//

Jean Luc Romero, président de l’association pour le droit de mourir dans la dignité était l’invité de Charles Luylier ce vendredi

1 min de lecture
3

Ce vendredi 10 septembre de 9h à 10h, Jean-Luc ROMERO MICHEL, président de l’association pour le droit de mourir dans la dignité, était l’invité de Charles Luylier.

Depuis 15 ans, Jean-Luc Romero-Michel milite pour que chaque Français puisse choisir les conditions de sa fin de vie. Son association défend notamment l’euthanasie, le suicide assisté et l’accès universel aux soins palliatifs.

Rendez-vous donc ce vendredi sur radio Free Dom pour suivre son interview car la fin de vie, ça donne des frissons dans le dos et ça fait peur.

Même si l’euthanasie n’est pas autorisé en France, il existe ce que l’on appelle « les directives anticipées » : vous devez signer un document et désigner la personne de confiance pour que l’on puisse vous mettre dans le coma si jamais en fin de vie vous agonisez sur votre lit de mort avec d’atroces douleurs dans des conditions dégradantes : c’est ce qu’on appelle « les directives anticipées ». Il faut signer le document et désigner votre personne de confiance AVANT qu’il ne soit trop tard…

Est-ce que vous, vous avez signé vos directives anticipées ?

 

3 Commentaires

  1. Le cors médical na plus les compétences à me défendre de mourir , Je souffre de mes entrailles ! Laissez moi choisir SVP, l’envie de ne plus souffrir , je me suicide pas , je veux tout simplement arrêter cette vie qui n’a plus de sens pour moi

  2. Un grand merci à ce Monsieur qui se bat en effet depuis des années pour que comme en Suisse et en Belgique on puisse mourir dans la dignité.
    Choisir sa mort ne veut en aucun cas donner une procuration pour tuer et malheureusement c’est l’amalgame que l’on fait.
    Etre soumis à de l’acharnement thérapeutique à la moindre alerte alors que le reste du temps on attend votre mort dans la souffrance, avec antalgiques et autres bien sûr mais dans la détresse quand même car le cerveau a des moments de lucidité hélas
    Si au moment voulu on était capable de le faire soi même on le ferait et déléguer ça à sa famille ses amis c’est difficile de leur faire porter ça.
    Si on s’en va soi même, on taxe ça de suicide et les assurances font payer aux héritiers, certaines religions condamnent

Répondre à MICHOU Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

« J’ai été battue pendant 22 ans par mon mari alcoolique » (PODCAST)

Article suivant

Téléphone au volant : lire un message en conduisant multiplie par 20 le risque d’accident

Free Dom