Plus d’un demi-milliard d’euros de surcoûts pour la NRL

4 min de lecture
10

La conseillère régionale, Karine Nabénésa révèle dans un communiqué qu’un rapport d’information portant sur la décision de la Région de poursuivre le marché MT3 de la NRL, le viaduc en mer, a été présenté à la Commission permanente ce mardi matin.

« Alors que cette partie du chantier n’est pas encore finie, le rapport indique que l’enveloppe financière qui y était destinée a été totalement consommée. Dès lors, sans recourir à un avenant,  le président de Région a demandé une rallonge de 33 millions d’euros pour la partie viaduc  pour tenter de rester en dessous du seuil de 5 % du montant initial du marché.»

La conseillère régionale indique que « Le rapport ne précise pas si cet argent suffira à couvrir tous les travaux liés au viaduc. Toutefois, et c’est là le plus grave, le doute est permis dans la mesure où ce même rapport nous informe de nouvelles Demandes de Règlements Complémentaires (DRC), soit des réclamations financières du Groupement à la Région. Ces DRC portent cette fois sur le viaduc et s’élèvent à 378,4 millions d’euros.

Pour rappel, de la même manière, la Région avait informé les élus en juillet 2018 de DRC pour la partie digue pour un coût de près de 200 millions d’euros. Ce sont donc près de 600 millions d’euros qui sont aujourd’hui et pour l’heure, réclamés par le groupement constructeur à la Région pour la réalisation de la NRL.

« La vérité continue à être dévoilée », lance Karine Nabénésa. «Quel sera le coût de la signature hasardeuse du marché de la NRL? », se demande-t-elle. Région et Groupement se renvoient la responsabilité de ces surcoûts : qui paiera la facture? Qui est responsable de cette situation? Le groupement d’avoir fait une offre irréalisable ou la Région d’avoir signé en connaissance de l’existence de manquements telles que les incertitudes sur l’approvisionnement en matériaux? Face à de tels surcoûts, comment considérer comme sincère le marché de la NRL?

Enfin, à quand la livraison tant attendue et surtout promise par l’exécutif de la Région ? ajoute-t-elle. La justice a récemment rappelé, sur la suspension de l’autorisation d’exploiter la carrière de Bois blanc, que « la seule responsabilité en cas de retard est à regarder du côté du maître d’ouvrage“.

« Quoi qu’il en soit, ce n’est pas aux Réunionnais, ni aujourd’hui ni demain, de payer une nouvelle fois, les erreurs du président de la Région et, encore moins, celles du groupement attributaire du chantier de la NRL.  Didier Robert semble avoir privilégié le calendrier électoral au lieu de verrouiller le marché de la NRL pour protéger les Réunionnais. C’est sa seule responsabilité financière et pénale, qui devrait être engagée, si la Région et donc les contribuables étaient demain condamnés,  à payer de tels surcoûts », réagit-elle.


10
Poster un Commentaire

avatar
8 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
10 Auteurs du commentaire
BenjaMakiYabelesoRaoultMarmaille Lacour Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox