Pilule du lendemain : « on a refusé que je l’achète car je suis un homme »

1 min de lecture
16

Un professeur de SVT nous a appelé ce dimanche 07 novembre très en colère. « Ce matin, je me suis rendue en pharmacie pour acheter la pilule du lendemain. Le professionnel de santé a refusé de me la donner car je suis un homme. Moi, ça va complètement à l’encontre de ce que j’enseigne. Je pense à des ados qui viennent prendre la pilule du lendemain pour leur copine. On dit souvent que les hommes ne prennent pas leurs responsabilités… », déclare-t-il.

Un pharmacien peut-il refuser de délivrer la pilule du lendemain à un homme ?

Dans les faits, un pharmacien peut refuser de délivrer la pilule du lendemain à un homme s’il a un doute sur l’intention de la personne. Son devoir consiste à s’assurer que le patient répond bien à l’indication du médicament qu’il vient chercher, qu’il a bien compris comment il s’utilise.

Rappelons que tous les médicaments de contraception d’urgence peuvent être obtenus en pharmacie sans ordonnance. Pour les mineurs, ils sont gratuits et délivrés de façon anonyme.

La contraception d’urgence doit être prise au plus tard dans un délai de 3 à 5 jours après le dernier rapport sexuel, selon les deux pilules du lendemain disponibles en officines.

16 Commentaires

    • Trouvez-vous normal qu’un professeur qui vienne chercher une pilule abortive pour son élève peut-être mineure, je pense que le pharmacien doit le signaler à la police ou gendarmerie, il y a peut-être un détournement de mineure ou carrément viol.
      Ces pilules sont délivrées sans justificatif à qui en fait la demande, pourquoi ce serait au prof de faire la démarche ? Dans l’actualité d’il y a quelques jours, la fille de Jean Luc Lahaie a fait pression sur les victimes de son père pour qu’elles ne portent pas plainte contre lui

      • Ne racontez pas n’importe quoi. Le professeur de SVT n’a aucunement parlé d’une élève. Il a fait savoir qu’il enseignait aux élèves le fait qu’ils peuvent avoir accès librement à cette pilule. Or ce n’est pas le cas . la pharmacie a refusé de lui vendre. Elle lui a dit je ne vous la vendrez pas car vous êtes un homme. Alors qu’ils en a eu besoin pour sa compagne. Qui ne pouvait pas se deplacer car ellle travaillait en ce dimanche matin.

        • Donc ce professeur ne souhaite pas avoir d’enfant mais malgré ses connaissances en SVT ne sait pas comment se protéger et faire en sorte que sa femme se protege via la pilule pour qu’elle ne tombe pas enceinte. Cette femme était vraiment sa femme ? Si c’est sa femme et qu’il n’y a pas de souhait d’avoir d’enfant, elle se protegerait et n’aurait pas besoin de prendre cette pilule.
          Tres bizarre cette histoire.

  1. Simple … il suffit de regarder la tete du gars et tt de suite on voit
    Il y a des manipulateurs qui glisse ds les verres la pillule ecrasee et la fille se.retroube a faire une fausse couche direvt sans comprendre… tt ca parce que c t son ex qui allait avoir un enfant avec son new mec

    • la pilule du lendemain ne provoque pas l’avortement. Elle empêche juste l’ovulation. Pour éviter la fécondation et donc la grossesse. Renseignez-vous avant d’écrire des conneries plus grosses que vous.

  2. Dans ce corps de métier, existe aussi des protocoles assez stricts dans l’attribution d’une pilule du lendemain , notamment sur les risques de santé causé par ces méthodes. Le pharmacien ne fait que son travail .

      • Je n’ai pas fait d’étude de pharmacie, je ne sais pas ce qui relève du hors la loi dans ce milieu . Pour le pharmacien, il s’agit peut être ni plus ni moin que de respecter ce protocole, qui est de plus en plus réglementé par les agences de médicaments concernant la pilule en générale ( ce n’est que mon avis, basé sur celui de mon pharmacien)

  3. Ben oui, qu’est ce qu’il va faire avec ça ? On sait pas. Alors pour pas que ça retourne contre eux. Ils préfèrent s’abstenir d’en vendre. Si ça pouvait être pareil chez un armurier ! T’achètes 20 sacs poubelles de 130 l d’un coup c’est pas la caissière qui va dire quoi que soit hein ….

  4. Un préservatif qui craque.
    Une pilule contraceptive oubliée en cours de cycle.
    Ou un autre acident….
    Sa compagne travaille le dimanche matin et ne peut pas aller acheter cette pilule.
    En tant qu’ homme responsable, il fait le nécessaire. Et on refuse de lui vendre car il est un homme ! Ce n’est absolument pas normal.

    • On comprends bien, mais les prescriptions médicales sont tout de même très réglementées par la loi concernant la pilule en général nécessitant la présence de la femme (plutôt que de l’homme). Le couple doit aussi prendre ces responsabilités face à ces évolutions , car le préservatif qui craque , c’est déjà limite, mais que la pilule classique soit oubliée en même temps, ça devient vite compliquée pour des adultes censés être responsable et éviter la pilule du lendemain.

  5. Je sais que depuis de nombreuses années la pharmacie de garde de la galerie marchande de Carrefour Saint-Denis a pour consigne d’éviter de vendre la pilule du lendemain. Et surtout à des hommes. Si toutes les pharmacies fonctionnent comme ça il ne faut pas s’étonner qu’il y ait deux fois plus d’avortements à la Réunion que dans tous les autres départements de France. c’est une honte.
    Je rappelle que cette pilule est gratuite pour tous les mineurs qui viendraient la prendre en pharmacie. Mais avec ce genre de politique dans la pharmacie. Comment imaginer un jeune adolescent face à cette situation aller dans une autre pharmacie pour faire la meme demande ?

  6. Mdr..il aurait acheté de la drogue il l’aurait plus facilement…g vous rappelle que nos jeunes sont plus en avance que nous et o collège ca envoie du lourd alcool drogue et sexe a volonté…et souvent s’en protection…kan a l’alcool il y en a qui vont meme o cimetière pour en récup tout com lé cigarette…moi mdr kan g voit un jeune rentré dans le cimetière et commencé a prier et surtout qe sé pote l’attende a l’entré…hahaha…ils ont de l’idée

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Denis : le ras-le-bol des résidents du quartier de la Petite Île

Article suivant

Covid-19 à Maurice : 39 décès depuis le début de mois de novembre

Free Dom