Rhône : une collégienne donne des coups de poing au visage de sa professeur d’anglais

1 min de lecture
8

Une élève de cinquième a donné des coups de poing au visage de sa professeur d’anglais le 10 mars au matin, dans le collège Paul-Vallon à Givors, près de Lyon dans le Rhône. Cette agression serait intervenue après une remise de note. La professeure s’est vue prescrire trois jours d’interruption temporaire de travail.

Face à cette agression, le principal du collège indique avoir pris une mesure conservatoire par rapport à l’élève à l’origine de l’agression. La collégienne devrait alors passer en conseil de discipline avant de pouvoir aller ou non au collège.

Au lendemain de cette agression, les professeurs de l’établissement ont exercé leur droit de retrait, parce qu’ils ne se sentent plus en sécurité pour travailler.

8 Commentaires

  1. Encore des tireurs au flan de Profs qui vont faire une histoire de Droit de retrait.
    Payés à rien foutre comme tout le monde le constate, surtout ici à la Réunion.
    Plus sérieusement, un truc comme ça émotionne qui de nos jours ?
    Quel est le but de dénoncer, vu que rien n’est fait ensuite pour enrayer ( Regardez les histoires de harcèlement, agressions intrascolaires et autres … ) ?
    On va créer une nouvelle forme de médiation adaptée soi disant à cette nouvelle flambée d’incivilités et / ou violences, qui servira à quoi ?
    Dans les années 80, au Collège, c’était deux tabacs dans la gueule et colle le mercredi après midi et bizarrement, y avait pas autant de débordements ( Ou alors, on trouvait rapidement le remède pour ceux qui déconnaient ).
    Mais quand on dit ça, on vous dit que les temps ont changé, et qu’il faut s’adapter ( Ne plus parler des méthodes à l’ancienne en gros ).
    Il ne faut pas punir, il faut  » éduquer « .

    • Quand on ne sait pas la charge de travail et les obligations administratives qu’incombent un professeur, on ne se prononce pas. Les professeurs ne sont pas payés à ne foutre comme vous dites mais à partager des connaissances et à donner des outils aux élèves pour réussir. Si vous n’êtes pas dans le monde du professorat, abstenez-vous de tout commentaire.

    • ferme outki kan ou néna ce genre de chose àdire. ou doit être in moucate qui gratte son ki toute l’année et ki attende que le « gens qui ne foutent rien » travaillent pourverserout rsa!é

    • Encore un ignorant qui parle et qui met tout le monde dans le même sac, comme il est si facile de faire.
      Réveille-toi ! On est plus dans les années 80. Et si un prof fait cela à ton enfant, tu seras le premier à gueuler.
      Je te mettrais bien devant 20 ou 30 élèves pour faire leur éducation si y en pas, les former dans un domaine et suivre leur progression, mettre en place des règles…

  2. Vous êtes prof? Fils de prof? Mari d’une prof (vaut mieux pas)?
    Si vous n’êtes pas directement dans le système, comme la plupart des gens, vous ne voyez que la partie émergée de l’iceberg.
    Gardez votre venin pour vous.
    Un fait comme celui là n’émotionne plus de nos jours, ça ne veut pas dire que c’est normal.
    Difficile d’enrayer la machine à violence parfois, face à des familles bornées (euphémisme) et aussi à cause de du système même de l’Education Nationale qui ne soutient pas ses fonctionnaires. Mais ça aussi, les gens ne savent pas.
    Votre « Il ne faut pas punir, il faut éduquer  » probablement dit ironiquement sur fond de mépris, est exactement ce qu’il faut faire. Encore faut-il avoir de vrais moyens et pas des miettes de moyens.

  3. Pourquoi la méchanceté sur les professeurs ??des gamins qu’on essaie de donner le savoir qui n’ont aucun savoir-vivre …soutenons nos professeurs au lieu de dire des conneries genres que ces personnes sont payer à rien faire….quand on connait rien ferme zot guel

  4. Que ce soit pour nos parents, une personne plus âgées ou pour un professeur un enfant lui doit le respect ! C’est la première règle qu’un parent doit avant tout dire à son enfant ! A une époque, à cause des méthodes punitives des instits il y a eut beaucoup d’illettrés car les enfants venant de famille pauvre refusaient d’aller à l’école de peur qu’ils se fassent punir ou parce que c’était trop loin. Certains enfants devaient faire le travail à la maison avant et après l’école, faire des kilomètres le matin et le soir pour pouvoir aller à l’école car il n’y avait ni transports en commun ni de bus scolaire. Alors qu’aujourd’hui, la vie et l’instruction est plus facile, les enfants trouvent encorz les moyens de se plaindre ! Et quel exemple les parents peuvent ils donner à leur enfants s’ils se mettent à critiquer ceux qui donnent une instruction à nos enfants ?

Répondre à zarboutan Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

La plage de Boucan Canot bondée de monde juste avant le couvre-feu

Article suivant

Covid-19 à Madagascar : 29 décès en 2 semaines, un ministre évacué à La Réunion

Free Dom