Scandale financier à la Sodiac : Jean-Claude Pitou, le directeur remercié

4 min de lecture
7

Sous ce titre “Panique à la SODIAC: un trou de plusieurs millions, le directeur viré en 48h”, nos confrères de Zinfos974 évoquent un scandale touchant la SEM, société d’économie mixte oeuvrant dans le domaine locatif social à la Réunion.

Un récent rapport signé de l’ANCOLS (l’Agence Nationale de Contrôle du Logement Social) aurait épinglé sa gestion, l’accusant selon nos confrères “d’avoir arrangé les comptes pour faire apparaitre un résultat net positif de 1,6 million d’euros. Jean-Claude Pitou, le directeur général, payé plus de 9.000€ par mois, était accusé à mots couverts d’avoir utilisé de l’argent récupéré au travers d’emprunts liés à des opérations pas encore démarrées, pour grossir fictivement la trésorerie, le temps que les chantiers débutent réellement.  Ainsi, ni vu ni connu, il bernait les membres du conseil d’administration et pouvait laisser croire qu’il avait redressé cette SEM qui avait déjà connu de très grosses difficultés financières par le passé. Ce qui avait obligé la mairie, la CINOR et la Caisse des Dépôts et Consignations à réinjecter en 2014 vingt millions d’euros, dont quatre rien que pour la mairie, deux en argent frais et deux sous forme de foncier. ”

Gilbert Annette l’aurait donc “viré”

Pierrot Dupuy va plus loin. “Gilbert Annette a immédiatement ordonné une inspection approfondie et ce qu’il a découvert lui a fait peur (…) un trou de plusieurs millions dans la trésorerie, au travers des avances sur chantiers qu’on déclarait démarrés, de façon à toucher les subventions, alors que ce n’était pas le cas.  Jean-Claude Pitou pouvait donner l’illusion qu’il était un parfait gestionnaire, alors qu’il ne faisait que creuser un déficit monstrueux ! Tout en ne se refusant aucun caprice : primes pour lui et ses protégés, voiture de fonction haut de gamme, voyages en première classe, etc… Au final, 30 millions de prêts cautionnés par la mairie à rembourser, que la SODIAC n’a pas les moyens de payer.

“Un prêt de 4 à 5 millions auprès de la Caisse des Dépôts qui aurait dû être remboursé dans les prochains jours, un autre de 10 millions d’ici la fin du mois d’août, et entre septembre et décembre, ce sont 15 autres millions qu’il lui faudrait trouver. Au total, ce sont 30 millions qu’il faut trouver d’ici la fin de l’année, somme que la SEM n’a pas” conclut Pierrot Dupuy sachant que tous ces prêts ont été cautionnés par la mairie de Saint-Denis (ou la CINOR). En cas de non-paiement des annuités dues aux banques, c’est la collectivité qui s’est portée garante qui doit payer.Gilbert Annette a donc décidé, ce week-end, de céder la SODIAC à la CDC Habitat, une filiale de la Caisse des Dépôts qui a déjà mis la main sur la SIDR et les immeubles d’Apavou, et de virer Jean-Claude Pitou”

Article intégral sur https://www.zinfos974.com/Panique-a-la-SODIAC-un-trou-de-plusieurs-millions-le-directeur-vire-en-48h_a142852.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



7 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox