Rwanda – La prison pour l’utilisation de sacs en plastique

2 min de lecture
2

GISENYI, Rwanda – Ils sont parfois cachés dans des soutiens-gorge, cachés dans des sous-vêtements ou enroulés étroitement autour des bras d’un passeur.

Ce ne sont pas des stupéfiants ni même de l’or et des diamants illégalement extraits qui traversent souvent la frontière pour entrer au Rwanda. Mais ils sont, au moins aux yeux d’Egide Mberabagabo, un garde-frontière vigilant, tout aussi infâme.

La contrebande offensante? Sacs en plastique.

“Ils sont aussi mauvais que la drogue”, a déclaré M. Mberabagabo, l’un des douze agents des douanes dont le travail consiste à attraper les passeurs et à éliminer le plastique illicite qu’il trouve.

Ici, au Rwanda, il est illégal d’importer, de produire, d’utiliser ou de vendre des sacs en plastique et des emballages en plastique, sauf dans des industries spécifiques comme les hôpitaux et les produits pharmaceutiques. La nation est l’un des plus de 40 dans le monde qui ont interdit, restreint ou taxé l’utilisation de sacs en plastique, y compris la Chine, la France et l’Italie.

Les passeurs peuvent recevoir jusqu’à six mois de prison. Les dirigeants des entreprises qui conservent ou fabriquent des sacs en plastique illégaux peuvent être emprisonnés jusqu’à un an, selon les autorités. Les magasins ont été fermés et condamnés à une amende pour avoir emballé du pain en cellophane, leurs propriétaires ont dû signer des lettres d’excuses – le tout dans le cadre du nettoyage environnemental de la nation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



2 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox