Saint-Louis : un homme violent et injurieux au tribunal

2 min de lecture
5

Dimassi R., 30 ans, ne semble avoir que des insultes à la bouche. Il se trouvait devant le tribunal en comparution immédiate le 24 mars dernier pour des faits de violences, outrages à personne dépositaire de l’autorité et rébellion.

Devant toute la cour, il a insulté son avocat. Pour se justifier, il clame « sa tête ne montrait pas qu’il était avocat ». Ce sont presque les seuls mots qu’il a souhaité prononcer.

Ce silence semble être sa marque de fabrique. En effet, il n’avait pas non plus parlé lors de l’enquête sociale, révélant peu d’informations quant à sa personnalité. Ce mahorais sans domicile fixe aurait déjà six mentions dans son casier judiciaire.

Ses actes ont été qualifiés « d’une rare violence » et même de « sauvage » par la partie civile. Dans une résidence de Saint-Louis, l’homme se serait servi dans le frigo d’un appartement comme s’il était chez lui. Une altercation commence avec deux hommes et dégénère. L’un deux se retrouve projeté au sol et roué de coups. L’autre est frappé au visage, il perdra une dent dans la bagarre.

Des enfants du quartier auraient filmé toute la scène. Une femme a tenté de s’interposer avec difficulté, elle se constituera plus tard partie civile.

Interpellé, il semble ivre et cherche à résister aux forces de l’ordre en refusant de donner ses papiers, ou de tendre les bras pour qu’on lui passe les menottes. Il insulte ensuite les agents dans la voiture allant à la gendarmerie. Ils seront également partie civile. Il fera un bref passage chez le médecin avant sa garde à vue, lui aussi couvert d’injures.

La procureure requiert quatre ans d’emprisonnement avec maintien en détention, soulignant sa dangerosité. Le juge le condamne à trente mois de prison. L’accusé a affirmé vouloir faire appel.

5 Commentaires

    • FreeDom je vous accusé de complicité de haine.
      Comment pouvez-vous poster le commentaire de Tito.
      Et d’ailleurs Tito puisque c’est la porte ouverte au conneries j’en profite pour me lâcher : Aller fais bour ton momon bien fort

  1. Même sans préciser, on le devinait.

    Le gars connait le système
    il fait appel
    il ne risque rien, fait durer le truc au pire c du sursis mais en plus l’etat va devoir lui trouver un logement gratos et un emploi = un bon rsa au final.
    Si ça se trouve c’est Boina

  2. franchement je ne pense pas qu’il était nécessaire de préciser que c’était un Mahorais les autres n’attend que ça pour critiquer.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Benoît : lâcher de pétrels sur le site de la Marine

Article suivant

Une voleuse embarque une robe brodée dans un magasin

Free Dom