Pass sanitaire et projet de loi associé : le Kolektif “Pik pa nout liberté” interpelle les parlementaires

6 min de lecture
3

Ce collectif a été créé avant-hier soir (lundi 19 juillet 2021) à l’initiative d’une trentaine de personnes, tout corps de métier, et secteur d’activité confondus.  Le Kolektif “PIK PA NOUT LIBERTE” ne porte aucune couleur politique partisane, entend interpeler les parlementaires avant la présentation du projet de loi sur le pass sanitaire demain. 

“Nous accompagnons cette démarche citoyenne”, expliquent les premiers signataires dont une partie de la liste des  (commerçants, salariés, restaurateurs, chef d’entreprise, organisation politique et militante, salariés…) est publiée ci-dessous. Voici la tribune du Kolektif : 

“Suite à l’allocution du Président du 12 juillet 2021, nous ne sommes pas restés indifférents quant aux annonces de celui-ci. À l’instar des évènements du 14 juillet jusqu’à ce jour, des cohortes de citoyens se sont mobilisés dans les rues de Saint-Paul, Saint-Denis, Saint-Pierre, nous décidons aujourd’hui de leur emboiter le pas.

Qui sommes-Nous ?
Commerçants, salariés, artisans, restaurateurs, retraités, intermittents du spectacle, professionnels de santé, organisations politiques, fonctionnaires, en somme des citoyens réunionnais touchés dans le for intérieur de leurs libertés individuelles.
Nous sommes le Kolektif «PIK PA NOUT LIBERTE», issu d’une volonté commune de nous rassembler autour des interrogations suivantes :
– Comment devons-nous accepter la mise en place d’une loi non adoptée et nous organiser le jour même sans aucun délai ? En effet, la loi sera présentée le 21 juillet 2021, elle sera votée le 21 juillet 2021 et appliquée le 21 juillet 2021.Comble de l’incongruité…
– Si une telle loi est adoptée, sommes-nous prêts à en assumer les conséquences : devrions- nous revoir notre système de santé, sa gratuité, l’exception française de l’État providence ? Dans la lignée des propos de Christine LAGARDE, présidente de la BCE, le 1er juillet 2021, les soins hospitaliers suite à un COVID grave seront-ils payants pour un Gramoun ?

Ainsi, le Kolektif «PIK PA NOUT LIBERTE» appelle de ses vœux les mesures d’urgence suivantes :
– la mobilisation des 11 parlementaires réunionnais, 7 députés : Philippe NAILLET (1ère circonscription, PS), Karine LEBON (2ème circonscription, GDR), Nathalie BASSIRE (3ème circonscription, LR), David LORION (4ème circonscription, LR), Jean-Hugues RATENON (5ème circonscription, LFI), Nadia RAMASSAMY (6ème circonscription, LR), Jean-Luc POUDROUX (7ème circonscription, LR) et 4 sénateurs : Nassimah DINDAR (UC), Viviane MALET (LR), Michel DENNEMONT (LREM), Jean-Louis LAGOURGUE (LIRT), pour interpeller leurs groupes parlementaires respectifs afin d’atteindre la barre des 60 parlementaires requis pour engager la procédure de recours constitutionnel contre cette loi.
– la convocation d’urgence par les 2 présidents des collectivités territoriales (Cyril MELCHIOR et Huguette BELLO), de la Conférence Territoriale de l’Action Publique et les organismes compétents (exemple : ARS, chambres consulaires, interco) sur les questions d’adaptation du protocole sanitaire et la question économique (pour nos chefs d’entreprises, nos indépendants, nos salariés).

Le Kolektif «PIK PA NOUT LIBERTE» appelle l’ensemble des réunionnais, des forces vives, à nous rejoindre sur notre page facebook et à nous faire part de vos avis.

La liste des signataires de la tribune :

– DAWOODJEE Mohammed
– LEBON Romuald, restaurateur
– SMITH Dimitri, ingénieur informatique, Les Républicains
– MARINIA Georgina, salariée et commerçante
– ALBAC Bruno, indépendant, Croire & Oser
– PONTY Loïc, Croire & Oser
– AH-TEC Julien, agent commercial, Croire & Oser
– BIDOIS Alyson, professeure des écoles, Croire & Oser
– ARMAND Aurélie, indépendante, Croire & Oser
– LAÏ-KANE-CHEONG Alexandre, secrétaire général du parti Croire & Oser – LARAVINE Magalie, intermittente du spectacle
– LIBELLE Bryan, employé dans l’agro-alimentaire maraîchage
– BOYER Rodolphe, chef d’entreprise en restauration
– VAÏTINADAPOULLÉ Loïc, fonctionnaire
– HOAREAU Christelle, conseillère insertion professionnelle, Croire & Oser – ISSARAMBE Rémi, indépendant, Croire & Oser
– HAGEN Lionel, Croire & Oser
– ROBERT Anthony, comptable, Croire & Oser,
– TEVANE Victor, gérant d’entreprise, Croire & Oser,
– PARAVEMAN Corine, aide soignante CHUR, Croire & Oser,
– DUGAIN Olivier, chef d’entreprise, Croire & Oser,
– LAI KANE CHEONG Caroline, étudiante,
– THIEBAULT Margaux, étudiante,
– LAI KANE CHEONG Louis, avocat au Barreau de Paris
– RAMSAMY Claudette, commerçante, Croire & Oser
– RAMSAMY Claudine, retraitée fonction publique,
– LAI KANE CHEONG Philippe, retraité fonction publique
– COLLEGIA Rodolphe, comptable, Croire & Oser,
– CADIVEL-PETIAYE Djeyom, indépendant
– M’DOIHOMA Olivier, employé en logistique,
– LIATOUT Mathieu, agriculteur,
– RODIER Frédéric, AESH- Education Nationale,
– DUMOLARD Dany, contrôleur technique,
– AZOR Lucie, sans emploi
– QG Zazalé, organisation militante,

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

3 Commentaires

  1. Texte écrit par un confrère…

    « Vaccination…
    Que dire dans ce bruit permanent?
    Depuis plusieurs mois, je me retiens d’exprimer mon avis personnel sur les réseaux sociaux, tellement ce sujet est clivant. Aujourd’hui, j’estime que si ce texte fait réfléchir une seule personne, j’aurais eu un rôle positif.
    Je suis médecin et chercheur, je m’occupe de patients atteints de maladies hématologiques, immunodéprimés, atteints de leucémies ou de lymphomes.
    Aujourd’hui, alors que certains crient à l’atteinte aux libertés, j’aimerais parler de solidarité.
    La solidarité, c’est ce qui m’a poussé à me faire vacciner dès le 10 janvier, pour protéger mes patients qui ont une moindre capacité à produire une immunité. Car il n’y a rien de plus insupportable que de voir mourir du Covid, un patient guéri de son lymphome 4 mois plus tôt…
    Amis soignants, comment dormirez-vous si vous contaminez, un jour, ces patients fragiles et qu’ils meurent?
    Pour les autres, que devons nous faire de nos patients leucémiques nécessitant une réanimation au cours de leurs traitements lorsque toutes les places sont prises par des patients COVID?
    Auparavant, je pensais que les vaccins avaient des détracteurs car on ne voyait plus que leurs effets indésirables, la population ayant oublié ce que c’était que la polio, la variole, l’injustice de mourir de la rougeole quand on a 20 ans ou encore la mort affreuse du tétanos…
    Mais je pense maintenant que le vrai problème est l’individualisme. Nous sommes incapables d’assumer un désagrément ou un possible risque hypothétique sur notre santé pour autrui… Pour ces gens, âgés ou malades, des inconnus ou nos proches, qui ont un risque plus important de mourir du COVID et chez qui les vaccins sont moins efficaces pour induire une protection durable.

    Et pour ceux qui se réfugient derrière l’absence de recul à long terme de ces vaccins (puisque le recul à court terme est très bon…), quelques questions. Prenez-vous les mêmes précautions avant de mettre un maquillage sur votre peau? Une coloration sur vos cheveux? Un gloss sur les lèvres de votre enfant? Avant de mettre sur le marché un nouveau produit que vous développez au sein de votre entreprise?
    Vous êtes vous demandé quelles allaient être les conséquences à long terme du COVID? Nous ne savons rien aujourd’hui des risques psycho-sociaux, de maladies auto-immunes, de fibrose pulmonaire chez des patients infectés… Des conséquences psychologiques pour les enfants et adolescents privés de liens sociaux…

    Soignants, notre devoir est de prendre soin des autres, même si l’État nous a énormément déconsidéré, que l’hôpital est en crise à cause des pouvoirs publiques, et que nous nous débattons chaque jour au sein de ce système inique, ce devoir ne doit pas être oublié… C’est mon sentiment. C’est ce qui nous grandira dans l’adversité.

    Citoyens, si vous faites le choix de ne pas vous faire vacciner, prenez au moins le temps de réfléchir réellement aux risques auxquels vous vous exposez et auxquels vous exposez d’autres personnes avant de décider… Et pensez à la chance que vous avez peut être eu d’être en chômage partiel ou en télétravail alors que d’autres ont perdu leurs commerces, leur revenus ou meurent asphyxiés sans oxygène aux portes d’un hôpital débordé ou simplement de faim dans des pays n’ayant pas notre système social…
    Enfin, si cette médecine vous débecte tant que vous la rejetez en bloc, ferez-vous le choix de refuser aussi le tube et le respirateur si par malchance vous devez croiser la route du COVID et d’un réanimateur?

    Sylvain Carras
    13/07/2021 »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Route du Littoral direction St-Denis : une opération escargot contre le pass sanitaire

Article suivant

Johan Guillou : “Pass ou pas, je n’interdirai à aucun jeune l’accès à un terrain de sport !”

Free Dom