/

Macron en Nouvelle Calédonie : Huguette Bello demande au gouvernement de retirer son projet de loi

1 min de lecture
7

La présidente de Région Réunion, Huguette Bello, aux côtés de Présidents de collectivités ultramarines et de parlementaires ultramarins (dont les Réunionnais Evelyne Corbière, Karine Lebon, Frédéric Maillot, Emeline K’Bidi, Perceval Gaillard, Jean-Hugues Ratenon et Younous Omarjee) co-signent une tribune dans laquelle ils alertent sur la situation en Nouvelle-Calédonie et appellent le gouvernement à retirer son projet de loi de réforme constitutionnelle. “Nous, élus des Outremers demandons solennellement au
Gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle”.

Voici ci-dessous la tribune : « en reconnaissant l’existence d’un peuple autochtone et colonisé, l’accord de Nouméa conclu en 1998 a ouvert la voie à un processus de décolonisation et d’évolution institutionnelle pacifié. Alors que les accords de Nouméa prévoyaient une composition précise du corps électoral, le projet de loi constitutionnelle présenté par le gouvernement revoit les modalités d’organisation des scrutins pour définir l’avenir du territoire calédonien.

En effet, le projet de loi constitutionnelle organise l’ouverture du scrutin provincial calédonien aux résidents installés depuis au moins dix ans sur l’île. Cette modification sans consensus de tous les partenaires, constitue une trahison de l’esprit et de la lettre des accords de Matignon et Nouméa.

Les révoltes qui frappent la Nouvelle-Calédonie ont causé la mort de 6 personnes. Nous adressons nos condoléances aux familles des personnes décédées et à l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie-Kanaky. Face à cette situation d’insurrection, le gouvernement a décrété l’état d’urgence.

La réponse sécuritaire qui consiste à mettre en place des mesures exceptionnelles – interdictions de circulation, assignations à résidence, perquisitions… ainsi que l’envoi de policiers et gendarmes supplémentaires n’apporte pas de solution. Ces réponses répressives risquent d’engendrer une spirale de violence et de compromettre le retour au calme attendu. Seule la réponse politique mettra fin à la montée des violences et empêchera la guerre civile.

Nous, élus des Outremers demandons solennellement au Gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle visant à changer le corps électoral pour les élections en Nouvelle-Calédonie-Kanaky comme préalable à la reprise d’un dialogue apaisé avec l’ensemble des parties prenantes en renouant avec l’esprit des accords de Nouméa pour la construction d’un avenir commun ».

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

7 Commentaires

  1. Ratenon y mange à tt les râteliers, déjà les élus de la Réunion c’est des serpillères vendu escroc manipulatèr mentèr volèr ko sa zot y rode faire les négociateurs,zot lé pas capable résoudre le problème de l’insécurité la délinquance les violences gratuites ici la Réunion ko sa zot rode faire la la ligue des justiciers pour la nouvelle Calédonie, même Macron y veut pu de zot dans son parti transgenre, arrête fait honte la Réunion bande incompétent et vendu

  2. La France et sa république une et indivisible… sous-tendue par sa Constitution d’octobre 1958… depuis modifiée en quelques rares occasions… Vivons-nous réellement en démocratie ? Plus que jamais je m’interroge !
    Là, nous avons quelques élus locaux avec quelques parlementaires (on va dire d’un seul bord politique… pour faire simple…) qui veulent se faire remarquer… pour nous faire croire qu’ils se soucient du sort de cet archipel situé aux antipodes, dans le Pacifique Sud, dans un environnement anglo-saxon… or, la plupart n’ont jamais été un mois ou plus sur une des îles, notamment sur Ouvéa, dans la grotte sacrée de Watetö, et ils veulent nous faire croire qu’ils comprennent ce qui vivent, subissent les peuples mélanésiens installés là-bas, à 12 ou 13 h de décalage horaire, depuis des milliers d’années !!!!
    À part répéter ce qu’ils ont entendu par-ci par-là, ils n’en savent pas grand chose, on peut même dire presque rien, même sur la vie puis le contexte de l’assassinat de Jean- Marie Tjibaou le 4 mai 1989, à peine un an après le 1er tour de l’élection présidentielle en France continentale et européenne (la Guyane n’est pas une île : Jean… Castex… énarcle l’ignore…). Pas plus son année de naissance (1936 à Hienghène) ni le nombre de ses propres frères tués… du temps où la chasse aux Kanak était « ouverte ». Et, si on leur demanderait qui est Alphonse Dianou? Ils ne seraient même pas capables de corriger le temps de cette question : qui était…?
    Le parlement français comporte deux chambres, on appelle ça un parlement bicaméralisme… (pour mémoire largement inspiré par le comte de Provence… futur Louis XVIII, pour la Restauration de la monarchie en France… mais avec des innovations significatives… par rapport à l’ancien régime…), chaque parlement a un rôle extrêmement important, c’est celui de contrôler l’action, je rajouterais quotidiennement, du gouvernement, de chaque membre, chaque conseiller des ministres en exercice, et cetera… Le font-ils? Pourquoi avoir attendu que la situation en arrive à là pour faire pression sur ce gouvernement ? À quoi servez-vous exactement ou plutôt que faites-vous tous les jours?
    Quant aux élus locaux… cela serait intéressant s’ils arrivent à redresser la situation sociale, économique, culturelle, sportive, l’état de santé de la population ici : balaye dovan ton avant de saute la mer!
    Qui était Marius Kaloïe? En d’autres termes, cessez de jouet votre petite comédie, ça ne passe pas avec moi.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Déclaration d’impôts ? Un numéro ouvert avec le service « Allô zimpôt » dès aujourd’hui

Article suivant

Alizé de sud-est modéré à fort. Houle australe entre 3 et 3,5 mètres en diminution

Free Dom