Nou La Fail à Sainte-Marie : 4 entrepreneurs péi racontent leurs parcours atypiques

dans Actualités/Jeunes

4 nouveaux entrepreneurs péi viennent raconter sans tabou leurs ratés retentissants et leurs parcours atypiques, au Hub Lizine à Sainte-Marie, ce mardi 18 février. Au programme de cette soirée : ambiance décontractée, confidences authentiques, et parcours inspirants pour un sujet délicat, parfois même douloureux : l’échec.

Les soirées Nou La Fail by Crealise, quel est le concept ?

Ce sont 4 événements, 4 régions et 4 StoryFailers à chaque round. La tournée sera clôturée par une Grande Finale pour élire le RockFailer de l’année. Lever le tabou de l’échec, voilà l’ambition affichée des soirées Nou La Fail : des entrepreneurs et entrepreneuses de l’île posent des mots sur leurs “fails” et partagent leurs expériences sans langue de bois, pour dédramatiser et pour inspirer, peut-être, les nouvelles générations d’entrepreneur.e.s réunionnais.e.s.

Les soirées Nou La Fail sont organisées en partenariat avec Epitech, La Technopole de la Réunion, The Nest et Digital College Réunion.

Pourquoi des soirées dédiés à l’échec ?

La peur de l’échec impacte non seulement les individus, mais aussi l’économie toute entière. Paralysante par essence, elle est un frein colossal à la prise de décision, à l’action et forcément, à l’innovation. Pourtant, il est indéniable que l’échec fait partie de tout parcours, professionnel et privé. Et quand il arrive, la tentation est forte de l’abandon, de la déprime et de la honte. Crealise envisage un changement de perspective : et si nous accordions à l’échec une place privilégiée dans notre apprentissage de la réussite ? Le chemin parcouru pour rebondir, la force puisée des erreurs commises ou des écueils rencontrés est en soi un apprentissage.

Dans la Sillicon Valley par exemple, la devise est : « Fail fast. Learn faster. Innovate ». En résumé, plus tôt vous échouez, plus vite vous réussissez ! On ne parle même plus de « failure » mais de « pivot ».

D’ailleurs, statistiquement, les fonds d’investissement américains ont tendance à prêter plus à des entreprises qui ont déjà connu l’échec. Il est envisagé comme la promesse de “faire mieux la prochaine fois”. La question clé n’est pas de savoir si l’on accepte ou pas l’échec, elle est de savoir apprendre de ses échecs, d’en tirer des leçons et de s’améliorer ensuite. A la fois de manière individuelle mais aussi de manière collective, pour que l’ensemble de l’écosystème de l’innovation de notre île progresse.

Rendez-vous donné mardi 18 février à 18h au Hub Lizine

Pour cette édition Nord, c’est au tour de Vincent Robert (Fondateur @Entrepreneur
Péi), Caroline Lopez (fondatrice @Story Enjoy), Anne-Laure Ringanadépoullé (Co-fondatrce @Pépé José) et Giovanni Céleste (fondateur @Dodorassik Games) d’entrer en compétition pour le titre de Rockfailer. Le ou la gagnant.e rejoindra Jimmitry Payet et Steeve Bourane sur le podium de la Grande Finale au mois de juin.

Comme à chaque round, c’est le public présent qui désignera la meilleure histoire. Entre émotions, sincérité et éloquence, le défi est grand pour les story-failers et leurs histoires extraordinaires.

Evénement gratuit sur inscription

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bolo Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Bolo
Invité
Bolo

C’est sûr …
On fail en se trompant d’orifice .. on recommence et on finit par y arriver