Ovocytes et spermatozoïdes : le nombre de dons est insuffisant à La Réunion

6 min de lecture
1

Près de 5 000 couples touchés par une infertilité médicale sollicitent chaque année un don d’ovocytes ou de spermatozoïdes en France. Même si la tendance globale en région de la Réunion est à la hausse avec 55 % de donneurs en plus entre 2015 et 20181, notamment grâce à l’ouverture du don aux personnes n’ayant jamais procréé en 2016, le nombre de donneurs à La Réunion ne permet pas de répondre aux besoins de tous les couples en attente.

L’Agence de la biomédecine, en lien avec les centres de dons, lance une nouvelle campagne nationale du 16 novembre au 6 décembre 2020 afin de sensibiliser et d’informer sur le don de gamètes. En cette période d’épidémie de la Covid-19 et de reconfinement, cette campagne a pour objectif de permettre à de nouveaux donneurs et donneuses potentiels d’engager et de mûrir une réflexion sur ce don essentiel pour des milliers de personnes chaque année.

L’Agence rappelle que jusqu’à la promulgation de la nouvelle loi de bioéthique, actuellement en discussion au Parlement, c’est le cadre actuel de la loi qui continue de s’appliquer pour le don de gamètes.

Les Français et le don de gamètes

Le baromètre d’opinion réalisé par l’Agence de la biomédecine en 20202 a permis d’explorer les perceptions et connaissances des Français sur le don de gamètes. Les résultats montrent que 76 % des Français sont globalement favorables au don de gamètes et que près d’’une personne sur deux en âge de donner se déclare prête à passer à l’acte.

Le principe de solidarité vis-à-vis des couples qui ne peuvent avoir d’enfants reste le premier moteur du don pour 55 % des personnes interrogées.

Pour autant si l’opinion paraît sensible à la situation des couples infertiles, le don en lui-même et les règles qui le régissent restent trop méconnus du public. Seules 27 % des personnes interrogées se disent bien informées sur le sujet*.

*Etude réalisée par l’institut Viavoice pour l’Agence de la biomédecine. Terrain téléphonique réalisé du 10 au 16 janvier 2020 auprès d’un échantillon de 1 015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Des précautions sanitaires strictes appliquées dans le contexte lié à la Covid-19

Dans le contexte sanitaire actuel, les activités d’assistance médicale à la procréation continuent à s’exercer dans le respect des procédures spécifiques : les centres se conforment aux modalités de travail dans les établissements de soins, aux mesures barrières et à la distanciation sociale que ce soit pour les professionnels de santé ou pour les patients, ainsi qu’aux modalités de diagnostic et de dépistage de la Covid-19.

Deux sites de référence pour tout savoir sur le don de gamètes :

www.dondovocytes.fr www.dondespermatozoides.fr

Une campagne 2020 qui rappelle que le don de gamètes, c’est donner un espoir à des milliers de personnes de devenir parents

Cette campagne d’information vise à poursuivre le travail de sensibilisation et de pédagogie engagé autour du don de gamètes par l’Agence de la biomédecine depuis plusieurs années. Elle doit permettre aux donneurs potentiels de murir leur réflexion, dans la perspective, notamment, du changement de régime juridique actuellement en discussion au Parlement dans le cadre de la future loi relative à la bioéthique.

La campagne donne la parole à des donneuses et des donneurs qui partagent avec simplicité les raisons qui les ont conduits à s’engager dans cette démarche altruiste.

Du 16 novembre au 6 décembre 2020 :

o Deux spots radio misent sur la force du témoignage en donnant la parole à une femme et à un homme qui ont donné des gamètes. Ils sont diffusés sur une sélection de radios nationales
Lien vers le spot don d’ovocytes
Lien vers le spot don de spermatozoïdes

o Une campagne web s’adressant aux personnes en âge de donner

En continu :

o Deux sites d’information de référence dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr pour connaître les conditions du don, comprendre les différentes étapes et obtenir les coordonnées du centre de don le plus proche de chez soi, etc.

o Des brochures d’information spécifiques à chacun des deux dons, mises à la disposition des centres de don, des professionnels de santé (gynécologues, obstétriciens, sages-femmes) et des associations, pour relais auprès du grand public.


1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Loren Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox