Régionales et départementales : découvrez les tribunes des frères Moussajee, de Ramata Touré, de Philippe Berne…

21 min de lecture

Voici la tribune de Ramata Touré, adjointe au Maire de Sainte-Suzanne, vice-Présidente déléguée à la Commission «Environnement et Développement Durable » à la CINOR :

« Notre jeunesse a du talent. En cette période sanitairo-électorale, je tiens à saluer l’engagement citoyen émanant de nos jeunes, lesquels constituent l’Avenir de notre merveilleuse île. Talents phares de la société réunionnaise, nos cadets se veulent aujourd’hui solidement ancré auprès des instances républicaines, ce qui s’avère être une formidable chose, l’Avenir paraissant dès lors sécurisé. Une sécurité qu’il nous faut plus que jamais consolider, le rôle de l’Élu devant être repensé. N’ayant hésité à braver l’actuelle conjoncture sanitairo-économique, je félicite leur courage ainsi que leur détermination, lesquelles permettront tous deux, je l’espère, au parachèvement de leurs respectives actions. Aussi, c’est non sans une certaine fierté que j’observe bon nombre de jeunes femmes et hommes s’investir auprès de nos respectifs administrés. Le renouvellement ne pouvant qu’être bénéfique, cette logique de sang neuf contribue à un considérable rajeunissement du militantisme. Notre talentueuse Jeunesse se veut être l’Avenir de notre île. Saluons Ensemble ce renouvellement politico-paysagiste.

Voici la tribune de Philippe Berne, ancien vice-président de Région :

« Pour une nouvelle gouvernance avec Ericka Bareigts! Didier Robert, un responsable politique destructeur. En 2010, le Président sortant est élu à la tête du Conseil Régional. Il prend toute une série de décisions toutes plus contestables les unes que les autres. Dans le domaine de l’énergie il donne un coup d’arrêt à L’ARER ( association pour le développement des énergie renouvelables) L’ ARER était basée à l’IUT de Saint-Pierre, position stratégique pour faire la liaison entre les volontés politiques de la Région et un centre de recherches idéal pour former les futurs techniciens et ingénieurs indispensables pour réaliser notre autonomie énergétique et promouvoir les énergies renouvelables .

L’ARER et son encadrement scientifique était un gage pour une coopération avec les pays de la zone Océan Indien.
Il remplace l’association par une SPL avec des salaires copieux pour ses dirigeants. Il arrête les forages d’exploration géothermique. Il abandonne le projet d’énergie thermique de la mer, procédé utilisant la différence de température, en profondeur froide et en surface chaude, pour faire de l’électricité.
Nous avions signé une convention avec les chantiers navals de Saint- Nazaire pour la réalisation d’un prototype de 10 mégawatts au large du Port. Il supprime le projet tram-train dont les études et les acquisitions étaient actées. A l’époque nous avions un contrat avec l’Etat ( accord de Matignon) pour mettre en place : la sécurisation de la route du littoral et la réalisation du tram train entre st Paul et Sainte-Marie avec des financements de la Région, de l’Etat et de l’Europe.

Si le Président sortant avait continué le travail engagé par Paul VERGES, le tronçon Saint-Paul-Sainte-Marie serait livré et l’extension vers l’Est et Saint- Benoit et vers le Sud saint Pierre et Saint-Joseph deviendrait une réalité. Avec le passage en tunnel sous le massif de La Montagne, nous aurions eu tous les matériaux pour construire la route digue.

Ayant abandonné le tram-train, il a tout misé sur la NRL avec une livraison prévue et promise en 2014!
Le Président sortant, responsable du Schéma d’aménagement Régional avait toutes les cartes en mains pour débloquer rapidement les procédures liées à la construction de la NRL en particulier pour se procurer les matériaux de la partie digue. Amateurisme et négligence, il a été incapable d’anticiper pour mener dans les temps la réalisation de cette route.

Il est responsable des surcoûts de la NRL et il a le toupet d’inaugurer une réalisation faite à 50% avec une portion viaduc sans début ni fin! En 2019, il supprime l’ARDA Association réunionnaise du développement de l’aquaculture, association reconnue par l’Etat pour son expertise sur la faune et la flore d’eau douce. Sous les mandatures de Pierre Lagourgue , Camille et Margie Sudre et Paul Vergès, nous livrions 2 lycées tous les trois ans.
Depuis 2010, un seul lycée a été livré. Et les acquisitions foncières avaient été réalisées par Paul VERGES et son équipe.

Pour une Présidence de Région efficace et déterminée avec Ericka BAREIGTS Maintenant que faire?
Sortons de l’amateurisme, du gaspillage, de la régression! Je me suis engagé avec le PCR à soutenir la candidature d’ Ericka Bareigts. Vice-Président de la Région, j’ai eu en tant que Responsable du tracé du tram-train et de la révision du SAR à négocier avec Ericka BAREIGTS Présidente de la la CINOR et maire-adjointe de Saint-Denis. J’ai apprécié sa connaissance des dossiers et la pertinence de ces prises de position. Membre du gouvernement elle a montré sa capacité à régler des problèmes difficiles pour l’Outre-mer notamment en Guyane. Elle a fait reconnaitre sur le plan National la tragédie des enfants de la Creuse. Avec Ericka Bareigts, nous pouvons mettre fin à la politique néfaste du Président sortant et développer des projets d’envergure pour la transition écologique et l’emploi. Porter un projet culturel et éducatif ambitieux ! Sa démarche pour instaurer des conférences annuelles territoriales est un gage pour une gouvernance beaucoup plus efficace ».

Voici la lettre des frères Moussajee, Salim et Yassine, aux candidats :

« Mesdames, Messieurs, Permettez-nous de prendre la liberté de ce courrier. Vous êtes candidates et candidats aux élections régionales de juin prochain. C’est à ce titre que nous nous adressons à vous.

Le développement économique relève des compétences du Conseil régional. Aussi, nous désirons à nouveau attirer votre attention sur le sort infligé à une petite entreprise qui fut la notre, situation révélatrice du fonctionnement actuel de la société et de l’économie réunionnaises. Il y a 6 ans un courrier relatif aux mêmes faits avait été envoyé à vos prédécesseurs.

Nous souhaitons que vous lisiez ces lignes comme un appel au secours de la part de deux jeunes entrepreneurs en quête de justice et en grande difficulté pour que celle-ci leur soit rendue. Nous requérons ardemment votre soutien, pour que vous nous aidiez à sortir d’un piège dont les aspects sont devenus de plus en plus troublants avec les années.

Et dans la mesure où notre situation en illustre beaucoup d’autres, nous souhaitons également que vous ayez à cœur de vous exprimer à propos des pratiques économiques monopolistiques dépourvues de scrupules, qui vident depuis des années La Réunion de ses capacités entrepreneuriales et ne sont pas étrangères, pensons-nous, à l’extension du chômage. Nous sommes encouragés dans cet espoir, par le fait que plusieurs d’entre vous n’hésitent pas à dénoncer le désastre économique qui menace notre région du fait des lobbies peu enclins à la moindre préoccupation à l’égard des situations locales. L’affaire dont nous réitérons ici la présentation est en effet emblématique de « l’économie de comptoir » qui caractérise La Réunion et qui laisse peu de place au développement des petites entreprises et à la volonté d’entreprendre des jeunes réunionnais.

Victimes d’une pénible escroquerie qui a ruiné plusieurs années de notre travail, ainsi que la totalité de nos investissements, et dont le règlement judiciaire semble durablement enlisé, nous désirons solliciter votre attention sur notre fâcheuse situation. Bien que les médias en aient déjà diffusé la substance, nous tenons à en résumer ici les grandes lignes. En 1999 nous avons créé notre entreprise dans le secteur de l’importation de pneumatiques et de pièces automobiles. Notre développement nous a permis d’embaucher jusqu’à 45 salariés. Nous étions peu conscients du fait que notre succès faisait de nous des compétiteurs sérieux dans un milieu où sévissent des monopoles hargneux. Au bout de 6 années d’activité, en 2006, sans raisons valables, notre banque principale a supprimé nos lignes de crédits. Soumis à ses pressions, nous nous sommes trouvés pratiquement contraints de céder nos sociétés à un de nos très puissants concurrents, la SOGECORE, entreprise bien établie sur la place et « intéressée » par notre affaire… Nous avons appris trop tard la complicité que ses dirigeants avaient su établir intentionnellement avec la banque en question.

Depuis cette date nos ennuis n’ont fait que se multiplier. La SOGECORE, notre concurrent acheteur pour ne pas dire « escroqueur », par des manœuvres informatiques et des manipulations de stock condamnées clairement par un tribunal arbitral qu’elle avait elle-même requis et composé de façon plus que douteuse, a gravement déprécié la valeur de nos sociétés dont nous lui avons concédé le 70%. Elle n’a jamais voulu payer ses parts, malgré différentes condamnations à son encontre, jamais suivies d’effet. Ses dirigeants ont multiplié les procédures judiciaires, nous menant à une ruine dramatique. Depuis cette époque, nous avons assisté impuissants au démantèlement des sociétés extorquées, après que nous ayons dépensé plus de 600 000 euros de frais d’avocat pour que justice nous soit rendue. Nos soupçons sont plus que fondés selon lesquels des montants de plusieurs millions d’euros ont été ainsi détournés.

Nous avons bien évidemment saisi les juridictions concernées, civiles et pénales, en déposant les plaintes qui nous paraissaient justifiées. Mais les lenteurs de l’instruction, justifiées ou non, auxquelles il convient d’ajouter les inévitables saucissonnages procéduriers, nous laissent entre révolte et découragement. La multiplication des procédures dilatoires initiées par notre prédateur se double d’une mansuétude particulièrement surprenante à son égard, traduite dans certaines décisions judiciaires.

Vous n’êtes pas sans savoir que La Réunion subit depuis toujours la loi des lobbies et des monopoles. Ils bénéficient largement de l’économie de comptoir dont le département peine à sortir. Les réseaux de pouvoirs, plus ou moins discrets, quelle que soit leur nature, socioprofessionnelle, philosophique, ou héritière de classe, n’œuvrent guère que pour favoriser le maintien des positions dominantes et les collusions entre leurs détenteurs.

Tout en gardant la prudence nécessaire que réclame la situation et sans vouloir crier sottement au complot, nous estimons que la connivence entre certaines personnalités des milieux économiques, bancaires et judiciaires est probable. En la circonstance, elle s’est nouée aux fins d’une stratégie de dépouillement à notre égard, petits entrepreneurs qui étions en passe de réussir de façon significative, donc de faire de l’ombre aux monopoles en place. Quoi que passablement inexpérimentés face à la puissance de la manœuvre qui tentait de nous broyer, nous ne nous sommes pas laissé faire. Notre combat dure depuis 15 ans, pour l’instant sans aboutissement concret ! Et même pire, après ces 15 années de débâcles judiciaires et par le biais des manœuvres procédurales successives de nos prédateurs, nous les vendeurs sommes condamnés à les indemniser à hauteur d’1 million d’euros ! Il fait beau être puissant !

Sachez en toute simplicité que la ruine, scandaleusement imméritée, à laquelle nous avons été acculés, quelle qu’ait pu être notre naïveté ou quelles qu’aient été même nos erreurs face aux puissants qui tentaient de nous éliminer du marché, nous a laissés accablés par un profond sentiment d’injustice. Mais en dépit de notre découragement, nous ne baisserons pas les bras. Nous comptons sur vous, pour faire connaître à quels abus peuvent se livrer certains pouvoirs dominants, par des arrangements suspects et une habileté malfaisante, pour mener au désastre d’honnêtes jeunes entrepreneurs qui employaient 45 personnes dans leurs sociétés.

En dépit du sentiment que nos marges d’action sont très limitées ici, en raison des intérêts qui se mêlent dans le microcosme réunionnais, nous espérons néanmoins fermement recueillir votre réaction et votre appui, à la faveur de vos prises de position en matière économique, lors de ces prochaines élections régionales.

Nous vous réitérons nos remerciements pour l’intérêt que vous prêterez à ce dossier, illustration éloquente de certaines pratiques dans notre Département.Notre cause est soutenue de façon vivante et vibrante par l’Association désormais réputée des «  Révoltés du 974 », qui regroupe nombre de citoyens spoliés par des affairistes odieux, dans des circonstances similaires exécrables qui nous ont tous rapprochés.

Pour qu’ils puissent se faire une idée approfondie et stimulante de cette saga dont nous sommes les « héros » tout à fait involontaires, nous invitons vivement nos interlocuteurs à lire le roman passionnant inspiré par notre affaire « Le ventre du barbare », ainsi que l’album illustré de façon savoureuse « L’Ogre et les deux frères ». Ils ne perdront vraiment pas leur temps. On trouve ces bouquins d’Arnold Jaccoud en librairie, édités par « L’Eclipse du temps – éditeur ».

Certains d’entre vous ont accepté de nous rencontrer. Ils rejoignent ainsi les cinq députés de La Réunion avec lesquels nous avons déjà noué des contacts réconfortants. Nous les en remercions ici sincèrement. Aspirant à obtenir votre attention, nous aimerions que toutes et tous, vous ayez l’obligeance de nous accorder un entretien, signe probant de la confiance que nous avons raison d’accorder à vos engagements.

Dans cet espoir, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs, à l’expression de nos sentiments reconnaissants ».

 

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Réactions après la condamnation de Didier Robert à 3 ans d’inéligibilité…

Article suivant

Régionales : les propositions d’Olivier Hoarau pour l’agriculture

Free Dom