/

Nuit Européenne des Musées : une balade culturelle au cœur de la nuit

6 min de lecture

Retrouvez les musées et s’y attardez… une liberté retrouvée pour les amoureux de l’art sous toutes ces formes après une nuit Européenne des musées dématérialisée sous forme numérique en 2020 pour cause de Covid-19. Cette année, les Réunionnais ont pu redécouvrir le plaisir d’admirer les œuvres au plus près dans le cadre de cette manifestation culturelle. Ce samedi 3 juillet, le Département de La Réunion a ouvert ses musées au plus grand nombre, dans le respect des gestes barrières, dans la pénombre de la nuit.

Une nuit qui débute au Jardin de l’Etat et sa grande allée qui nous mène au Muséum d’Histoire Naturelle. Un retour dans l’histoire du Muséum et des passionnés qui ont constitué le fonds du Muséum d’Histoire Naturelle. « Collections, collectionneurs 1854-2017 ». Les visiteurs ont également pu participer à une activité « à la découverte des chauves-souris dans le jardin, autour de l’écoute de l’observation crépusculaire, présentation interactive… » qui a ravie autant les petits que les grands.
Un peu plus bas, à quelques mètres un autre musée pour une autre histoire, celle du Musée Léon Dierx. Une collection permanente qui s’est enrichie au fil des ans avec le don exceptionnel en 1947 de 157 œuvres par Lucien Vollard, fils d’Ambroise Vollard, marchand de tableaux. Les créations entre autres de Gustave Caillebotte, Paul Cézanne, Paul Gauguin, Pablo Picasso… se sont illuminées sous le regard admiratif des amateurs d’art à l’occasion de cette 17ème nuit des musées.

A l’Arto, c’est l’art contemporain qui prend toute la place. « Panorama II » une exposition qui regroupe un collectif d’artistes qui représente « la nouvelle scène plurielle, vivante et vibrante de notre territoire », dixit Leïla Quillacq et Antoine du Vignaux, Co-Commissaires de l’exposition. L’occasion de découvrir la restitution de la résidence d’artiste d’Eric Lebeau « Zistwar Zananès(k) » qui décrit le parcours initiatique d’un musicien dans les méandres d’une recherche artistique au cœur d’une expérimentation musicale.

Un peu plus loin, au Lazaret, des visites libres et guidées ont permis de jeter un autre regard sur la Quarantaine et l’Engagisme avec, entre autres, les travaux archéologiques du Lazaret 2. Les visiteurs ont pu assister à une présentation du site www.carnet 55.re qui retrace la résidence d’artiste « Patrimoine et Création » d’Arnaud Jamet, un carnet de croquis, le parcours dessiné des engagés.

Une Nuit des musées qui a également permis aux Réunionnais de découvrir le Musée de Villèle. Une visite aux chandelles de la collection permanente du rez-de-chaussée du musée ainsi qu’une visite libre du Mémorial de l’hôpital des esclaves étaient également au programme. Une restitution des résidences artistiques « Patrimoine et Création » des artistes Johana Grégoire (2021) et Lino Mérion (2020) a également été proposée. « Bagass ! » pour le premier avec un projet de revalorisation de la canne et « A Koz ? A Koz ! » un projet chorégraphique pour le second qui questionne sur l’identité réunionnaise et son patrimoine culturel.

Une nuit des Musées placée sous le signe de la richesse patrimoniale des collections du Conseil départemental à la fois tournée vers la création et en même temps ancrée profondément dans l’histoire du peuplement de La Réunion.

Historique

C’est à Berlin en 1997 que s’est déroulé pour la première fois cet événement baptisé à l’époque « le Printemps des musées ». Une manifestation qui s’ouvre ensuite aux 39 pays signataires de la convention culturelle du Conseil de l’Europe. C’est en 2005 qu’apparaît en France la nuit des musées. Objectif, attirer un public plus jeune, plus noctambule. Il s’agit de sensibiliser le plus large public à la richesse du patrimoine commun que sont les collections de nos musées et de conquérir de nouveaux visiteurs. Créer une véritable mobilisation des musées et publics européens qui contribue à la construction d’une Europe de la culture.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Perturbation du trafic maritime | Conséquence : certains types de déchets sont désormais refusés en déchèterie jusqu’à nouvel ordre

Article suivant

“Histoire des Hommes et des Espèces à La Réunion” : une exposition visible à Mascarin

Free Dom