Régionales : les “10 orientations” d’Huguette Bello pour “remettre la Région sur les rails…”

40 min de lecture
8

“Remettre la Réunion sur les rails et faire de notre île une terre de progrès” : c’est l’ambition affichée par la candidate, tête de liste PLR (Pour La Réunion), Huguette Bello, aux prochaines élections régionales des 20 et 27 juin. La conseillère régionale de l’opposition durant cette mandature qui s’achève a présenté son projet, hier matin, lundi 24 mai 2021, au Barachois, en présence de quelques colistiers ainsi que de certaines personnalités politiques et civiles telles que Jean-Luc Minatchy, Jean-François Hoarau (professeur d’économie). On a également remarqué dans la salle la présence de Vanessa Pignolet-Payet (ex Croire et Oser) candidate aux départementales dans le canton de la Bretagne à Saint-Denis venue surtout par solidarité à son “dalon” Frédéric Maillot (2e sur la liste d’Huguette Bello).

Avant de passer la parole aux différents colistiers pour la présentation de son ambitieux programme pour la Réunion “issu d’une grande concertation”, à savoir le député Jean-Hugues Ratenon (pour le volet social), Jean-Pierre Chabriat (Education/formation), Jean-Bernard Gonthier (Agriculture), Huguette Bello a souhaité dans son discours d’introduction fixé le cap, sa vision pour l’avenir de notre île.

“Nous avons écouté le bon sens des Réunionnais”

“Ce programme porte une ambition pour notre île. Il s’agit de traduire par une vision politique l’aspiration au progrès de la société réunionnaise. Notre projet porte également un espoir. L’espoir d’un changement véritable, l’espoir d’une rupture pour bâtir une Réunion nouvelle, plus juste, plus solidaire, plus harmonieuse.

Le projet politique que nous souhaitons engager est issu d’une longue réflexion. Pour le bâtir, il nous a fallu d’abord établir un diagnostic lucide et sans concessions sur la situation de notre île. Il nous a fallu comprendre précisément La Réunion d’aujourd’hui pour répondre aux attentes de nos concitoyens. Aussi, notre projet part du constat que notre île est aujourd’hui à un tournant capital de son histoire. 75 ans après la loi du 19 mars 1946, La Réunion est confrontée à une crise économique, sociale, environnementale, qui remet en question son modèle de développement”, a-t-elle insisté.

Et la tête de liste PLR d’ajouter aussitôt : “Qu’il s’agisse durant la période récente, de la crise financière de 2008-2009, de la crise des gilets jaunes de 2018 ou de la crise sanitaire actuelle, la nécessité de construire « le monde d’après » n’a jamais été aussi forte. Avec 39 % de la population réunionnaise vivant en- dessous du seuil de pauvreté, La Réunion connaît un niveau d’inégalités sans précédents. Longtemps construit sur une économie de rentes et sur le consumérisme, ce modèle n’est plus possible du fait de ces criantes inégalités et de ses effets destructeurs pour l’environnement et pour notre biodiversité. Il est source de gaspillage d’énergies et de déséquilibres à l’image de notre balance commerciale. Nous ne produisons pas assez ce que nous consommons et nous exportons trop peu. Il produit des déséquilibres territoriaux abyssaux et laisse de côté une part considérable des Réunionnais. Nous ne pouvons l’accepter. Cette situation est d’autant plus grave que la majorité régionale sortante n’a pas pris la mesure de ces bouleversements. Elle n’a pas été à la hauteur de ces défis tout au long de ces dix dernières années”.

Selon Mme Bello, “notre jeunesse est un atout, nos entreprises sont dynamiques et innovantes. Nous disposons d’un patrimoine culturel et naturel considérable. Nos artistes et nos sportifs sont créatifs et talentueux. L’ambition que nous portons, à travers ce projet, est justement de les encourager et d’accompagner nos forces productives, et d’ouvrir un avenir à notre jeunesse. Pour cela, nous devons remettre la Région sur les rails et faire de La Réunion une terre de progrès, où chacun trouve sa place et son épanouissement”.

Son projet est construit autour de 10 axes : “nous avons écouté le « bon sens » réunionnais ! Ce « bon sens » réunionnais qui trace le cap, juste et bon ! Notre projet y trouve ses racines. Celui-ci est le fruit d’une collaboration engagée avec les forces politiques qui composent la liste. Il a été confronté à la vision d’experts et d’universitaires. Enfin, il a tenu compte, naturellement, des contributions de la société civile.

Il marque notre ambition de réduire les inégalités sociales et territoriales et de venir en aide à la jeunesse et aux plus démunis. Il est ainsi conforme à notre idéal progressiste de rassemblement des forces de progrès qui refusent la fatalité et le déterminisme. Construit autour de dix axes majeurs, notre programme place les valeurs et l’éthique au centre de l’action publique parce que nous ne pouvons plus accepter la gabegie et le gaspillage des deniers publics. C’est pourquoi, l’une de nos premières mesures consistera, j’y reviendrai, à exiger le non-cumul d’indemnités entre les fonctions d’administrateur d’une structure satellite de type SEM ou SPL et le mandat d’élu au conseil régional”.

“L’élu doit avoir un comportement exemplaire”

Elle annoncé quelques grandes lignes du projet : autonomie et de la sécurité énergétiques et alimentaires, gratuité du car jaune à l’échelle régionale, mettre en place une compagnie maritime régionale. Avant de passer la parole à Jean-Hugues Ratenon pour l’axe 2 du programme, elle a expliqué l’axe 1 : ” je vous propose précisément, sans plus attendre de commencer par l’axe 1 de notre programme dont l’objectif est de placer l’éthique et la bonne gestion des deniers publics au cœur du fonctionnement du Conseil Régional.

Vous l’aurez compris, il s’agit là d’un axe particulièrement significatif au regard de l’actuelle gestion du Conseil Régional. Je n’insisterai ni ne commenterai les affaires et les polémiques qui ont fait la une de vos titres de ces derniers jours. Néanmoins, je ne peux passer sous silence le simple constat suivant lequel, outre le président lui-même, plusieurs élus de cette majorité sortante ont été concernés par des condamnations. C’est tout simplement inadmissible. Il y a eu confusion entre intérêts publics et privés. Cela nous conforte dans l’idée que cette collectivité a besoin de replacer l’éthique au centre de sa gouvernance. En tant que représentant du peuple, l’élu doit avoir un comportement exemplaire. C’est pourquoi, nous établirons, je l’ai dit, le non-cumul d’indemnités entre les fonctions d’administrateur d’une structure satellite de type SEM ou SPL et le mandat d’élu au Conseil Régional. Il s’agit d’une mesure importante pour éviter les conflits d’intérêts, les comportements de prédation des fonds publics au service d’intérêts privés.

Par ailleurs, il y a urgence à assainir les comptes de la collectivité dont la dette a explosé. Les charges de personnel ont été multipliées par deux en dix ans. La Chambre Régionale des comptes a, elle-même, insisté sur la hausse inconsidérée des frais généraux. C’est pourquoi, je l’ai dit, nous passerons d’une culture de moyens à une culture de résultats. Il faut réintroduire la notion de performance et la culture de l’évaluation des politiques publiques au sein de cette institution. Ainsi, nous proposons la mise en place d’un plan d’économies sur la section des frais généraux et des dépenses de communication.

Nous partons du constat que cette collectivité s’est repliée sur elle-même, au service d’un clan. Plus que jamais, il faut la remettre au service des territoires. Il nous faut consulter et associer les citoyens et la société civile en utilisant pleinement les leviers existants. Nous proposons, pour ce faire, d’organiser des consultations citoyennes régulières et d’établir un dialogue étroit avec les conseils consultatifs, CESER et CCE, pour mieux prendre leurs avis et travaux qui sont de grande qualité et mériteraient d’être mieux connus.

En outre, je n’ai eu de cesse de le répéter, nous maintiendrons la continuité territoriale. C’est une mesure importante pour de nombreux Réunionnais et de nombreuses familles. Néanmoins, nous souhaitons obtenir de l’État une participation au financement de la continuité territoriale. C’est un combat nécessaire parce qu’il s’agit avant tout d’une compétence de l’État et du principe d’Egalité. L’Etat doit assumer ses responsabilités en la matière.

Enfin, nous engagerons , en partenariat avec le Département, un nouvel exercice d’harmonisation des compétences entre les collectivités régionale et départementale dans le but de progresser vers des blocs de compétences cohérents en vue d’une plus grande efficacité de l’action publique et d’une plus grande clarté pour les administrés”.

Voici en détails les 10 orientations d’Huguette Bello

(Voir l’axe 1 ci-dessus)

AXE 2 – POUR UNE ÎLE SOLIDAIRE : FACE À L’URGENCE SANITAIRE ET SOCIALE, NOUS PROTÉGER, NOUS LOGER, SOUTENIR LE TISSU ASSOCIATIF, COMBATTRE LES INÉGALITÉS, ET AMÉLIORER LE POUVOIR D’ACHAT DES PLUS DÉMUNIS

• Participer à la création d’un grand service de prophylaxie consacré au nettoyage des ravines et aux opérations de démoustication en partenariat avec le Département, et l’ARS

• Créer une banque régionale solidaire pour financer les projets associatifs et le secteur de l’économie sociale et solidaire (E.S.S.)

• Soutenir les projets de coopératives solidaires et les circuits courts pour faire baisser les prix, notamment à destination des ménages aux revenus modestes

• Proposer une aide aux ménages pour l’accès à des « packs alimentaires solidaires, responsables et de qualité » et sur un panier fraîcheur en relation avec les producteurs locaux

• Expérimenter la création d’une monnaie locale dans le même esprit des expérimentations actuellement en cours sur d’autres territoires, dans le cadre de l’économie sociale et solidaire et des dispositions légales existantes

• Accompagner les personnes éloignées de la maitrise des outils numériques (illectronisme) par la mise à leur disposition de médiateurs dont la formation sera financée par la Région

• Augmenter le montant de la participation de la Région au FRAFU (Fonds régional d’aménagement foncier et urbain) pour construire davantage de logements sociaux et intermédiaires.

AXE 3 – POUR UNE ÉCONOMIE DYNAMIQUE : RÉPONDRE À LA CRISE PAR LA RELANCE DE L’INVESTISSEMENT DE NOS ENTREPRISES AU SERVICE DE LA CROISSANCE ET DE L’EMPLOI

3.1 – Pour soutenir nos entreprises

• Créer un fonds régional d’investissement dédié au financement de la trésorerie des TPE/PME

• Accompagner la transmission des entreprises

• Accompagner les projets de Sociétés Coopératives et Participatives (SCOP) et d’Insertion par l’activité économique favorisant l’emploi des publics précaires

• Garantir une instruction et une gestion plus ef cace et transparente des fonds européens et accompagner ef cacement les porteurs de projets dans leurs démarches avec pour objectif de multiplier par deux le nombre d’entreprises aidées d’ici à 2027

• Positionner l’agence NEXA en Agence régionale de promotion et d’attractivité du territoire

• Créer un Observatoire régional des entreprises, en partenariat avec les chambres consulaires

• Participer à la formation des chefs d’entreprises et les cadres privés et publics par des qualifications de niveau international en mettant en place des partenariats avec les grandes écoles d’ingénieurs et de management et les universités

• Créer un guichet d’accueil relatif aux questions d’octroi de mer a n de faciliter, notamment, les demandes d’exonération formulées par les entreprises et d’assurer une information claire et transparente du dispositif à destination du grand public.

3.2 – Pour innover et accompagner nos secteurs d’avenir

• Structurer le Comité Régional de l’Innovation, dans l’objectif de décliner la S3 (Stratégie de Spécialisation Intelligente) et de fédérer l’ensemble des acteurs

• Créer un fonds régional d’amorçage pour soutenir les projets de recherche-développement innovants et les start-ups

• Accompagner les projets d’Innovation Sociale

• Économie numérique :

* Accélérer la numérisation (télétravail, , digitalisation des entreprises) des TPE/PME par une évolution du « chèque numérique »

* Participer au financement des emplois de la filière numérique pour attirer les compétences en local par une prime régionale à l’emploi numérique

* Renforcer notre potentiel de développement, de recherche et d’innovation, en matière de Data center et d’Intelligence Artificielle

• Économie bleue :

* Associer La Réunion à la mise en valeur des TAAF : pêche, tourisme, industries de transformation (krill, algues…)

* Déployer un dispositif de financement pour les pêcheurs pour améliorer leur équipement

* Accompagner le développement du Grand Port Maritime
* Soutenir les programmes d’investissements et de dynamisation des Ports de plaisance * Créer à La Réunion des unités de transformation des produits de la mer

• Economie de la Santé :
* Faire de La Réunion un pôle d’excellence en matière de santé rayonnant sur la zone Océan indien

* Renforcer la capacité de La Réunion à mener des études pré-cliniques
• Développer la filière PAPAM (plantes aromatiques, à parfum et médicinales)
• Soutenir et accompagner les initiatives relevant de l‘économie circulaire et écologique.

• Structurer la filière aéronautique réunionnaise pour développer les savoir-faire au bénéfice de La Réunion et de la zone Océan indien et ouvrir de nouveaux marchés

• Développer un pôle de compétences en maintenance au sein de la plateforme aéroportuaire Roland-Garros

• Inscrire La Réunion sur la carte des activités aérospatiales mondiales, notamment à partir de Pierrefonds

3.3 – Pour développer notre secteur touristique

• Plaider auprès de l’Etat la mise en place d’une Zone franche Touristique sur le territoire de La Réunion

• Repenser la place du tourisme dans l’économie réunionnaise sous l’angle de la diversification, en travaillant sur des identités, dans le cadre d’une démarche éco-responsable

• Ouvrir l’incubateur régional au développement et à l’accompagnement des projets touristiques

• Cibler des marchés de niches en valorisant des produits touristiques spécifiques, dans une logique de différenciation (exemple : volcan, nature, bien-être, identité culturelle etc )

• Miser également sur le tourisme local et affinitaire, en complément du tourisme extérieur d’agrément

• Favoriser l’agro-tourisme, le tourisme populaire local et l’éco-tourisme

• Intensifier le développement les activités sportives et touristiques de pleine nature

• Développer le tourisme lié à la santé (balnéothérapie, naturopathie, sport-santé)

• Adopter un plan d’équipement et de mise en valeur des sites touristiques et de construction de structures de différentes gammes.

AXE 4 – POUR UNE ÎLE SOUVERAINE SUR LE PLAN ALIMENTAIRE

• Contribuer avec l’ensemble des acteurs concernés à la réalisation des objectifs du plan « Agripéi »

• Lancer les assises régionales de l’alimentation avec l’ensemble des acteurs (Agriculteurs, Industries Agro-Alimentaires (I.A.A.), Département, État, acteurs de la santé, communes, grande distribution etc.) dans l’esprit de la loi EGalim

• Travailler avec les producteurs et les filières des IAA pour améliorer le taux de couverture alimentaire afin de disposer de plus de produits locaux, notamment dans la restauration collective et chez les distributeurs

• Financer les investissements productifs des I.A.A. en bonifiant ceux qui valorisent la production locale et durable

• Encourager l’innovation dans le processus de transformation des I.A.A. (financer les innovations technologiques et managériales des unités de production)

• Favoriser les circuits-courts et les produits bio pour les publics relevant de la Région (Hôtel de Région et satellites, Lycées, organismes de formation)

• Créer des structures de transformation des produits agricoles invendus et non calibrés (ceux qui restent dans les champs)

• Participer avec le Département à un nouveau programme de construction de retenues collinaires individuelles et collectives , situées en moyenne altitude, notamment de La Possession à Saint-Joseph

• Bâtir, avec les producteurs locaux, une vraie stratégie alimentaire régionale :

* Pour la production locale : conforter les filières existantes en quantités et en qualités pour répondre aux besoins du marché intérieur et identifier de nouvelles filières porteuses à l’exportation

* Pour les sources d’approvisionnement : privilégier la zone océan indien pour les biens non produits localement, a n de réduire les coûts de transport, diminuer l’empreinte carbone et baisser les prix des produits

* Construire une industrie agroalimentaire de haute qualité tournée vers les marchés de niche à l’export.

AXE 5 – POUR UNE ÎLE PRODUCTRICE D’ÉNERGIES PROPRES, RENOUVELABLES ET INNOVANTES :

• Instaurer une instance partenariale de gouvernance pour la mobilisation des moyens permettant d’atteindre dans un premier temps, l’autonomie énergétique électrique et à terme, l’autonomie énergétique

• Développer les filières correspondant au mix énergétique : solaire, en particulier le photovoltaïque, éolien, hydraulique, biomasse, géothermie, énergies marines…

• Décliner le plan européen et français « hydrogène », en particulier pour les transports
• Favoriser la mobilité dé-carbonée
• Doter l’île d’une plateforme d’innovation et de développement sur l’énergie intelligente • Financer la rénovation thermique des habitations et des bâtiments via le FEDER.

AXE 6 – POUR UNE MOBILITÉ AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

6.1 Pour des transports propres et durables comme alternative au « tout automobile »

• Accompagner et financer les projets de Tram portés par les intercommunalités sur les axes à forte circulation de véhicules (St-Louis-St-Pierre-Le Tampon/St-Benoît-Saint-Denis et Cambaie) sans alourdir la dette régionale ;

• Rendre le transport régional ( car jaune) gratuit pour tous

• Améliorer et développer le réseau car Jaune par une augmentation substantielle des fréquences et des itinéraires privilégiés en sites propres ou partagés

• Développer à court terme un réseau Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) et sécurisé, dans une approche globale et équilibrée du territoire

• Réaliser le projet d’un nouveau franchissement de la rivière des galets en moyenne altitude par une liaison Ste-Thérèse- La Plaine Bois-de-Nè es a n de désengorger le tra c routier sur le littoral ouest

• Soutenir via le FEDER les projets de transport par câble portés par les EPCI ; • Terminer le projet de Nouvelle Route du Littoral ;
• Réactiver le plan vélo régional et terminer la Voie Vélo Régionale

6.2 Pour une offre de mobilité externe compétitive et ouverte sur le monde

• Soutenir la compagnie aérienne régionale Air Austral

• Inciter la compagnie Air Austral à assurer une liaison directe Pierrefonds-Paris aussi bien pour les passagers que pour le fret

• Conforter et ouvrir de nouvelles dessertes dans la zone océan indien en cohérence avec les objectifs économiques et touristiques

AXE 7 – POUR UNE JEUNESSE MIEUX FORMÉE ET INSÉRÉE :

• Rendre plus efficient le dispositif de formation professionnelle,

• Accompagner notre jeunesse vers l’insertion professionnelle,

• Mettre en œuvre une alliance éducative avec tous les acteurs de l’Ecole dans l’Académie

• Nommer un Haut-commissaire régional à la jeunesse et à la réussite éducative qui serait l’interlocuteur privilégié du recteur d’académie

• Réactiver un programme pluriannuel de construction et de reconfiguration de lycées

• Créer un lycée des métiers de la mer

• Créer un lycée des métiers forestiers

• Construire et mettre moderniser en réseau les internats pour permettre à chaque jeune de faire les études de son choix, quel que soit son lieu de résidence

• Augmenter le nombre de formations de BTS et de l’IUT en partenariat avec l’académie, l’université et le monde économique pour la réussite des bacheliers professionnels et technologiques

• Financer les projets de recherche qui correspondent aux besoins du territoire, les projets audacieux et avec un accent particulier sur les sciences humaines et sociales

• Accroître les formations d’excellence dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur

• Structurer et développer les filières de formation en matière de santé et revoir le numérus clausus

• Développer une filière complète en médecine adossée au CHU , Centre Hospitalier Universitaire

• Développer un dispositif de soutien, sous forme d’appels à projets, aux initiatives qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie étudiantes comme par exemple des coopératives solidaires

• Bâtir avec les communes, les intercommunalités et les bailleurs sociaux un nouveau programme de construction de résidences étudiantes modernes, connectées, adaptées au télé-enseignement, y compris pour le travail en équipe

• Participer au PIC (Plan d’investissements dans les compétences) dans le cadre d’un plan régional de formation associant l’ensemble des acteurs concernés.

• Assurer un meilleur suivi et évaluer les organismes de formation • Augmenter le soutien à l’apprentissage
• Développer les capacités du RSMA, en partenariat avec l’Etat

• Mettre en place une allocation de 500 euros par mois pendant 6 mois pour les jeunes réunionnais de 18 à 25 ans, conditionnée à l’entrée en formation dans un des secteurs en tension identifié par le Conseil Régional

• Doubler le montant de l’allocation régionale au premier équipement
• Revaloriser l’allocation régionale de frais d’inscription pour les étudiants boursiers

• Revoir l’aide régionale au remboursement d’un prêt étudiant pour prendre en charge une partie plus importante du prêt

• Créer une carte « Jeunes » Région qui regrouperait l’ensemble des informations et dispositifs mis en place par la Région pour les jeunes

• Créer un salon dédié à la jeunesse dans toutes ses dimensions une fois par an

• Instituer un Conseil Régional des jeunes à l’instar du Conseil départemental des collégiens

• Soutenir les universités populaires et travailler à en faire des structures de formation gratuite ouvertes à tous les citoyens et adossées aux universités existantes

• Mettre en place un comité de pilotage de lutte contre l’illettrisme

• Étudier les préconisations du rapport de lutte contre l’illettrisme pour sa mise en œuvre opérationnelle

AXE 8 – POUR L’EXCELLENCE CULTURELLE ET SPORTIVE POUR TOUS

• Recenser et valoriser les sites historiques et les lieux de mémoire sur tout le territoire de notre île

• Soutenir la création et la diffusion des arts vivants, des arts plastiques et des industries culturelles créatives, dans le cadre d’une politique coordonnée avec les autres collectivités et l’État

• Intégrer une dimension culturelle dans tous les dispositifs de formation professionnelle et continue

• Reprendre le travail de collecte du patrimoine immatérielle et matériel de La Réunion, et le valoriser

• Financer des émissions télévisuelles dédiées à des débats, à l’expression des acteurs culturels et à la valorisation de leurs œuvres, dans les différents formes d’art ( littérature, arts plastiques et vivants , théâtres..)

• Soutenir les partenariats entre les lycées, les équipements et les acteurs culturels

• Valoriser le patrimoine, la culture, la langue et l’histoire populaire de la Réunion à travers la politique culturelle

• Mettre en place une maison du cinéma pour développer les projets des professionnels des

industries de l’image et du cinéma de La Réunion

• Engager un plan de démocratisation culturelle et de soutien à la pratique sportive populaire de proximité

• Accompagner le CREPS pour l’installation dans les micro régions Est, Nord et Ouest, un « Pôle Espoir » fooball et Basket-ball, sur le même modèle que celui existant dans le Sud à la plaine des Cafres.

AXE 9 – POUR UNE ÎLE RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT : AMÉNAGER HARMONIEUSEMENT LE TERRITOIRE

• Définir des critères permettant de mesurer les niveaux de développement des 5 micro-régions (Est, Nord, ouest, Sud, Les Hauts) a n de programmer les moyens du rééquilibrage

• Définir une véritable politique d’aménagement des hauts en accélérant la couverture d’accès à la bre, en développant une stratégie complémentaire entre les commerces et services des hauts et des bas de l’île, en favorisant la formation des acteurs touristiques et développant l’ingénierie de projets

• Instaurer une instance d’observation et de pilotage des politiques menées en matière de lutte et d’adaptation aux changements climatiques ,

• Définir un plan régional d’endiguements des rivières et de résorption des radiers dans le cadre des PAPI, en relation avec le Département, les communes et les EPCI

• Assumer pleinement la responsabilité de l’Agence Régionale de la Biodiversité

• Soutenir la création d’une banque de semence locale pour la sauvegarde des espèces endémiques

• Ouvrir aux financements européens les améliorations du réseau d’eau potable au même titre que sa potabilisation.

AXE 10 – POUR L’OUVERTURE SUR DE NOUVEAUX HORIZONS : FAVORISER L’INSERTION DE LA RÉUNION DANS SON ENVIRONNEMENT RÉGIONAL

• Créer un institut régional de coopération décentralisée pour regrouper l’ensemble des acteurs et accélérer les projets de coopération

• Relancer le projet d’une véritable université de l’océan indien, pour réunir des jeunes de l’indiaocéanie, les former ensemble, favoriser et développer leur avenir commun de co-développement régional

• Créer des ponts de communications et d’échanges avec la « diaspora » réunionnaise à travers le monde pour développer des opportunités et faire rayonner La Réunion

• Faire de La Réunion la plateforme sanitaire régionale

• Définir et mettre en œuvre une stratégie ambitieuse de co-développement avec Madagascar, fondée sur la complémentarité de nos 2 îles

• Participer à la création d’une compagnie maritime régionale

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

8 Commentaires

  1. Mme Bello. Il ne faut pas oublier le secteur économique. On voit que vous êtes en bonne voie pour gagner mais le volet économique des entreprises doit être privilégié. C’est un axe à renforcer.

  2. À LA ! BIEN PARLÉ COMME TOUJOURS !
    MME BELLO TOUJOURS AU TOP !
    FAMILLE NATIVEL SIN POL I VOTE HUGHUETTE
    HEP HEP HIP
    HOURA !
    HEP HEP HIP
    HOURA !
    FAMILLE NATIVEL SIN POL I VOTE BELLO MEM !

  3. Mme Bello, cela fait pense à moins à un catalogue, mais mwin n’a un doute sur la réalisation. Si ou la écouté le bon sens des réunionnais, et ou compte place “l’éthique au sens de ton action publique”, y a un souci. Kosa l’Ange de St André y fou sur la liste, après le désordre que lu l’a fait au Creolia… Discours pas cohérent…

Répondre à titi Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Le binôme Bachil Valy/Yolande Técher dans le canton 16 : « les Hauts nout’ fierté ! »

Article suivant

La Chambre d’agriculture et le Club Export interpellent les candidats

Free Dom