« Quelle école catholique voulons-nous dans 10 ans ? »

7 min de lecture
11

C’est la question que posent Monseigneur Gilbert Aubry et Philippe Brault, le directeur diocésain. Une journée « prospective en territoire de l’enseignement catholique » se déroule depuis ce matin (mercredi 9 mars 2022) au Domaine du MOCA à Montgaillard (Saint-Denis) en présence du secrétaire général de l’Enseignement catholique, Philippe Delorme, qui séjourne dans l’île du 7 au 11 mars. Après un détour par Mayotte lundi dernier, Mr Delorme, qui est venu découvrir la réalité des établissements catholiques réunionnais, se trouve donc ce matin aux côtés des 200 personnes, acteurs des communautés éducatives de l’école catholique, réunies de 8h à 17h à Montgaillard.

 

Durant cette journée, des ateliers sous forme de « World Café » permettront de définir le périmètre de nombreux chantiers autour de quatre axes stratégiques de développement, sur le principe d’une intelligence collaborative. L’Enseignement catholique réunionnais apportera son éclairage et sa contribution singulière pour partager cette feuille de route et s’engager dans la mise en œuvre de priorités essentielles.

Il est à noter que depuis 3 ans, l’Enseignement catholique national s’est inscrit dans une démarche de prospective pour mieux envisager l’avenir des jeunes qui lui sont confiés. « Quelle  école catholique voulons-nous dans 10 ans ? Quelle participation à l’éducation de nos jeunes et à la mission éducative qui nous est propre, pour une école de la personne, libre et responsable ? Comment envisager cet avenir ? », s’interrogent l’évêque de la Réunion et le directeur diocésain dans un communiqué. Avant de répondre : « cela suppose de clarifier la raison d’être de l’école catholique dans sa mission éducative, sociale et pastorale. Comment faire usage de notre liberté au service du bien commun ? Quelle contribution à une alliance éducative dans un monde plus fraternel « où tout est lié » ?

Monseigneur Aubry et Philippe Brault expliquent que « l’Enseignement catholique souhaite reformuler et approfondir son projet spécifique au service d’une éducation intégrale de la personne humaine. L’école catholique doit pouvoir attester en quoi la Personne du Christ est le fondement et l’orientation de son projet ».

L’Ecole catholique en route vers 2030 ! Suite aux ateliers de ce matin, à la visite du secrétaire général dans notre département et à tout ce qui est actuellement entrepris, un nouveau projet diocésain verra le jour d’ici à janvier 2023, afin de permettre à chaque établissement de se saisir des enjeux éducatifs de demain, pour un enseignement catholique innovant.

La contribution de l’Enseignement catholique soumise à tous les candidats à l’élection présidentielle

Il s’agit d’un document de plusieurs pages que le Secrétariat général de l’Enseignement catholique adresse aux candidats à l’élection présidentielle. Document dans lequel, le secrétaire général Philippe Delorme écrit que « l’Enseignement catholique souhaite prendre la parole » à l’occasion des élections présidentielles et législatives de 2022.

« Parce qu’elle est l’avenir de nos enfants et de notre société, l’éducation trouve toujours place dans le débat public, et il faut s’en réjouir ! C’est pourquoi l’Enseignement catholique souhaite prendre la parole à l’occasion des élections présidentielle et législatives de 2022. Qu’importent les doléances ou les satisfecit… La seule question qui vaille est : comment avancer ? Comment transformer paisiblement mais résolument un système éducatif encore trop enserré dans des carcans et des conservatismes ? Comment progresser e cacement, pas à pas, pour mieux rendre aux jeunes et à leurs familles le service éducatif qu’ils attendent et méritent.

Parce qu’il est associé à l’État et contribue ainsi au service public de l’éducation, l’Enseignement catholique propose ici des voies pour avancer, qui ne se résument pas à des revendications catégorielles, mais s’intéressent à notre système éducatif dans son ensemble.

Convaincu que l’établissement sera toujours le bon niveau des politiques éducatives, il en appelle à la subsidiarité, comme corollaire de la responsabilité et de la liberté. Convaincu que l’école demande de la diversité plus que de l’uniformité, il en appelle au sens du bien commun, dans un souci de vraie égalité. Convaincu que l’éducation réclame plus de justice sociale, il en appelle à une solidarité concrète, qui soit gage de fraternité. La crise sanitaire est venue rappeler, s’il en était besoin, toute l’importance de l’école, et aussi ce que la mission éducative demande d’engagement. Elle a révélé des capacités extraordinaires d’adaptation et d’investissement des acteurs. Elle a parfois montré aussi les limites d’une organisation trop centralisée.

Prendre la parole « politiquement », c’est privilégier le dialogue indispensable à une société fraternelle, c’est toujours croire que les choses peuvent changer, c’est envisager des marges de progression, c’est avoir confiance dans notre capacité commune à agir. Nous le pouvons : avançons ! ». C’est le credo du secrétaire général de l’Enseignement catholique.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir l’intégralité du contenu de la contribution de l’Enseignement catholique aux élections de 2022 :

Enseignement catholique présidentielle 2022

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

11 Commentaires

  1. Il vient faire un topo sur son dispositif « école privée » mais avec l’argent de l etat je comprend pas comment une école dite privée puisse bénéficier des financements de l etat, mairie etc purée assumez vu le montant que vous demandez vous le pouvez !!! Et ce Delorme parti Mayotte pour quoi faire déjà là bas l école et l éducation sont dans un état lamentables, ah oui l église va acheter des terrains voire des bâtiments pour y instruire ?

  2. Une école catholique qui ouvre les yeux quand on interpelle le diocèse, le rectorat et le ministère sur des faits anormaux de professeurs et de dirigeants de collège privé du nord de l’île qui sont injustes et dénigrent volontairement certains élèves. Une école catholique qui accepte véritablement les enfants différents, atteints de dys tout simplement parce que c’est la loi de les accepter et d’en tenir compte. Une école catholique dans laquelle les dirigeants n’ont pas tout pouvoir. Une école catholique qui recrute de VRAIS profs qui ont leur concours et de VRAIS diplômes.

  3. Ce n est pzs parce que ç est privé qu il existe que de vrais prof y en a eu à St pierre et particulièrement un prof s anglais nulle a chier qu’on pouvait pas mettre dehors car très bien avec certaines personnes bien placées donc faut pas trop les louer ces profs et ces institutions après il faut ausdi dire à ces parents c est pas parce que on met leur rejeton dedans qu on fera des chevaux de course avec certains ânes et pour répondre à Pomme effectivement on sort un bon lot de ces élèves car on les tries dès le début alors qu au public on prend la merde, la taille, le boudin etc

  4. Ce n est pzs parce que ç est privé qu il existe que de vrais prof y en a eu à St pierre et particulièrement un prof s anglais nulle a chier qu’on pouvait pas mettre dehors car très bien avec certaines personnes bien placées donc faut pas trop les louer ces profs et ces institutions après il faut ausdi dire à ces parents c est pas parce que on met leur rejeton dedans qu on fera des chevaux de course avec certains ânes et pour répondre à Pomme effectivement on sort un bon lot de ces élèves car on les tries dès le début alors qu au public on prend la merde, la taille, le boudin etc

  5. Qu’y t-il encore de catholique dans ces écoles qui accueillent de plus en plus de jeunes filles voilées alors que le port du voile est interdit, où la prière du matin n’est plus d’actualité et la mission pastorale reléguée au dernier plan, où on dit à un élève de mettre la croix qu’il porte au cou dans son tee-shirt et que le voile ne choque personne, … ? Catholique n’a plus de sens, école privée uniquement serait plus appropriée à l’avenir.

Répondre à Cossassa Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

St-André : « notre fils handicapé vit un enfer depuis 2019 à cause de notre voisin qui s’acharne sur lui »

Article suivant

La sucrerie du Gol accueille en résidence l’artiste plasticien Frédéric Dussoulier

Free Dom