Saint-Louis (La Rivière) : “des promesses, rien que des promesses…”

4 min de lecture
1

Ce mercredi 7 mars 2018, nous avons eu droit de nouveau à une asphyxie totale de la circulation pour entrer et sortir de Saint-Louis. Bien évidemment, ces bouchons se justifient par la fermeture du radier du Ouaki et du radier des Trois Ravines emportés par les eaux. Bien évidemment, de prime abord, on pourrait penser que cela est dû uniquement aux phénomènes météorologiques que nous avons connus sur notre territoire ces dernières semaines.

Néanmoins, la responsabilité de ces difficultés majeures et alarmantes que nous rencontrons sur Saint-Louis et la Rivière ne peut être imputée uniquement et seulement sur les évènements météorologiques qui ont touché notre Île, et particulièrement notre commune.

En effet, lorsque nous reprenons le programme électoral de l’équipe municipale, nous constatons que de nombreuses promesses non tenues ont été passées avec la population : réalisation d’une rocade, endiguement des ravines et des rivières, réalisation de barrages et retenues d’eau de pluie … etc… Quatre ans après l’élection, ces promesses sont restées au stade des voeux pieux et les problématiques rencontrées par les Saint-Louisiens et les Rivierois s’amplifient de jour en jour.

Que dire des habitants du Tapage, d’Ilet Furcy, de Petit Serré et des Aloès qui se retrouvent enclavés après chaque épisode pluvieux. Là encore, nous constatons des promesses allègrement oubliées par la commune d’une part, mais aussi par la Région, qui en 2010 promettait une nouvelle route de Cilaos fiable et sécurisée.

Que dire des élèves de l’école primaire d’Ilet Furcy qui sont scolarisés sur l’école Ambroise Vollard, sur la Rivière Saint-Louis, qui après chaque évènement pluvieux, risquent leurs vies pour traverser la portion la plus dangereuse de la Route Nationale 5 (route de Cilaos). Où sont les protocoles d’évacuation permettant à l’ensemble de ces élèves une mise en sécurité fonctionnelle et rapide dans les cas de force majeure … Que dire du silence et de l’inaction des élus à ce sujet, élus qui doivent être garants de la sécurité des biens et des personnes… Nous interpellons publiquement le maire, les deux conseillers régionaux et les trois conseillers départementaux de Saint-Louis pour qu’ils commencent à réaliser ce pour quoi ils ont été élus.

Nous interpellons les instances concernées (commune, département, région), pour qu’à l’avenir, lorsque notre commune se retrouve asphyxiée comme cela a été le cas ce mercredi 7 mars, des mesures d’urgences puissent être prises pour désengorger les rues du centre-ville. Avec par exemple, l’ouverture de la voie de bus sur l’ancien pont de la Rivière

Saint-Etienne aux véhicules légers et la mobilisation des services de la Police Municipale pour aider à la fluidification du trafic. Nous rappelons aux élus leur mission : la sécurité de tous, qui est un droit fondamental. J’ose espérer qu’à l’approche des échéances électorales, pour le bien et le devenir de notre commune, vous puissiez enfin sortir de votre cachette.

Pierrick Robert,  Shantal Hoarau,  Patrick Ramin et Christian Aho-Nienne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



1 Commentaire



Free Dom
WordPress Video Lightbox