Régionales et départementales : Jean Castex n’a rien dit devant le Parlement

1 min de lecture
1

Concernant les élections départementales et régionales à venir, plus que l’allocution du Président de la République, hier mercredi 31 mars 2021, c’est surtout l’intervention du Premier ministre Jean Castex devant le Parlement, ce matin, qui est attendue.

En effet, le chef du gouvernement va prononcer ce jeudi 1er avril une déclaration sur “l’évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre” aujourd’hui, à 9 heures (11 heures à La Réunion) à l’Assemblé nationale. Cette déclaration sera suivie d’un débat devant les deux chambres du Parlement, à savoir toute la matinée d’aujourd’hui au Palais Bourbon, puis cet après-midi, au Palais du Luxembourg.

Hier soir, dans son allocution, le Président de la République n’a pas du tout évoqué ce volet politique laissant ainsi au s Premier ministre le soin de le faire. L’on devrait donc savoir en fin de matinée si les élections régionales et départementales seront maintenues aux 13 et 20 juin prochains comme prévu initialement ou si elles seront reportées à des dates ultérieures (en fin d’année par exemple) en raison de l’évolution de la situation sanitaire.

Tout compte fait, le Premier ministre n’a pas évoqué ce sujet.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

1 Commentaire

  1. Au diable, les Cantonales !

    Alea jacta est ! Bientôt le jour fatidique !

    Pour les futures Cantonales, appelées abusivement Départementales, les candidats commencent à se pousser vivement au portillon. Je ne nourris pas le même enthousiasme, tant s’en faut. Pour les Régionales nous élisons tous les conseillers régionaux. C’est parfaitement logique ! Mais pour les Départementales, nous n’élisons que deux conseillers départementaux et seulement dans le cadre du canton – plus précisément, nous jetons dans l’urne le bulletin présentant un binôme (un homme et une femme). Le gilet jaune que je suis se sent horriblement frustré : il veut une vraie démocratie et non une démocratie bâtarde. Il veut tout logiquement voter pour tous les conseillers départementaux. Me déplacer pour ne choisir qu’un binôme ne vaut pas le déplacement, devrais-je me dire. Ce jour diaboliquement béni, malgré tout, j’irai voter, mais blanc, puisque le compte n’y est pas, et j’irai taquiner le goujon au bord de l’Isère, histoire d’y noyer ma misère, celle de l’électeur cocufié, et histoire de maudire à mon aise le constitutionnaliste qui n’a d’yeux que pour l’élu, l’électeur n’étant qu’un rouage rouillé de son triste appareil électoral.

    Et pour éclairer notre homme qui nous a concocté ce légal tristement bien arrangé, rappelons-lui que les cantonales ont vu le jour sous la monarchie de Juillet, à une époque où l’on se déplaçait difficilement, où la radio n’était pas dans les foyers pour éclairer l’électeur. Maintenant l’électeur a à sa disposition tout un riche arsenal pour l’éclairer : journaux, radios, télévision, facebook, sms, etc. On peut même envoyer un petit message, un courriel, à son candidat favori et adresser une jolie volée de bois vert au candidat qui n’est pas de la bonne chapelle, lui rappeler qui il est, ce qu’il a fait. Et oui, au XXI ème siècle on ne vit plus comme au XIX ème siècle ! Il faut savoir mettre sa pendule à l’heure. Et j’attends qu’elle soit mise à l’heure.

    A bientôt ! Oui, mais – trois fois hélas – ce bientôt, c’est pour les calendes grecques, car mon constitutionnaliste est un rude fieffé coquin, comme enfermé dans sa malicieuse coquille.

    http://www.courriers-reunion.fr/Cantonales.html

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Ecotechnoport de Bois-Rouge : “un projet créateur d’emplois durables”, selon JM Virapoullé

Article suivant

La nomination de Mehdi Boukerrou à la tête du CNFPT fait polémique : il démissionne

Free Dom