Richard Nirlo, maire de Ste-Marie, « refuse d’être la marionnette de service des Lagourgue père et fils ! » (VIDÉO)

23 min de lecture
9

Le tract de trop. Un tract qui est manifestement resté en travers de la gorge de Richard Nirlo et de celle des élus de la majorité municipale qui ont tous assisté ce mercredi 2 juin 2021 à 16 heures à la conférence de presse tenue par le maire, à la salle polyvalente de Duparc.

Richard Nirlo et ses élus de la majorité municipale “unis et solidaires” avec leur maire. (Photos Yves Mont-Rouge)

Une présence pour bien montrer « la solidarité et l’unité » qui règnent au sein de l’équipe majoritaire ainsi que pour contrecarrer surtout les récentes « attaques » de Jean-Louis Lagourgue, l’ancien maire qui a été aux commandes de 1990 à 2018, avant de passer la main à Richard Nirlo. Lequel Nirlo a ensuite été élu au suffrage universel en juin 2020 lors des dernières municipales. Ce tract qui a donc fait déborder le vase est signé de l’ancien maire. Un tract sous forme d’affiche électorale pour les prochaines départementales avec, au verso, les photos du binôme Rémy Lagourgue-Valérie Rivière et leurs remplaçants puis, au recto, un mot « très salé » de Jean-Louis Lagourgue (voir ci-dessous) qui ne mâche pas ses mots à l’encontre de l’actuelle majorité menée par Richard Nirlo.

« Les principales composantes de la nouvelle majorité ont décidé d’emprunter une voie différente, basée sur la destruction des fondations posées ensemble et sur le reniement de certaines valeurs… », peut-on notamment y lire. Toute la tonalité du tract est du même acabit. Jean-Louis Lagourgue ne fait pas dans la dentelle.

Mais s’attendait-il à la réplique cinglante de Richard Nirlo qui, jusqu’à présent, n’avait pas souhaité répandre sur la place publique la tension existant depuis les dernières municipales. L’actuel maire s’est décidé à briser le silence en vidant son cœur. D’où la conférence de presse de cet après-midi pour parler de « l’actualité politique à Sainte-Marie ». Il s’est entouré de toute son équipe de la majorité avec en première des adjoints comme Sylvie Billaud, Didier Gopal, le Dr Daniel Jatob, Thierry Flahaut et et Nadia Wu-Tiu-Yen. Toutes et tous y sont allés de leur couplet sur les Lagourgue père et fils dont les oreilles ont dû chauffer. Mais avant même de commencer la conférence de presse, le maire, via son nouveau directeur de cabinet Pascal Renaudière-Devaux a tenu à faire écouter un enregistrement. Il s’agit plus précisément d’une déclaration de Rémy Lagourgue faite lors d’un séminaire à MOCA. Un Rémy Lagourgue expliquant qu’il était dans « une position inconfortable car pris en tenaille » entre son père, l’ex maire, devenu sénateur en 2017 et l’actuel maire Richard Nirlo pour qui il a « une très grande amitié, loyauté ». Rémy Lagourgue qui, dans cet enregistrement, trouvait en l’actuelle équipe « un groupe d’élus de grande qualité ».

Après l’enregistrement, le maire Richard Nirlo a sorti une coupure de presse (de nos confrères d’Imaz Press). Un extrait d’article datant de la campagne électorale des départementales de 2015 lors desquelles Valérie Vitry-Rivière, binôme à l’époque de Mario Lechat, adversaire politique des Lagourgue. Lisez çi-dessous ce que disait Valérie Rivière des Lagourgue père et fils :

Après cette mise en bouche, Richard Nirlo a vidé son cœur en rappelant tout le « scénario » de ce mauvais film.

« J’étais maire par intérim de 2018-2020. J’ai mené la mission qui m’avait été confiée par l’ancien maire avec respect et responsabilité. Arrivé à la fin de ce mandat, nous avons prépare les municipales de 2020. Pour le choix du candidat, Rémy s’est imposé à son père et le père a imposé son fils. Lors d’une réunion aux « Citronnelles », j’ai validé la candidature de Rémy Lagourgue. J’ai pris la parole pour demander à la majorité municipale d’accompagner Rémy aux élections municipales de 2020. Didier Robert et Cyrille Melchior étaient présents lors de cette réunion. Peu de temps après, Rémy m’appelle : « Richard est-ce qu’on peut se rencontrer ? ». Il me dit : « aujourd’hui, suis conseiller départemental, j’ai la délégation Patrimoine ainsi que ma petite entreprise…. Avec la crise des Gilets Jaunes et en raison de ma filiation, j’ai bien réfléchi, je pense que ce n’est pas le moment pour moi. C’est toi qui devrait y aller. Rémy me demande de réfléchir… Depuis 1990, je suis engagé aux côtés de Jean-Louis Lagourgue. Je lui ai toujours été fidèle, loyal…. J’ai pris un moment de réflexion, j’en ai partagé avec ma famille. Et j’ai décidé alors de relever le défi. Ce n’était pas facile. Il y avait Christian Annette, Céline Sitouze, Grégoire Cordebœuf. Puis, le cador envoyé par St-Denis : Gérald Maillot. Il fallait défendre les couleurs de Sainte-Marie. C’est là que j’ai décidé de mettre en place cette équipe qui m’accompagne aujourd’hui. St-Denis a toujours lorgné sur Ste-Marie. Je décide d’aller au combat avec l’aval de Jean-Louis Lagourgue et de son fils Rémy. Nous avons mené ensemble une belle campagne dans un contexte particulier en raison de la crise sanitaire. Nous avons malgré tout réussi à créer une elle dynamique et nous avons gagné au second tour, le 28 juin 2020. Beaucoup ne s’attendaient pas à cette victoire. Pas même les Lagourgue », avoue aujourd’hui Richard Nirlo. Avant de s’interroger à haute voix : « Pourquoi Rémy a décidé de ne pas venir ? ». Puis de répondre : « je vais vous le dire. Rappelez-vous : Jean-Louis Lagourgue me passe les rênes, il ne s’attendait pas à ce que la population me fasse confiance, à ce que je sois élu avec mon équipe. Et qu’est-ce qui me tombe dessus dans la foulée ? Perquisitions à la mairie, 2 gardes à vue, 18 observations de la Chambre régionale des comptes , sans compter 11 autres concernant uniquement le CCAS. L’ex maire s’est assis dessus. Ces observations remontaient à 2013. Elles ne me concernaient pas. Vous avez maintenant la réponse pour comprendre le refus de Rémy Lagourgue de ne pas se présenter aux municipales de 2020. Parce qu’il n’a pas eu le courage de porter l’héritage de son père.

Aujourd’hui, quand je vois ce qui se passe, je peux vous assurer que je suis profondément attristé. On aurait pu en rester là, continuer ensemble. Aujourd’hui, les coups pleuvent. Jean-Louis Lagourgue a le culot de parler de destructions des fondations. C’est quoi ses fondations ? 18 observations de la Chambre des comptes ! S’il les avait pris en compte depuis 2013, on n’en serait pas là. Moi j’ai été loyal, fidèle, respectueux. Lui n’a jamais accepté ma défaite. Il s’agit tout simplement d’un problème de pouvoir et d’intérêt. Moi je ne suis pas là dedans. J’ai mené un combat, une campagne pour Sainte-Marie. J’ai autour de moi une superbe équipe. Le sénateur essaye de nous salir, de nous faire passer pour des incompétents ». Et Richard Nirlo de préciser encore : « moi j’ai toujours tout accepté. J’étais conseiller général de 2011 à2015. Sans même me demander mon avis, Jean-Louis et Rémy sont allés chercher Marie-Line Soubadou aux départementales de 2015 en me mettant de côté. J’ai accepté malgré tout. Pendant ces 28 ans durant lesquels j’ai accompagné l’ex maire de Ste-Marie, mon credo n’a jamais varié d’un iota : ne jamais affaiblir la commune. En janvier dernier, Rémy Lagourgue a décidé de se désolidariser de la majorité municipale. Je n’ai rien dit. C’est un grand garçon. Il est libre, il fait ce qu’il veut. Mon objectif à moi, c’est la population, pas les états d’âme des uns et des autres. Ceux qui créent la division ne servent pas l’intérêt de Ste-Marie. Nos militants sont perdus.

Moi je resterai sur le programme. Le seul ego que j’ai toujours eu c’est Ste-Marie. Le 28 juin à Ste-Marie, il s’est passé quelque chose de très fort alors que tout le monde attendait ma chute. Avec mon équipe, j’ai pu déjouer l’une des plus grandes escroqueries politiques à savoir empêcher que St-Denis vienne annexer Ste-Marie.

Je voudrais remercier très sincèrement les Sainte-Mariens qui ont écrit une nouvelle page de l’histoire de Sainte-Marie. On n’est pas dans une dictature à Ste-Marie. On leur doit la transparence, la vérité, le respect avant tout. Je demande à ceux-là mêmes qui remettent en cause notre fonctionnement, je le dis au personnel communal : ne doutez pas. On remet dans la légalité ce qui était dans l’illégalité. C’est ça qui rend difficile ce début de mandat. Ça fait même pas un an qu’on est là. On me demande de rattraper en un an 28 ans d’une gestion catastrophique. Voilà la vérité !

S’ils estiment que Ste-Marie est une chasse gardée, un bien de fond, je m’y plierai. La force d’une démocratie, c’est le peuple. Sainte-Marie est une superbe commune, avec un potentiel énorme. Nous avons de beaux projets projets pour notre commune, pour ma commune natale où ma famille de dix enfants nous a grandis. Rémy Lagourgue et son père sont aujourd’hui en train de nous mettre les bâtons dans les roues. Ste-Marie n’a pas besoin de ça ». (Applaudissements dans la salle polyvalente après l’intervention de Richard Nirlo).

“Nous avons fait de l’archéologie à notre arrivée à la mairie en 2020, nous avons fouillé et découvert beaucoup de cadavres”, dixit Sylvie Billaud

La parole a ensuite été donnée au docteur Daniel Jatob : « le maire a tout dit. On a mis énormément d’énergie pour essayer de ramener Rémy dans les rangs. Rémy a dit qu’il n’était plus dans la majorité, ni dans l’opposition. Mais il a voté tous les rapports du conseil municipal. Quand je regarde la liste des régionales, j’y vois notre maire et Jean-Louis Lagourgue. J’ai essayé de trouver où est le problème. Je pense que ça relève du pathologique, il y a une grande souffrance derrière. Je demande à l’ancien maire de se ressaisir. Ste-Marie a besoin de sérénité et d’unité. Pas besoin de nourrir l’opposition. Richard Nirlo est vraiment attaché à l’unité. C’est l’ancien maire qui a cherché la rupture ».

Sylvie Billaud la 1ère adjointe déléguée aux ressources humaines a insisté sur le nouveau « management » du personnel communal sous la responsabilité de l’actuel maire « avec l’humain au centre de nos préoccupations, ce qui n’était pas le cas à l’époque. A notre arrivée, nous héritons de 18 observations de la Chambre régionale des comptes. Nous avons fait de l’archéologie et nous découvrons au fur et à mesure des cadavres : souffrances du personnel, gestion non maîtrisée, clientélisme. A notre arrivée, le personnel a parlé. Rien n’était mis en place pour qu’il y ait un traitement équitable entre le personnel. En 1 an, nous avons tenu 11 CT et CHSCT. Le personnel des écoles par exemple, était à la merci des petits chefs, des « caporaux . Il y avait des emplois fictifs. On n’est plus à présent dans l’omerta, dans le parrainage. On est dans une démocratie. C’est terminé les dépenses dispendieuses pour reprendre l’expression employée par la CRC ! On travaille en équipe. La parole a été libérée. En tant que témoin du passé, ça ne se passait pas comme ça auparavant. Rappelez-vous, sous Jean-Louis Lagourgue, 2,5 millions d’euros sont passés dans les heures supplémentaires ».

Didier Gopal abonde dans le même sens que sa collègue : « Il y a eu un avant, il y a un après. L’ancien maire concentrait le pouvoir avec le DGS. Le nouveau travaille avec tout le monde. Dans cette lettre de Lagourgue, 3 trucs qui me choquent. Il parle de son implication dans la dernière campagne électorale, ensuite de destruction, puis de détresse des employés communaux. Son implication ? Jean-Louis Lagourgue a été absent durant la campagne électorale des municipales. La destruction des fondations ? Le rapport de la CRC 2011-2017 est éloquent. Nous avons hérité d’une situation de ruines. Le passif est très lourd. Situation est dégradée depuis très longtemps, depuis le temps des Lagourgue”. Il cite notamment les exemples de primes accordées au chef du service Environnement et au chargé de mission pour la communication. Voir le document ci-dessous de la CRC :

« Avec Richard Nirlo, nous faisons tout depuis 10 mois pour essayer de redresser la barre. Nous sommes confrontés à une situation financière difficile. Nous mettons en tout en œuvre pour optimiser les compétences de chacun. La méthodologie est totalement différente de celle de l’ancienne gouvernance ».

Nadia Wu-Tiu-Yen, jeune élue dont c’est la première mandature se dit elle aussi « attristée » par ce tract de Jean-Louis Lagourgue. L’élue déléguée à l’urbanisme est revenue sur « les constructions illégales de Beaumont » faites sous l’ancienne mandature. Le maire de l’époque a dit aux habitants de Beaumont : « construisez et on régularisera après… ». Nous sommes, avec Richard Nirlo, en train de tout remettre en ordre. Nous avons monté une cellule du contentieux avec le parquet. Il est de notre devoir d’accompagner ces familles dans la légalité, dans la justesse. Les agents sont formés. On leur donne les moyens. C’est triste toute cette polémique. On n’a pas le temps à la polémique. Les Sainte-Mariens nous ont élus pour travailler pas pour polémiquer ».

Thierry Flahaut,, élu en charge de la sécurité s’est dit pour sa part « partagé entre l’énervement et la tristesse. Mais j’ai passé l’âge de l’énervement. Je suis surtout triste quand je vois la prose de l’ancien maire, quelqu’un qui ne s’est pas élevé. Où est sa sagesse républicaine ? Je l’ai défendu mais je ne connais pas ce monsieur. Le 28 juin, il a fait un passage éclair lors de l’élection de Richard Nirlo. Je ne le connais pas. Comment il peut avoir des préjugés sur moi ? Serait-il motivé par l’ego, la peur, l’orgueil, la jalousie, la gourmandise ? Comment se fait-il qu’il peut nous nous juger. Lui est mal placé pour nous juger ? Nous oui, les rapports de la CRC sont là. Il y a eu un gestion d’un autre âge, une gestion électoraliste pendant 28 ans… Nous avons aujourd’hui une autre vision de la politique. Je considère mon mandat comme une mission de service public. Suis vraiment attristé par l’attitude de Jean-Louis Lagourgue ».

Le mot de la fin est revenu au maire Richard Nirlo “pour dire toute la vérité”. Ecoutez-le, il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

 

 

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

9 Commentaires

  1. bonjour cher ste Mariens au moins ce qui est clair c’es que la famille Lagourgue croque et fait croquer les amis et les collaborateurs l’embauche illégale d’Emmanuel Virin pour 3500 euros 1 an de mairie et titulaire c’est dégeulasse pour nous militant de toujours , Jean Jacques Vlaminck à l’environnement . je comprends maintenant VIRIN attaché parlementaire de JLL fait la campagne de Rémy sans famille lui qui viens de la bretagne ( quartié de Gérald maillot) il pense nous donner des ordres chez nous a Ste Marie , monsieur le procureur vérifié avec attention ce concours de Mayotte svp.

    • Que fait Jatob traite qui est né traite sur cette photo, li pense que quand Nirlo va entre en tôle à Domenjod li va gagne récupérer la commune. là li fait un l’erreur.

  2. Nirlo bourricot a tout intérêt de faire voter Madame Sitouze sinon son pois le au feu. La famille Lagourgue casse noisettes rêve de récupérer leur bien familial: la commune de Sainte Marie. Mi demande à Nirlo d’arrêter de boire et de ne pas augmenter nos impôts, zot bataille y intéresse pas moin.

  3. Monsieur le Procureur, il faut mettre madame Billaud en garde à vue parce qu’elle a dit qu’elle a découvert des cadavres, il faut nous dire qui sont à l’origine de ces cadavres. Nous, sainte-mariens sont accablés d’impôts, de factures d’eau impropre à la consommation, les captages d’eau sont obsolètes remplis de microbes, voilà ce que les deux lascars bien connus des services de police ont fait à la population de Sainte Marie depuis trente ans.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Canton 6/St-André 3 : le binôme Dévy Caritchy-Gilbert Virassamy veut « arrêter avec le manger cochon »

Article suivant

Olivier Hoarau préconise “une économie profitable et ouverte sur le monde”

Free Dom