NRL, carrière de Bois-Blanc : la commission se réunit cet après-midi

5 min de lecture

La réunion de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) dans sa formation spécialisée dite “des carrières” se déroulera en préfecture à partir de 14h30. Dans la lettre d’invitation (ou de convocation ?) adressée, le 18 juin dernier, aux membres de la commission, il leur est précisé “qu’en cas d’empêchement, de transmettre, sans délai, votre dossier à votre suppléant, afin d’éviter tout report de la commission, faute de quorum”.

En fait, les initiateurs de cette réunion veulent assurer un maximum car visiblement, ça urge. Il faut en effet, trouver,une solution pour pouvoir donner à la SCPR la possibilité d’exploiter le plus rapidement possible la carrière de Bois-Blanc qui fait actuellement l’objet de plusieurs recours. Le dossier déjà shooté par la Cour d’appel de Bordeaux se trouve actuellement devant le Conseil d’Etat suite à un recours formulé par l’Etat.

Mais en attendant la décision de justice, l’Etat a décidé d’accélérer malgré tout le processus. D’où la réunion prévue cet après-midi en préfecture pour “une proposition d’engagement de mise à jour du Schéma départemental de carrières de La Réunion”. Lequel SDC de 2010 a été maintes fois attaqué en justice par la mairie de Saint-Leu (du temps de Thierry Robert) et par des associations environnementales.

L’exploitation de cette carrière de Bois-Blanc actuellement située en zone rouge devrait permettre à la SCPR de fournir des roches massives à la multinationale chargée de terminer le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL) notamment la partie Digue entre la Grande Chaloupe et la Possession. Cette exploitation devrait aussi permettre à la SCPR de disposer d’un gisement important d’agrégats pour plusieurs années.

Les membres de cette commission examineront cet après-midi le dossier de 15 pages relatif à la “mise à jour”. Dossier réalisé par Ivan Martin, directeur adjoint de la DEAL et par Nicolas Denni, inspecteur de l’Environnement. La DEAL (Direction de l’environnement, de l’aménagement, du logement) va demander à la CDNPS de lui donner l’autorisation de la rédaction du dossier d’informations qui devra être transmis à l’autorité environnementale. Pour faire simple, il sera proposé cet après-midi de déplacer sur la carte, en un trait de plume, la carrière de Bois-Blanc et la scinder en deux (partie haute et partie) pour autoriser son exploitation.

Une opération qui interpelle quant on sait que la DEAL est très pointilleuse sur le non respect du PLU et qu’elle n’hésite pas à signaler systématiquement à la justice lorsque les particuliers ne respectent pas la loi en matière d’urbanisme ou d’aménagement du territoire. D’où les démolitions de cases ou arrêts de travaux sur les exploitations agricoles…

L’Etat espère que la “mise à jour” qui sera effectuée aujourd’hui sera validée avant la fin de cette année et qu’au terme de la procédure, le préfet pourra enfin signer l’autorisation d’exploitation d’ici à janvier 2020.

Rappelons qu’à l’occasion de cette réunion d’aujourd’hui, outre les représentants des collectivités locales, trois représentants de la DEAL et un représentant de la DAAF (Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) prendront part également au vote. Des fonctionnaires d’Etat qui votent sur un dossier dont ils sont les rédacteurs… C’est assez surprenant !

Autre nouvelle, à mettre sans doute, cette fois, sur le compte de la paranoïa : plusieurs personnes m’ont appelé pour me dire que l’épouse d’un des fonctionnaires de la DEAL, qui est partie prenante dans ce dossier, est directement chargée du dossier de la NRL au sein une grande collectivité locale. Tout le monde a le droit de travailler quand même ! Et puis, comme le dit si bien un proverbe créole, “tout’ martin na z’ailes blanc” !


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox