Sécurité routière : la combinaison zamal et alcool multiplie le risque d’accident mortel par 15

4 min de lecture
2

Selon la préfecture, « la conduite sous l’emprise du zamal multiplie le risque d’un accident mortel par 2, la combinaison zamal et alcool multiplie le risque d’un accident mortel par 15 » et « sur  3530 dépistages de stupéfiants, 982 infractions ont été constatées et 623 permis suspendus en 2020 ».

Face à cette situation, et afin de sensibiliser la population réunionnaise aux dangers de la consommation de stupéfiants au volant, l’État lance une campagne de communication d’affichage 4X2 sur toute l’île du 12 au 18 octobre 2021.

 Cette campagne a pour but de rappeler aux conducteurs de voiture et de deux-roues les conséquences de la consommation du cannabis, combinée ou non avec l’alcool.

 La consommation de stupéfiants au volant a de multiples conséquences sur la conduite et la sécurité des automobilistes.

 Sous l’emprise du zamal, le conducteur n’a pas conscience de la diminution de ses capacités au volant : mauvaise évaluation des distances de sécurité, perte de vigilance et de contrôle, diminution de la concentration.

La conduite devient alors plus dangereuse et peut amener le conducteur à commettre des infractions (excès de vitesse, stop ou feu rouge grillé, défaut de ceinture…) et même causer un accident grave.

 La réglementation en vigueur

 Le fait de conduire ou accompagner un élève conducteur après avoir fait usage de stupéfiants est très lourdement sanctionné par le code de la route.

Toute sanction pénale pour ce délit entraîne par ailleurs une perte automatique de 6 points du permis de conduire (ce qui signifie une invalidation administrative et la perte du droit de conduire pour les détenteurs d’un permis probatoire depuis moins d’un an).

Les peines encourues sont les suivantes : 

·         jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende si le conducteur est sous l’emprise du zamal

·         jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende si le conducteur a également consommé de l’alcool

·         jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende en cas d’accident corporel

·         jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas de deuxième circonstance aggravante (stupéfiant et alcool ou délit de fuite)

·         jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende en cas d’accident mortel

·         jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende en cas d’accident mortel quand le conducteur commet une circonstance aggravante supplémentaire (stupéfiants et alcool ou conduite sans permis)

À l’issue de cette campagne, des contrôles routiers renforcés et inopinés sur le dépistage d’une conduite avec stupéfiants seront réalisés par les forces de l’ordre.

2 Commentaires

  1. Et ceux qui conduisent sous calmant ? Gavé de médicaments, de drogue distribuer par big pharma ? Et ces cyclistes de M.rde qui font lintéréssant à longueur de journée sur la route st gilles /st leu !!!! Et pourtant ils ont une piste à eux !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Madagascar : le président de la fédération du foot destitué, mais il réplique

Article suivant

Journée nationale des aidants : France Alzheimer Réunion mobilisée pour sensibiliser le public

Free Dom