Pollution maritime sur le littoral de Saint-Philippe

1 min de lecture
5

Une pollution maritime par hydrocarbures est rapportée depuis ce matin sur le littoral de la commune de Saint-Philippe. A midi, deux nappes s’étaient formées, dont la plus importante s’étire sur 1,5 kilomètre de longueur.

 

Les investigations menées immédiatement en hélicoptère par la gendarmerie montrent clairement que ces hydrocarbures proviennent du navire Tresta Star échoué dans le secteur du Tremblet depuis le soir du 3 février. Ce déversement correspond selon toute vraisemblance à un volume de fuel qui subsistait en fond de cale (dit « impompable ») et qui s’est déversé par les brèches de la coque. On considère qu’un mètre cube de fuel mélangé à l’eau de mer s’étale sur une surface correspondant à un stade de football.

 

L’armateur a immédiatement été contacté par le Préfet de La Réunion afin qu’il prenne les mesures urgentes qu’impose la situation. En conséquence, le remorqueur VASILEIOS, doté de moyen de lutte anti-pollution sera de nouveau sur zone dans les prochaines heures. Les équipes de sécurisation et dépollution du navire de POLYGREEN seront quant à elles sur place et pourront intervenir dès que la météorologie permettra le travail à bord.

 

La surveillance de la pollution est coordonnée par le CROSS. Un moyen aérien des FAZSOI survolera la zone de demain pour repositionner les nappes. En outre, des clichés satellitaires permettront chaque jour d’évaluer très précisément l’étendue et l’évolution des hydrocarbures. L’état de la houle actuelle et sa dégradation attendue dans les prochaines heures ne permettent de déployer des stratégies de lutte efficaces en mer.

 

En parallèle, le centre de stockage Polmar terre a été activé afin d’apporter aux communes qui en auront besoin l’appui logistique nécessaire à la lutte contre cette grave atteinte à notre environnement marin.

 

Consignes de sécurité

 

Il est rappelé que pour des raisons de sécurité, l’accès au site du navire est interdit par voie terrestre comme maritime. Afin de ne pas entraver les opérations aériennes, le survol par drône est également interdit.

5 Commentaires

  1. Nous sommes maintenant habitués à tous ces mensonges, un de plus ! Pas de risque hier, aujourd’hui pollution. Ils vont encore nous donner quoi comme explication ? J’espère que ce sera facile à avaler car, à la longue, on risque une indigestion.

  2. bien fait pour zot , kan navé ti crevèr té sava voler dssu bateau après l échouage , si t prends le carburant , depuis longtemps t fini , la cuburant la pou totoche not poisson ek not zoizos , pas besoin acheté charbon , c est le nou lafé local , ti craqué un bois allumette et ou nenà out poisson grillé direct ou bien out zoizo pays grillé. dit ti maire pleur pas ma invite à li manzé poisson pétrole Tresta c est le nouvel espèce que li coné pas , mais i donne un tas le gaz , faut pas péter parcequi flambé le boyo

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Une bagarre au couteau dans un bus de Citalis à St Denis

Article suivant

Fraude à la continuité territoriale : 4 anciens agents de la Région condamnés à de la prison ferme

Free Dom