Projet de loi Climat : le compte n’y est pas !

3 min de lecture

Le projet de loi «

portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets » présenté ce mercredi 10 février 2021 en conseil des ministres tourne le dos aux ambitions de la Convention Citoyenne pour le Climat. Le lyrisme de l’exposé des motifs du texte qui affirme vouloir une « transformation sans précédent dans l’histoire de notre pays » constitue en l’état une publicité mensongère dont personne n’est dupe. 

Le constat est sans appel : de « jokers » en « jokers », les mesures les plus structurantes face à l’urgence climatique sont écartées, en particulier celles qui s’inscrivent en rupture avec le consumérisme. Comme le relève l’avis du Conseil économique, social et environnemental, les dispositions du projet de loi sont « insuffisantes », et « souvent limitées, différées, ou soumises à des conditions telles que leur mise en œuvre à terme rapproché est incertaine ».

La Convention Citoyenne pour le Climat – dont un certain nombre de membres étaient issus des Outre-mer – était un exercice inédit de démocratie délibérative qui portait beaucoup d’espoirs : celui de passer enfin à l’action et d’accomplir un grand pas en avant pour le climat. Mais aussi celui de s’appuyer enfin sur la délibération citoyenne pour passer outre les résistances, qui bloquent tout changement écologique sérieux depuis des années. Il faut croire, à la lecture du texte, que le poids des lobbys et le conformisme de la technocratie tiennent leur revanche

Alors que le gouvernement a été condamné la semaine dernière pour « carence fautive » dans l’Affaire du siècle, que l’année 2020 a encore battu les records de température, ce texte ne permettra absolument pas à la France de réduire de 40% ses émissions d’ici 2030 par rapport à 1990, ni d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Comme le rappelle le nouveau porte-parole national de Génération Ecologie, le député du Rhône Hubert Julien-Laferrière, le Parlement a le devoir de rétablir l’esprit et la lettre des propositions de la Convention Citoyenne et la société civile à se mobiliser. Si une politique cohérente à la hauteur de l’urgence écologique relèvera assurément des grands choix démocratiques de 2022, il n’est pas trop tard pour améliorer le texte et gagner des avancées.

VINCENT DEFAUD, membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé des Outre-mer, Référent Départemental de Génération Ecologie La Réunion


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox