Crédit Photo Groupe Vindémia

Rachat validé des Jumbo & Score (Vindémia) par GBH : réactions

L’Autorité de la concurrence a donné son feu vert ce mardi 26 mai au rachat du groupe Vindémia (magasins Score et Jumbo à La Réunion) par GBH (Carrefour). Celui-ci se fera cependant sous certaines conditions. GBH s’est notamment engagé à céder sept magasins à deux repreneurs faisant l’objet d’un agrément préalable de l’Autorité, Make Distribution et le groupe Tak.

Ericka Bareigts: “une mauvaise nouvelle pour La Réunion”

Pour la députée Ericka Bareigts, “c’est une mauvaise nouvelle pour La Réunion”. “Une fois de plus, notre territoire perd le contrôle sur la destinée de son économie. C’est un échec de plus pour la stratégie économique régionale. Car au-delà de la maîtrise des décisions dans le secteur de la grande distribution, c’est d’année en année le recul de l’actionnariat majoritaire réunionnais dans la majeure partie des grands secteurs économiques. Comme beaucoup d’autres secteurs, les décisions ne se prendront plus à La Réunion mais entre Paris et Saint-Etienne. Chacun le sait, cette option n’a jamais été la mienne. J’ai toujours été convaincue que nous pouvions mobiliser nos talents, nos compétences, nos ressources financières pour investir et décider de notre avenir. C’est le sens du travail que je continuerai à mener avec le tissu économique local, les associations de consommateurs, les citoyens pour que le secteur concurrentiel à La Réunion ne s’affaiblisse pas”, fait-elle savoir dans un communiqué.

Jean Hugues Ratenon: “une affaire de gros zozos”

Le rachat de vindémia par GBH, validé par l’Autorité de la concurrence, n’est que l’expression claire et nette qu’entre les gros il y  a toujours un moyen de s’arranger. Par la même occasion, c’est la démonstration que le système peut perdurer dans le temps au détriment du Peuple, des consommateurs. Indéniablement, ce bizness entrainera par la suite une situation de monopole dans le domaine de la grande distribution et renforce dès à présent le monopole économique ; en plus que le groupe GBH est en position dominante dans d’autres secteurs. Aucune société normalement constituée ne peut accepter cela. J’ai envie de dire : bas les masques. Les propos de Madame Ladoucette, directrice de l’ARS, qui remercie publiquement le groupe Hayot d’avoir offert des masques dans cette crise du coronavirus, alors qu’elle a un devoir de réserve comme tous les fonctionnaires, ne pouvait laisser aucun doute sur cet accord. La population Réunionnaise paie très chère ce don de masque. Je regrette que certains élus aient préféré jouer le jeu de leur carrière personnelle à l’encontre des intérêts de la population.

François Caillé, groupe Caillé: “Cette décision est regrettable”

Cette décision est regrettable car elle va à l’encontre des intérêts de l’économie réunionnaise et des promesses faites par le Gouvernement en matière de contrôle des monopoles. Je suis surpris de cette décision, notamment au regard des analyses et
rendus des experts économiques mandatés dans ce dossier.

David Lorion: “Une autorisation sous conditions”

L’Autorité de la concurrence, instance administrative indépendante, vient d’autoriser le rachat de Vindémia par GBH et on ne peut que prendre acte de sa décision. Alors qu’il s’agit de la plus grosse opération de fusion-acquisition en outre-mer, il convient de prendre des garanties pour imposer une situation concurrentielle dans les grandes surfaces alimentaires à La Réunion. Afin de valider le rachat, l’Autorité a donc demandé de céder plus de magasins que prévu initialement. Ainsi, sept établissements (4 hypermarchés, 2 supermarchés et un magasin de produits culturels) devront dès lors être revendus à deux repreneurs réunionnais.

Il faudra aussi que la production locale représente entre 25 à 35% de l’ensemble des achats, condition importante que j’avais suggérée dans ma proposition de loi du 6 novembre 2019 relative au développement et à la mise en valeur de la production locale dans les collectivités ultramarines. Nous devons être capables de faire respecter ces obligations liées à l’autorisation de rachat. D’autre part, le groupe HAYOT s’était engagé moralement à baisser de 5% ses prix en raison des effets bénéfiques liés à la concurrence et de maintenir tous les emplois et les salaires dans ses établissements.

Chacun aura à mesurer combien il est important d’être respectueux des engagements pris et de défendre les productions et les entreprises locales dans des économies ouvertes.

Huguette Bello: “C’est une mauvaise décision à plusieurs titres”

L’autorité de la concurrence autorise le rachat de Vindémia par le groupe  Bernard Hayot.
C’est une mauvaise décision à plusieurs titres :
Cette décision intervient dans un contexte de crise économique et sociale extrêmement grave liée à la crise sanitaire, crise qui succède elle-même au mouvement populaire des gilets jaunes dont les principales revendications portent sur le pouvoir d’achat des Réunionnais et contre les situations de  monopoles.
Cette décision touche en premier les employés de Vindémia, (4600 employés dans l’Océan Indien). Il n’y a aucun engagement concernant la protection de tous les employés afin qu’aucun d’eux ne fasse l’objet d’un dégraissement des effectifs.
Cet évènement touche les acteurs économiques de par la position de domination qu’entraîne le rachat de Vindémia par le Groupe Bernard Hayot, pas seulement à la Réunion mais dans l’Océan Indien. Depuis 2014, le groupe Bernard Hayot (GBH) est la première entreprise de l’Océan indien ; en deuxième IBL (à l’île Maurice) et en troisième position du classement, on retrouve… Vindémia !!! que GBH rachète !
Le poids économique de GBH se mesure non seulement en effectifs, en chiffre d’affaire (la barre du milliard d’euros a été dépassée en 2017) mais aussi et surtout aussi à travers les postes de dépenses des ménages réunionnais : 16% du portefeuille du Réunionnais pour SE DEPLACER, 14% du portefeuille du Réunionnais pour SE NOURRIR, 15% du portefeuille du
Réunionnais pour S’AMUSER et L’ENTRETIEN de la MAISON, et cela, avant le rachat de Vindémia. Cette décision assure une position dominante sur le portefeuille des Réunionnais et sur l’économie réunionnaise. La concentration du poids économique local entre les mains d’un acteur unique est un signal désastreux donné aux Réunionnais en pleine crise économique,
alors que la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Réunion estime à 4000 le nombre de fermetures d’entreprises et à 3600 le nombre de salariés qui perdront leur emploi au 31 décembre 2020, alors que l’enquête menée par la CCIR montre
que 59% des entreprises consultées redoutent une fermeture, 43 % sont très inquiets et 38 % ne savent pas comment faire pour payer leur loyer pour les trois mois d’avril, mai, juin.
Cette décision touche les petites entreprises locales, le commerce de proximité et ses défenseurs. Les pouvoirs publics devraient s’inquiéter prioritairement de créer les conditions d’un nouveau modèle de distribution, un nouveau commerce de proximité moderne et ancré au cœur de la culture créole, en aidant les acteurs indépendants de la distribution à se structurer en coopératives.
Cette décision touche culturellement le consommateur réunionnais : le groupe Hayot exerce déjà un poids sur le consommateur réunionnais car il est sur un spectre large : voitures, bricolage, alimentation, jardins, ciment…il influence déjà énormément l’acte d’achat des Réunionnais. Ainsi, le Groupe Hayot orientera et dictera la consommation réunionnaise voire celle des îles de l’Océan Indien et donc notre identité, notre culture par le choix des produits proposés. Et d’autres questions se posent : quelle alternative dans l’acte d’achat des Réunionnais ? Quelle valeur culturelle aura l’acte d’achat de chacun de nous ? Nous étions en droit d’attendre des engagements autres que « se fournir auprès des producteurs locaux à hauteur de [25-35] % des achats totaux réalisés par ses grandes surfaces alimentaires » ;

Il n’y a aucun engagement social, territorial, environnemental et de santé publique.
• Aucun engagement en faveur du pouvoir d’achat, d’une part à travers la revalorisation des salaires des employés, d’autre part à travers l’adaptation des prix à la situation de pauvreté à la Réunion
• Aucun engagement stratégique, économique et financier de décider localement, de garder leur valeur ajoutée et leurs résultats à la Réunion, d’investir localement, d’embaucher localement
• Aucun engagement de leur participation à un fonds d’aide aux ti boutiks dans un partenariat public/privé
• Aucun engagement sur la vente de produits à faible empreinte carbone, bio, frais, traçables
• Aucun engagement sur leur prise de responsabilité dans la gestion des déchets car ce qui se retrouve dans les poubelles des Réunionnais-es vient principalement de la grande distribution (films bouteilles plastiques, canettes, verre…)
• Aucun engagement sur leur prise de responsabilité en matière de santé publique et de lutte contre l’obésité et le diabète à la Réunion.

Pascal Thiaw Kine, E. Leclerc Réunion: “décision préjudiciable”

« Je considère cette décision préjudiciable et prise précipitamment dans un contexte qui aurait mérité un examen approfondi. Elle n’est, à mon sens, pas en congruence avec les engagements pris par le gouvernement en matière de contrôle des concentrations.
Les différentes crises économiques et sociales, notamment aux Antilles et à la Réunion, ont mis en lumière les attentes des consommateurs.  Or, par cette décision, l’intérêt des consommateurs n’apparaît pas considéré.
C’est aujourd’hui de nouveau le même schéma que celui qui s’est largement développé aux Antilles qui se répète avec l’absence d’une concurrence plurielle au détriment des consommateurs et du tissu économique du territoire.
Nous avions exprimé une solution alternative pour une distribution autrement avec des engagements inédits tant pour les citoyens, pour les consommateurs, que pour la production locale. C’est une nouvelle ère économique qui s’annonce à la Réunion et chacun devra assumer les conséquences de la décision prise sur le territoire.»

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

23
Poster un Commentaire

avatar
15 Comment threads
8 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
16 Comment authors
jfhaujourd’huiGramoune97450 ans en arrièreTipaul Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Frederic
Invité
Frederic

C’est facile pour madame érika B de donner son avis mais c pas a son boulot qu’ont touche elle ne pense en aucun cas au humain derrière tout ce bordel

jfhaujourd’hui
Invité
jfhaujourd’hui

Bravo , elle aurait du être chef d’entreprise ! Les humains on s’en fout c’est le pouvoir qui compte

DIDIER
Invité
DIDIER

TAK et Make distribution sont bien des locaux

Gramoune
Invité
Gramoune

Bien sûr, mais est ce que TAK et Make Distribution seront capables de PROPOSER MIEUX
ET MOINS CHER que les autres ? Si c’est le cas, tant mieux. Mais on connaît aussi d’autres
ENSEIGNES PÉI (Ravatte, Mogalia…) qui ont des monopoles dans certains domaines, et où
les prix sont plutôt élevés..

La vérité si je mens !
Invité
La vérité si je mens !

Bof ça n’empêche quiconque de dormir .

Le soleil brille pour tout le monde à la REUNION

A ses habitudes pour aller faire ses courses sauf GBH

Mes amis , retenez bien ceci .
Il n’y a ni mauvais herbes , ni mauvais hommes
Il n’y a que de mauvais cultivateursVictor Hugo

974
Invité
974

Alalaa ses bekes …

Tito
Invité
Tito

Que connais tu des bekes? Qui sont les bekes a la réunion? Connais tu l’histoire des familles reunionnaise? Ou es tu com lé zozo tu vas nous apprendre la culture creol ou mieux comment fé roygail saucisse sans saucisses…si ou lé in vrai creol la cour g t’invite a nous rejoindre pour protéger et partager notre tradition nous recrutons des h et f….

Guada
Invité
Guada

La Caraïbe connait bien les békés

974
Invité
974

Mile reunionnaise kwe ta pou di , aller renseigne aou un peu su groupe hayot ds ls caraibe justement ! et la zot rode implante azot doucement ms surement a la reunion

Creole
Invité
Creole

A ou 1 béké ou Tito ? Par contre mi coné bien notre histoire ici …

Monopole en marche
Invité
Monopole en marche

Le monopole est en marche. Mme BAREIGT a raison dans son intervention.

Les autres politiques dorment ?

Banane et Chlordécone
Invité
Banane et Chlordécone

Triste jour en effet.

Antilles et Reunion
Invité
Antilles et Reunion

Aux Antilles il y a eu le scandale sanitaire du Chlordécone et à la Reunion on a le monopole.

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Résumé des épisodes précédents :
– les pauvres cherchent la nourriture et se ruinent;
– les riches cherchent l’appétit et s’engraissent !

DAC
Invité
DAC

Pour les riches, des couilles en or.
Pour les pauvres, de nouilles encore !
[ Pierre Dac ]

Pirrrot
Invité
Pirrrot

Si c’était vraiment mauvais on aurait dû sentir un front de nos élus virulent, une petite brise juste pour ne pas perdre quelques voix !!!
Alors ne vous complétez plus comme des offusqués.

Loplop
Invité
Loplop

Pour info majoritairement les élus locaux travail pour GBH j ai travaillé pour une Sem ‘société à economie mix ” le président élus était parallèlement vendeur chez renault trucks et par magi la moitié du park de bus était des heuliez hybride tres cher et pas fiable
le groupe bernard hayot à fait main basse sur l ile de la réunion depuis longtemps

Comme le Covid 19
Invité
Comme le Covid 19

Ce sera comme le Covid 19.
On.nous a dit au départ les masques ne sont pas indispensables.

Apres les masques sont indispensables.

Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Une excellente nouvelle cet achat ! Les prix des champagnes rosés vont baisser de plusieurs € …

lol
Invité
lol

Huguette BELLO avec les millions que ou la finit amasser depuis plus de 30 ans en politique pourquoi n’avoir pas avec vos petits camarades rachettés ces jumbo

Tipaul
Invité
Tipaul

La na poin personne pou fait barrage a ça,aucun politicien,même pas le préfet,même pas tou ça boug réunionnais riche na la Réunion ben la lé sérieux bande réunionnais i connaît rienk dépenser koué,nous lé vraiment des vaches a lait là nous comme ça personne i di pa pas rien ben hayot i doi bien rigolé,hayot lé bien installé la Réunion na largent

50 ans en arrière
Invité
50 ans en arrière

On fait un bond en arrière de 50 ans à l’époque où le monopole régnait en maître.

974
Invité
974

C’est dans ces moments difficiles qu’on voit qu’il nous manque un Paul Verges.

Les élus 974 n’ont pas été écoutés : c’est grave !