Ouest France parle de l’équipage Free Dom à la NCR

13 min de lecture

Le média OUEST FRANCE a consacré cette semaine un bel article aux deux skippers qui pilotent le Bateau Free Dom à la NCR 2021. L’occasion de mettre votre radio en l’air, ainsi que la motivation de Thibault Lefevere.

Lire l’article en intégralité en cliquant ci dessous :

https://www.ouest-france.fr/sport/voile/normandy-channel-race-thibaut-et-thomas-ont-deplace-des-montagnes-pour-etre-au-depart-de-la-course-e574cf0c-c044-11eb-9389-fa96de72bfe6?fbclid=IwAR2hA26V6U0hysrAWBFxwIzhkTCWBwApHhdQRA3SNJcLe6WdhY-UjFE2e4Y

Skippers amateurs, les Nordistes Thibaut Lefévère et Thomas Bulcke seront coéquipiers à bord de Free Dom, sur la CIC Normandy Channel Race, dont le départ est donné dimanche 30 mai 2021, à Caen (Calvados). Un exploit, tant ils ont dû traverser des épreuves, personnelles et sportives, pour en arriver là.

Le Class40 « Free Dom », sur lequel Thomas Bulcke (à gauche) et Thibaut Lefévère sont coéquipiers pour la CIC Normandy Channel Race 2021, qui débute dimanche 30 mai 2021, à Caen (Calvados).
Le Class40 « Free Dom », sur lequel Thomas Bulcke (à gauche) et Thibaut Lefévère sont coéquipiers pour la CIC Normandy Channel Race 2021, qui débute dimanche 30 mai 2021, à Caen (Calvados). | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Thibaut Lefévère et Thomas Bulcke seront coéquipiers sur Free Domsur la CIC Normandy Channel Race, qui démarre dimanche 30 mai 2021, à Caen (Calvados). Deux skippers parmi tant d’autres ? Pas vraiment. Amis depuis le collège, ils ont réussi à s’inviter sur la ligne de départ d’une course mythique après de nombreuses épreuves.

Aujourd’hui âgés de 34 ans, Thibaut et Thomas sont potes depuis le collège, à Marcq-en-Barœul (Nord), près de Lille, et sont passionnés de voile depuis l’adolescence. « Mon père avait un voilier et, dès que j’ai eu 18 ans, nous partions souvent faire du bateau avec les copains, explique Thomas. On se retrouvait souvent à deux avec Thibaut, le plus intéressé de mes proches. Lors de nos 18 ans, on s’est tapés dans la main en se promettant qu’un jour, on prendrait un an pour préparer un grand voyage. On avait aussi des rêves de course. »

Le Class40 « Free Dom » est le Class40 sur lequel l’Allemand Jörg Riechers a couru la Transat Jacques Vabre 2019. | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Une crise cardiaque qui change tout

Ce grand voyage, c’est le projet Just Sail it, qui les emmène autour de l’Atlantique d’octobre 2012 à décembre 2013. « C’est là que j’ai rencontré ma compagne, originaire de La Réunion, que j’ai ensuite suivie », glisse Thibaut. Près de 9 500 kilomètres séparent les deux amis, depuis sept ans, mais l’amour de la voile est plus fort que la distance. Les choses de la vie vont aussi avoir leur importance.

« Je travaille sur un projet autour de la voile depuis plus de trois ans, précise Thibaut. J’avais envie de repartir, cette fois avec un défi plus sportif, une vraie course au large. » La Class40 est la classe la plus abordable pour lui. Mais, installé à la Réunion, il se demande comment monter un tel projet sur une île où la voile est loin d’être un sport populaire. D’autant plus qu’à la ville, il dirige sa société spécialisée dans la charpente. « Ce n’était pas facile. »

Thibaut Lefévère vit à La Réunion depuis sept ans, et a réussi à monter son projet sur une île où la voile n’est pas un sport très populaire. | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Il faut une sacrée dose de motivation pour atteindre cet objectif. La santé de Thibaut sert d’élément déclencheur, malgré lui : le trentenaire est victime d’une crise cardiaque et doit se faire poser un pacemaker en octobre 2018. « À ce moment-là, tu te dis, déjà, que t’as eu de la chance, témoigne-t-il. Puis, qu’il ne faut pas passer à côté de ce que tu as vraiment envie de faire : il faut aller au bout, sans aucun regret. »

Un mille parcouru, un arbre planté dans un lycée

Alors, Thibaut est prêt à « déplacer des montagnes », comme le dit Thomas. Le Réunionnais commence à monter son dossier de sponsoring, se rapproche de skipper de renom comme le Quimpérois Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum. « Je suis monté sur son bateau, il me racontait ses histoires de course, raconte Thibaut. Ça me donnait vraiment envie d’y aller et j’ai réussi à monter un dossier et à obtenir des budgets. »

Thomas Bulcke, père de trois enfants, vit dans le Nord, près de Lille. | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Mais le défi n’est pas que sportif. Un autre navigateur de premier plan donne des idées à Thibaut : le Rochelais Aymeric Chappellier, 2e de la Route du Rhum 2018 en class40. « Aymeric m’a conseillé de monter une société pour l’aspect nautisme, ainsi qu’une association qui puisse porter les couleurs du bateau. » Ainsi née l’association réunionnaise Hisse un arbre« qui a pour but d’allier le défi sportif à la plantation d’arbres endémiques sur l’île. Notre argument est simple : un mille parcouru, un arbre planté dans un lycée réunionnais. Ça nous fout un coup de boost génial et les lycéens sont fiers de ça. »

 

 

Les conseils d’Angoulvant, Marsset, Jourdain et Duc

Thibaut donne corps à son histoire. Une histoire séduisant Free Dom, radio locale hyperpopulaire à La Réunion, qui devient sponsor du projet de Thibaut. Le Team HUA Free Dom est né. Pour se lancer dans l’aventure de la Normandy Channel Race 2021, Thibaut ne met pas longtemps à trouver un coéquipier. C’est Thomas. Père de trois enfants, il est responsable export dans le meuble de jardin et le bois traité pour l’extérieur, à Wambrechies (Nord). « Nous sommes allés faire des stages de survie à Lorient, on a pu compter sur l’aide de François Angoulvant, du Team Sabrosa, et on s’est entraîné avec Sébastien Marsset. »

Thomas Bulcke (à gauche) et Thibaut Lefévère se connaissent depuis leurs années collège, près de Lille. La passion de la voile les a aidés à ne jamais perdre contact. | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Marsset, que Thibaut connaît bien : ils étaient tous deux coéquipiers sur la première NCR du Réunionnais, en septembre 2020, déjà sur Free Dom (ils terminent 8e, N.D.L.R.). Cette fois, ce sera bel et bien la première ensemble, pour les deux acolytes. « Il y a un peu de boule au ventre, car ce n’est pas une régate en équipage d’une journée, confie Thomas. Il y a un tel engagement ! En un an, j’ai retrouvé mon poids d’adolescent, rien que par la préparation physique. »

François Angoulvant a aussi été précieux dans la recherche du bateau, trouvé par les deux amis en juillet 2020. « C’est le Class40 sur lequel l’Allemand Jörg Riechers a couru la Transat Jacques Vabre 2019. » Une valeur sûre, donc, même s’il faut noter que c’est désormais l’un des tout derniers Class40 avec travée droite, ce qui limite la vitesse par rapport aux bateaux plus modernes.

 

 

« Un projet dingue et égoïste »

En ces temps de crise sanitaire et de restrictions, la préparation au grand départ, commencée il y a un an, n’a pas été des plus confortables. « On a suivi une demi-douzaine de visio pour mieux connaître la météo, apprendre des fiches manœuvres sur un class40 sur lequel on n’avait jamais mis les pieds, liste Thomas. On a quasiment fait que de la théorie avec le confinement. » Pour la pratique, ils ont pu compter sur l’expérience du skipper normand Louis Duc, originaire de Barneville-Carteret, avec qui ils ont suivi plusieurs sessions d’entraînement sur l’eau, ces derniers mois.

Le Class40 « Free Dom », sur lequel Thibaut Lefévère et Thomas Bulcke sont coéquipiers pour la CIC Normandy Channel Race 2021, qui débute dimanche 30 mai 2021, à Caen (Calvados). | THOMAS DEREGNIEAUX/FREE DOM

Si Thibaut et Thomas ont déjà fait du chemin ensemble, le départ de la CIC Normandy Channel Race est bien le début d’une nouvelle aventure. « Notre objectif sur la NCR, c’est de progresser, d’apprendre à naviguer, résume le Réunionnais. Pouvoir le faire sur une course aussi mythique, c’est génial. Et puis, faire rayonner la Réunion pour mon sponsor. » Thomas confirme : « On veut d’abord se faire plaisir, être contents de nous car on fait de nombreux sacrifices depuis longtemps. On veut montrer à nos proches la concrétisation de ce projet car notre projet est à la fois dingue et très égoïste : on part et on laisse nos familles. »

Seriez-vous prêts à revenir dans les stades alors que la pandémie de Covid-19 n’est pas maîtrisée ?

Si l’aventure NCR ne fait que débuter, les deux amis comptent bien enchaîner avec d’autres courses de renom, ces prochains mois, indiquent nos confreres de OUEST FRANCE

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

« La minute de France 3 » consacrée au bateau Free Dom et à ses skippers

Article suivant

Normandy Channel Race : euphorie lors du lancement de la compétition dimanche 30 mai

Free Dom