue n’a 1 mois , té crois sa gagne zelection- assise la rzgion encore quelques mois i vien pou ou ek la com’ gros doigt, la com’ i vo pi rien .

Goutamoin
Invité
Goutamoin

Ministre de l’égalité réelle ? Ah! Ah! Ah! Lé vraiment comique oté ! Plus fort que Coluche…..

Sabrina
Invité
Sabrina

Etang salé. On ma refusé de voté, mon nom a tout simplement disparu de la liste..etant un soutien affiché de MH je me pose des questions surtout que je ne suis pas la seule dans ce cas

Yaboss
Invité
Yaboss

Faite votre devoir et signaler le!

scoUcrouFOchan
Invité
scoUcrouFOchan

allé di partout…..zot i veut mettre un dictateur en place!
la racaille va ariver ek zot!
moin néna 3 gars MH la jouer carte! tellement boie la dit pas inkiet pas MH i gagne !!!!

Remontada
Invité
Remontada

Remontada pour Bedier : belle surprise de la soirée.

Alexandre futur maire dans 6 ans ?
Invité
Alexandre futur maire dans 6 ans ?

Gironcel peut-être inquiet des aujourd’hui. Alexandre peut-être maire de ste suzanne dans 6 ans. Allamelou a grillé son avenir car après avoir été communiste il est parti avec Didier Robert et ce dernier a fait perdre beacoup de candidats. Gironcel a les cartes en main. Il mène une politique de gauche à ste suzanne et fait lz jeu de la droite souvent ailleurs. Qui a fait gagner Nadia Ramassamy aux législatives. Leperlier roule pour Lacouture. Gironcel sera surveillé de près car si il fait entrer Didier Robert a la Cinor, Gironcel signe son arrêt de mort politique dans 6 ans… Lire la suite »

Larem la poissse en marche
Invité
Larem la poissse en marche

Larem c’est la poisse en marche.

Le référent local battu en étant sur la liste d’Hamilcaro a st Louis

Le boug perdant fait le tour des plateaux TV hier soir.
Pourquoi ? Pas inaudible et fait meme la leçon aux vainqueurs.

Il est difficile le soir des défaites pour certains et cela était même pathétique.

Bedier le boss
Invité
Bedier le boss

Paris y commande pas nou ?

Bedier si !

La corde y casse ousa lé pouri
Invité
La corde y casse ousa lé pouri

À L’équipe komandèr de la région , zot écrit et parole y sonne faux dans les oreilles la population

Jean Marie isolé
Invité
Jean Marie isolé

Jean Marie V n’a jamais pu compter sur une Eicka Bareigt ou une Miranville dans ses rangs.

Il faut revoir aussi le casting. En 2020 les femmes font gagner et a st andre elles font perdre.

Ti fanm là sa
Invité
Ti fanm là sa

Kosa y dit sur St Denis , y dit bravo Mme BAREIGT
Kosa y dit sur St Paul , y dit bravo Mme BELLO

Tic and Tax
Invité
Tic and Tax

Quand la droite et la presse subventionnée comprendront que la calomnie n’est pas un projet, peut être que les prochaines élections leurs seront profitables… Pour l’instant, ça rentre pas dans leur coco, parce que les méthodes sont toujours les mêmes et les résultats se suivent et s’amplifient. Vive les femmes et vive les verts !!!! (les vrais !)

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Une petit pas pour les femmes élues…
Et un grand bon pour l’Humanité !

Cinor ou Domenjod
Invité
Cinor ou Domenjod

Y en a qui perdent les élections et qui veulent aller à la Cinor et cumuler une fois de plus les indemnités et les postes.

Sauf que Domenjod n’est pas loin de la Cinor.

Monjole Yolaine
Invité
Monjole Yolaine

Maurice GIRONCEL a été clair.
Sainte-Suzanne récupère la présidence de la CINOR.
Alors les supputations à trois balles ne tiennent pas la route…

974
Invité
974

Gironcel ne doit pas faire le jeu de la droite et de Didier Robert ou sinon dans 6 ans il y aura un nouveau maire : Alaxandre.