Saint-André : Eric Fruteau se retire mais ne donne aucune consigne de vote

Après une semaine de doutes, la décision est cette fois-ci officielle : Eric Fruteau ne se présentera pas au deuxième tour des élections municipales pour la mairie de Saint-André. Arrivé en troisième place avec 17,09% des voix lors du premier tour, ce résultat lui permettait pourtant de maintenir sa candidature.

La bataille pour la mairie opposera donc Jean-Marie Virapoullé arrivé en tête avec 31,47% des votes, à Joé Bédier qui en a reçu 24,88%. Malgré ce renoncement, Eric Fruteau assure que son engagement pour la ville se poursuivra. Ci-dessous sa déclaration officielle :

“Suite au premier tour des élections municipales qui a eu lieu le 15 mars 2020 dans les conditions particulières que nous connaissons tous, la liste « Donnons un temps d’avance à Saint-André » conduite par Eric Fruteau a recueilli 17,09% des suffrages exprimés, la positionnant ainsi en troisième position.

Depuis ces résultats, les tentatives de contact émanant des deux autres listes ont été nombreuses et parfois pressantes. Eric Fruteau n’a accepté aucun de ces contacts tant il est inconcevable pour le candidat de s’associer à une vision (ou pire, à une absence de…) qui ne serait pas dirigée vers l’intérêt général des habitants de Saint-André. La campagne a été l’occasion de réaffirmer des valeurs et des intentions : le Saint-Andréen ne cherche pas un
fauteuil !

Après une réflexion intense et une consultation de l’ensemble de ses colistiers, Eric Fruteau a décidé de ne pas maintenir sa candidature pour ce second tour, même si, bien entendu, il en avait la possibilité, le droit et la légitimité. La politique est ainsi faite, il refuse les jeux des alliances hypocrites. Les citoyens pourront à d’autres occasions récompenser ce positionnement fidèle à un discours et respectueux des concitoyens.

Retranscription du discours tenu devant la presse (à retrouver ici en rediffusion)

Nou lé là ! Pour longtemps !

Nous sommes à la veille du 2ème tour des municipales.
Je rappelle qu’au premier tour des de ces élections le 15 mars 2020, la liste que j’ai conduite a recueilli 17.09% des suffrages exprimés et est arrivée en 3ème position. Je rappelle le contexte « CORONAVIRUS » ayant contribué
à un fort taux d’abstention (52%).

Plus d’un électeur sur deux n’est pas allé voter !
Absent des débats municipaux pendant 6 années, je n’ai mené avec mon équipe que trois mois de campagne. Nous sommes donc satisfaits de notre score qui nous permet de garder beaucoup d’espoir pour l’avenir.

Notre équipe s’est réunie depuis le lundi 16 mars 2020 en soirée, puis le 30 mai 2020. Elle a arrêté à l’unanimité la position que nous exposons ce jour.

En préambule de cette présentation et des motifs ayant conduit à notre positionnement collectif, je tiens à aborder deux points :
– 1er Point : rupture d’égalité et rupture d’unité du scrutin municipal – Interrogations et doutes

  •  Il y a beaucoup d’interrogations !
  • Sans doute que la période de confinement a fait place à un contexte différent de celui du 1er tour. Plus de trois mois se sont écoulés. Ce n’est pas rien. Il y a une déconnexion entre les deux tours. Et nous avons vu comment certains candidats ont usé et abusé de communication pouvant laisser penser à un renforcement de leur position alors que d’autres étaient soumis à la règle du confinement ! Il y a de toute évidence une rupture d’égalité entre les candidats. La constitution du 04 octobre 1958 dans son article premier dit bien : « La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ». Dans le cas actuel sommes-nous conformes avec cet article de la constitution ? Dans son article 4, il est encore écrit : « la loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis à la vie démocratique ». Dans ce cas, ce principe a-t-il été respecté ?
  • Il nous semble également que nos populations sortent affaiblies de cette longue période de confinement. Elles
    sont abasourdies par cet évènement sanitaire. Nous pensons que les conditions ne sont pas réunies pour aborder idéalement ce 2ème tour d’élection. Il y a un grand sentiment de colère et d’incompréhension. On sent de l’anxiété. Et je comprendrais fort bien que les gens n’aient pas l’esprit à une élection.
  • Nous désapprouvons la décision de maintien de ce scrutin. Les conditions ne sont pas réunies. Il aurait dû y
    avoir un report des élections. Il y a de toute évidence une « inconstitutionnalité » et une rupture de l’unité de
    l’opération électorale qui doit prévaloir selon la loi (qui prévoit le rapprochement des deux tours).
  • La peur d’aller voter est-elle levée ? Les impacts psychologiques et les effets indirects de la pandémie sur le
    corps électoral ont-ils été évalués ?
  • Alors sur ce premier point je pose la question : ceux qui
    seront candidats sont-ils d’accord avec une violation des règles d’un déni de démocratie annoncé ? L’élection municipale vaut-elle un détournement de la constitution ? A méditer…

Deuxième point : cohérence, convictions et respect de la démocratie. D’abord je rappelle que l’on a tenté des deux côtés de nous contacter :

  • Pour l’un c’est un des colistiers de la liste de JB qui a rencontré M. NATIVEL le lundi 16 mars vers 16h. On a proposé que je prenne la présidence de la CIREST en cas de victoire si j’acceptais de rejoindre leur liste. On a même tenté de soudoyer M. NATIVEL en lui demandant ce qu’il voulait…
  • Pour l’autre on m’a proposé de recevoir un appel de la tête de liste (appel téléphonique d’un des colistiers le 16
    mars vers 17H47). J’ai catégoriquement refusé.
  • Il suffisait que je demande. Mon prix aurait été le leur.
  • Dans les deux cas j’ai décliné car j’ai préféré rester solidaire de mes colistiers (dans l’esprit de la charte que nous avons tous signée) et parce que je remets en cause la méthode. On ne peut pas maltraiter les gens, les mépriser, les insulter, les traiter de tous les noms, prier pour qu’ils restent à 11 000 km PUIS du jour au lendemain leur déclarer un grand amour.
  • Les gens ne comprennent pas cela justement. Je l’ai dit tout le long de la campagne : je ne cherche pas un
    emploi. Je ne cherche pas un fauteuil. Ni un poste. Je n’ai pas voulu céder à des propositions et m’embrigader dans une vision qui n’est pas la nôtre. La cohésion de notre groupe mérite plus que cela. Un ralliement pour un siège. Un maintien contre d’éventuelles faveurs ?… on ne le sait pas puisque j’ai refusé le contact avec cet adversaire issu de la majorité sortante. Je pense que la politique mérite bien plus que tout cela. Donc je n’ai pas voulu négocier pour un poste et faire les choses comme on dit « dan tente » dans le dos des électeurs qui m’ont accordé leur confiance. Je ne suis pas achetable. Je pense justement que cela ne peut plus être comme avant. Il faut changer de méthode et notre rôle c’est de faire évoluer positivement en montrant aux jeunes qu’on peut faire de la politique autrement !
  • Ensuite je tiens quand même à faire l’historique des résultats du 2èmetour des élections municipales de 2014 :
    rappelez-vous que le candidat arrivé en 3ème position s’est maintenu au second tour. Il avait fait 14% des voix. Nous avions fait 23%. Il s’est maintenu sous prétexte que « la loi le permettait ».
  • J’ai critiqué cet adversaire en 2014 pour ne pas s’être désisté. J’ai des convictions et des valeurs. J’aurais pu me maintenir… Mais je ne ferai pas comme lui. Queles saint-Andréens s’en souviennent. Qu’ils
    mémorisent bien cette différence d’approche !
  • Je souhaite aussi rappeler que pour la deuxième fois dans ma vie de candidat je suis amené à me retirer d’un
    scrutin lorsque je ne suis pas en position 1 ou 2 : je pense notamment aux législatives de juin 2012 suite auxquelles deux députés socialistes ont été élus dans les circonscriptions incluant Saint-André à l’Est et au Nord.
    § Il y a donc de la cohérence dans mes décisions.
  • Ainsi : avec l’accord de mes colistiers (qui ont unanimement adopté cette position), je me retire donc de cette élection. Par cette décision nous respectons la démocratie.

Ma parole n’a pas de prix. Je ne cherche rien que l’intérêt général. Les Saint-Andréens se sont exprimés. Je respecte leurs choix.
Je me retire de ce scrutin sereinement et la tête haute !

Conclusion :
La dernière campagne m’a permis d’exposer une autre façon, une autre méthode. J’ai profité de cette campagne pour expliquer aux jeunes qui m’entourent qu’il ne faut pas fuir la politique et leur montrer le bon côté de la politique. Cette méthode n’a pas laissé insensible certains candidats avec qui un dialogue est établi dans le respect de leur conviction et de leur engagement.

J’espère que ce dialogue se poursuive avec eux par la suite ! Peut-être que notre position déçoit ceux qui auraient souhaité que je me maintienne. A ceux-là je confirme : Il faut respecter le choix des gens et il faut amener ceux-ci à assumer leur choix !

Quant à moi, je reste engagé pour Saint-André et pour La Réunion. Nou lé là ! Et pour longtemps ! Je suis sur Saint-André. Nous aurons d’autres occasions électorales. Avec mes camarades nous serons vigilants et resterons disponibles pour la population. Je dis aussi que je serai présent lors des prochaines échéances (directement ou indirectement) avec mon équipe. Il y aura l’année prochaine les départementales (sur quel canton ?… on verra bien) et les régionales, puis les législatives de 2022…

Il faudra compter avec nous pour porter la voix de ceux qui veulent que les méthodes changent et que la politique se fasse autrement. Pour mettre en avant nos idées et défendre nos orientations politiques. Je suis plus que jamais disponible et libre. Nous avons un projet pour l’avenir et sommes prêts à le mettre en débat !

Je veux m’adresser maintenant aux Saint-Andréens et leur dire : j’aurais pu me maintenir. Je ne le fais pas. VOUS, Saint-Andréens vous êtes libres de votre choix, chacun avec sa conscience.

Encore une fois, merci à tous !
Je vous remercie.

Eric FRUTEAU”

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

17
Poster un Commentaire

avatar
13 Comment threads
4 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
11 Comment authors
GusDeGusBibinealternancefin d'une dynastieAntonia Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Kunta Kinté
Invité
Kunta Kinté

Les hommes politiques… je vais vous faire un aveu…ne sont pas bêtes !
Vous vous rendez compte de la gravité ! Ils sont intelligents !!!

C’est-à-dire que tout ce qu’ils font, ils le font exprès, ils y réfléchissent, ils y pensent !
Parce que vous comprenez, si c’étaient des cons, ça irait tout seul, on dirait : « Bon, bah,
c’est des cons ! »

Coluche , Artiste, Comique (1944 – 1986)

glouss
Invité
glouss

Ne pas appelés a voter pour JO, ni pour JMV est vraiment de l’irresponsabilité politique grave. Que ton OUI soit oui et que ton Non soit NON. Mais pas ni Non Ni oui. De plus, se retirer alors que plus de 17% de la population croit en vous, c’est un manque de courage et de trouillarde qui dépasse l’entendement. Jamais plus Mr E .F vous aurez encore la confiance de ces 17 % de la population, c’est fini politiquement pour vous.

Pas srx
Invité
Pas srx

Ben c’était inutile qu il se présente il a ouvert la porte à la vira family

GusDeGus
Invité
GusDeGus

C’est en se maintenant qu’il ouvrait la porte à la Dynastie déjà en place. Une triangulaire qui aurait profité à JMV.

Victoire
Invité
Victoire

Sage décision. Allons montrer à Joe l’arrogant qui nous sommes et le renvoyer au confinement à vie…

La voix de la raison
Invité
La voix de la raison

A part ecraser les autres , c’est tout ce que Joe i gagne fe. Envoi à zot moins mi votera pas pou li. Trop pourri et menteur.
Mi mélange pas le père et le fils moin. Mi fe une différence. Mi le pas comme mon papa. Donc mi cone pas li trop mais ma vote pou Jean Marie virapoulle.

alternance
Invité
alternance

Beaucoup à Saint-André sont interrogatifs d’une possible transmission d’un fauteuil de maire du père au fils. Il y a un certain déni de la démocratie.

Bedier maire
Invité
Bedier maire

Bedier sera le nouveau maire de st andre.

Cela fait 50 ans que rien ne change dans cette ville en retard à tous points de vue.

Bedier le tang
Invité
Bedier le tang

Ôté super. Ca même mi te veu. Na montre Bedier le l’intéressant ced nous le. Li va bien comprendre. Après li va rentre cachiet son caze. Comme li.fe toujours.

Joe la saumur
Invité
Joe la saumur

Ote Joe la le molle pou ou FRUTEAU la pas appelle pou voter pou ou. En plus na des fuites chez out militants que ou la promette logements sociaux pour les portois parce que le Maire le Port y co finance out campagne et même chose pour bands jeunes Bras Panon y suive Ratenon avec qui ou la promette travail sur Saint André !

Allo
Invité
Allo

Coza ça ????
Bien mouvementé

50 ans de retard
Invité
50 ans de retard

St andre : 50 ans de retard

Antonia
Invité
Antonia

Un boulevard ouvert pour Jean-Marie. Merci monsieur Fruteau, au moins vous nous débarrassez de Bédier.

alternance
Invité
alternance

J’espère au contraire que cela amène l’alternance à Saint-André. Je ne suis qu’un observateur mais je trouve malsain une transmission père-fils d’un fauteuil de maire. Ce ne sont pas des valeurs républicaines. Le peuple souverain doit y penser.

GusDeGus
Invité
GusDeGus

Complètement d’accord avec vous.

fin d'une dynastie
Invité
fin d'une dynastie

Tout cela est très très louable de Monsieur Fruteau. Il donne la possibilité d’une alternance politique. Nos valeurs républicaines s’opposent à l’installation d’une dynastie même au niveau d’une commune. Il y a là un certain danger pour la démocratie.

Bibine
Invité
Bibine

Facile de donner des leçons quand on a déserté St André pour sa propre carrière pendant 6ans. Vous êtes un gros cœur M. Fruteau. Vous ne faites même pas alliance à votre ancien premier adjoint. Moi en voyant cela je ferai voter et je voterai pour M. Jean Marie Virapoullé. Vous êtes fini politiquement.