Plaine des Cafres : la fin de 15 ans de conflit de voisinage

2 min de lecture
1

A la Plaine des Cafres, deux familles se livraient une bataille sans fin depuis 15 ans. Une des deux familles à fini par vendre son exploitation et à déménager suite au calvaire vécu. La défense met en avant un manque de sincérité des plaignants et leur volonté de soutirer de l’argent aux voisins.

La première famille achète un terrain agricole à la seconde au niveau de la plaine des cafres. Après cinq ans sans encombre, tout s’envenime. La raison : Un conflit d’enfant ? La plantation de zamal?

Plusieurs membres de la première famille sont présents en tant que plaignant alors qu’une seule prévenue de la seconde famille est présente au tribunal. Elle aurait fait vivre un enfer à la famille voisine en jetant des déchets sur leur propriété et aurait détruit leurs récoltes.

Ne souhaitant pas se laisser faire, la famille décide d’acheter des caméras pour prouver les agissements de leur voisine et alimenter leur plainte. On la voit par exemple rayer la voiture d’un des enfants de la famille.

Ce conflit aurait entrainé le divorce d’un des enfants et le déménagement d’un autre entrainant une perte d’emploi. Finalement, l’exploitation et la maison ont été mises en vente.

La prévenue a reconnu une partie des faits en garde à vue, mais nie tout à la barre. Elle ne souhaite pas répondre pas aux questions, ce qui ne joue pas en sa faveur. Son avocat explique que les accusations ne sont qu’un ensemble de mensonges. Elle affirme par ailleurs que la famille a volé son chéquier et dépensé de l’argent avec. Sur un enregistrement, on entend la famille l’accuser d’avoir détruit leur récolte. La plainte s’est suivie d’une relaxe.

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 14 avril prochain.

1 Commentaire

  1. Article archi mal écrit. Pratiquement impossible de distinguer qui est qui avec l’utilisation abusive, répétitive et incompréhensible de « la famille » !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le retour du convoi de la liberté

Article suivant

Les policiers mauriciens doivent enlever leurs tatouages visibles

Free Dom