Peaky Blinders : notre coup de coeur série du mois d’octobre 2020 !

4 min de lecture

La saison 5 de Peaky Blinders sort aujourd’hui sur Netflix et sera diffusé dès le 24 octobre sur Arte. Et dire qu’on attend avec impatience le retour de la série britannique de Steven Knight est un euphémisme ! C’est pourquoi nous avons choisi d’en faire notre coup de coeur série d’octobre dans notre nouveau rendez-vous à retrouver chaque mois sur le site de freedom.fr.

Un clan de criminels envoûtant

Peaky Blinders raconte l’histoire d’une famille de criminels, impliquée notamment dans les paris hippiques illégaux, qui règne en maître sur Birmingham. Le clan est dirigé par le fascinant Tommy Shelby, merveilleusement interprété par l’Irlandais Cillian Murphy, qu’on a aperçu dans le film Inception aux côtés de Leonardo DiCaprio. Un homme dévoré par l’ambition, qui n’a peur de se mouiller pour parvenir à ses fins. Trahison, stratégie, querelles familles et combats sanglants sont au menu de cette série romanesque et brutale. Celle-ci se veut ancrée dans la réalité en dépeignant l’histoire d’hommes se plongeant dans des travaux difficiles après être revenus des tranchées.

Au fil des épisodes, on découvre des personnages nuancés, qui font des erreurs et grandissent dans un développement brillant. On reconnaît d’ailleurs les Peaky Blinders, qui ont d’ailleurs bel et bien existé, en un coup d’oeil avec leur costume sophistiqué et leur casquette avec deux lames de rasoir cousues dans la visière pour défigurer leurs ennemis. Et quels que soient les coups montés par le clan Shelby, il l’effectue toujours avec une certaine classe faisant leur charme.

Un côté mafieux en plein Birmingham des années 1920

L’histoire se déroule à Birmingham dans les années 1920, dans une Angleterre industrielle. Un décor riche, des usines tournant à plein régime couvertes de suie et fumantes dans une cité ouvrière aux bars à whisky, bien exploité par le réalisateur ! On doit le reconnaître en terme d’esthétisme, c’est une très belle série. Chaque plan est travaillé de façon à magnifier la série. Outre l’aspect visuel, les bandes-sons sont également choisies avec beaucoup de minutie et apportent un plus à l’ambiance générale de la série.

En bref, cette série est vraiment sous-côtée alors qu’elle propose un scénario et une réalisation de très bonne facture.  Son succès est tel outre-Manche que Peaky Blinders a déjà été renouvelée pour au moins deux saisons.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article suivant

Les chroniques de Bridgerton : notre coup de coeur série du mois de janvier 2021 !

Free Dom