©Cindy_Clain

Pensions alimentaires : les parents divorcés peuvent désormais faire appel à la CAF

2 min de lecture
Ce mardi 5 janvier, Emmanuel Macron effectue son premier déplacement de 2021 à Tours. Il va promouvoir la réforme des pensions alimentaires.

Le Président concrétise une revendication phare des «gilets jaunes».

Concrètement, la réforme permet à un parent de demander que la Caisse d’allocations familiales (CAF) devienne l’intermédiaire pour le versement de sa pension. C’est la CAF qui perçoit alors le versement de la pension et qui la verse à l’ex-conjoint. Elle se charge également du recouvrement en cas d’impayé et, en attendant, verse au bénéficiaire une allocation de soutien familial (ASF) de 116 euros par enfant.

Pour bénéficier de ce service, il faut simplement en faire la demande au juge lors de la séparation des parents ou à la Caf, sans avoir besoin de demander son autorisation à son ex-conjoint. Ce service court jusqu’aux 18 ans de l’enfant.

Expérimenté en octobre dernier seulement pour les personnes ayant déjà été victimes d’impayés, il a bénéficié à 10.000 personnes. Mais depuis le 1er janvier 2021, il est généralisé à tous les parents séparés (qu’ils aient déjà été victimes ou pas d’impayés).

Après 42 millions d’euros en 2020, le coût de ce dispositif est estimé à 85 millions en 2021 puis 122 millions par an à partir de 2022, précise l’Élysée.


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox