//

Déroulage des câbles du Téléphérique Chaudron/ Moufia/Bois de Nèfles ce 3 juillet 2021

13 min de lecture
1
Maurice GIRONCEL, Président de la Cinor, et Ericka BAREIGTS, Maire de Saint-Denis, président, ce samedi 3 juillet,à l’opération de déroulage des câbles du Téléphérique Chaudron/ Moufia/Bois de Nèfles par dispositif drone.
Cette opération tant attendue, spectaculaire s’il en est,débute donc conformément au calendrier annoncé, en ce début du mois de juillet.
Éléments emblématiques de ce moyen de transport, les câbles sont les derniers équipements à être installes au terme de la réalisation de l’ensemble des aménagements terrestres structurants.
En effet, sans les pylônes solidement érigés sur leur massif de béton, sans les gares construites aux endroits les plus stratégiques, les câbles ne pourraient être déroulés.
Ce samedi 3 juillet, 4 premiers vols par dispositif drone sont organisés pour le déroulage des câbles sur la boucle de câble Moufia/Bois de Nèfles,
Un vol au-dessus de l’IRSAM (G3 gare de Moufia-P17); un deuxième au-dessus de la résidence Pierre et Sable (P17-G4 gare de Bancoul) ; un troisième à l’aval du lycée Nord (G4-P23) et un dernier au-dessus du Lycée Nord (P23-G5 gare de Bois de Nèfles) La durée des vols est d’environ 10 minutes.

Opérations de déroulage du câble, complexes et délicates

Ces opérations, programmées répondent à une multitude de critères et de contraintes techniques et de sécurité.
De façon schématique, elles consistent à faire passer le câble tracteur sur ses roulements installés en tête de pylônes que ce soit en ligne ou en gare, puis ensuite en raccorder les extrémités sous forme d’épissure.
Il n’est pas possible de tirer le câble tracteur lui-même en premier lieu, celui-ci est lourd.
Aussi a- t-on recours à une technique efficace consistant à mettre en place la 1ère drisse par les airs à l’aide d’un drone télécommandé.
Une fois la 1ère drisse de 6mm installée, elle sera utilisée pour en installer d’autres de 10mm puis dérouler les câbles définitifs de l’appareil (câble de communication de18m m et câble porteur tracteur 46mm)
Tout au long de l’opération la tension du câble doit être surveillée. Il ne doit pas tomber. Cette surveillance s’effectue à partir du sol.
Une fois déroulé, le câble porteur tracteur doit être mis à sa tension définitive (environ 30T) et épissuré afin de former
les 2 boucles de câble (G1-G3 boucle 1 et G3-G5 boucle 2).
Les opération d’épissure (*) se dérouleront au niveau du P4, mail du Chaudron, pour la 1ère boucle et sous la gare de Bois de Nèfles pour la 2ème.
Cette étape des travaux, entamés en janvier 2020, boucle ainsi la phase travaux.
Elle sera suivie de la phase d’essais, de septembre à novembre avec l’installation des cabines, avant la mise en service
du téléphérique prévue en décembre de cette année.
(*) L’épissure (splicing en anglais) est l’assemblage de deux extrémités de câble afin d’obtenir une boucle sans fin. Elle doit assurer une
solidité et durée de vie analogues à celles du câble qui a été confectionné en usine par des machine d’une extrême précision.

L’opération est plus délicate qu’il n’y parait.

Cette opération est considérée comme un art qui requiert une très grande technicité, un niveau d’expertise élevé et une main d’œuvre importante.
Opération réalisée entièrement manuellement, l’épissure nécessite rigueur et savoir-faire pour que le point de raccordement des câbles soit
invisible. A ce point d’assemblage, le câble ne doit pas être supérieur de plus de 10% à son diamètre nominal.

Voir nos vidéos

 

Précautions et protection des personnes

Ces opérations de déroulage du câble, complexes et délicates requièrent des mesures de sécurité. Ainsi, aucune présence physique n’est envisageable sur une bande d’une largeur de 100 à 150m (consignes de sécurité de la DGAC).
Il est également demandé un confinement des tiers dans les bâtiments situés dans l’enviuronnement des vols (100 à 150m ) et ce durant les 10min max du vol du drône dev travail.
De même, il n’est autorisé aucune circulation de véhicule dans cette bande pendant le vol, ce qui nécessite la fermeture temporaire des routes durant les dix minutes de de vol.
En lien avec la police municipale et la police nationale, la Cinor met donc en œuvre les moyens requis afin de limiter la
présence du public sur les zones concernées dans le cadre de ces directives imposées par la Direction Génarale de l’aviation
civile.
Ainsi des équipes au sol seront déployées pour respecter le périmètre de sécurité
De même, la police nationale sera présente la journée lors des séquences de coupures de circulation en accompagnement de la police municipale
En outre, il ne sera pas toléré de regroupements aux abords immédiat du site des opérations.

Notre journaliste Frédéric Rustan était sur place :

Une réorganisation du système de transport

Le premier téléphérique urbain de Saint-Denis entrera en service en fin d’année sur la ligne Bois de Nèfles-Moufia, tandis que le second téléphérique, desservant la Montagne, arrivera en 2024 Avec une capacité de 1 200 passagers par heure, le transport par câble est une révolution au service d’une mobilité douce.
Le territoire du Nord de La Réunion sera la région de France à compter le plus grand réseau de téléphérique avec deux lignes.
La Cinor a lancé son premier projet en 2016 sur la ligne Bois de Nèfles-Moufia dès que la loi de 2015 a autorisé les survols de bâtiments sans expropriation du sol.
Cette première ligne permettra une réorganisation du système de transport et un renforcement des correspondances sur le réseau Citalis.
Avec un parcours effectué en 14 minutes, le voyageur venu de Bois de Nèfles peut se rendre à l’hôtel de ville en une demi- heure.
La capacité maximale de transport est de 1 200 passagers par heure, et la collectivité mise pour l’heure sur une moyenne de 6 000 passagers pour ce tracé par jour.
La ligne de Bois de Nèfles a été choisie car elle relie un nœud modal : le mail du Chaudron, et permet de relier trois lycées (Memona Hinterman-Affeejee, Georges Brassens et l’Horizon), trois collèges (Bois de Nèfles, Alizées, Chaudron), ainsi que le campus de l’Université au Moufia et l’hôtel de Région.
La Cinor porte également un deuxième projet sur la ligne Bellepierre-La Montagne. La future ligne permettra sécuriser la liaison entre le Plateau de la Montagne et le reste de l’agglomération. Le trajet en cabine s’effectuera 4 minutes pour 1,3 kilomètres de trajet.

LES GRANDES DATES

2015 : Loi sur la transition énergétique qui ouvre l’autorisation de survol des bâtiments sans expropriation.
2016-2017 : Lancement du projet avec les concertations publiques.
2018 : Lancement des études.
2020 : Début des travaux en janvier
2021 : Livraison prévue en fin d’année.

EN RÉSUMÉ

– 2,7 kilomètres de voie
– 5 stations (Bois de Nèfles, Bancoul, Moufia, Campus, Chaudron)
– 46 cabines de 10 places avec accès personnes à mobilités réduite et possibilité de venir avec un vélo ou une poussette
-14 minutes de parcours – un passage toutes les 34 secondes
– 5 quartiers réaménagés, végétalisés et rendus plus animés (Bois de Nèfles, Bancoul, Moufia, Campus, Chaudron)
– 1 place publique
– 2 parking-relais
– 3 pôles d’échanges bus
– cheminements piétons et voies cyclables
– 50 millions d’€ de coût

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Saint-Leu : une femelle requin-bouledogue « enceinte » de 3m20 prélevée

Article suivant

La 17e édition de la Nuit européenne des musées a lieu ce soir

Free Dom