Référendum en Macédoine pour un changement de nom

3 min de lecture

Cela fait plus de vingt ans que la Grèce conteste  le droit de s’appeler “Macédoine”. Le pays ayant déclaré son indépendance de la Yougoslavie en 1991, la Macédoine avait vu le jour comme un pays et non plus comme une région. Or, les Grecs revendiquent ce nom pour sa seule province septentrionale autour de Thessalonique, et accusent la République de Macédoine d’usurper le patrimoine historique grecque. Cependant, les Macédoniens les plus nationalistes expliquent qu’ils ne sont pas slaves, qu’ils descendent en ligne directe du roi antique Alexandre LE GRAND. Dans l’accord, la Macédoine accepte que son nom “n’est pas lié à la civilisation antique hellénique, à la culture ni au patrimoine de la région septentrionale” de la Grèce.

Suite à cette indépendance en 1991, la Macédoine entre à l’ONU en tant qu’ARYM ou FYROM, acronymes français et anglais d’”Ancienne République yougoslave de Macédoine”. Le veto grec leur ferme les portes de l’Otan et de l’Union européenne. La droite nationaliste au pouvoir à Skopje n’en démordra pas.

En 2017, des sociaux-démocrates soutenus par les partis albanais arrivent au pouvoir et cela change la donne. Un accord est signé avec les Grecs en juillet, visant à faire du pays la “République de Macédoine du Nord”.

Cependant, il faudra encore du temps avant de convenir d’un nouveau nom pour cet état car le référendum est consultatif, et une victoire du “oui” devra être validée par le Parlement macédonien à une majorité de deux tiers dont ne dispose pas la coalition au pouvoir, composée des sociaux-démocrates et des partis représentant la minorité albanaise (20 % à 25 % des 2,1 millions d’habitants).

Le vote en reste néanmoins historique. Les élections ont lieu ce dimanche 30 septembre.

L’Ancienne République yougoslave de Macédoine – nom officiel actuel du pays – pourrait ainsi devenir la “République de Macédoine du nord”, conformément à un compromis trouvé entre Skopje et Athènes.  L’accord prévoit que leur langue restera le “macédonien”, une victoire pour l’actuel premier ministre Zoran Zaev.

 


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox