Pollution en mer à l’île Maurice : Jacques Billant engage la France dans la lutte

Suite au naufrage du MV Wakashio à l’île Maurice le 25 juillet, les autorités mauriciennes ont confirmé le 6 août qu’une fissure sur la coque du bateau laisse échapper du fuel.

Dès le 6 août, Jacques Billant, préfet de la zone de défense Sud-océan indien et délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, a décidé d’activer une cellule de crise réunissant le bureau de l’action de l’état en mer de la zone maritime sud de l’océan indien, la direction de la mer de l’Océan indien, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, les forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI), l’action de l’État en mer (AEM), la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.

Les autorités mauriciennes ont demandé le 6 août à la France une assistance matérielle et humaine pour lutter contre cet épisode de pollution marine.

Le préfet de la zone de défense Sud-océan indien et délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, assisté par le commandant de zone maritime du Sud de l’océan Indien et le directeur de la mer Sud océan Indien, a élaboré une proposition de déploiement de moyens et d’équipes en capacité d’accompagner les autorités mauriciennes dans la lutte contre la pollution. Le secrétariat général à la Mer a validé le 7 août au soir l’engagement de la France et le déploiement de ce dispositif. Les matériels acheminés depuis La Réunion correspondent à la demande précise des autorités mauriciennes

Dès le samedi 08 août, un avion tactique de transport militaire (CASA CN-235), transportant du matériel du matériel de lutte contre la pollution effectuera ainsi deux rotations à destination de Maurice. Un officier de liaison de la Marine nationale et le correspondant de la lutte contre une pollution maritime par hydrocarbures (POLMAR) de La Réunion seront également présents à bord, afin d’apporter leur expertise technique et opérationnelle aux autorités mauriciennes. Cet avion tactique transportera du matériel POLMAR, dont notamment des barrages côtiers.

Le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Champlain de la marine nationale transportant du matériel complémentaire (dont plusieurs types de récupérateurs ainsi que des barrages absorbants et hauturiers) appareillera également ce samedi 8 août afin de rejoindre rapidement Maurice.

Les autorités françaises restent attentives à l’évolution de la situation et soutiendront le gouvernement Mauricien s’il en fait la demande.

Philippe Naillet interpelle le Préfet de La Réunion

Le 25 juillet dernier, le vraquier Le Wakashio s’est échoué à la pointe d’Esny, au Sud-Est de l’ile Maurice. Ce pétrolier battant pavillon panaméen, affrété par une compagnie japonaise depuis Singapour, est venu alimenter l’île sœur en carburants.

Cet accident est dramatique pour la biodiversité mauricienne. En effet, le navire contenait lors de son échouage plus de 3 500 tonnes de fuel lourd dans ses cuves. Plus de 1 000 tonnes ont déjà souillé le lagon et la mangrove qui nourrissent les familles mauriciennes et attirent des milliers de touristes. L’impact sur les espèces locales risque d’être dramatique. Pire, l’hiver austral et sa houle actuelle ne facilitent pas le travail des équipes engagées pour éviter une catastrophe écologique.
Le gouvernement mauricien a reconnu que le risque de fracture du navire était désormais élevé. À l’heure actuelle, les simulations effectuées par les services de Météo France Océan Indien n’envisagent pas de dispersion des hydrocarbures en dehors du lagon malheureusement déjà touché.

À ce titre, je salue votre réactivité pour activer la cellule de crise réunissant les différents services de l’État compétents et les services des Forces Armées de la Zone sud de l’Océan Indien. Cette cellule, en lien avec les autorités mauriciennes, rappelle l’intérêt de la France à agir dans l’océan Indien pour préserver notre environnement régional si riche en ressources halieutiques et autres.
Cependant, nous pouvons nous interroger sur les risques de dérive en dehors du lagon lorsque le bateau sera brisé. Dès lors, il serait également important de préparer maintenant notre île et notre population pour lutter contre une éventuelle marée noire, en appliquant le principe de précaution.
Les terribles incendies survenus au Maïdo en 2011 qui avaient détruit 3500 hectares de végétation, dont une grande partie situés dans le Parc National, nous rappellent à notre devoir collectif de préserver notre île et nous obligent à anticiper d’éventuelles atteintes graves à notre environnement.

Dans un second temps, il semblerait pertinent de renforcer la coopération maritime entre les différents États de la Commission de l’Océan Indien d’une part, et du grand bassin de l’océan Indien d’autre part. En effet, notre océan est la base de développement et d’alimentation de nombreux
États frontaliers et il convient de le préserver afin d’assurer une sécurité alimentaire et sanitaire pour nos populations. Avec l’accroissement du trafic maritime dans notre zone, la vigilance et une nécessaire coopération prennent encore plus d’importance.

Monsieur le Préfet, je sais compter sur votre diligence pour préparer La Réunion à une éventuelle catastrophe écologique, en associant les compétences locales, régionales et nationales.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’expression de ma plus profonde considération.

Philippe NAILLET”

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

14
Poster un Commentaire

avatar
7 Comment threads
7 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
10 Comment authors
bilimbiBateau piratesemOteFond marin Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Luttons contre cette pollution marine !

Freedom Fighter
Invité
Freedom Fighter

Effectivement Noé mais il est malheureusement un peu tard… l’inaction est fatale sur ce coup là…

974
Invité
974

Enfin de l aide !

La Mafia Riaz Löcate TUE 13/01/2015 Tu payeras
Invité
La Mafia Riaz Löcate TUE 13/01/2015 Tu payeras

Il faut punir fermement cette attentat ou génocide terrestre.
C’est inhumain d’accepter cela.
Action

Crustacé pétrole
Invité
Crustacé pétrole

Le préfet trop en retard sur la catastrophe écologie et plus il
touche 2 payes par mois , pourquoi il donne pas le poste du préfet à un chômeur Réunionnais

Calamar
Invité
Calamar

Menu du jour d’après , poisson au pétrole à la sauce diesiel

La vérité si je mens !
Invité
La vérité si je mens !

Revoilà le p’tit télégraphe en préfecture .

Faites payer au plus fort l’armateur et tous les guignols qui accompagnent pour que nous n’ ayons plus une nouvelle catastrophe écologique.

Il n’y a que le portefeuille qui déstabilisent ces guignols d’un autre temps

Tout le reste n’est que un comptoir médiatique

Comptoir pollution
Invité
Comptoir pollution

Poisson cuit avec l’huile de moteur bateau pour le bronzage disponible

Gramoune
Invité
Gramoune

Ce qui m’étonne, c’est que l’INDE, grand ami de MAURICE, ne soit pas intervenu
pour soutenir MAURICE.. Peut être, parce qu’il n’y avait pas de Business à faire ?

Fond marin
Invité
Fond marin

Combien des poissons et des coraux vont perdre la vie ?
Et combien de temps ça va prendre pour faire disparaitre l’huile à moteur et le carburant diesel dans la mer ?

bilimbi
Invité
bilimbi

Mi té pose a moin aussi la question, l’Inde protecteur depuis long date de l’Ile Maurice y bouge pas. Peut être que par rapport à Mahebourg , ou il y a bcp de pécheurs modeste( Créole ) qui y vivent .

Ote
Invité
Ote

C est trop tard. c est truste a vomir. Quinze jours d inaction diplomatique et maitenant on envoie un coup de mains ppur quantifier les degats et le nombre de poissons et oiseaux morts….

sem
Invité
sem

C sûrement pas lui qui à décidé de l’intervention à Maurice. Et j’estime qu’il est trop tard, le mal est fait. La solidarité régionale n’existe pas. Nous les anciennes colonies nous ne sommes là que pour l’extension du domaine maritime.

Bateau pirate
Invité
Bateau pirate

Le tramail dit filet , ya des poissons qui passent à travers les filets , ya d’autres qui passent par dessus et ya d’autres qui passent sur les côtés , c’est de même pour l’huile et le carburant de diesel de bateau .