RECONCILIATION SINCERE OU HUMILIATION SEVERE ?

Les « retrouvailles » de Didier Robert avec son ennemi historique André Thien Ah Koon et son ennemi intime Michel Fontaine, à grands renforts de communication, ne trompent pas grand monde.

Retour sur une tragi-comédie à la sauce réunionnaise dans les 5ères communes de l’île :

Acte I, scène 1 : fin 2017 / début 2018

L’union de la droite et du centre est en position de force après les municipales 2014, les départementales et régionales 2015, et les législatives 2017.

Les deux barons de la droite locale, Michel Fontaine et Didier Robert, veulent prendre le leadership et s’entre-déchirent : dès les sénatoriales, les tensions font surface et Didier Robert parvient in extremis à caser l’ancien maire de Sainte-Marie Jean-Louis Lagourgue en 2ème position sur une liste d’union de la droite et du centre aux Sénatoriales 2017. Ce dernier est élu sénateur avec Nassimah Dindar et Viviane Malet, les deux candidates de Michel Fontaine, lui-même en 4ème position. Pour cause de cumul de mandats, la Présidence du Département est à pourvoir.

En décembre 2017, Cyrille Melchior, le candidat de Michel Fontaine, l’emporte d’une voix face à Jean-Claude Lacouture, le candidat de Didier Robert, grace à de nombreuses trahisons venant de ses propres vice-présidents à la Région.

Fou de rage, le Président de Région annonce lors de l’inauguration de la permanence de la députée Nathalie Bassire au Tampon en janvier 2018, qu’il faut en finir avec les « dinosaures » que sont Jean-Paul Virapoullé, Joseph Sinimalé, André Thien Ah Koon et Michel Fontaine dont la vie est « une vie de trahisons ». Pour cela, il promet de « nourrir leurs oppositions ».

Acte I, scène 2 : 2018 / 2019

Fin stratège, Didier Robert fait exploser le groupe LPA au conseil régional, ralliant à lui l’opposant saint-pierrois Jean-Gaël Anda à qui il donne des délégations et des moyens, propulse l’adjointe au maire de Saint-André Sylvie Moutoucomorapoullé en qualité de vice-présidente en lieu et place de Jean-Paul Virapoullé rétrogradé comme simple conseiller régional, écarte les proches de Joseph Sinimale du cabinet de la Région et relance Alain Bénard en l’embauchant comme collaborateur, assure Nathalie Bassire de son plein soutien lors de l’inauguration de son local de campagne.

Parallèlement, il encourage Fabrice Marouvin à Saint-Paul, Imrahne Moulan à Saint-Pierre, Serge Camatchy à Saint-André, et Monique Bénard au Tampon.

Le stratège avance ses pions face aux “dinosaures” pour leur mettre la pression.

Acte I, scène 3 : mars 2020

Expert en coups de billard à trois bandes, le Président de Région lâche tous ses pions dans la dernière ligne droite face aux “dinosaures”, mais il est trop tard : si à Saint-Pierre cette manœuvre évite à Michel Fontaine le second tour qu’il n’a jamais connu et qu’il redoutait tant, à Saint-André et Saint-Paul les divisions de la droite mettent les maires sortants en grandes difficultés. Au Tampon, André Thien Ah Koon est contraint à un second tour face à l’union de deux femmes, Nathalie Bassire et Monique Bénard, l’obligeant à sortir les grands moyens pendant le confinement, aidé par des renforts envoyés par son allié le maire de Saint-Pierre.

À Saint-Denis, le maintien de la candidature de Nassimah Dindar, proche de Michel Fontaine, divise la Droite et aboutit à une avance confortable de Ericka Bareigts au soir du 1er tour.

Acte II, scène 1 : juin 2020

La droite perd logiquement au 2nd tour Saint-Paul et Saint-André, malgré un rabibochage de façade de leurs représentants : les électeurs ne croient pas à la réconciliation sincère de Sinimalé-Bénard-Marouvin à Saint-Paul, ou Virapoullé-Moutoucomorapoullé-Camatchy à Saint-André.

Au Tampon, André Thien Ah Koon l’emporte largement face à Nathalie Bassire et Monique Bénard.

À Saint-Denis, le soutien tardif du bout des lèvres du parti Les Républicains de Michel Fontaine à Didier Robert ne pèse guère face au ralliement de Nassimah Dindar, alliée de Michel Fontaine, à Ericka Bareigts : le « Patron du Sud », connu pour soutenir du bout du doigt de la main droite et poignarder en même temps de la main gauche, jubile au soir du 2nd tour quand il prend connaissance de l’écart important et sans appel entre Ericka Bareigts et Didier Robert qui accuse la première (et lourde) défaite électorale sur son propre nom.

Michel Fontaine ne va pas en rester là et compte bien faire boire à son ennemi intime le calice jusqu’à la lie.

Acte II, scène 2 : juillet / octobre 2020

La bataille des intercommunalités fait rage : si le TCO et la CIREST basculent logiquement à gauche, les tentatives de coup d’état à la CIVIS et à la CINOR échouent, Maurice Gironcel préférant l’alliance avec Bareigts / Annette avec le soutien tacite de Michel Fontaine.

À la CASUD, nouveau coup de billard à trois bandes : poussé par Didier Robert via Olivier Rivière, Patrick Lebreton pense remporter la présidence de l’établissement public avec le soutien de Nathalie Bassire et Monique Bénard. Mais le double jeu de Alin Guezello, conseiller régional de la majorité, puis de Josian Soubaya, agent de la Région, permet à André Thien Ah Koon d’être élu au bénéfice de l’âge.

Après avoir agité le bâton face à TAK lors de l’élection du Président de la CASUD, Didier Robert lui donne la carotte lors de l’élection des vice-présidents. Le message est clair : « si je voulais, j’aurais pu t’enlever le pouvoir (et les finances) à l’intercommunalité, mais ce n’était qu’un coup de semonce ; je préfère qu’on discute et tu gardes la majorité à la CASUD ». Pour bien maintenir la pression, des recours sont engagés devant le tribunal administratif par Patrick Lebreton, Olivier Rivière et Nathalie Bassire contre les élections à la CASUD.

Dans les organismes-satellites, les candidats de la Gauche avec le soutien de Michel Fontaine l’emportent face aux candidats de Didier Robert : à l’AMDR, Serge Hoareau maire de Petite-ïle éjecte Stéphane Fouassin maire de Salazie et conseiller régional, et à l’EPFR Jacques Técher maire de Cilaos évince Olivier Rivière maire de Saint-Philippe et 1er vice-président de la Région. Au Syndicat Mixte de Pierrefonds, Michel Fontaine (soutenu par la Gauche qui lui est reconnaissante) redonne à TAK son vieux joujou d’aéroport et laisse le Centre de Gestion à la nouvelle mairesse de Saint-Louis.

Didier Robert est redoutablement encerclé et considérablement affaibli : il n’a plus le choix !

Acte II, scène 3 : vendredi « noir » du 23 octobre 2020

Forcé de discuter, TAK reçoit en mairie les émissaires de la Région : les projets de la municipalité qui depuis une dizaine d’années étaient peu financés par la collectivité régionale, pourraient désormais bénéficier de plusieurs dizaines de millions d’euros. Didier Robert n’a pas oublié que son ex-mentor réclame depuis 2010 les 100 millions d’euros que Paul Vergès avait promis pour le projet de Rocade du Tampon cher à TAK.

En échange d’un premier chèque de 51 millions d’euros, Didier Robert sait trouver les bons chiffres (plus que les mots) pour intéresser TAK qui reste prudent et méfiant, peinant à cacher son hypocrite émotion envers le “fils” qui l’avait trahi lors du célèbre parricide de 2006, et son intense malaise face aux caméras.

Avec un autre chèque de 52 millions d’euros, le Président de Région est accueilli le même jour à Saint-Pierre avec une chaleur digne des flammes de l’enfer : si la température du littoral contraste avec celle des hauts, Michel Fontaine est meilleur comédien que son collègue du Tampon.

« Dents blanches, coeur noir », le « Patron du Sud » boit du petit lait lorsqu’il voit le Président de Région contraint et forcé de se déplacer jusqu’à sa mairie pour quémander son allégeance en vue des prochaines échéances.

Ces rappels utiles étant posés, quels scenarii de « politique-fiction » envisager pour 2021/2022 ?

Acte III, scénario 1 : victoire des Forces de Progrès

Le report des dates de scrutin du fait de la crise sanitaire de la COVID-19 a permis à la Gauche de bénéficier du temps nécessaire pour surmonter ses divisions et se rassembler derrière une tête de liste pour les régionales.

Les maires de Saint-Joseph et de Saint-Benoît, Patrick Lebreton et Patrice Selly, ont bien conduit une liste distincte du Progrès au 1er tour, mais rejoignent leur famille politique au 2nd tour des élections régionales ; quant à Vanessa Miranville, maire de La Possession, fidèle à elle-même elle reste neutre : la Région bascule à Gauche.

Le Département est pour sa part mené par une majorité zembrocale de Gauche, qui en retour d’ascenseur à Michel Fontaine, élit de nouveau Nassimah Dindar à la présidence (le mandat de sénatrice à Paris n’étant pas à son goût), ce qui assure au « Patron du Sud » la bienveillance dans l’instruction des dossier de Saint-Pierre. De l’art de miser sur plusieurs chevaux pour toujours gagner à la fin …

Acte III, scénario 2 : victoire de l’Union de la Droite et du Centre

Face à une gauche balkanisée en plusieurs listes et minée par les divisions (Bello/Hoarau, Lebreton/Annette, …), Michel Fontaine et André Thien Ah Koon dictent à Didier Robert la composition de sa liste.

L’Union de la Droite et du Centre remporte de peu le 2nd tour, le maintien fratricide de la liste du Progrès dans une triangulaire signifiant l’échec des Forces de Progrès pourtant majoritaires sur le papier.

Acte III, scénario 3 : un 3ème tour synonyme de « victoire à la Pyrrhus »

5 jours après le 2nd tour des régionales, au lendemain d’une « nuit des longs couteaux » de la droite locale, Michel Fontaine élu sur la liste de Didier Robert se présente, à la grande surprise du grand public, face à ce dernier à l’occasion de l’élection du Président : soutenu par TAK et la Gauche, le « Patron du Sud » obtient enfin le seul mandat qui lui manquait pour finir en beauté sa carrière politique et laminer de manière fort humiliante celui qu’il a toujours jalousé et haï. Il devient le « Patron de la Réunion » et peut désormais placer les siens au sein de la Pyramide inversée.

« To be continued » …

Anonyme

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

9
Poster un Commentaire

avatar
7 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
ChapeauSettoumoiJudas SoubayaLife is finish nowMARIE CHRISTINE BONDURAND Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Gai luron
Invité
Gai luron

Vous avez oublier Doulouma qui travail à la region du sud

Gilles
Invité
Gilles

Qui ne pèse rien
Et n’est qu’un pion sans vergogne mouahhhhhhh

Lobo
Invité
Lobo

Bravo Tonton Didier,!

MARIE CHRISTINE BONDURAND
Invité
MARIE CHRISTINE BONDURAND

J APPELLE CELA DE L HYPOCRISIE DIPLOMATIQUE DEVANT GRANDS SOURIRES ET DANS LEUR TETE ZOT Y DIT MI SA BA…. A OU ASTER

Settoumoi
Invité
Settoumoi

Excellent c’est tout à fait cela & c’est tant mieux. Fontaine, TAK, VALY, nassimah même bande et va cok à lu en tant voulu

Life is finish now
Invité
Life is finish now

Oté courrier la lé gayard,et rempli de vérités sauf que quand ou là pu lo nez, ou lé rejeté de tout part, ou viens râle Out corps comme un ti wouaffffff wouafffff : les élus le critiquent de tous part car tout le monde connaît son manège: l’homme le plus détesté et rabaissé de la reunion à nos jours, qui est ce?????? Quand CDD i termine, i fé pitié wouiiiiiiiiiiii, i mendié pou renouvellé le CDD!

MARIE CHRISTINE BONDURAND
Invité
MARIE CHRISTINE BONDURAND

PAROLE PAROLE HYPOCRISIE DIPLOMATIQUE

Judas Soubaya
Invité
Judas Soubaya

Tak et fontaine n’attendent qu’une chose : faire la peau à Didier

Chapeau
Invité
Chapeau

L’auteur de ce courrier a une très bonne connaissance des us et coutumes.

” qui sème le vent récolte la …. defaite “